Mercredi, 1 Juillet 2015 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Adoption ce mercredi du statut de l’opposition : L’opposition politique réduite à l’opposition parlementaire et aux députés non inscrits


  [6/13/2013 1:18:40 AM]  | Kiosque | Telegramme228 | Lu :548 fois | Commenter
 

Togo  - Le ciel rsique de s’éclaircir après les légilsatives du 21 juillet 2013. C’est ce que l’on puisse dire après le vote ce mercredi par l’Assemblée nationale du statut de l’opposition politique au Togo.




« L’opposition s’entend de l’opposition parlementaire » et concerne le/les partis représentés à l’Assemblée Nationale. Et dans ce temps, que font les partis extraparlementaires ? Ils ne peuvent pas, selon les textes, se réclamer de l’opposition mais seront régis, quant à eux, par la loi portant Charte des partis politiques. Voilà ce qui ressort de la 7ème séance de la 1ère session extraordinaire de l’Assemblée Nationale tenue ce mercredi. Assises qui ont permis de voter un le statut de l’opposition. Un texte qui détermine le statut juridique de l’opposition et qui présente ses droits et devoirs. Cependant le groupe parlementaire du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a voté contre. Cette option est justifiée selon les dires des députés de ce parti par le passage de l’article 3 qui stipule qu’on peut être au gouvernement, mais toujours garder son statut de l’opposition.

Un assemblage de trente (30) articles, le texte adopté ce mercredi est subdivisé en quatre (04) chapitres, notamment les dispositions générales, les droits et devoirs de l’opposition, le chef de file de l’opposition et les dispositions diverses et finales. C’est une loi qui, outre la détermination du statut juridique et des droits et devoirs de l’opposition, précise les conditions de renonciation à la qualité de parti politique de l’opposition. Ainsi, souligne le 1er alinéa de l’article 2, « l’opposition s’entend de l’opposition parlementaire. Elle comprend le ou les partis et regroupements de partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale, ainsi que les députés qui y siègent, et qui ont remis au bureau de celle-ci une déclaration indiquant leur appartenance à l’opposition ».

De même, ce texte laisse libre choix à tout membre de l’opposition de décider « à titre individuel de participer au gouvernement ». Quand à l’article 4, il dispose que « tout parti ou regroupement de partis politiques est libre de renoncer, à tout moment de la législature, à son appartenance à l’opposition » en prenant soin d’informer le bureau du Parlement. Et si tel est le cas, le parti qui renonce à son statut ne bénéficiera plus des avantages accordés à ceux qui ont conservé le statut de l’opposition.

Il est à énumérer entre autres droits des partis politiques de l’opposition, le droit à la sécurité des personnes et des biens, le droit aux considérations protocolaires à l’occasion des cérémonies officielles, en plus de ceux qui figurent dans le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Aussi peut-on noter sa présence tant au niveau des différents composantes de l’Assemblée Nationale que dans les organes des collectivités locales.

Pour organiser cette opposition, il est également prévu dans ce texte la place d’un chef de file. Ce chef selon les termes du nouveau statut de l’opposition politique togolaise, « est le premier responsable du parti politique appartenant à l’opposition, ayant le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale », dispose l’article 24. Il n’est pas forcément membre du parlement. En sa qualité de « président d’institution de la République », selon l’article 26, le chef de file de l’opposition « bénéficie des privilèges et avantages fixés par décret en conseil des ministres ». Mais attention, c’est un poste ad vitam aeternam, sauf en cas de démission, d’empêchement « dûment constaté par la Cour Constitutionnelle » ou encore pour motif judiciaire.

Au rang des devoirs, de cette opposition doit respect à la Constitution, aux lois, règlements et institutions de la République.

G.K, Lomé
Source : | Telegramme228


...
.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)


Dans la même rubrique

VIDEO/ UNIR et UFC votent la confiance au gouvernement KLASSOU, CAR et ADDI s'abstiennent  [ 7/1/2015 ]
VIDEO/ Déclaration de politique générale de Sélom Komi KLASSOU  [ 7/1/2015 ]
Saleh Kebzabo accuse, le gouvernement récuse Le gouvernement a introduit la semaine dernière à l’Assemblée Nationale une demande pour la levée de l’immunité parlementaire du député (opposant) Saleh Kebzabo. Ce dernier crie à un acharnement monté contre lui afin de l’écarter de la course à la présidentielle de 2016. Comme une réponse du berger à la bergère, le gouvernement réagit par l’entremise du ministre de la Communication, Hassan Sylla. [ 6/30/2015 ]
Sélom Klassou remplacé par Komi Gagnon Sélom Klassou, nommé Premier ministre le 5 juin dernier a démissionné de son poste de vice-président du Parlement comme l’exige la constitution. Un choix validé par la Cour constitutionnelle. [ 6/30/2015 ]
Malgré le boycott, la CENI parle de 90% de taux de participation A en croire la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) aucun incident majeur n’a été déploré au cours des élections communales qui se sont tenues ce lundi au Burundi et les électeurs sont massivement sortis accomplir leur devoir civique. Les premiers résultats provisoires, sont attendus ce mardi.  [ 6/30/2015 ]
Justice : le nouveau ministre Pius Agbétomé dévoile ses intentions Aussitôt le nouveau gouvernement mis en place,les ministres ont commencé par prendre fonction. Au ministère de la justice, le nouveau locataire Pius Agbétomé a pris fonction et annonce déjà sa stratégie de gestion de son ministère. [ 6/30/2015 ]
Klassou peut enfin « ouvrir et fermer » les séminaires et ateliers Nous l’écrivions il y a quelques jours. La Constitution togolaise fait obligation à tout Premier ministre de passer devant l’Assemblée nationale (qui lui donne son quitus) avant d’entrer en fonction. Pour Klasou ça été fait ce lundi. [ 6/30/2015 ]
Komi sélom Klassou a la confiance des élus du peuple La déclaration de politique générale du gouvernement de Komi KLASSOU est votée ce lundi par 65 députés. Ils ont donc le quitus de l’Assemblée Nationale, 24 heures après la publication de la liste complète du nouvel exécutif togolais. [ 6/30/2015 ]
L'ANC et UNIR se bagarrent à l'Assemblée nationale Tout allait si bien à l'Assemblée nationale lundi lors du passage du Premier Ministre devant les députés pour le vote de confiance. Mais à la prise de parole des Groupes parlementaires, l'atmosphère a été lourde notamment avec les invectives entre l'Alliance nationale pour le Changement (ANC) et l'Union pour la République (UNIR, au pouvoir). [ 6/30/2015 ]
Les Evêques favorables à une modification du calendrier électoral Comme dans de nombreux pays africains où se tiennent des élections en cette année 2015, le calendrier électoral est sujet à discussion entre le parti au pouvoir et l’opposition. La République Démocratique du Congo (RDC) ne déroge pas à la règle. L’Eglise Catholique, l’une des voix les plus écoutées du pays, vient de donner sa position.  [ 6/29/2015 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | Demandez une voyance gratuite amour Maintenant! |
EX-IN Consult
iciLome.com