Lundi, 22 Décembre 2014 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
13 janvier 2011 : L’assassinat de Sylvanus Olympio sera célébré dans le recueillement et la prière


  [1/12/2011]  | Kiosque |mo5-togo.com | Lu :4016 fois | Commenter
 

Demain 13 janvier est jour férié au Togo et correspond, selon la terminologie consacrée officielle, à la fête de la libération nationale. Mais du temps Eyadema, on insistait plutôt dans les faits sur l’anniversaire de [son] accession au pouvoir le 13 janvier 1967. Ce qui constitue un mensonge officiel car dans la réalité, le général a été porté au pouvoir en avril 1967 après un court intermède du président potiche Kléber Dadjo. En réalité, le 13 janvier célèbre l’assassinat du président Sylvanus Olympio par un certain Etienne Eyadéma en 1963.




 Depuis la mort du général Eyadema, la célébration du 13 janvier en pompe gène le président Faure Gnassingbé aux entournures. Le chef de l’Etat est partagé entre conserver l’encombrant héritage de son père, ce « conservatisme » qui l’empêche de nouer des relations franches avec l’opposition, et sa suppression pure et simple. D’un côté il craint légitimement la réaction de certains faucons du RPT qui l’accusent sous boubou de brader les « acquis d’Eyadéma ».

La fête du 13 janvier divise en effet les Togolais. Il y a d’une part les membres du parti au pouvoir et l’oligarchie militaire qui tirent en effet de cette date et donc de l’assassinat du premier président, la légitimité de leur pouvoir, et d’autre part l’opposition et la grande majorité du peuple qui juge inopportune cette célébration pour diverses raisons. Les membres de la famille nationaliste pensent que c’est une humiliation après le lâche assassinat du président Sylvanus Olympio, tandis qu’une partie de l’opposition et de la population ne se retrouve tout simplement pas dans une fête qui constitue en fait un non-sens caractérisé.

Du reste, au niveau du pouvoir, on a quelque peu évolué sur la question. Beaucoup d’eau a coulé sous le pont et on essaie de taire les vieilles haines et rancunes. Gilchrist Olympio, fils de l’ancien président, est depuis devenu l’allié politique de Faure Gnassingbé, le fils d’Eyadema, l’assassin, d’après les tablettes d’histoire de Sylvanus Olympio. Les parties ont fait beaucoup de concessions.
A défaut du rapatriement des restes du père de l’Indépendance enterré à Agoué au Bénin, Faure Gnassingbé a coupé la poire en deux. Le 13 janvier sera toujours observé comme une journée chômée et payée mais on le célébrera modestement dans le recueillement et la prière. Chaque partie ira donc demain pour prier ses morts.

Ces hésitations du chef de l’Etat montrent en réalité les contours de la difficile histoire politique du Togo. Le 13 janvier marque l’assassinat barbare du père de l’indépendance du Togo. Si nombre de Togolais considèrent que ce fut le jour le plus noir de l’histoire du Togo, bien de personnes considèrent également, malgré la cruauté de l’acte, que ce fut une journée de libération. Pour les prisonniers politiques libérés de prison après l’assassinat de Sylvanus Olympio et leurs familles, le 13 janvier 1963 est une journée de soulagement. Le célèbre avocat nationaliste Anani Santos, ancien ministre de la justice est sorti de prison avec la peau qui tenait presque sur les os. S’il n’était pas libéré à la suite de l’assassinat, il aurait pu mourir tout simplement en prison, s’est confié un membre de la famille nationaliste à MO5-Togo.com.

C’est dire que la mutation du CUT régime de parti unique et quelque peu despotique ne fit pas que des heureux. Ce qui fait dire à un analyste qu’au lieu d’en faire une simple journée de recueillement, le 13 janvier devrait être une journée de réflexion sur l’histoire du Togo, l’occasion d’un grand débat. Même si le système Eyadéma tient incontestablement le pompon de la désolation, ce faisant on risque de trouver des choses gênantes pour bien de personnes, surtout pour les deux familles qui ont partagé le destin du Togo depuis 52 ans. Et pour cela, Gilchrist Olympio et Faure Gnassingbé ont préféré faire de la journée du souvenir, une journée de recueillement et de prière. Ce sont là des résolutions qui n’engagent que ces deux familles. Quand les Togolais se seront libérés par eux-mêmes, ils auront tout intérêt à revenir sur ce pan de l’histoire qui continue à importuner grandement leur présent et handicape leur avenir.

Nous y reviendrons.
Source : mo5-togo.com


...
.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)


Dans la même rubrique

Le projet "Initiative de coopération sécuritaire en Afrique de l’Ouest" officiellement lancé  Le président de l’Assemblée nationale Béninoise, Marthurin Nago, a procédé vendredi 19décembre dernier à Cotonou au lancement officiel du projet « Initiative de coopération sécuritaire en Afrique de l’Ouest ».  [ 12/22/2014 ]
Présenter les vœux au chef de l’Etat, est une « courtoisie républicaine », selon Gerry Taama La cérémonie de présentation de vœux de cette année au chef de l’Etat, Faure Gnassingbé a été marquée par le passage en grand nombre, ce 18 décembre, de plusieurs leaders de partis politiques de l’opposition. [ 12/22/2014 ]
CPI: Le Togo veut accueillir Laurent Gbagbo Le célèbre détenu de La Haye Laurent Gbagbo bénéficie toujours de l'estime de plusieurs de ses amis chefs d'Etat africains. Le Togo se dit prêt à accueillir Gbagbo au cas où celui-ci serait libéré. L'avocat principal du détenu a également indiqué qu'à part le Togo, l'Afrique du Sud et l'Angola ont proposé leur hospitalité à l'ex-président de la Côte d'Ivoire. [ 12/22/2014 ]
Ouattara veut décapiter une rébellion devenue gênante Grèves, barricades et coups de feu à Abidjan, tels sont désormais le menu offert à Ouattara par les rebelles qui l'ont porté jadis au pouvoir. A quelques mois de la présidentielle, les mouvements d'humeur des ex-rebelles mettent à mal la stabilité de la Côte d'Ivoire tant vanté par les autorités ivoiriennes.  [ 12/22/2014 ]
Les 10 problèmes urgents selon Me Louis Gaston Mayila Après le feuilleton de son interpellation due à l’affaire dite de fausse monnaie, Me Louis Gaston Mayila ne s’est empêché de se prononcer sur la situation sociopolitique de son pays le Gabon. Selon lui, ça ne va pas dans son pays et il va falloir dialoguer sur précisément dix (10) questions qu’il considère comme problèmes d’urgence. [ 12/22/2014 ]
Voici les raisons avancées par Jean-Pierre Fabre pour expliquer son absence à la présentation de vœux au chef de l’Etat Le Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Jean Pierre Fabre donne les raisons qui expliquent son absence au Palais de la Présidence, dans le cadre des présentations de vœux au chef de l’Etat [ 12/22/2014 ]
Réponse du berger à la bergère : Eric Dupuy recadre Jean Kissi Sur la même chaîne radio (Victoire FM), dans la même émission (« Audi-Actu ») et à la même tranche d’heure, Eric Dupuy, Secrétaire national à la Communication à l’Alliance nationale pour le changement (ANC) est largement revenu ce matin sur les propos tenus par Jean Kissi, Secrétaire national du Comité d’action pour le renouveau (CAR) qui, dans la même émission vendredi 19 décembre dernier, a accusé Jean-Pierre Fabre et l’ANC de constituer un blocage pour les réformes politiques. [ 12/22/2014 ]
Eric Dupuy juge les propos de Me Yawovi Agboyibo sur les réformes d’ « arguties juridiques » et donne les raisons de l’absence de l’ANC à la cérémonie de présentation de vœux Dans une interview accordée le 16 décembre dernier à l’Agence de presse Afreepress, le président d’honneur du Comité d’action pour le renouveau (CAR), Me Yawovi Agboyibo affirmait que « la non-rétroactivité se conçoit pour le premier mandat que le président Faure Gnassingbé a exercé de 2005 à 2010. Elle ne peut en revanche s’appliquer au second mandat que le président a débuté en 2010 et qui n’est pas révolu à ce jour ». [ 12/22/2014 ]
Tiendra ou tiendra pas dans le délai constitutionnel : Le comité de suivi de la présidentielle de 2015 et la CENI à couteau tiré Le Comité de suivi de l’élection présidentielle de 2015 s’est réuni pour la seconde fois le vendredi 19 décembre dernier à la Primature, sous la supervision du Premier ministre. Il était encore question d’examiner le parcours de la Commission nationale électorale indépendante (Céni) dans l’organisation de cette élection. [ 12/22/2014 ]
le balai citoyen avec des fleurs sur la tombe de Sankara Quelque 300 personnes ont déposé dimanche des balais sur la tombe de Thomas Sankara pour commémorer le 65e anniversaire de sa naissance. Cette commémoration vise à demander justice pour l'ex-président assassiné lors du coup d'État le 15 octobre 1987.  [ 12/22/2014 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | voyance gratuite | voyance gratuite en ligne | Demandez une voyance gratuite amour Maintenant! | Offre bancaire sur rachat de credit banque à taux fixe.
EX-IN Consult
iciLome.com