Le portail togolais par excellence !   Boutique  |  Immobilier  |  Séduction  |  Annonces  |  Publicité   

Proposer un site
 Rechercher   dans
Web togolais   Nouvelles   Annuaire téléphonique  
Home Contributions
Forums
Rencontre
Annonces
Annuaire
Videos
Togo
IMMOBILIER



   | Poster un nouveau message | Répondre au message
Titre Auteur Date
L’après elections législatives du 21 juillet au Togo : Faure GNASSINGBÉ peut-il se retrouver dans la prison civile de Lomé ?  CVU TOGO DIASPORA
[Répondre]
7/12/2013
12:57:20 AM
ANALYSE DU 6 JUILLET 2013

A la veille des élections législatives du 21 juillet 2013, l’anxiété devient palpable au sein de la population togolaise. Des voix s’élèvent à juste titre pour trouver des solutions de la dernière chance. Mais, ces voix qui pour certaines ont permis à ce régime de se maintenir, de se métamorphoser et de falsifier la vérité des urnes au Togo, ne doivent pas oublier que tous dialogues, même minimalistes avec un régime voyou les condamnent à affaiblir la lutte des peuples pour leurs souveraineté et liberté, tout en légitimant un système de l’arbitraire.

Le Togo est-il donc un Etat voyou avec lequel il ne faut pas entamer un mini-dialogue préélectoral ? Dialogue ou pas, la question mérite d’être posée de savoir si ce n’est pas en définitive Faure Gnassingbé et son système qui empêchent la démocratie togolaise d’émerger ? Faut-il repousser les élections législatives à plus tard ou faire un dialogue minimaliste avant ces mêmes élections ? Enfin, le souk électoral 1 annoncé ne pourrait qu’accoucher de contestations de résultats électoraux ne reflétant pas la vérité des urnes. Les manifestations sur fond de crises sociales et politiques pourraient bien servir de détonateur pour un soulèvement imprévu du Peuple togolais comme en Egypte. Mais l’autre question attenante est simple : Armée républicaine togolaise et amie du peuple : Où es-tu ?

Aussi, une dernière question mérite d’être posée à savoir si Faure Gnassingbé pourrait connaître le même sort qu’il réserve aux inculpés innocents croupissant dans les prisons togolaises, notamment l’injustice, l’insalubrité et la promiscuité, etc. ? Car faut-il faut avoir un dialogue minimaliste avec un Etat voyou ?

<b>1. LE TOGO EST-IL UN ÉTAT VOYOU ?</b>
C’est la troisième fois que la Cour de justice de la Communauté économique et de développement des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) condamne l’Etat togolais et ses pratiques de viol des droits humains. Faure Gnassingbé à la tête d’un système d’abus de droit, de fait du prince et de violation des droits de la personne humaine a réussi en 6 ans le tour de force de refuser systématiquement d’appliquer les décisions de la Cour de Justice de la CEDEAO. Rappelons rapidement que le système Faure Gnassingbé :

- refuse toujours de réintégrer les 9 députés de l’Alliance nationale pour le Changement au parlement togolais après les avoir exclus en dehors des règles constitutionnelles, cédant vraisemblablement aux exigences de Gilchrist Olympio, chef de l’Union des Forces du Changement, pour mieux décider seuls avec les parlementaires de son parti RPT (rassemblement du Peuple togolais devenu dans des conditions de vices de forme et de procédure, l’Union pour la République (UNIR) ;
- refuse de lever les charges contre Bertin Agba alors que les décisions et pratiques de la justice instrumentalisée du Togo ont été invalidées par la Cour de Justice de la CEDEAO ; et
- refuse de libérer le député Kpatcha Gnassingbé et consorts alors que la Cour de Justice de la CEDEAO a conclu le 3 juillet 2013 2 que le Coup d’Etat dont se réclamait Faure Gnassingbé pour incarcérer son demi-frère et ses compagnons relevait de la pure imagination politicienne, afin d’avoir les coudées franches pour une autocratie dont se fait complice l’armée non-républicaine togolaise.
Le Togo n’est donc pas un Etat voyou, mais il y a des voyous à la tête du Togo. Il n’y a que des voyous qui peuvent refuser d’exécuter les décisions de la Cour de Justice de la CEDEAO. S’il ne s’agit pas de voyous, il faudra trouver d’autres mots pour les qualifier sans verser dans l’hypocrisie des chancelleries occidentales et des organisations internationales et africaines qui continuent à considérer que dès lors que la contrevérité des urnes ne conduit pas à l’insurrection généralisée avec des morts et des blessés, elles peuvent continuer à soutenir le système de Faure Gnassingbé.

Pourtant, les Egyptiens viennent de faire la démonstration que les termes d’une législative fondée sur des élections fraudées et donnant une majorité à un candidat non légitime, ne peut perdurer si le peuple uni ne le souhaite pas. Au Togo, Faure Gnassingbé a compris qu’il suffisait de donner à manger à quelques-uns pour faciliter des défections au sein des partis dits d’opposition tout en favorisant la transhumance électoraliste si les moyens financiers sont au rendez-vous. Aussi, l’armée non républicaine togolaise porte une très grande responsabilité dans la situation de défiance entre les populations togolaises et les gouvernants togolais actuels. La violation du droit se confond aussi avec la non-séparation des pouvoirs :

- entre l’exécutif et le militaire ;
- entre l’exécutif et la justice ;
- entre l’exécutif et les confessions religieuses (christianisme, islam comme religions africaines non importées) ; mais aussi
- entre l’exécutif et une partie de la population, bien minoritaire, qui refuse la vérité des urnes, la vérité des comptes, la vérité dans les procès, bref, la vérité tout court.

<b>2. FAURE GNASSINGBÉ EMPÊCHE-T-IL LA DÉMOCRATIE TOGOLAISE D’EMERGER ?</b>
Aucun citoyen togolais pacifique et sérieux ne peut préconiser un changement de régime politique et un retour de la vérité des urnes et de la démocratie non falsifiée dans un bain de sang. Aussi, lorsque de nombreuses associations dont la Solidarité Action pour le Développement Durable (SADD) et le Groupe de Réflexion et d’Action pour le Dialogue, la Démocratie et le Développement (GRAD) proposaient leur version d’une sortie de crise lors de la conférence du 1er juillet 2013 3, cette voie de sagesse ne peut qu’être entendue. Mais Faure Gnassingbé et Gilchrist Olympio semblent plutôt sourds à cet appel qui ne fait que refléter la pensée du peuple togolais.

C’est le même appel à la pondération que la Fédération des Eglises et Missions du Togo (FEMIT) ainsi que la Conférence Épiscopale du Togo ont lancé aux différents protagonistes à la veille de la campagne électorale pour les élections législatives prévues arbitrairement et unilatéralement par le pouvoir de Faure Gnassingbé pour le 21 juillet 2013, ce en pleine saison des pluies. Mais, est-ce de la naïveté, ou de la sagesse ou encore une véritable tautologie que d’inviter à ‘privilégier le dialogue, la concertation et le consensus pour tout aboutissement heureux et satisfaisant du processus électoral’. Cela fait des années que les principaux partis d’opposition, toutes tendances confondues ne font qu’appeler les tenants du pouvoir togolais, à savoir un système militaro-civil avec Faure Gnassingbé à sa tête, de donner des gages d’un minimum de transparence dans les conditions de transparence devant permettre l’émergence de la vérité des urnes.

Ce n’est pas parce que chacun a fait sa bonne action tautologique en rappelant qu’il faut trouver, sans dire comment, ni avec quelles forces, les ‘voies et moyens pour permettre un dialogue minimal et rapprocher les points de vue divergents entre le groupe élargi RPT/UNIR/UFC de soutien à Faure Gnassingbé le groupe d’opposition effective du Collectif Sauvons le Togo (CST), la Coalition Arc-en-ciel et certaines personnalités de la société civile, les « CO-CO » qu’une solution satisfaisante pourra être trouvée sans un rapport de force effectif. Le rapport de force ne signifie pas toujours que cela doit passer par le versement du sang des Togolais. Il y a d’autres acteurs qui profitent de la situation par le biais d’entreprises privées, qui défendent leurs intérêts au Togo et dans la sous-région, qui pourraient contribuer à inverser ce rapport de forces, s’ils étaient moins hypocrites dans ce qui touche à la défense des droits humains et de la démocratie. Ces acteurs sont les dirigeants occidentaux comme la France, les Etats-Unis, l’Allemagne, l’Union européenne mais aussi les dirigeants africains notamment regroupés au sein de l’Union africaine et de la CEDEAO qui brillent pour le moment par une inertie délibérée et caractérisée.

Oui, le report des élections législatives du 21 juillet 2013 est une proposition de sagesse, mais pour quel résultat ? Si Faure Gnassingbé et Gilchrist Olympio se contentent :

- de refuser le report et d’aller aux élections malgré tout ;
- de reporter de quelques jours juste pour faire semblant de satisfaire les exigences sans profondeur d’un dialogue dit « minimal » et de faire les élections et surtout publier les résultats électroniques.

Alors que faire ? Constater que ceux qui croient crédible d’appeler à une table ronde sans un rapport de force et un appui international se trompent ? Peut-être, mais au fond, le peuple togolais n’y gagne rien. Pire, c’est peut-être toutes ces bonnes volontés qui s’activent souvent à la veille des élections organisées dans des conditions exemplaires de non-transparence qui sont le danger pour le Peuple togolais. En effet, apparemment, chacun refuse d’organiser l’unité à la sortie de la précédente fraude électorale et s’active pour éviter de voir le sang couler alors que l’un des protagonistes n’a rien changé de sa stratégie pour usurper le pouvoir par la contrevérité des urnes. Les acteurs qui s’activent pour trouver un dialogue minimum avant les élections législatives du 21 juillet 2013, espérant obtenir un report des élections, devraient faire leur mea culpa du silence coupable qui les a animés depuis les dernières élections frauduleuses au Togo. En fait, tout se passe comme s’il était préférable d’avoir un régime de la contre-vérité des urnes institutionnalisé par Faure Gnassingbé et son réseau clientéliste élargi à l’Union des Forces du Changement de Gilchrist Olympio, plutôt que d’opter pour une alternance claire qui viendrait limiter, sinon éradiquer, l’impunité, la fraude électorale et la fausse légitimité des dirigeants togolais actuels.

<b>3. FAUT-IL REPOUSSER LES ÉLECTIONS LEGISLATIVES DU 21 JUILLET 2013 À PLUS TARD ?</b>
Que peuvent être les conditions d’apaisement lorsque l’on ne dispose d’aucun rapport de force ? Que chacun des spécialistes de la tautologie – une lapalissade aurait dit un puriste de la langue française – qui définit avec pertinence le fait de répéter ad aeternam la même proposition de paix, de dialogue et autre volonté de consensus minimaliste dont la conclusion énonce un résultat déjà contenu dans la proposition de départ, à savoir que Faure Gnassingbé est sourd à tout sauf à la pression internationale, et donc à la force internationale. Ce n’est donc pas un coup d’Etat qu’il faut au Togo car les hommes changent, mais le système perdure.

C’est une prise de conscience collective de la communauté internationale, notamment des Etats-Unis, de l’union européenne, de la France et de l’Allemagne en particulier, mais aussi des dirigeants africains, membres du syndicat des chefs d’Etats qui défendent le statu quo, que le temps de l’autodétermination des peuples ne passe plus par la contre-vérité des urnes, même électronique comme cela se prépare activement au Togo. Ce sont les amendements successifs à la Constitution togolaise de 1992, apportés unilatéralement par la force, successivement par le Père et le Fils Gnassingbé, qui empêchent de trouver les conditions d’apaisement politique. Mais, au fond, si l’on y réfléchit bien, c’est peut-être tout simplement Faure Gnassingbé lui-même qui empêche de trouver les conditions d’apaisement politique au Togo. Rappelons que cette Constitution fut obtenue de manière consensuelle grâce à un gouvernement de consensus et pendant une période de transition qui n’a pu aller à son terme.

Que faire ? Un coup d’Etat ? La Constitution togolaise le proscrit même si les exemples du Niger et maintenant de l’Egypte permettent de croire que les Coups d’Etat qui viennent soutenir une lutte populaire, peuvent constituer un moyen de sortie d’une crise entre les dirigeants et le peuple. Mais quand le Président français François Hollande affirme en Tunisie le 5 juillet 2013 que c’est un échec qu’un Président élu démocratiquement soit déposé par l’armée et que c’est aussi un échec quand une grande majorité de la population demande le départ d’un Président, il faisait allusion à l’Egypte. Mais le Président français oublie qu’il y a eu des fraudes massives en Egypte en zone rurale malgré la proclamation des résultats et l’acceptation par la communauté internationale. Ce sont ces fraudes massives, quand il ne s’agit pas tout simplement d’inversion des résultats, qui constituent la contre-vérité des urnes au Togo. L’alignement de la France et de l’Union européenne sur des résultats promouvant la contrevérité des urnes ne peuvent que conduire à l’impasse politique togolaise actuelle. Ce n’est pas pour cela qu’il faut exonérer les partis politiques d’opposition de leur impossible unité ; unité tant souhaitée par le peuple togolais. Mais si l’armée décide enfin d’accompagner le Peuple togolais et de se ranger du côté des citoyens démocrates, alors oui, le changement vital s’opèrera au Togo.

Mais le Président François Hollande devrait plus s’interroger sur le rôle trouble des observateurs internationaux et plus particulièrement occidentaux dans la validation d’élections fondées sur la contrevérité des urnes dès lors que cela arrange les intérêts des pays occidentaux. Ainsi au Togo, le changement radical dépend de l’armée togolaise, mais aussi et surtout de la position des pays occidentaux, notamment la France et l’Union européenne au cours de la période post-électorale au Togo. Se confondre en excuse ou simplement avaliser la contrevérité des urnes comme les Etats-Unis de Barack Obama se sont contentés de valider ex-post parce que les nombreux affairistes américains avaient des intérêts plus importants que la démocratie et la vérité des urnes, pose problème sur le jeu politique et les alliés politiques des occidentaux à la tête des Etats africains.

Après autant de sacrifices du peuple togolais, face à l’entêtement de Faure Gnassingbé et de Gilchrist Olympio et leurs clientèles de construire une démocratie fondée sur la vérité des urnes qui permet la représentation effective des populations togolaises, il faut croire que le seul problème du Togo est la présence de Faure Gnassingbé et son système qui bafoue délibérément les intérêts du peuple togolais dans sa très grande majorité. S’il faut y rajouter les Togolais et Togolaises de la Diaspora que Faure Gnassingbé a refusé catégoriquement de recenser et d’autoriser à voter, la marge de manœuvre de Faure Gnassingbé pour gagner les élections législatives du 21 juillet 2013 reste très mince, s’il ne prend pas appui sur une fraude électorale massive et/ou électronique. Alors, oui un dialogue avant le 21 juillet 2013 qui ne déboucherait :

- Ni sur un report d’au moins six mois des élections législatives ;
- Ni sur une mise à plat des nombreux points de violation des conditions de transparence dans l’organisation d’élections libres, sécurisées et reflétant la vérité des urnes au Togo,
resterait un faux dialogue exclusivement destiné à endormir le peuple togolais. C’est une forme nouvelle d’hypnose d’organisation des rapports de force populaire. A ce jeu, certains doivent commencer à mesurer le degré de leur responsabilité.

<b>4. FAURE GNASSINGBÉ POURRAIT-IL SE RETROUVER A LA PRISON CIVILE DE LOMÉ BIENTÔT?</b>
Comme Faure Gnassingbé refuse de libérer les nombreux prisonniers politiques innocents togolais et s’entête en continuant à remplir inutilement les prisons togolaises, les citoyens togolais mais aussi les pouvoirs d’influence de la communauté internationale doivent répondre à au moins trois questions à savoir :

- Faure Gnassingbé est-il celui qui empêche la démocratie togolaise d’émerger ?
- Le départ volontaire de Faure Gnassingbé pourrait-il permettre un début de solution pacifique de la crise politique togolaise et mettre un terme à la contrevérité des urnes ?
- Faure Gnassingbé pourrait-il se retrouver dans la prison civile de Lomé à l’instar de ce qu’il fait subir à des innocents actuellement (voir photos), si la communauté internationale et l’ONU font pour une fois preuve d’objectivité en observant et en refusant la contrevérité des urnes au lieu d’appuyer la « vérité » selon Faure Gnassingbé ?

C’est déjà l’enfer dans les prisons togolaises. Mais en pleine saison des pluies, les conditions de vie, la promiscuité, les conditions d’hygiène, la volonté d’humiliation permanente des prisonniers, surtout les politiques, l’absence de nourriture et de soins effectifs, le refus de désinfecter les cellules ou s’entassent entre 75 et 110 personnes, l’obligation de maintenir éveillés et souvent debout certains prisonniers politiques, du fait même du nombre impressionnant que Faure Gnassingbé force à tenir dans une cellule de moins de 25 m2 parfois sans toilettes… tout ceci pose problème. Mais ce qui est indécent provient de la tolérance de Faure Gnassingbé envers certains militaires qui sont autorisés à vendre de l’alcool, de la drogue et d’autres produits hallucinogènes ou ésotériques pour arrondir leurs fins du mois. Ces militaires font du chantage direct sur les familles allant jusqu’au droit de cuissage sur les sœurs, mères, tantes, voire grand-mère de certains prisonniers.

Au mois de mai 2013, juste après une pluie dite ‘normale’ en début de saison des pluies, la cour principale de la prison civile de Lomé ressemble à un espace inondé avec près de 2176 prisonniers dont plus de 90 % sont sans jugement. Ils sont en prison le plus souvent sans accusation formelle, voire lorsque celle-ci n’est pas carrément entachée de vices de formes et de procédures.

Dénoncer les brutalités et sévices quotidiens subis pour rien par les prisonniers, permet de relever le degré de sadisme et d’inhumanité, institutionnalisé et toléré par Faure Gnassingbé. Les êtres humains innocents enfermés dans les prisons togolaises valent-ils moins que les animaux que Dieu a créés libres et qui mangent et circulent librement ? Pour stopper les privations récurrentes et autres brutalités et sévices y compris les viols homosexuels punitifs, certains prisonniers cèdent et tentent de servir de ‘taupes’ et ‘d’indicateurs’ pour le système de Faure Gnassingbé. Des trahisons qui se payent cher pour certains.

Alors, le silence coupable de ceux qui veulent absolument croire qu’un dialogue minimaliste avant les élections du 21 juillet 2013 permettra de mettre fin à des injustices institutionnalisées, se trompent sur la nature et les fondements du système de Faure Gnassingbé. Ils sont invités à visiter les prisons togolaises et à défaut de s’imaginer passer quelques jours dans cette prison alors qu’ils et elles sont innocents (voir les photos).

<img src="http://www.icilome.com/logocontributionx/758167/758167_1.jpg">

<b>5. RECOMMANDATIONS DU CVU-TOGO-DIASPORA</b>
Le CVU-TOGO-DIASPORA demande donc :

Aux représentants actuels de l’Etat togolais qui ne se réclament pas de la Voyoucratie institutionnalisée au Togo, qui au demeurant est en voie d’élargissement via les cercles d’initiés, l’abus du pouvoir, l’achat des consciences et la servitude vis-à-vis d’intérêts privés étrangers de:

- libérer toutes les personnes innocentes identifiées par la Cour de Justice de la CEDEAO ;
- libérer sans exception tous les prisonniers politiques des prisons du Togo et ainsi permettre à ceux qui sont candidats aux élections législatives d’entamer leur campagne électorale dans des conditions de sécurisation totale ;

Au peuple togolais, de ne pas se laisser endormir, voire être hypnotisé, par des voix togolaises qui ont pour la plupart contribué directement et activement ou indirectement et passivement au maintien du système de Faure Gnassingbé en empêchant l’organisation de réseaux de contre-pouvoirs effectifs qui permettraient aux citoyens togolais d’opter pour une alternance que la Communauté internationale pourrait soutenir en :

- restant vigilant et en préparant activement l’après élection législative du 21 juillet 2013 en s’organisant pour récolter le maximum de preuves de la contrevérité des urnes ;
- soutenant la Diaspora togolaise indépendante comme le Conseil Mondial de la Diaspora togolaise qui lancera en toute discrétion une opération de vérification de plusieurs bureaux de vote sur l’ensemble du territoire afin de fournir un communiqué crédible et indépendant au Peuple togolais et à la Communauté internationale ;
- en invitant l’armée togolaise à redevenir l’amie du Peuple togolais en contribuant à son mieux-être, ce qui pourrait permettre de pardonner ses turpitudes anti-démocratiques au Togo.
6 juillet 2013.

Dr Yves Ekoué AMAÏZO

Coordonnateur Général

-----------------

Notes:

1. Amaïzo, Y. E. et Fabregat, F. (2013). Élections législatives du 21 juillet 2013 au Togo : le souk électoral « organisé » ou la vérité des urnes ? In CVU-TOGO-DIASPORA.ORG. 26 Juin 2013. Accédé le 5 juillet 2013, voir http://cvu-togo-diaspora.org/2013/06/26/elections-legislatives-du-21-juillet-2013-au-togo-le-souk-electoral-organise-ou-la-verite-des-urnes/9156 ↩

2. Aghu (2013). ‘Togo : Kpatcha Gnassingbé, nouveau désaveu pour la justice togolaise à Abuja’. In Koaci.com. 4 juillet. Accédé le 5 juillet 2013, voir http://koaci.com/articles-83560 ↩

3. SADD et GRAD (2013). ‘Togo : Proposition du GRAD pour une sortie de la crise togolaise’. In Le Togolais.com. 4 juillet 2013. Accédé le 5 juillet 2013, voir http://www.letogolais.com/article.html?nid=7656 ↩





   | Poster un nouveau message | Répondre au message

Veuillez saisir votre message et cliquez sur Envoyer

Enregistrez votre pseudo en cliquant ici
Nom / Pseudo :   Vous devez avoir un pseudo enregistré
Mot de passe :  
>Mot de passe oublié?
Adresse E-Mail :  (facultative)
Titre du message:  
Message:  
Source / Ref.:  (facultative)
   Si vous empruntez des textes d'autrui pour étailler vos arguments, vous êtes tenus de mentionner la source
Expression :         
      
   Veuillez saisir le numéro de controle ci-dessous dans l'espace texte à droite  
Controle:
     
 

(Cliquez une seule fois!)

Les règles du forum
  • Vous n'écrirez pas des propos grossiers ou vulgaires ! des propos relevant de la diffamation et de l'injure, ceux incitant les mineurs à commettre des actes illicites
    ou dangereux;
  • Vous serez courtois envers les autres présents sur les forums;
  • Vous ne tiendrez point de propos racistes, fascistes, homophobes, diffamatoires
    ou incitation à la discrimination, à la prostitution et à la violence.
  • Vous ne tiendrez point de procès à propos d'autres intervenants du forum.
En publiant votre message dans les forums de discussion, vous acceptez que iciLome.com le diffuse, le modifie, le supprime ou le déplace sans explication de sa part
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | www.voirbonfilm.com |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle ! | credit consommation avec moncredit.org .