Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Actualités  Togo par date  Togo par catégorie  Afrique par date  Afrique par catégorie

Les enseignants exigent la libération immédiate des élèves arrêtés et détenus en prison



  [3/20/2017 8:28:02 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :2913 fois | Commenter
 

Togo  - La crise dans l’éducation n’est pas totalement résolue. Il y a encore de l'orage qui se prépare. Les enseignants, après « les propositions moins alléchantes du gouvernement », veulent bien reprendre les cours normalement, mais à condition que les précomptes abusifs soient reversés aux ayants droit.




"Ce que nous cherchons, ce ne sont pas les miettes que le gouvernement vient de nous balancer. Mais dans le souci d’apaisement, dans le souci de reprendre les activités pédagogiques à travers tout le pays, nous acceptons et nous disons que nous allons reprendre les discussions avec les autorités, tout en précisant que les précomptes sur les salaires soient reversés aux ayants droit. Parce que le réaménagement de l'année scolaire fera en sorte que les camarades vont se déployer de nouveau pour reprendre les cours là où ils les ont laissés de manière à accompagner les enfants vers la réussite à leurs examens", a indiqué Houssimé, le Secrétaire général de la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN).

Pour ce dernier, dans le souci de boucler en toute beauté cette année scolaire, le gouvernement doit cesser de menacer les enseignants. Il demande au passage que les élèves arrêtés et déférés en prison lors de leur manifestation de rues, soient libérés sans condition.

"Nos élèves ont, semble-t-il, fait l’objet d’arrestation ça et là. Toujours dans le sens de l’apaisement, nous demandons que ces enfants soient relâchés", a souligné le SG de la FESEN.

En tout cas, menace la FESEN, si les précomptes ne sont pas versés, "nous allons recommencer les grèves. Parce qu'on ne peut pas nous taper et nous interdire de ne pas pleurer au même moment".

KG.

.


Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail *
E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)
.
Articles les plus commentés
1. Ousainou Darboe : « Faure Gnassingbé devrait immédiatement démissionner »  

2. Faure Gnassingbé renonce à la Conférence ministérielle de la Francophonie  

3. Claude Améganvi propose une "grève générale illimitée" pour venir à bout du régime de Faure Gnassingbé  

4. Kara : Voici ce qui reste de la mosquée de Tchitchinda  

5. Audio/Me Jean Dégli: 'Quand les gens veulent un mieux être on ne les tue pas ...'  

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
. | . | www.voirbonfilm.com |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle ! | credit consommation avec moncredit.org .