5:16:57 AM Mardi, 21 Février 2017 |  Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
LEADER A L'ECOUTE Recoit du 20 au 30 Novembre 2016.
Prof. Moustafa Mijiyawa
Thème : Santé et politique sociale
LES QUESTIONS DES INTERNAUTES SONT PUBLIEES
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

LEADER A L'ECOUTE

Les émissions précédentes
   
.

--
Me Dodji Apévon

Parlementaire; president du CAR

Me Apevon du CAR - l'avenir des réformes politiques
Invité du : Du 10 au 31 Mai 2015
Thème de discussion : l'avenir des réformes politiques.

1
Par Moderateur : Albert Kate
  10 Mai 2015



Me George Lawson a déclaré: 'nous sommes pour les réformes, nous sommes pour leur accélération avant les élections présidentielles.... '

A/ comment l'opposition comptait elle accélérer sans conceder rapidement avant les élections ?


parlant de l'octroi d'un quitus à Faure pour être candidat en 2015 ou, un compromis comme l'exprime la position médiane du car et de l'addi permettantà Faure de se présenter pour un 3eme mandat, comme lui autorise la constitution, George Lawson déclare: 'si nous gagnons quelque chose, si l'ANC a un gain politique en échange de cela nous en discuterons...

B/ parlez-nous des gains politiques d'un parti politique dans les négociations concernant les réformes constitutionnelles et institutionnelles du peuple togolais.

C/ Quel est l'avenir des réformes politiques, constitutionnelles et institutionnelles ` que le peuple togolais, la communauté internationale, la société civile y compris la diaspora, la classe politique en général attendent de tout vœu et dites nous s'il y a un autre problème tapis dans l'ombre qui prend en otage l'aboutissement des négociations.

Téléchargez le document de l'accord APG du 20 aout 2006

Je voudrais avant toute chose présenter mes excuses à tous nos compatriotes et à tous les internautes qui attendent mes réponses depuis un moment.Ce retard n'est nullement du mépris à leur égard. Il résulte de la lassitude générale qui a gagné aujourd'hui tous les Togolais et leur colère d'avoir raté encore une fois une réelle occasion de provoquer le changement, d'aller à l'alternance.

Ils ont raison d'être furieux du spectacle hideux que l'opposition a offert au monde à l'occasion du dernier scrutin présidentiel et ceci par l'égoïsme exacerbé de certains responsables politiques qui sont restés volontairement sourds aux appels à la raison lancés de toutes parts et plus spécialement par le CAR pour arrêter la dérive et éviter le chaos.

Les résultats de la dernière élection présidentielle qui plongent actuellement le peuple togolais dans un désarroi profond étaient prévisibles. D'ailleurs, nos concitoyens l'ont compris très tôt et c'est pourquoi ils ont fait savoir à juste titre sur l'ensemble du territoire national que sans les réformes, les résultats du scrutin sont connus d'avance et qu'il ne valait pas la peine d'y prendre part.

Leurs préoccupations ont été confirmées par les faits. Il aurait fallu les écouter. En effet, si l'opposition était soudée pour obtenir les réformes, notamment les deux tours de scrutin, la limitation du mandat et la recomposition de la Cour Constitutionnelle, nul doute que l'alternance serait à portée de main.

Comment en est-on arrivé là ?

Il convient de préciser que depuis le début du processus démocratique jusqu'à ce jour, notre pays le Togo est pris en otage par deux courants politiques qui le malmènent à leur guise :

- il y a d'un côté le régime d'inspiration monarchiste qui a confisqué depuis près d'un demi-siècle les richesses nationales, les emplois publics, les marchés publics, les institutions et autres instruments de l'Etat et s'en sert pour asservir nos populations par l'achat de leur conscience dans le seul but de conserver le pouvoir en empêchant l'alternance.

- il y a de l'autre le courant politique d'inspiration marxiste basé sur le fanatisme, le dénigrement, le mensonge, l'intimidation par la violence verbale, les promesses et les défis non tenus à répétition, le refus du dialogue et autres pratiques par lesquelles ces forces obscures exploitent allègrement les instincts et l'ignorance des masses populaires.

Par leurs comportements et prises de position vis-à-vis des réformes indispensables à opérer pour libérer l'avenir et redonner de l'espoir à nos concitoyens, ces deux courants sont devenus des alliés objectifs pour le maintien du statu quo.

Le blocage intervenu à la commission des lois à l'occasion des discussions de la proposition de modification de certaines dispositions de la Constitution introduite par l'opposition parlementaire à l'initiative du CAR et de l'ADDI en est un exemple patent.

Il n'est pas superflu de rappeler que pour obtenir le large consensus préconisé par l'Accord Politique Global pour la réalisation des réformes, il y a nécessité de dialoguer, il y a nécessité de rechercher un compromis, ce qui suppose l'assouplissement des positions initialement exprimées par chacun des protagonistes en un moment donné des discussions.

Il n'est pas non plus inutile de souligner que parmi les dispositions de la Constitution dont la révision est demandée, c'est celle relative à la limitation du mandat présidentiel qui suscite plus de polémique.

Il convient de rappeler qu'en juin 2014, au cours des négociations pour le vote du projet de loi introduit par le gouvernement en la matière, la majorité UNIR avait posé comme condition pour s'associer au vote du texte, l'acceptation par l'opposition d'une disposition transitoire qui préciserait que la limitation du mandat ne sera pas applicable à l'élection en préparation.

Ce qui signifiait clairement qu'elle ne prévoyait pour le Président en exercice que la possibilité de se présenter une seule et dernière fois à l'élection présidentielle de 2015.

Le refus à l'époque de l'ANC d'accepter cette disposition transitoire a fait échouer les discussions et le projet a été rejeté par la majorité parlementaire.

C'est après ce premier échec que le CAR et l'ADDI ont pris l'initiative d'une proposition de loi sur les réformes constitutionnelles.

A l'occasion des discussions sur cette proposition de loi, la majorité UNIR a fait de la surenchère en exigeant la possibilité pour le Président sortant de se représenter deux fois à l'élection présidentielle.

Son allié objectif, l'ANC, a, de son côté, exigé que la proposition de loi soit votée en l'état, c'est-à-dire sans y toucher une virgule, et laisser la Cour Constitutionnelle l'interpréter à l'occasion du dépôt des candidatures.

Or, tout le monde sait que de part sa composition actuelle, la Cour Constitutionnelle ne fera pas une interprétation différente de ce que souhaite le parti au pouvoir.

En réalité, le problème juridique qui s'était posé était de déterminer sans passion la date de prise d'effet de la réforme à opérer.

A ce sujet, la position exprimée par le CAR lors des discussions est la reprise d'une analyse juridique proposée par son Président d'honneur et qui se résume comme suit :

''La non rétroactivité ne s'applique qu'à des situations révolues et il faut procéder à l'application par mandat. Dans cette optique, la non rétroactivité se conçoit pour le premier mandat que le Président Faure GNASSINGBE a exercé de 2005 à 2010. Elle ne peut en revanche s'appliquer au second mandat que le Président en exercice a débuté en 2010 et qui n'est pas révolu à ce jour.

Ce point de vue n'est pas un compromis à concéder par l'opposition mais la réponse qui s'impose au regard du droit''.

Depuis qu'il s'était exprimé ainsi pour apporter son éclairage juridique à ses concitoyens, il a fait l'objet d'attaques et d'insultes gratuites.

Et depuis qu'il a repris cette proposition à l'Assemblée, des individus sans scrupule se sont répandus sur toute l'étendue du territoire et usant toutes sortes d'injures à l'endroit des responsables du CAR et de mensonges en direction de nos populations, ils ont pour fait croire à ces dernières que c'est le CAR qui veut donner un mandat au Président sortant.

Ce qui confirme que dans notre pays, certains, dans leur suffisance outrancière ne supportent pas la contradiction et dès que vous n'êtes pas en phase avec leur point de vue, vous êtes voué aux gémonies et ces éternels donneurs de leçons, par un raccourci de courte vue qui est devenu leur crédo, répandent partout que vous êtes acheté par le pouvoir.

Heureusement que nos compatriotes, longtemps abusés et victimes par ces genres de ragots ont fini par comprendre, au regard des derniers événements, que parmi ceux qui les font répandre, il y en a qui ne sont pas des modèles de probité. Ils ont de grosses poutres dans leurs yeux et croient voir des pailles dans ceux des autres.

En réalité, le refus de l'ANC et de l'UNIR d'adhérer à la solution préconisée par le CAR était de la pure manœuvre pour renvoyer les réformes aux calendres grecques pour des intérêts propres à chacun d'eux.

Les conséquences, nous les connaissons aujourd'hui.

Il est certes exact qu'un parti politique est créé avec l'ambition de prendre le pouvoir. Mais lorsque les partis ne participent pas à la création d'un cadre propice à des élections équitables, justes et transparentes, les ambitions des uns et des autres ne sont que des vœux pieux.

Le seul gain pour un parti politique au cours des négociations pour les réformes constitutionnelles et institutionnelles c'est la satisfaction d'avoir participé à la recherche du consensus indispensable pour ces réformes.

2
. Par minasseafi
  30 Mai 2015

Salut Maitre,Félicitations pour votre bataille de l'APG et les réformes. Maitre, les réformes doivent être introduites par le gouvernement. Les élections locales, présidentielles et législatives sont organisées par le ''gouvernement''. La CENI est soutenue par le gouvernement. La sécurité des urnes est assurée par le ministère de la sécurité = gouvernement. Les résultats transférés par le ministère des télécommunications = gouvernement. L'application des réformes après adoption est assurée par le même gouvernement.

a/ Comment pouvez vous vouloir les réformes sans le gouvernement ?

b/ Un citoyen Togolais qui veut comprendre l'essentiel, la valeur des réformes doit retenir quoi? Exemples des avantages des réformes s'il vous plait, sur le plan organisation des élections?

c/ Pouvez vous nous poster la copies de l'APG dans cette émission en annexe à Vos réponses?

Merci et faites l'effort d'approcher le Président de la République Faure et les autres réformistes et partis politiques au lieu qu'eux ils viennent vers vous pour aller vite. Votre sagesse mérite notre soutien

a) Le mal dont souffre de manière chronique notre pays est le manque de volonté politique. Sans une volonté réelle exprimée de part et d'autre pour faire les réformes, l'entrée dans un gouvernement n'y changera rien.

Il peut arriver, comme ce fut le cas en 2006, qu'à l'issue d'un dialogue, les parties prenantes décident de mettre en place un gouvernement d'union nationale.

Mais lorsqu'après une élection à problèmes comme celui qu'on vient de connaître on vous sollicite à entrer dans un gouvernement, il faut savoir ce que vous y aller faire, vous devez vous demander quel changement votre participation apportera à la situation.

b) Les réformes sont l'ensemble des règles sur lesquelles la classe politique d'un pays doit s'entendre pour l'ancrage de la démocratie. Ces règles sont à la fois d'ordre politique et économique. Les réformes doivent conduire donc à la mise en place d'institutions fortes et crédibles sur lesquelles aucun camp politique ne doit avoir d'emprise comme ce que nous constatons malheureusement chez nous.

c) En réponse à votre demande, j'ai joint une copie scannée de l'Accord Politique Global

d) Après le désastre et le désespoir provoqués par le dernier scrutin présidentiel, le CAR reprend progressivement contact avec tous ceux qui croient au dialogue franc et sincère pour faire aboutir les réformes.

3
. Par .
  30 Mai 2015

Saluf Mr le Président du car,Hier, Faure voulait un nouveau mandat, Fabre a dit niet et Faure a maintenant.son nouveau mandat.

Faure voulait avant hier 1 tour et Fabre a dit non, Faure a eu 1 tour quand même accompagné de Fabre.

Encore avant hier, Faure on nous disait que ces 2 choses (3em mandat et 1 tour) , étaient ce qui bloquait les réformes comme dans la vidéo de Anc, sauf que '' le gain politique'' qui serait '' le profit business'' voulu par Anc était moins entendu sur les medias.

Quand, je fais les comptes, Faure a déjà tout eu sauf l'ANC qui semble ne pas avoir perçu son gain politique

1/ je pense que ce dernier point (le gain politique de l'Anc) n'a plus sa raison d'être: vrai ou faux?

2/ quelles sont les nouvelles réclamations des uns et des autres maintenant que les points de discorde susmentionnés sont dans le passé?

Je voudrais d'abord préciser, comme je j'ai déjà fait dans mes réponses précédentes, que le parti UNIR aussi n'a montré aucune volonté réelle pour les réformes. C'est pourquoi il a pris comme prétexte le radicalisme de l'ANC pour rejeter le projet de loi que son propre gouvernement a soumis à l'Assemblée et la proposition de loi initiée par le CAR et l'ADDI. C'est pour cela que nous affirmons que les deux partis ont été des alliés objectifs pour rejeter les réformes aux calendes grecques.

1/ Je vous prie de vous reporter à la réponse que j'ai déjà donnée à la question concernant le gain politique qu'un parti politique peut rechercher au cours des négociations pour les réformes.

2/ Le minimum de réforme que la classe politique avait considéré comme indispensable pour l'organisation correcte du scrutin présidentiel de 2015 est relatif à la limitation à deux du nombre de mandat présidentiel, le mode de scrutin à deux tours, la réforme de la Cour Constitutionnelle, la recomposition des autres institutions impliquées dans les élections (la CENI, la HAAC)
Les discussions n'ayant pas abouti, ces points restent d'actualité et doivent être intégrés dans l'agenda des discussions futures.

4
. Par Agomayi
  30 Mai 2015

Salut Mr le Président du car,Si l'APG et les réformes font la promotion de la démocratie à travers l'instauration des 2 tours comme l'explique maître Lawson de l'ANC, pensez vous que l'ANC qui jouit du mythe hérité de l'UFC a intérêt à faire passer les réformes ?L'UFC dans le temps jouissait du mythe et n'avait pas soutenu les réformes sous Agboyibor, alors que ce sont les mêmes cadres qui se retrouvent dans l'ANC aujourd'hui, avez vous analysé si les réformes avantagent ou désavantagent un parti majoritaire déjà dans l'opposition ?

Nous les togolais de l'étranger, , ni député des togolais de l'extérieur, ni préfet alors que la mer en a un, ni ministère pour les 2 millions que nous sommes alors que les 4 millions au pays en ont 30 ministères.

Maitre Apevon, Que prévoyez-vous pour nous la diaspora dans vos projets de reformes? Quelle autorité défend ou défendra nos intérêts ?

Je viens d'expliquer plus haut que tout parti politique sérieux qui aspire au changement doit contribuer à l'amélioration du cadre des élections en recherchant le consensus avec les autres acteurs.

Les calculs mesquins entrainant des comportements incongrus et des stratégies sulfureuses que nous avons toujours observés de la part de certains acteurs politiques sont les conséquences de l'impasse dans lequel nous nous trouvons.

C'est pourquoi, ceux qui ont été les champions de ces comportements aujourd'hui décriés par tous doivent changer de méthode.

Vous avez parfaitement raison en faisant le constat que la diaspora n'est pas suffisamment prise en compte dans les stratégies d'avenir.

Faisons en sorte que sous les pressions conjuguées de tous, elle soit associée aux réformes que tous les Togolais appellent de leurs vœux afin que la situation que vous déplorez soit corrigée.

5
. Par Douniatogo
  30 Mai 2015

Mr Apevon, Vous méritez beaucoup de soutien pour avoir démontré votre intégrité dans la lutte pour les réformes.Ne vous découragez surtout pas car nous sommes nombreux et silencieux mais nos oreilles vous sont attentives.

Questions. Pourquoi nous les diasporas, nous ne sommes jamais invités à s'asseoir autour des tables de discussions ?

Je vous remercie infiniment pour les encouragements et les mots aimables à notre endroit. Cela nous donne la force de continuer et nous prouve qu'il y a des Togolais qui n'agissent pas uniquement par passion aveugle, mais prennent le temps d'analyser le comportement de chaque acteur politique.

Vous avez donc le devoir de partager autour de vous vos convictions pour élargir le champ des compatriotes qui pensent à raison que la politique spectacle doit laisser désormais la place à des réflexions sérieuses et profondes susceptibles de permettre à nos populations de sortir le pays de l'impasse politique qu'il traverse depuis des décennies en faisant un choix clair entre ceux qui le trompent et ceux lui disent la vérité.

6
. Par Vanlarea
  30 Mai 2015

Bonsoir Maître Apevon,L'APG signée par le CAR aussi dit bien noir sur blanc que ''le gouvernement d'union'' fera les propositions de lois qui seront introduites à l'Assemblée nationale à base d'un consensus.Vous Me Apevons venez de dire: ''Notre préoccupation au CAR, ce n'est pas d'entrer dans un gouvernement mais de proposer ce qui peut débloquer la situation du Togo''

je remarque que le Car rejoint l'Anc dans sa stratégie de boycott du gouvernement ce qui de facto créé beaucoup de difficultés et d'incohérence car : autant vouloir les réformes, mais aussi il faut vouloir mettre en place cette institution bien précisée et baptisée '' gouvernement d'union'' qui seul dans ce format a la mission de piloter les réformes.

Expliquez nous Comment sériez. Vous satisfaits dans l'opposition si un gouvernement sans le car et Anc fait tout ce travail sans vous et dites nous si le boycott du gouvernement est cohérent ou non aux recommandations de l'APG.

F/ Le CAR avait dit que Faure veut faire les reformes et Jean Kissi a dit que c'est l'ANC qui ne veut pas,
a/ comment pouvez nous convaincre que Faure va faire les reformes aujourd'hui surtout après ce qui vient de se passer au sommet d' Accra.
b/ Faure ou Unir seul peut faire les réformes ?

J'ai déjà abordé la question de participation au gouvernement dans mes réponses précédentes.

Je voudrais néanmoins ajouter que pendant longtemps, les maîtres du dénigrement ont réussi à dévaluer le concept en taxant tous ceux qui s'y sont essayés d'aller à la mangeoire.

La situation a été compliquée que le pouvoir lui-même qui n'a jamais cherché à considérer ceux qui acceptent de participer à un gouvernement comme de vrais partenaires mais plutôt comme des complices devant l'aider à pérenniser sa main mise sur le pays.

Les discussions politiques à venir doivent permettre d'engager une réflexion profonde sur le sujet.

J'ai déjà expliqué abondamment aussi que UNIR et son Président fondateur ne nous ont pas encore convaincus de leur disponibilité à faire des réformes profondes pour le pays.

L'appel de Jean KISSI était simplement d'amener l'ANC à adopter le comportement idoine qui permettait de mettre le Président au pied du mur pour juger de sa bonne foi vis-à-vis des réformes et éviter ainsi de lui fournir l'alibi pour se dérober.

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
Commparer pour le meilleur pret auto| | Comparatif vpn sur Meilleur vpn.net | | .
credit consommation avec moncredit.org | | Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle
Serrurier Paris 6| | .
Comparateur gratuit de rachat de credit sur rachat-credit-entre-particulier.com