Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 3:18:12 AM Mardi, 22 Janvier 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Transhumance politique: Réponse du groupe parlementaire ANC à Gilchrist Olympio


  [11/17/2010]  | Kiosque |mo5-togo.com | Lu :3147 fois | Commenter
 

Un bras de fer oppose le président de l’Assemblée nationale, El Hadj Abass Bonfoh et le dernier des partis politiques sur l’échiquier togolais, l’ANC. Le président de la représentation nationale refuse d’autoriser la constitution d’un groupe parlementaire à cette nouvelle formation politique togolaise, au motif qu’elle ne respecte pas le règlement intérieur du parlement.




 Dans le camp de Gilchrist Olympio, le président national de l’UFC, on demande aux députés qui étaient élus sur la liste de son parti de respecter une clause qu’ils ont signé le 30 août 2007 par laquelle ces députés alors candidats pour le compte de l’UFC s’étaient engagés à démissionner de leurs postes en cas de rupture avec le parti ou de « transhumance politique ».

Mais du côté des « députés transhumants » on ne l’attend pas ainsi. Car ici s’il y a quelqu’un qui a trahi le parti c’est bien évidemment Gilchrist Olympio qui a signé un « accord solitaire et scélérate de compromission avec la dictature que le peuple togolais combat depuis des décennies », déclarent ceux-ci.

Pour corroborer ses dires, l’ANC a fait parvenir à la rédaction du MO5-Togo une déclaration sur la « transhumance politique » avec fac-similé de la signature des 20 députés de l’ancien groupe parlementaire UFC. Lire ci-dessous la déclaration de l’ ANC :

--------------

ASSEMBLEE NATIONALE
République Togolaise

Palais des Congres

Travail-Liberté-Patrie

Lomé


GROUPE PARLEMENTAIRE ANC




D E C L A R A T I O N


relative à la transhumance politique de Gilchrist Olympio



Le Groupe parlementaire ANC a pris connaissance d’une déclaration en date du 08 novembre 2010, signée de M. Gilchrist Olympio, par laquelle le Bureau directeur de l’Union des Forces de Changement (UFC) demande aux députés ANC de renoncer à leur mandat pour ne pas « trahir la confiance des électeurs ».

Cette déclaration, qui fait suite à des manœuvres de harcèlement et d’intimidation exercées à l’encontre des députés de l’ANC par M. Gilchrist Olympio pour les contraindre à retourner dans une UFC dévoyée, appelle de la part du Groupe parlementaire ANC, les observations suivantes :


1- C’est M. Gilchrist Olympio lui-même qui, dans sa démarche solitaire et scélérate de compromission avec la dictature que le peuple togolais combat depuis des décennies, a trahi la confiance des électeurs, trahi la confiance des militants et sympathisants du parti et trahi la confiance des populations togolaises.


2- En signant en août 2007 des documents par lesquels ils s’engagent à rester fidèles à la ligne du parti et à défendre les valeurs qu’il incarne, sous peine de démissionner de l’Assemblée Nationale, les candidats de l’UFC aux législatives du 14 octobre 2007, aujourd’hui députés ANC, manifestaient volontairement et en toute conscience, leur détermination à œuvrer résolument et avec abnégation, à la réalisation des aspirations légitimes des populations togolaises au changement.


3- L’objectif que s’était alors assigné l’UFC était de tout mettre en œuvre pour faire cesser les souffrances des populations togolaises en les libérant de la dictature qui les opprime depuis des décennies. La mise en œuvre de la ligne politique conséquente, définie et confirmée par les différents congrès du parti, incombait au Bureau National (BN), l’organe de décision.


4- Dans l’allocution qu’il a prononcée à l’ouverture de son « congrès », le 12 août 2010, M. Gilchrist Olympio a affirmé sans ambages qu’il a décidé seul, de signer, le 25 mai 2010, son « Accord » avec le RPT, alléguant que « les demi-lettrés » du BN ne comprennent pas que les statuts de l’UFC l’autorisent à imposer ses positions au BN.

Or c’est au cours de ce « congrès » que M. Gichrist Olympio a fait modifier l’article 21 des statuts de l’UFC relatifs aux pouvoirs du Président, pour faire de celui- ci, le seul décideur du parti et transformer ses collègues du BN en béni-oui-oui dont les avis sont devenus ‘’consultatifs’’ :


Article 21 des statuts de l’UFC avant le « congrès » du 12 août 2010 :

‘’Le Président national est le Président du Bureau National. Il est le Premier responsable du parti. Il signe tous les actes, et après avis des autres membres du Bureau, les décisions qui engagent le parti.’’


Article 21 des statuts de l’UFC issus du « congrès » du 12 août 2010 :

‘’Le Président national est le Président du Bureau National. Il est le Premier responsable du parti. Il signe tous les actes, et après avis consultatif des autres membres du Bureau, les décisions qui engagent le parti.’’


Par cette modification de l’article 21 des statuts de l’UFC, M. Gilchrist Olympio reconnaît qu’au moment de la signature de son « Accord » avec le RPT, les statuts de l’UFC ne l’autorisent pas à agir seul, sans le consentement du BN et que son acte est une forfaiture.


5- M. Gilchrist Olympio a donc violé les statuts, bafoué la ligne du parti et piétiné les valeurs de discipline, d’abnégation et de persévérance qui guident la lutte que nous menons aux côtés des populations togolaises, pour libérer notre pays de la dictature. Cette attitude tendant à instaurer au sein du parti, la dictature que nous combattons sous toutes ses formes, est inacceptable. Voilà pourquoi M. Gilchrist Olympio a été sanctionné pour fautes lourdes et exclu du parti par les organes compétents.


6- En livrant le parti pieds et poings liés au RPT, M. Gilchrist Olympio et les députés qui le suivent font la « transhumance politique » que l’UFC voulait précisément prévenir en 2007.

M. Gilchrist Olympio, qui a émigré vers le RPT, est donc mal placé pour traiter de parjures ceux qui ont refusé de le suivre dans son idylle avec les oppresseurs du peuple togolais.

Il est encore plus mal placé pour accuser les autres « d’escroquerie politique », lui qui n’a apporté qu’une contribution financière modique (3 000 000 F CFA) à la campagne des élections législatives, lui à qui il a fallu forcer la main pour qu’il aille s’inscrire sur la liste électorale à Dévikinmé, lui qui a fui le pays à la veille de ces élections, abandonnant lâchement ses troupes et privant ses candidats de son suffrage, lui qui au lendemain des législatives reprochait aux députés UFC de perdre leur temps à l’Assemblée nationale qu’il qualifiait de ‘’Disneyland’’, c’est-à-dire un lieu de divertissement, lui qui enfin, cherche aujourd’hui par tous les moyens sordides, à récupérer les fonds du financement public des partis politiques, alloués par l’Etat au prorata du nombre de députés !

Au demeurant, il n’échappe à personne que la transhumance politique organisée par M. Gilchrist Olympio n’a d’autre objectif que de se venger de n’avoir pas pu prendre part à la présidentielle de mars 2010. Il s’acharne donc à faire le jeu de la dictature en sabotant au passage, les efforts conjugués des populations togolaises et du FRAC pour récupérer la victoire du candidat Jean-Pierre Fabre.


Le groupe parlementaire ANC invite instamment M. Gilchrist Olympio et ses comparses transhumants à s’imprégner des dispositions pertinentes de la Constitution ainsi que celles du règlement intérieur de l’Assemblée nationale afin d’éviter toute confusion sur la nature du mandat des députés et de cesser toute interférence dans l’organisation et le fonctionnement des groupes parlementaires.


Le groupe parlementaire ANC exhorte le bureau de l’Assemblée nationale à se conformer à la Constitution de la République togolaise et au règlement intérieur de l’Assemblée nationale, notamment en ce qui concerne la nature du mandat des députés, d’une part, l’organisation et le fonctionnement des groupes parlementaires, d’autre part.


Les députés ANC mettent solennellement en garde le Président de l’Assemblée nationale contre toute velléité de coup de force en vue de les empêcher de constituer leur groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale.



Fait à Lomé, le 16 Novembre 2010,


Pour le Groupe Parlementaire ANC,

Ont signé : les 20 députés.
Source : mo5-togo.com


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Primature: Christophe Joseph Marie Dabiré remplace Paul Kaba Thiéba Le Burkina Faso a un nouveau premier ministre en la personne de Christophe Joseph Marie Dabiré. [ 1/21/2019 ]
Déclaration du patrimoine: la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance et la Chambre Nationale des Huissiers de Justice de Côte d’Ivoire signent une convention de partenariat! Le siège de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance, sis à la Riviera IV le Golf, a servi de cadre, ce vendredi 18 janvier 2019 à 11 heures, pour une importante cérémonie de signature de Convention devant lier cette institution, à la Chambre Nationale des Huissiers de Justice de Côte d’Ivoire. [ 1/21/2019 ]
Prof. Magloire Kuakuvi: « Je le dis et je le redis, le peuple aura toujours le dernier mot » Professeur Magloire Kuakuvi, Coordonnateur du Conseil Épiscopal Justice Paix de l'archidiocèse de Lomé, a été l'invité ce lundi matin dans l'émission "Le Débat" sur la radio Nana. [ 1/21/2019 ]
La jeunesse de L’ANC entend relancer la mobilisation de la population Ce samedi 19 janvier, pendant que la Coalition des 14 fait sa tournée à l’intérieur du pays afin de mobiliser les populations pour les grandes manifestations prévues pour le 26 janvier prochain, à travers des meetings, les jeunes de l’Alliance nationale pour le changement (ANC) ont tenu une rencontre à Lomé sous le thème « Relance de la mobilisation. Que faire ? ». Au cours de cette rencontre, les jeunes militants de l’ANC ont été entretenus sur l’évaluation du processus électoral à travers diverses appréciations.  [ 1/21/2019 ]
Le plan C de Tikpi Atchadam pour « dégager » Faure Gnassingbé du pouvoir La déclaration de Tchamba, les Togolais se rappellent sûrement cet événement où le président du Parti national panafricain (PNP), Tikpi Atchadam avait structuré la lutte pour l’avènement de l’alternance au pouvoir en trois (3) étapes. Dans ses vœux aux Togolais en ce début d’année 2019, Atchadam a menacé de mettre en branle la troisième étape de la déclaration de Tchamba qui aboutira au départ de Faure Gnassingbé du pouvoir.  [ 1/21/2019 ]
Gerry Taama à Djimon Oré : « Quand vous n’aimez pas le lièvre, il faut au moins reconnaître qu’il court plus vite » Intervenant récemment sur une radio de la place, l’ex-député Djimon Oré, président du Front des Patriotes pour la Démocratie (FPD), a désapprouvé l’élection de Gerry Taama, en tant que député, dans l’Est-Mono, une préfecture du pays majoritairement peuplée par les Ifè. [ 1/21/2019 ]
Gerry Taama : « Il faut qu’on nous applaudisse » Le président du Nouvel engagement togolais est intervenu ce dimanche dans l’émission D12 sur la radio pyramide Fm au sujet du règlement intérieur de la nouvelle législature dont l’article 9 a été rejeté par la cour constitutionnelle.  [ 1/21/2019 ]
Des militants du PNP victimes d’une violence gratuite à Anié Il est souvent difficile de comprendre les raisons de l’acharnement du régime de Faure Gnassingbé contre les partis de l’opposition, notamment ceux réunis au sein de la Coalition des 14 partis. La scène vécue vendredi dernier à Anié paraît surréaliste.  [ 1/21/2019 ]
La Loupe du Correcteur : Encombrants héritiers au pouvoir, une espèce en voie de disparition C’est une véritable anomalie née sur le continent africain à partir de janvier 2001 au lendemain de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila en République Démocratique du Congo.  [ 1/21/2019 ]
Gerry Taama à la C14 : « Si vous dites que cette Assemblée est illégitime, votre problème est où dans ce qu'elle fait ? » Le vote le 14 janvier dernier par le parlement togolais de son règlement intérieur qui prévoit à son article 9, l’élection du bureau de l’Assemblée nationale pour une durée d’un an renouvelable, continue de susciter des réactions. Les 91 nouveaux élus composant le parlement sont depuis lors, sous le feu des critiques.  [ 1/21/2019 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .