Dimanche, 1 Mai 2016 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Adoption ce mercredi du statut de l’opposition : L’opposition politique réduite à l’opposition parlementaire et aux députés non inscrits


  [6/13/2013 1:18:40 AM]  | Kiosque | Telegramme228 | Lu :643 fois | Commenter
 

Togo  - Le ciel rsique de s’éclaircir après les légilsatives du 21 juillet 2013. C’est ce que l’on puisse dire après le vote ce mercredi par l’Assemblée nationale du statut de l’opposition politique au Togo.




« L’opposition s’entend de l’opposition parlementaire » et concerne le/les partis représentés à l’Assemblée Nationale. Et dans ce temps, que font les partis extraparlementaires ? Ils ne peuvent pas, selon les textes, se réclamer de l’opposition mais seront régis, quant à eux, par la loi portant Charte des partis politiques. Voilà ce qui ressort de la 7ème séance de la 1ère session extraordinaire de l’Assemblée Nationale tenue ce mercredi. Assises qui ont permis de voter un le statut de l’opposition. Un texte qui détermine le statut juridique de l’opposition et qui présente ses droits et devoirs. Cependant le groupe parlementaire du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a voté contre. Cette option est justifiée selon les dires des députés de ce parti par le passage de l’article 3 qui stipule qu’on peut être au gouvernement, mais toujours garder son statut de l’opposition.

Un assemblage de trente (30) articles, le texte adopté ce mercredi est subdivisé en quatre (04) chapitres, notamment les dispositions générales, les droits et devoirs de l’opposition, le chef de file de l’opposition et les dispositions diverses et finales. C’est une loi qui, outre la détermination du statut juridique et des droits et devoirs de l’opposition, précise les conditions de renonciation à la qualité de parti politique de l’opposition. Ainsi, souligne le 1er alinéa de l’article 2, « l’opposition s’entend de l’opposition parlementaire. Elle comprend le ou les partis et regroupements de partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale, ainsi que les députés qui y siègent, et qui ont remis au bureau de celle-ci une déclaration indiquant leur appartenance à l’opposition ».

De même, ce texte laisse libre choix à tout membre de l’opposition de décider « à titre individuel de participer au gouvernement ». Quand à l’article 4, il dispose que « tout parti ou regroupement de partis politiques est libre de renoncer, à tout moment de la législature, à son appartenance à l’opposition » en prenant soin d’informer le bureau du Parlement. Et si tel est le cas, le parti qui renonce à son statut ne bénéficiera plus des avantages accordés à ceux qui ont conservé le statut de l’opposition.

Il est à énumérer entre autres droits des partis politiques de l’opposition, le droit à la sécurité des personnes et des biens, le droit aux considérations protocolaires à l’occasion des cérémonies officielles, en plus de ceux qui figurent dans le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Aussi peut-on noter sa présence tant au niveau des différents composantes de l’Assemblée Nationale que dans les organes des collectivités locales.

Pour organiser cette opposition, il est également prévu dans ce texte la place d’un chef de file. Ce chef selon les termes du nouveau statut de l’opposition politique togolaise, « est le premier responsable du parti politique appartenant à l’opposition, ayant le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale », dispose l’article 24. Il n’est pas forcément membre du parlement. En sa qualité de « président d’institution de la République », selon l’article 26, le chef de file de l’opposition « bénéficie des privilèges et avantages fixés par décret en conseil des ministres ». Mais attention, c’est un poste ad vitam aeternam, sauf en cas de démission, d’empêchement « dûment constaté par la Cour Constitutionnelle » ou encore pour motif judiciaire.

Au rang des devoirs, de cette opposition doit respect à la Constitution, aux lois, règlements et institutions de la République.

G.K, Lomé
Source : | Telegramme228


...
.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)


Dans la même rubrique

Paris et Tunis scellent un "jumelage institutionnel" La Tunisie fait l'objet d'une attention particulière de l'autre côté de la Méditerranée. Alors que le FMI, la Banque mondiale et l'Union Européenne se sont engagés à soutenir son développement, c'est le Parlement français qui vient de sceller une alliance avec son homologue tunisien pour renforcer la démocratie en Tunisie. [ 4/30/2016 ]
VIDEO/ Dr Klaus Treydte il n'y aura pas de démocratie valable sans démocrate  [ 4/30/2016 ]
Regain de tension à Mango : Amnesty International s’indigne, alerte et lance une campagne… A Mango, chaque jour avec son lot d’injustice. Amnesty International, une ONG de défense des droits de l’Homme, dans une campagne d’« action urgente», revient sur le cas d’Adamou Moussa et de Zekeria Namoro et bien d’autres arrêtés pour « avoir demandé justice pour les gens qui ont été tués, maltraités et détenus arbitrairement à la suite des manifestations de Mango en Novembre 2015 ». Elle invite l’opinion à écrire aux autorités politiques « à libérer immédiatement et sans condition Adamou Moussa et Zekeria Namoro, car ils sont des prisonniers d’opinion, détenus uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression ».  [ 4/30/2016 ]
Demande d'annulation des résultats: six candidats saisissent la cour Constitutionnelle Les résultats provisoires de l’élection présidentielle publiés le 21 avril dernier par la CENI sont loin d’être du goût de certains candidats de l’opposition. Six parmi eux, ont introduit une requête d’annulation auprès de la Cour constitutionnelle, contestant ainsi la victoire au premier tour du président sortant Idriss Deby. [ 4/30/2016 ]
Et si Yawovi Agboyibo copiait Léopold Gnininvi ? Me Yawovi Agboyibo et le Prof Léopold Gnininvi sont les avant-gardistes de l’avènement de la démocratie au Togo. Ils ont respectivement crée le Comité d’action pour le renouveau (CAR) et la Convention démocratique des peuples africains (CDPA). Si au soir de leur vie politique, le second a contribué à maintenir la stabilité au sein de son parti, le premier, malheureusement, a divisé le sien. [ 4/30/2016 ]
32 milliards pour la rénovation d’un aéroport sans intérêt économique pendant que les hôpitaux manquent de tout En marge des festivités de la commémoration des 56 ans de l’indépendance du Togo, Faure Gnassingbé était au four et au moulin. C’est la seconde saison des inaugurations et des poses de premières pierres après la campagne électorale. Dans cette course effrénée, Niamtougou a bénéficié du lancement de la rénovation de son aéroport. Selon les sources officielles, cet aéroport va bénéficier de travaux d’aménagement, notamment un allongement de la piste, la construction d’une clôture, la rénovation du parking avion et de l’aérogare. L’ambition, selon toujours ces sources, est développer le tourisme régional et de faire de Niamtougou une seconde plate-forme de fret à vocation sous-régionale. Le coût de ce nouveau gâchis est estimé à 32 milliards de francs CFA, un nouveau prêt, certainement chinois, que les contribuables togolais doivent payer sur 20 ou 30 ans.  [ 4/30/2016 ]
Relecture du discours du 26 avril : Urgence sociale, décentralisation…ce que Faure a manqué de dire Quatre mois après son précédent discours à la télévision nationale, Faure Gnassingbé s’est de nouveau adressé « aux Togolais » mardi dernier, veille de la célébration de la fête nationale, le 27 avril. Pas de surprise, aucune annonce spéciale, sinon une litanie d’auto-satisfecit saupoudrée de quelques vagues évocations d’intention. Retour sur un nième discours, un de plus.  [ 4/30/2016 ]
Il était une fois… le hold up électoral du 28 avril 2015 ! Comme si c’était hier, un représentant de l’opposition à la Commission électorale nationale indépendante (Céni) se rappelle la soirée du 28 avril 2015 où Taffa Tabiou est tristement rentré dans l’histoire. Lisez plutôt !  [ 4/30/2016 ]
Le gouvernement d'union nationale commence à réceptionner les sièges des ministères à Tripoli Le gouvernement d’union nationale en Libye a réceptionné dimanche le siège du ministère des communications à Tripoli au lendemain de celle du ministère de la gouvernance locale, a-t-on appris de source sure à Tripoli. [ 4/25/2016 ]
Conseil des ministres: quelques décisions annoncées Initialement prévue pour se tenir ce vendredi 29 avril, le deuxième conseil des ministres du gouvernement du président Talon a finalement eu lieu dans la journée de ce jeudi 28 avril 2016. Le ministre d’Etat, Secrétaire général à la présidence, Pascal Irénée Koupaki, a énuméré quelques décisions à la télévision nationale en attendant le compte rendu complet. [ 4/29/2016 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
Banque de rachat de credit contre le surendettement | demande esta | Comparatif vpn sur Meilleur vpn.net | . | Rachat de credit Trouver le meilleur taux immobilier du moment.