Le portail togolais par excellence !   Boutique  |  Immobilier  |  Séduction  |  Annonces  |  Publicité   

Proposer un site
 Rechercher   dans
Web togolais   Nouvelles   Annuaire téléphonique  
Home Contributions
Forums
Rencontre
Annonces
Annuaire
Videos
Togo
IMMOBILIER



   | Poster un nouveau message | Répondre au message
Titre Auteur Date
Société Civile en Afrique : la nouvelle arme de déstabilisation  Jules_NPANGO
[Répondre]
7/1/2017
12:40:44 PM
Le microcosme politique de l'opposition poursuit tranquillement le cours de son agitation stérile au Togo malgré l'évidence sensible de l'essoufflement de ses forces depuis le dernier cycle de lourdes défaites aux élections.

La nature a horreur du vide et l'épuisement de l'opposition togolaise
a donné un certain tonus à une société civile naissante dans le pays, mais il est d'ores et déjà à craindre que dans ses méthodes et ses évolutions,
la nouvelle société civile porte en elle les stigmates qui lui prédisent le même sort que celui que donne aujourd'hui la triste image de l'opposition inconsistante et divisée de ce pays. C'est dans ce marasme que la politique nationale avance vers des voeux de réformes sensées aboutir à une alternance abondamment souhaitée par l'opposition désespérée et désespérante. Ces reformes à tout prix espérées, sont véhiculées par des promesses d'organisations irresponsables appelant au changement violent, fusse au prix de provoquer des morts et du risque d'un embrasement du front social avec les conséquences que chacun peut aisément imaginer pour notre pays.

Au-delà de ses plaidoyers larmoyants auprès des pouvoirs publics pour améliorer le quotidien et ouvrir l'esprit des citoyens sur un certain nombre de concepts, la société civile se manifeste dans nos pays par l'apparition d'acteurs politiques d'un genre nouveau qui semblent uniquement se servir de l'appellation pour justifier la pratique d'un mercenariat exercé à des fins politiques de déstabilisation et de pénétration insidieuse du corps social en vue de fomenter trouble et sédition entre les citoyens.

Hétéroclites au départ, les mouvements de la société civile évoluent peu à peu vers des regroupements par obédiences, pour finir aujourd'hui dans des alliances contre nature aux fins assez inquiétantes.

La chasse aux financements - plus ou moins clairs et devant sans doute être plus strictement vérifiés - reste hélas la principale caractéristique de l'action des représentants de la société civile sur notre continent, transformés en cupides chasseurs de primes et en mendiants auprès d'organisations de financement occidentales plus ou moins bien intentionnées.

Il est loisible à ce sujet de s'interroger sur l'intérêt réel des bailleurs à financer de tels mouvements, au regard des malhonnêtetés et détournements constatés et de l'indigence intellectuelle de leurs acteurs, dont la vénalité n'a d'égale que l'incompétence et la soumission aux étrangers auxquels ils tendent sans honte aucune, leur sébile en gage de soumission renouvelée.

Lesdits bailleurs siègent pour la plupart dans un monde où le pouvoir économique repose avant tout sur les principes d'influence et de contrôle du monde à travers leurs réseaux. C'est bien en cela que le financement de ces mouvements de la société civile africaine apparaît d'ailleurs comme un vecteur d'influence et de perpétuation de l'aliénation de l'homme africain selon un schéma ô combien connu : financements, aide de techniciens étrangers, prise de contrôle des esprits et des organisations et de leur gouvernance, puis rapidement demande de résultats conformes quant à la réalisation des objectifs et missions à eux assignées sous peine de sanctions et de suspension desdits financements...

Lesdites activités, une fois la dépendance financière et intellectuelle établie, finissent rapidement par enrôler les récipiendaires de subsides dans des scénarios de subversion douce, que d'aucuns appellent l'exercice du soft power, et qui décrit une action extérieure lente mais parfaitement maîtrisée et structurée, exigeant des acteurs de la société civile, ainsi rendus dépendants, de conduire dans leurs propres pays les actions à eux dictées depuis l'étranger au nom d'un progrès jamais défini et pour des objectifs qui le sont encore moins !

Par-delà les actions caritatives et les initiatives à caractère humanitaire qui sont l'oeuvre d'organisations religieuses à vocation sans doute altruiste, animées de la volonté d'oeuvrer à la réduction des inégalités, d'universaliser les vertus de l'amour pour un monde plus juste et plus humain, se tiennent dans l'ombre tapis, des acteurs d'un autre genre beaucoup moins bien intentionnés qui surfent sur les actions de bienfaisance lorsqu'ils ne les détournent pas, pour servir des intérêts occultes et une influence qui mérite d'être analysée avec attention, tant ses finalités sont pernicieuses et dommageables pour l'équilibre de nos sociétés. Des officines spécialisées -identifiées par leurs financements et leurs activistes et envoyés spéciaux- tirent en douce les ficelles pour asseoir les bases de plans d' influence néfastes et renforcer par-là une capacité à perpétuer l'asservissement des peuples africains au nom de sombres projets d'assujettissement, pour consolider leur domination du monde et l'exploitation de l'homme et de la terre Africaine en leur faveur.

Il y a là de quoi faire douter les démocrates sincères dans nos pays, ceux-là qui se battent au quotidien dans l'honneur et la loyauté patriotique dans les majorités et les oppositions.

L'analyse de l'exemple du Togo est révélatrice ; les activités menées par les six principales organisations de la société civile sont très parlantes. GRAD, SADD, SYNPHOT, lCEJP, ACAT-TOGO et ATDPDH, ont été, pour certaines créées, pour d'autres soutenues et financées par le CCFD et la FIACAT depuis 2005 à ce jour. Les résultats de leurs travaux comme l'attestent les rapports aux sièges de ces deux organisations catholiques, ont certainement participé aux progrès dans l'organisation des élections et la transparence des scrutins qui se sont succédé entre 2005 et 2015 dans ce pays.

Malgré cela, et parallèlement à cette lecture altruiste et saine, une autre se dégage aussitôt, constituée de coups tordus fomentés par des individus, activistes interlopes, issus ou proches de ces organisations, dont les desseins vont à rebours de l'idéal de générosité qu'elles prônent.

On observe depuis quelques mois, que le groupe des six organisations de la société civile togolaise est en prise à de sombres querelles intestines du fait d'interférences externes nuisibles.

On relève en particulier à cet égard que, l'emprise exercée sur ce groupe par un certain Bruno Angsthelm, chargé de mission du CCFD-Terre Solidaire, devient telle que les responsables des organisations membres se demandent fortement aujourd'hui, si ce dernier n'est pas en train de les dévoyer de leur mission première pour emmener très loin l'action de leurs formations au service d'agendas qui ne sont pas les leurs, et sur lesquels ils n'ont plus aucune maîtrise, pour servir les objectifs d'une action subversive internationaliste qui leur échappent.

L'activiste blanc Bruno Angsthelm leur aurait ainsi récemment intimé d'ouvrir leur groupe à d'autres organisations pour parvenir rapidement à la création d'un grand Hub, sorte de creuset unifié d'organisations de la société civile au Togo, sous une coordination unique, la sienne, et confiée en façade a son bon et docile Pr David Dosseh.

Une telle démarche en apparence anodine ne susciterait aucune polémique si les positions extrêmes et le lourd passé de Bruno Angsthelm manipulateur professionnel connu pour ses liens avec le parti communiste Français ou ce qu'il en reste, et la fondation Gabriel Péri qui se pique encore de pensée révolutionnaire, et le rôle controversé qu'il a pu jouer dans la manipulation et l'instrumentalisation des organisations de la société civile à des fins politiques en Afrique, avec Survie, n'étaient aussi largement connus.

L'activiste Français en Afrique est parfaitement identifié et n'est pas à un paradoxe près ; il apparait sans gêne aucune comme le représentant d'une organisation catholique mais aussi ...comme agitateur trotskiste. Angsthelm a de fait déjà défrayé la chronique et fait ses armes de manipulateur professionnel ailleurs. Il est d'ailleurs actuellement actif au Tchad où il est bien identifié localement pour " piloter " les organisations de la société civile en vue de les conduire à renverser le régime du Président réélu Idriss Deby selon un scénario proche du scenario burkinabé.
Pierre Collet du cabinet GRIP dans sa note d'analyse récente sur la situation au Tchad du 04 août 2016 indique que : " D'après Bruno Angsthelm, chargé de mission Afrique au CCFD-Terre, il y aurait un débat au sein des OSC afin de déterminer s'il faut appeler à des manifestations dures pour qu'il y ait des morts et que cela provoque un emballement ".

Ces propos scandaleux ont été clairement analysés par les autorités Tchadiennes qui auraient déjà mis celui-ci en garde. Elles auraient interpellé récemment le CCFD quant aux finalités des agissements de Bruno Angsthelm et sur la mesure de leur soutien à son action.
Ces demandes d'éclaircissement n'auraient semble-t-il rencontré qu'un silence coupable à ce stade. Mais l'affaire n'en restera pas là.

Il est en effet choquant de voir impunis de tels propos irresponsables dans la bouche du représentant d'une organisation catholique respectable en terre d'Islam ! L'apologie de la violence et l'appel à " faire des morts " dans on ne sait quel inavouable dessein ne peuvent rester impunis, et pourtant le silence règne, nulle condamnation, nulle réaction officielle de l'organisation n'est venue sanctionner de tels coupables propos !
Et Il y a bien là de quoi s'interroger sur l'autorité réelle sur ses représentants, de l'organisation charitable et sur sa gouvernance ...ou sur les visées de son action en Afrique. Il n'est pas sûr que les hautes instances de Rome cautionnent de telles menées subversives ?

Les manipulations du groupe des six par Bruno Angsthelm au Togo soulèvent actuellement un problème réel de cohérence interne au sein de ces organisations indépendantes.

Malgré la synergie des travaux instaurée au sein du groupe, chaque organisation membre dispose en théorie de son indépendance et de son autonomie de gestion : or la verticalité caporaliste que leur impose Angsthelm conduit à irrémédiablement priver les autres responsables de leurs prérogatives, et à faire du Pr David Dosseh le seul et unique décideur - en façade - sur l'ensemble des financements. C'est d'ailleurs bien là que réside le problème de la soumission et de la perte d'autonomie de décision recherchés par Angsthelm qui compte bien forcer la main à ses " amis " en vue d'opérer son coup de force, pariant sur le fait que les autres organisations du groupe des six ne sauraient faire marche arrière, au regard du chemin déjà accompli dans le sens de l'union des forces.

A l'occasion de la première édition des Universités Sociales du Togo (UST), un regroupement d'une vingtaine d'organisations de la société civile s'est opéré par cooptation, sur la base d'affinités imprécises. Le principe de ce regroupement de l'action citoyenne tel que piloté par Angsthelm, constitue, à l'image de l'action de subversion qu'il conduit au Tchad, une manipulation politique active conduite au profit de commanditaires troubles - mais qui commencent désormais à être mieux cernés au niveau Africain - en vue de poser un terrain, une plateforme de sédition organisée selon les schémas de subversion de l'agitateur professionnel Catho/trotskiste.

On retrouve néanmoins toujours et encore en façade le naïf et soumis Pr David Dosseh, ex coordonnateur du SYNPHOT totalement instrumentalisé et passif.

La première édition des UST, a également donné lieu à l'apparition dans le décor local d'une nouvelle jeune femme originaire de France, qui tout sourire, s'occupera d'évangéliser les gentils journalistes invités pour la couverture de l'évènement. La jeune Jérômine Chaumard, " stagiaire " également au CCFD, a été dépêchée au Togo comme assistante
d'Yves Dossou, coordonnateur de la SADD. Le décor est ainsi planté et Bruno Angsthelm peut se frotter les mains d'avoir ainsi réussi à " encadrer " le sieur Dossou le privant de toute autonomie ou marge de manoeuvre.

La jeune Jérômine Chaumard a moins d'expérience mais elle a d'autres talents. Elle étend très rapidement son champ d'action de la prise des commandes de la SADD à celle des UST. Dossou s'aperçoit trop tard de la machination et comprend que la pénétration dont il a été l'objet a en réalité conduit à le " débrancher " sèchement mais habilement de la coordination de la SADD pour le reléguer au rang de l'un des frondeurs du groupe des six pourtant noyau dur initial des UST.

Ça grogne très dur au sein du groupe des six mais personne n'ose contester ouvertement le contrôle qu'incarne -seulement en façade- le bon Pr David Dosseh désormais relégué au rang de marionnette entre les mains du petit frère et de la petite soeur blancs qui le manipulent à leur guise dans un jeu dont il n'est incontestablement plus le maître.

Encore excitée par son relatif succès aux UST, Jérômine Chaumard ne veut pas s'arrêter en si bon chemin. Elle monte alors avec ses mentors le plan d'associer les UST à d'autres organisations de la région dans l'objectif de porter plus loin le message de la révolte civile aux autres peuples Africains. Elle concocte un projet de diffusion de son plan de contagion et le présente, comme devant devenir le sien à Dosseh, en prenant soin de lui expliquer qu'il doit porter comme siennes les exigences de leur parrain,
et distiller sagement la partition qui doit dès lors être la sienne dans ce schéma .

Le bon et docile Dosseh ayant perdu toute lucidité depuis qu'il est sous les charmes agissants de la jeune dame, ne sait plus dire " non " à aucun de ses désirs, qui sont pour lui des ordres ! Sa mission est dès lors d'agir pour rassembler selon les instructions, le plus grand nombre d'organisations de la société civile en vue de les conduire à cet évènement. Les UST étant déjà constituées, il y émet et présente l'idée comme la sienne. Il se trouve néanmoins confronté à la réticence inattendue de certaines organisations qui ont compris d'où venait la manoeuvre et quel en était l'objectif.

Celui-ci est instruit d'insister et arrive au final à arracher un accord de principe des associations non encore initiées avec le concours de la SADD.
C'est donc avec celles-ci seulement qu'est envisagé désormais le projet de " retrouvailles de la société civile africaine " à Lomé, point de lancement programmé du déroulement du plan " extension de la lutte au Togo " conçu à l'image de l'action en cours pour tenter la déstabilisation - en vain- du Tchad au moyen de manifestations et de violences censées provoquer des morts et l'embrasement de la population aux fins d'un renversement du Président Déby nouvellement réélu, par la rue, la sédition et le chaos.

Depuis des mois, les UST sous l'emprise des activistes professionnels blancs multiplient réunions, rencontres et séminaires pour tenter de cristalliser l'action des différents acteurs des organisations membres.

En bon exécutant soumis et docile, Dosseh sait joindre l'utile à l'agréable. Son accolement intime avec la petite Jérômine lui donne une énergie nouvelle qu'il met à profit pour éloigner les jeunes lorgneurs. Roméo et Juliette baignent dans l'euphorie de leur idylle et n'ont cure de se cacher ou de laisser des traces. C'est alors qu'yves Dossou découvre un peu tard qu'il s'est fait doubler les cornes. Blessé, il fulmine, grince des dents, mais assiste totalement impuissant à la liaison entre son assistante et son associé.
S'il se rebiffe, sa réaction peut être interprétée comme une remise en cause du plan de son maitre Angsthelm et risque dès lors de lui coûter
l'interruption du peu de financement qui lui échoit. D'autres membres du groupe font la même découverte mais font également profil bas pour les mêmes serviles raisons...et éviter ainsi l'assèchement des subsides par lesquels ils sont tenus.

C'est dans ce climat empesté et délétère que va se tenir à Lomé le sommet citoyen sur le protocole de bonne gouvernance de la CEDEAO.
Sommet dont Angsthelm espère dit-on, l'élan d'un tsunami. Formons le voeu qu'il n'ira pas comme au Tchad, aller jusqu'à oser ici " appeler à des manifestations dures pour qu'il y ait des morts et que cela provoque un emballement " tant le code pénal Togolais est sévère à cet égard.

Souhaitons donc bon vent aux UST chez nous et appelons les invités de ce beau pays au respect de cette terre de paix ... pour qu'elle puisse les respecter aussi. Invitons également nos chers représentants Togolais de la société civile à bien méditer la phrase d'Antoine de Saint-Exupéry :
" La déception ne vient jamais des autres, elle n'est que le reflet de nos propres erreurs de jugement " et j'ajouterai de nos propres lâchetés.
http://www.lexpress.fr/actualite/societe-civile





   | Poster un nouveau message | Répondre au message

Veuillez saisir votre message et cliquez sur Envoyer

Enregistrez votre pseudo en cliquant ici
Nom / Pseudo :   Vous devez avoir un pseudo enregistré
Mot de passe :  
>Mot de passe oublié?
Adresse E-Mail :  (facultative)
Titre du message:  
Message:  
Source / Ref.:  (facultative)
   Si vous empruntez des textes d'autrui pour étailler vos arguments, vous êtes tenus de mentionner la source
Expression :         
      
   Veuillez saisir le numéro de controle ci-dessous dans l'espace texte à droite  
Controle:
     
 

(Cliquez une seule fois!)

Les règles du forum
  • Vous n'écrirez pas des propos grossiers ou vulgaires ! des propos relevant de la diffamation et de l'injure, ceux incitant les mineurs à commettre des actes illicites
    ou dangereux;
  • Vous serez courtois envers les autres présents sur les forums;
  • Vous ne tiendrez point de propos racistes, fascistes, homophobes, diffamatoires
    ou incitation à la discrimination, à la prostitution et à la violence.
  • Vous ne tiendrez point de procès à propos d'autres intervenants du forum.
En publiant votre message dans les forums de discussion, vous acceptez que iciLome.com le diffuse, le modifie, le supprime ou le déplace sans explication de sa part
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | www.voirbonfilm.com |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle ! | credit consommation avec moncredit.org .