Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 4:16:29 AM Mercredi, 24 Octobre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Eloi Koussawo du MO5 échappe à un assassinat en plein centre de Lomé

Eloi Koussawo
  [9/6/2008]  | Kiosque |Forum de la semaine. No 385 du 4 septrembre 2008 | Lu :14707 fois | Commenter
 






      
Le Coordinateur général du mouvement patriotique du 05 octobre (MO5), Eloi Koussawo a échappé à une tentative d’assassinat dans le quartier populaire de Kodjoviakpé, en pleine ville de Lomé la semaine dernière, a-t-on appris de sources proches de la Gendarmerie nationale de lomé.

E n effet, dans la nuit du lundi 25 au mardi 26 Août dernier aux environs de 01 heure, la Gendarmerie nationale a été informée d’une tentative d’assassinat qui visait M. Koussawo. Des éléments dépêchés sur les lieux ont recueilli des témoignages de ceux qui ont vécu la scène.

De ces témoignages, il ressort que dans cette nuit-là, un certain Marc, une ancienne connaissance du Coordinateur résident tout comme ce dernier à Bruxelles, l’appelle au téléphone pour une sortie récréative.

Eloi Koussawo s’est fait rejoindre à son hôtel situé à Kodjoviakpé et discutait de l’opportunité de cette sortie à la devanture quand une voiture sans plaque minéralogique surgit d’une ruelle avoisinante et stationna dans l’obscurité, à quelques dizaines de mètres de l’entrée de l’hôtel.

S’ensuit un jeu de phare entre le conducteur de la voiture (une Golf 3) et l’ami de M. Koussawo, toujours au volant de sa voiture stationnée. Quelques instants après, un individu sortit de la Golf et s’avançait vers M. Koussawo et son ami, la main posée sur une arme automatique (un pistolet) visible à la faveur d’un éclairage qu’il traversait.

Au même moment, deux personnes en survêtement, surgirent de derrière eux, faisant semblant de faire du footing. Ils ont tous la main droite sur leur taille et se dirigèrent droit sur Eloi Koussawo et son ami.

Le Coordinateur général du MO5 cria au secours et se fit protéger par plus de cinq personnes, toutes amis et frères qui l’engouffrèrent dans les labyrinthes de l’hôtel.
Aussitôt le conducteur de la Golf 3 retourna dans sa voiture, accompagné des deux autres et tous disparurent dans la nature.
Eloi Koussawo du MO5 échappe a un assassinat en plein centre de lomé.

Le sieur Marc, l’ami de M ; Koussawo partit lui aussi, aussitôt. Son téléphone mobile et tous ses contacts devinrent inaccessibles.
Le mardi dans la journée, il est repéré dans les secteurs du Port autonome de Lomé et fut interpellé par des éléments de la Gendarmerie nationale. Et pour toute défense, il met ce fait gravissime sous le coup de la coïncidence, prétextant qu’il serait tellement effrayé qu’il a dû couper tous ses contacts téléphoniques. Puis il est relâché sans autre forme de procès. Contacté par notre rédaction, le fameux Marc a demandé de le rappeler une heure plus tard. Ce que nous avons fait, mais au bout du fil, c’est une voix féminine qui nous a répondu pour nous signifier que « Marc est parti depuis longtemps » et pour elle, ce « depuis longtemps », c’est « hier ». Nous avons compris que Marc se reproche quelque chose dans cette affaire et a servi d’appât pour attirer Eloi Koussawo dans la nasse.

Au sein de la diaspora, ce Marc est considéré selon plusieurs témoignages, comme un adepte de gains faciles, » un genre qui peut sacrifier son frère pour un petit centime », comme nous l’a confié un compatriote joint au téléphone depuis Bruxelles. C’est vraiment dommage que certaines personnes peu scrupuleuses peuvent vouloir marcher sur le cadavre de leurs frères pour parvenir à leur dessein.

M. Koussawo qui était à Lomé pour les funérailles de sa mère après 16 années d’exil forcé en Belgique a dû quitter précipitamment le pays, selon un de ses amis contactés par notre rédaction.
Il est constant maintenant que depuis l’épisode Atsutsè Agbobli, le Togo entre en plein dans la spirale de la terreur ayant visiblement pour but de dissuader tous ceux qui peuvent « déranger », et ceci apparemment en perspective de 2010.

En effet, 2010 approche au galop et les stratèges de la terreur comme mode de conservation de pouvoir entrent en action. A qui profitent alors ses « armes » ? De deux choses l’une : ou c’est à l’accueil détenteur des rênes qui, par ces méthodes veut rendre le pays invivable, décourager les candidats « gênants » au retour au sein de la diaspora, et du même coup terroriser les leaders politiques, de la société civile et d’opinion, de façon à ce qu’ils reculent face à une confiscation du pouvoir au cas oû il sera battu. Et, dans cette confusion monstre et hideuse meublée de terreur, d’assassinats, de disparitions et d’accidents provoqués, la mobilisation sera faible et le pouvoir peut être facilement conservé contre la volonté populaire.

Ou, ce sont des mains noires tapis dans l’ombre, de véritables réseaux puissants qui sont décidés à saboter la politique de Faure Gnassingbé en lui collant des actes horribles sur le dos pour attirer le courroux de la communauté internationale sur son régime.
Dans l’un ou l’autre cas, l’image du régime de Faure Gnassingbé ne sort pas mois écornée de ces situations. Malgré les manœuvres du Parquet de la République et du Medécin légiste Napo-Koura, de sérieux doutes planent sur la version officielle du décès de Atsutsè Agbobli et l’opinion penche beaucoup plus vers la thése de l’assassinat politique Suivra ensuite l’épisode AGBEYOME Kodjo qui est aussi la cible d’un projet macabre.

Le cas d’Eloi Koussawo doit réveiller non seulement l’opposition politique, mais aussi Faure Gnassingb2 qui doit savoir qu’il a déjà un lourd passif à solder dans ce sens dans ce sens. Il doit œuvrer pour ne pas donner raison à ceux qui croient et disent que « les assassins d’Agbobli ont une liste de personnes gênantes à mettre hors d’état de « nuire » avant les échéances électorales de 2010 »
Source : Forum de la semaine. No 385 du 4 septrembre 2008


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson: « En réalité, le problème posé par l'UFC ne nous regarde pas » Les leaders de la Coalition des 14 sont toujours sereins et croient toujours en la facilitation. Selon eux, non seulement tout le processus entamé par la CENI controversé du Prof. Kodjona kandaga sera totalement repris, mais aussi la question des représentants de l'opposition parlementaire à la CENI sera résolue par les Facilitateurs. "Nous sommes dans un processus de règlement de crise piloté par la CEDEAO. Et la CEDEAO à qui nous avons posé le problème de la nécessité de la composition paritaire de la CENI nous a répondu en disant : Mais vous avez raison de ne pas envoyer 4 représentants comme le régime vous le demandait. Parce que, quand vous allez envoyer 4 représentants, il y aura un déséquilibre au sein de la CENI. Donc nous Facilitateurs de la CEDEAO, nous vous disons que chaque partie au conflit a le droit de choisir librement ses représentants. Envoyez les 8 représentants et l'Assemblée Nationale va les nommer. Ensuite vous allez intégrer la CENI. La question est de savoir en ce jour. Est-ce que l'Assemblée Nationale a nommé les 8 représentants ou pas ? La réponse est Non. Il y a une violation. Par qui ? Par l'Assemblée Nationale qui reçoit ses ordres du gouvernement, lui même piloté par le chef de l'Etat Faure Gnassingbé. C'est tout. Mener un autre débat, ce serait tombé dans la diversion", a indiqué Mme Brigitte Adjamagbo Johnson. [ 10/24/2018 ]
Isaac Tiakpé : « Ne pas être une partie prenante d’un dialogue ne donne pas plus de légitimité à ce cartel qui croit représenter les aspirations du peuple » Isaac Tiakpé parle de la politique de l'isolement que pratique la Coalition des 14 vis-à-vis de l'Union des Forces de Changement (UFC). Intervenant mardi sur la radio Victoire Fm, le Conseiller de Gilchrist Olympio estime que même si l'UFC n'est pas partie prenante du dialogue inter-togolais, cela ne donne aucun droit au "cartel" qu'est la Coalition des 14 de se prendre pour la seule porteuse des aspirations profondes du peuple togolais. Suivez plutôt! [ 10/24/2018 ]
Me DOE-BRUCE Adama: « Si l'UFC doit être dans un groupe, c'est dans la majorité présidentielle » Me DOE-BRUCE Adama Koffi, député de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC), désapprouve le fait que le majorité présidentielle veuille à tout prix imposer un représentant de l'UFC à la Coalition des 14. Selon l'avocat, si le parti de Gilchrist Olympio doit être dans un groupe parlementaire, cela devrait être dans la majorité présidentielle. [ 10/24/2018 ]
Fulbert Attisso: « Nous-mêmes qui sommes les leaders, nous ne nous sommes pas fait recenser et c’est grave » Intervenant mardi sur les ondes de la radio Victoire Fm, Fulbert Attisso, président du "Togo Autrement" a estimé que l'appel de la Coalition des 14 au boycott de l'opération du recensement de la CENI a été une réussite. [ 10/24/2018 ]
Vers la reprise des manifestations de rue au Togo La coalition des 14 partis politiques de l'opposition a rejeté mardi 23 octobre 2018, l’élection par l'Assemblée nationale de quatre (4) de ses membres désignés pour rejoindre la Commissions Électorale Nationale Indépendante (CENI). [ 10/23/2018 ]
Aimé Gogué : « Ce qui s'est passé lundi à l'Assemblée nationale est extrêmement choquant » Aimé Gogué, président de l'Alliance des Démocrates pour un Développement Intégral (ADDI), soutient également que la Coalition des 14 ne quittera pas le cadre du dialogue. Le député de l'opposition parlementaire trouve "extrêmement grave et choquant" ce qui s'est passé lundi à l'hémicycle. [ 10/24/2018 ]
Brigitte Adjamagbo Johnson : « Nous n’avons pas une lecture défaitiste de ce qui se passe actuellement à la CENI » Les leaders de la Coalition des 14 restent convaincus que le processus électoral enclenché par la Commission Nationale Électorale Indépendante (CENI) du Prof Kodjona Kadanga sera totalement repris. « Nous n’avons pas une lecture défaitiste de ce qui se passe actuellement à la CENI », a indiqué Brigitte Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la Coalition. [ 10/24/2018 ]
Le député Jean Kissi raconte ce qui s'est passé lundi à l'Assemblée nationale Devant la presse hier au siège de la CDPA à Lomé, le député Jean Kissi du Comité d'Action pour le Renouveau (CAR, parti membre de la Coalition des 14), a raconté dans les menus détaillés, ce qui s'est passé lundi à l'hémicycle, lors de la nomination des représentants de l'opposition parlementaire devant siéger à la CENI. [ 10/24/2018 ]
Brigitte Adjamagbo-Johnson: « Quitter le dialogue, ce serait faire un cadeau au régime RPT-UNIR » Les leaders de la Coalition ne comptent pas quitter le dialogue, malgré les subterfuges, les manœuvres sulfureuses du régime pour bloquer la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO. "Quitter les discussions, ce serait faire un joli cadeau au régime. Nous n'allons pas quitter le dialogue, nous n'allons pas faire ce cadeau au régime", a rassuré Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la Coalition des 14. [ 10/24/2018 ]
JP Fabre : « Le RPT-UNIR vient de démontrer qu'il a vraiment besoin de contrôler la CENI pour prétendre gagner les élections» En conférence de presse ce mardi au siège de la Convention Démocratiques des Peuples Africains (CDPA), les leaders de la Coalition des 14 sont revenus sur ce qui passé lundi à l'hémicycle lors de la nomination des représentants de l'opposition parlementaire devant siéger à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Pour Jean Pierre Fabre, ce qui se passe n'est rien de nouveau. Et porte à croire que le régime de Faure Gnassingbé a vraiment besoin de contrôler la CENI pour prétendre gagner les élections à venir. [ 10/24/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .