Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 3:33:32 AM Samedi, 16 Décembre 2017 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
13 janvier 2011 : L’assassinat de Sylvanus Olympio sera célébré dans le recueillement et la prière


  [1/12/2011]  | Kiosque |mo5-togo.com | Lu :4596 fois | Commenter
 

Demain 13 janvier est jour férié au Togo et correspond, selon la terminologie consacrée officielle, à la fête de la libération nationale. Mais du temps Eyadema, on insistait plutôt dans les faits sur l’anniversaire de [son] accession au pouvoir le 13 janvier 1967. Ce qui constitue un mensonge officiel car dans la réalité, le général a été porté au pouvoir en avril 1967 après un court intermède du président potiche Kléber Dadjo. En réalité, le 13 janvier célèbre l’assassinat du président Sylvanus Olympio par un certain Etienne Eyadéma en 1963.




 Depuis la mort du général Eyadema, la célébration du 13 janvier en pompe gène le président Faure Gnassingbé aux entournures. Le chef de l’Etat est partagé entre conserver l’encombrant héritage de son père, ce « conservatisme » qui l’empêche de nouer des relations franches avec l’opposition, et sa suppression pure et simple. D’un côté il craint légitimement la réaction de certains faucons du RPT qui l’accusent sous boubou de brader les « acquis d’Eyadéma ».

La fête du 13 janvier divise en effet les Togolais. Il y a d’une part les membres du parti au pouvoir et l’oligarchie militaire qui tirent en effet de cette date et donc de l’assassinat du premier président, la légitimité de leur pouvoir, et d’autre part l’opposition et la grande majorité du peuple qui juge inopportune cette célébration pour diverses raisons. Les membres de la famille nationaliste pensent que c’est une humiliation après le lâche assassinat du président Sylvanus Olympio, tandis qu’une partie de l’opposition et de la population ne se retrouve tout simplement pas dans une fête qui constitue en fait un non-sens caractérisé.

Du reste, au niveau du pouvoir, on a quelque peu évolué sur la question. Beaucoup d’eau a coulé sous le pont et on essaie de taire les vieilles haines et rancunes. Gilchrist Olympio, fils de l’ancien président, est depuis devenu l’allié politique de Faure Gnassingbé, le fils d’Eyadema, l’assassin, d’après les tablettes d’histoire de Sylvanus Olympio. Les parties ont fait beaucoup de concessions.
A défaut du rapatriement des restes du père de l’Indépendance enterré à Agoué au Bénin, Faure Gnassingbé a coupé la poire en deux. Le 13 janvier sera toujours observé comme une journée chômée et payée mais on le célébrera modestement dans le recueillement et la prière. Chaque partie ira donc demain pour prier ses morts.

Ces hésitations du chef de l’Etat montrent en réalité les contours de la difficile histoire politique du Togo. Le 13 janvier marque l’assassinat barbare du père de l’indépendance du Togo. Si nombre de Togolais considèrent que ce fut le jour le plus noir de l’histoire du Togo, bien de personnes considèrent également, malgré la cruauté de l’acte, que ce fut une journée de libération. Pour les prisonniers politiques libérés de prison après l’assassinat de Sylvanus Olympio et leurs familles, le 13 janvier 1963 est une journée de soulagement. Le célèbre avocat nationaliste Anani Santos, ancien ministre de la justice est sorti de prison avec la peau qui tenait presque sur les os. S’il n’était pas libéré à la suite de l’assassinat, il aurait pu mourir tout simplement en prison, s’est confié un membre de la famille nationaliste à MO5-Togo.com.

C’est dire que la mutation du CUT régime de parti unique et quelque peu despotique ne fit pas que des heureux. Ce qui fait dire à un analyste qu’au lieu d’en faire une simple journée de recueillement, le 13 janvier devrait être une journée de réflexion sur l’histoire du Togo, l’occasion d’un grand débat. Même si le système Eyadéma tient incontestablement le pompon de la désolation, ce faisant on risque de trouver des choses gênantes pour bien de personnes, surtout pour les deux familles qui ont partagé le destin du Togo depuis 52 ans. Et pour cela, Gilchrist Olympio et Faure Gnassingbé ont préféré faire de la journée du souvenir, une journée de recueillement et de prière. Ce sont là des résolutions qui n’engagent que ces deux familles. Quand les Togolais se seront libérés par eux-mêmes, ils auront tout intérêt à revenir sur ce pan de l’histoire qui continue à importuner grandement leur présent et handicape leur avenir.

Nous y reviendrons.
Source : mo5-togo.com


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Les questions institutionnelles, la Guinée-Bissau et le Maroc domineront le 52ème Sommet de la CEDEAO à Abuja Les questions institutionnelles, la situation politique et sécuritaire en Guinée-Bissau, l’attribution des postes statutaires à la Cedeao, le statut d’observateur de la Tunisie, l’accord d’association de l’organisation régionale avec la Mauritanie, et l’adhésion du Maroc à l’espace communautaire. [ 12/15/2017 ]
Présidentielle: les Libériens de nouveau aux urnes le 26 décembre Le second tour de l’élection présidentielle aura lieu le 26 décembre prochain. [ 12/15/2017 ]
Va-t-on vers un samedi spécial au Togo ? La coalition des 14 partis politiques de l’opposition se dit sûre que la crise politique que traverse le Togo sera au cœur du Sommet des chefs d’Etat des pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) qui se tiendra ce samedi à Abuja au Nigeria.  [ 12/15/2017 ]
Vrai faux dialogue annoncé : Le gouvernement affiche ses intentions Pour la première fois depuis le début de la crise, en dehors des sorties liées aux manifestations, le gouvernement avec des ministres en fonction, a organisé le jeudi 07 décembre dernier une conférence de presse pour se prononcer sur la situation qui prévaut au Togo. Autour de la table face à la presse, on a aperçu Gilbert Bawara de la Fonction Publique, Boukpessi Payadowa de l’Administration Territoriale, Pius Agbetomey de la Justice et Yark Damehame de la Sécurité.  [ 12/16/2017 ]
Humiliation V.I.P. à Sokodé après une purge militaire : Faure Gnassingbé revient sur le lieu de son crime La roue de l’histoire tourne, chaque acte posé rattrape son auteur, l’enfer et le paradis, c’est ici. Qui aurait cru que Faure Gnassingbé, président de la République, ministre de la défense, chef suprême de l’armée, commettrait la maladresse politique de mettre pied dans une ville sous le choc de son armée? Personne ne s’y attendait, mais le voici dans une cité assiégée, c’était le samedi 25 Novembre 2017.  [ 12/16/2017 ]
Communiqué de presse du Parti pour la Libération du Peuple 14-12-17/17h39 : Par Décision DCC 17-262 du 12 décembre 2017, la Cour Constitutionnelle a statué sur la désignation et l’installation des membres devant siéger au COS-LEPI : «L’Assemblée Nationale doit procéder, au plus tard le 21 décembre 2017, à la désignation de ses représentants au sein du Cos-Lepi. Le Cos-Lepi doit être installé au plus tard le 29 décembre 2017 par la Cour constitutionnelle. La mission du Cos-Lepi prend impérativement fin le 30 juin 2018». [ 12/15/2017 ]
Brigitte Adjamagbo :'Lomé est devenue une ville en état de siège' Impossible ce circuler à Lomé, quand il y a manifestation. Une nouvelle manœuvre concoctée par le pouvoir avec le concours de l’armée pour mettre des barricades à outrance partout dans la ville. A la coalition de l’opposition, on demande : «de quoi ont-ils peur» ? [ 12/15/2017 ]
Jean-Pierre Fabre: ''Ceux qui nous persécutent pensent que nous serons éssoufflés'' Jeudi, au point de chute de la marche de la Coalition des 14 partis politiques, le chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre, est revenu sur la situation politique togolaise et les stratégies du régime pour étouffer la lutte. [ 12/15/2017 ]
HCRRUN : Démarrage des activités de prises en charge et d’indemnisation des victimes des violences à caractère politique Le comité d’indemnisation des victimes des violences à caractères politiques survenues entre 1958 et 2005, composé de banquiers, médecins et membres du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) avec à sa tête Mme Awa Nana-Daboya a échangé mardi 12 décembre 2017, avec 17 victimes venues des régions Savanes, Kara et Centrale parmi les 21 recensées (2 personnes décédées et une a refusé d’adhérer au processus).  [ 12/15/2017 ]
Brigitte Adjamagbo-Johnson: '' Nous achéverons la lutte les mains nues'' Intervention de Brigitte K. Adjamagbo-Johnson lors du meeting de la Coalition des forces démocratiques à la plage devant l’Hôtel Sancta Maria. [ 12/15/2017 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | www.voirbonfilm.com |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle ! | credit consommation avec moncredit.org .