Le portail togolais par excellence !   Boutique  |  Immobilier  |  Séduction  |  Annonces  |  Publicité   

Proposer un site
 Rechercher   dans
Web togolais   Nouvelles   Annuaire téléphonique  
Mercredi, 18 Octobre 2017
4122 visiteurs en ligne

Contribution des iciLomeens : Opinions Déclarations Poemes Avis |Plus


 

Opinions   Comment contribuer? |
Titre Auteur Date
Élections au Togo : Quelle opposition ?  Emmanuel BUAKA
[Répondre]

7/9/2013
La CDPA-BT a toujours proclamé que dans un régime de dictature la force de l’opposition réside avant tout dans la force organisée de tous les opposants, sans distinction d’appartenance politique, comme le CUT et la JUVENTO l’avaient fait pendant la lutte anticoloniale au cours des années 1956-1960, où ils ont massivement impliqué la population dans le processus politique d’alors.

La direction de la CDPA-BT suit avec attention les péripéties de la situation politique du pays à travers la contreverse entre le pouvoir et le CST/ARC-EN-CIEL . Il est évident que dans la lutte contre le régime de dictature, la CDPA-BT n'a pas les mêmes positions politiques et les mêmes pratiques politiques que les autres partis réunis. Tout le monde le sait, y compris ceux qui font semblant de l’ignorer, pour brouiller le tableau politique et empêcher l’opinion de faire les distinctions et les différences nécessaires.

Comme on s’y attendait, le courant majoritaire de l’opposition togolaise continue d’être fidèle à ses stratégies désastreuses depuis plus de deux décennies. Le régime RPT/UNIR s’est certainement réjoui d’avoir encore piégé ses dirigeants au cours du mini-dialogue « top secret » organisé par Monseigneur Barrigah et « les habituelles passerelles diplomatiques » pour qu’ils leur donnent encore une légitimité à travers leur participation aux élections législatives du 21 juillet 2013. Depuis 1998, le recours assidu à ces « passerelles diplomatiques » n'a jamais rien donné en faveur de l'opposition. Et pourtant, les chefs du courant dominant continuent de leur faire confiance, et de se plier toujours en quatre pour prouver leur bonne foi à la « Communauté internationale » qui les manipule par l'intermédiaire de ces « passerelles ».

Comment comprendre qu’après cette série d’élections toujours pipées d’avance les chefs du courant majoritaire restent enfermés dans cette logique absurde de participation aux mascarades électorales, pour toujours crier aux fraudes et autres « hold up électorales » après le scrutin ? On apprendra qu’au cours du mini-dialogue « top secret » les représentants du CST/ARC-EN-CIEL ont posé des conditions : libération des détenus dans l’affaire des incendies de marchés, révision de la liste électorale, recomposition de la CENI, réalisation des réformes institutionnelles et constitutionnelles etc...

En dehors de la mise en liberté provisoire de quelques détenus, aucune des autres promesses que le régime aurait faites n'est tenue. Et pourtant, ils se sont jetés dans la course, soi-disant pour honorer leur part du contrat et prouver leur bonne foi face à la « Communauté internationale ». Dans tous les cas, c’est ce que Patrick Lawson, Vice-Président de l’ANC , aurait laissé entendre lors d'une émission organisée par la radio KANAL K le 23 juin 2013. Les dirigeants du CST/ARC-EN-CIEL servent-ils les intérêts de la « Communauté internationale » ou ceux du Peuple togolais ? Le moins qu’on puisse répondre est qu’ils jouent avec le destin du Peuple pour des intérêts personnels.

Il faut penser la lutte en dehors des joutes électorales . Si les élections étaient une solution au problème politique qui a poussé la population à s’insurger contre le régime en octobre 1990, il y a longtemps que l’alternance démocratique serait devenue une réalité au Togo. Mais ce n’est pas le cas. L’obscurantisme politique, la roublardise, le mensonge, la rétention de l’information, la désinformation, la manipulation de l’opinion et des consciences… continuent d’être les marques essentielles du régime politique au Togo.

Comme on le sait, la CDPA-BT ne s’est jamais inscrite dans le courant majoritaire de l’opposition. Elle a toujours proclamé que la course concurrentielle entre partis d’opposition pour le pouvoir est désastreuse pour la lutte d’opposition, à partir du moment où la dictature est toujours omniprésente avec toutes ses institutions antidémocratiques, toute sa capacité de désinformation, de mensonge, de corruption, d’achat des consciences et toute sa machine de répression. Et comme on le voit, cette course concurrentielle s'est encore produite lors des dépôts de candidature pour les législatives du 21 juillet 2013.

La CDPA-BT n’est pas non plus opposée par principe aux élections. Elle a toujours estimé cependant que, dans le contexte politique particulier où se déroule la lutte d’opposition, les élections sont devenues en réalité un moyen déguisé de reconduction et de légitimation du régime. Et elle a toujours proclamé qu’avant que les élections ne deviennent des élections régulières et démocratiques dans le pays, l’opposition doit régler des préalables qui s’imposent.

Comme on le sait aussi, la CDPA-BT n’est pas contre le dialogue comme procédure d’aplanissement des différends et de déblocage des situations. Mais pas toujours par « des passerelles ». Elle a toujours considéré que faire des dialogues dans une situation où le rapport des forces est si défavorable à l’opposition démocratique ne peut que conforter le régime ; et qu’une politique d’opposition fondée sur des élections et des dialogues dans une situation où le rapport des forces est en défaveur de l’opposition démocratique, ne peut être qu’une politique d’accompagnement du régime de dictature.

La CDPA-BT a toujours proclamé que dans un régime de dictature la force de l’opposition réside avant tout dans la force organisée de tous les opposants, sans distinction d’appartenance politique, comme le CUT et la JUVENTO l’avaient fait pendant la lutte anticoloniale au cours des années 1956-1960, où ils ont massivement impliqué la population dans le processus politique d’alors.

Faut-il continuer d’aller voter pour qu’à chaque fois une prétendue opposition parlementaire toujours minoritaire continue d’accompagner le régime en place, et de lui permettre, par cette incohérence politique, de se maintenir indéfiniment au pouvoir au mépris de la volonté du grand nombre ?


Fait en Allemagne, le 5 Juillet 2013

Pour la CDPA-BT

Emmanuel BUAKA
Membre du Comité Exécutif




Opinions   Comment contribuer? |


Comment contribuer?

  • Pour contribuer dans cette section, veuillez nous envoyer votre texte sur info@icilome.com
  • Vous pouvez joindre des photos, images et videos d'illustration si vous le désirez
  • Vous pouvez également joindre la photo de l'auteur de l'article

  • Nous acceptons les textes en Francais, Anglais, Allemand et EWE.

  • Tout article publié dans cette section Contributions exprime l'opinion de l'auteur et n'engage que celui-ci.
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Test de transat bébé| Plombier Orléans| | | .
Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
www.voirbonfilm.com
| Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com