Mardi, 27 Juin 2017 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
13 janvier 2011 : L’assassinat de Sylvanus Olympio sera célébré dans le recueillement et la prière


  [1/12/2011]  | Kiosque |mo5-togo.com | Lu :4511 fois | Commenter
 

Demain 13 janvier est jour férié au Togo et correspond, selon la terminologie consacrée officielle, à la fête de la libération nationale. Mais du temps Eyadema, on insistait plutôt dans les faits sur l’anniversaire de [son] accession au pouvoir le 13 janvier 1967. Ce qui constitue un mensonge officiel car dans la réalité, le général a été porté au pouvoir en avril 1967 après un court intermède du président potiche Kléber Dadjo. En réalité, le 13 janvier célèbre l’assassinat du président Sylvanus Olympio par un certain Etienne Eyadéma en 1963.




 Depuis la mort du général Eyadema, la célébration du 13 janvier en pompe gène le président Faure Gnassingbé aux entournures. Le chef de l’Etat est partagé entre conserver l’encombrant héritage de son père, ce « conservatisme » qui l’empêche de nouer des relations franches avec l’opposition, et sa suppression pure et simple. D’un côté il craint légitimement la réaction de certains faucons du RPT qui l’accusent sous boubou de brader les « acquis d’Eyadéma ».

La fête du 13 janvier divise en effet les Togolais. Il y a d’une part les membres du parti au pouvoir et l’oligarchie militaire qui tirent en effet de cette date et donc de l’assassinat du premier président, la légitimité de leur pouvoir, et d’autre part l’opposition et la grande majorité du peuple qui juge inopportune cette célébration pour diverses raisons. Les membres de la famille nationaliste pensent que c’est une humiliation après le lâche assassinat du président Sylvanus Olympio, tandis qu’une partie de l’opposition et de la population ne se retrouve tout simplement pas dans une fête qui constitue en fait un non-sens caractérisé.

Du reste, au niveau du pouvoir, on a quelque peu évolué sur la question. Beaucoup d’eau a coulé sous le pont et on essaie de taire les vieilles haines et rancunes. Gilchrist Olympio, fils de l’ancien président, est depuis devenu l’allié politique de Faure Gnassingbé, le fils d’Eyadema, l’assassin, d’après les tablettes d’histoire de Sylvanus Olympio. Les parties ont fait beaucoup de concessions.
A défaut du rapatriement des restes du père de l’Indépendance enterré à Agoué au Bénin, Faure Gnassingbé a coupé la poire en deux. Le 13 janvier sera toujours observé comme une journée chômée et payée mais on le célébrera modestement dans le recueillement et la prière. Chaque partie ira donc demain pour prier ses morts.

Ces hésitations du chef de l’Etat montrent en réalité les contours de la difficile histoire politique du Togo. Le 13 janvier marque l’assassinat barbare du père de l’indépendance du Togo. Si nombre de Togolais considèrent que ce fut le jour le plus noir de l’histoire du Togo, bien de personnes considèrent également, malgré la cruauté de l’acte, que ce fut une journée de libération. Pour les prisonniers politiques libérés de prison après l’assassinat de Sylvanus Olympio et leurs familles, le 13 janvier 1963 est une journée de soulagement. Le célèbre avocat nationaliste Anani Santos, ancien ministre de la justice est sorti de prison avec la peau qui tenait presque sur les os. S’il n’était pas libéré à la suite de l’assassinat, il aurait pu mourir tout simplement en prison, s’est confié un membre de la famille nationaliste à MO5-Togo.com.

C’est dire que la mutation du CUT régime de parti unique et quelque peu despotique ne fit pas que des heureux. Ce qui fait dire à un analyste qu’au lieu d’en faire une simple journée de recueillement, le 13 janvier devrait être une journée de réflexion sur l’histoire du Togo, l’occasion d’un grand débat. Même si le système Eyadéma tient incontestablement le pompon de la désolation, ce faisant on risque de trouver des choses gênantes pour bien de personnes, surtout pour les deux familles qui ont partagé le destin du Togo depuis 52 ans. Et pour cela, Gilchrist Olympio et Faure Gnassingbé ont préféré faire de la journée du souvenir, une journée de recueillement et de prière. Ce sont là des résolutions qui n’engagent que ces deux familles. Quand les Togolais se seront libérés par eux-mêmes, ils auront tout intérêt à revenir sur ce pan de l’histoire qui continue à importuner grandement leur présent et handicape leur avenir.

Nous y reviendrons.
Source : mo5-togo.com


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

.

Dans la même rubrique

Depuis son depart du gouvernement: Affoussiata Bamba Lamine rompt le silence et appelle à la mobilisation autour de Guillaume Soro Après une période de méditation et de silence, je suis de retour parmi vous. [ 6/27/2017 ]
Gérard Akoumey: il serait mieux pour Awa Nana de démissionner, le dilatoire ne va plus payer au Togo Gérard Akoumey, Porte-parole de ‘’Les Démocrates’’ , dans un entretien accordé à notre Rédaction, est revenu sur ce qui s’est passé à l’Assemblée nationale vendredi dernier, tout en précisant que son parti a vu venir la situation très tôt et a appelé les populations à faire barrage à la « forfaiture ». [ 6/26/2017 ]
Création des communes : UNIR, selon l’ANC, vise la majorité au Sénat Après analyse de ce qui s’est passé vendredi dernier à l’Assemblée nationale lors de la 10ème séance ordinaire où le projet de loi portant création des communes au Togo a été adopté grâce à la majorité dont dispose UNIR, l’Alliance nationale pour le changement (ANC, opposition) dit avoir compris ce que mijote le pouvoir de Faure Gnassingbé.  [ 6/27/2017 ]
Ministère du Commerce : La sécurité redresse un militant de l’UNIR Mardi dernier, au ministère du Commerce et de la Promotion du secteur privé, les agents de surveillance n’ont pas cédé à l’intimidation d’un militant de l’Union pour la République (UNIR). Ce dernier, imbu de sa personne et de son appartenance au parti au pouvoir, a cru bon fouler aux pieds les règles de sécurité établies en brandissant sa carte UNIR comme un passe-droit. Mal lui en prit.  [ 6/27/2017 ]
La CDPA ne veut pas de ses militants dans les délégations spéciales Suite à la proposition du ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, de placer des militants de l’opposition dans les délégations spéciales, occultant ainsi les élections locales, la Convention démocratique des peuples africains (CDPA) réagit et rappelle à Payadowa Boukpessi que sa position (contenu dans le communiqué en date du 25 février 2017) n’a pas changé. Dans une lettre envoyée au ministre, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson demande plutôt au gouvernement d’« accélérer le processus de décentralisation ». Lecture !  [ 6/26/2017 ]
Déclaration de patrimoine: les ministres gambiens ont jusqu’au 15 juillet L’obligation a été faite aux ministres gambiens de procéder à la déclaration de leurs biens d'ici le 15 juillet prochain. [ 6/26/2017 ]
Exclusif/Gérard Akoumey, Porte-parole de ‘’Les Démocrates’’ : « La constitution togolaise nous donne le droit de faire barrage aux usurpateurs » L’actualité sociopolitique au Togo est marquée par les questions des réformes constitutionnelles et institutionnelles, et la décentralisation. Ces derniers jours, les débats tournent autour du vote, vendredi dernier, de la loi portant création des communes par les députés UNIR. Un « coup de force », selon le porte-parole du parti politique de l’opposition, Les Démocrates, Gérard Akoumey. Dans un entretien qu’il a accordé à notre Rédaction, ce dernier est revenu sur ce qui s’est passé à l’Assemblée nationale, tout en précisant que son parti a vu venir la situation très tôt et a appelé les populations à faire barrage à la « forfaiture ». Lisez plutôt !  [ 6/26/2017 ]
Les élections locales en juin 2018 ? C'est ce qu'a fait croire le ministre de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivité locales, Payadowa Boukpéssi présent à l'Assemblée nationale vendredi dernier lors du vote de la loi sur la création des communes. [ 6/26/2017 ]
Des pratiques de mauvaise gouvernance au Togo : 908 séminaires et ateliers organisés en 2016 pour plus de 3,6 milliards de FCFA . Gouvernement, institutions onusiennes, ambassades et ONG s’y adonnent à cœur-joie « Le comité national renforce ses capacités », « Plan stratégique de la politique agricole au centre d’un atelier », « Etude d’aménagement urbain : validation d’un document », « Réduction de la pauvreté et des inégalités : le ministère de l’Action sociale fait son bilan »… C’est avec ces groupes de mots qu’on construit désormais le Togo. Des groupes de mots qui permettent également de détourner les deniers publics et de s’enrichir. Gouvernement, organisations onusiennes, institutions régionales, ambassades accréditées au Togo, organisations non gouvernementales nationales et internationales s’y adonnent avec alacrité. En 2016, 908 séminaires ou ateliers ont été organisés au Togo. Soit plus de 3,6 milliards de FCFA (5,5 millions d’euros) dépensés dans ces ateliers de formation. Pendant ce temps, les populations pauvres que tous proclament vouloir aider, tirent le diable par la queue.  [ 6/26/2017 ]
LEADER A L'ÈCOUTE : Le ministre Ohin Eliott fait des révélations sur l'accord UFC-RPT  [ 6/25/2017 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
. | . | . |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle credit consommation avec moncredit.org Serrurier Paris 6| credit consommation avec moncredit.org .