Jeudi, 19 Janvier 2017 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Adoption ce mercredi du statut de l’opposition : L’opposition politique réduite à l’opposition parlementaire et aux députés non inscrits


  [6/13/2013 1:18:40 AM]  | Kiosque | Telegramme228 | Lu :775 fois | Commenter
 

Togo  - Le ciel rsique de s’éclaircir après les légilsatives du 21 juillet 2013. C’est ce que l’on puisse dire après le vote ce mercredi par l’Assemblée nationale du statut de l’opposition politique au Togo.




« L’opposition s’entend de l’opposition parlementaire » et concerne le/les partis représentés à l’Assemblée Nationale. Et dans ce temps, que font les partis extraparlementaires ? Ils ne peuvent pas, selon les textes, se réclamer de l’opposition mais seront régis, quant à eux, par la loi portant Charte des partis politiques. Voilà ce qui ressort de la 7ème séance de la 1ère session extraordinaire de l’Assemblée Nationale tenue ce mercredi. Assises qui ont permis de voter un le statut de l’opposition. Un texte qui détermine le statut juridique de l’opposition et qui présente ses droits et devoirs. Cependant le groupe parlementaire du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a voté contre. Cette option est justifiée selon les dires des députés de ce parti par le passage de l’article 3 qui stipule qu’on peut être au gouvernement, mais toujours garder son statut de l’opposition.

Un assemblage de trente (30) articles, le texte adopté ce mercredi est subdivisé en quatre (04) chapitres, notamment les dispositions générales, les droits et devoirs de l’opposition, le chef de file de l’opposition et les dispositions diverses et finales. C’est une loi qui, outre la détermination du statut juridique et des droits et devoirs de l’opposition, précise les conditions de renonciation à la qualité de parti politique de l’opposition. Ainsi, souligne le 1er alinéa de l’article 2, « l’opposition s’entend de l’opposition parlementaire. Elle comprend le ou les partis et regroupements de partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale, ainsi que les députés qui y siègent, et qui ont remis au bureau de celle-ci une déclaration indiquant leur appartenance à l’opposition ».

De même, ce texte laisse libre choix à tout membre de l’opposition de décider « à titre individuel de participer au gouvernement ». Quand à l’article 4, il dispose que « tout parti ou regroupement de partis politiques est libre de renoncer, à tout moment de la législature, à son appartenance à l’opposition » en prenant soin d’informer le bureau du Parlement. Et si tel est le cas, le parti qui renonce à son statut ne bénéficiera plus des avantages accordés à ceux qui ont conservé le statut de l’opposition.

Il est à énumérer entre autres droits des partis politiques de l’opposition, le droit à la sécurité des personnes et des biens, le droit aux considérations protocolaires à l’occasion des cérémonies officielles, en plus de ceux qui figurent dans le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Aussi peut-on noter sa présence tant au niveau des différents composantes de l’Assemblée Nationale que dans les organes des collectivités locales.

Pour organiser cette opposition, il est également prévu dans ce texte la place d’un chef de file. Ce chef selon les termes du nouveau statut de l’opposition politique togolaise, « est le premier responsable du parti politique appartenant à l’opposition, ayant le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale », dispose l’article 24. Il n’est pas forcément membre du parlement. En sa qualité de « président d’institution de la République », selon l’article 26, le chef de file de l’opposition « bénéficie des privilèges et avantages fixés par décret en conseil des ministres ». Mais attention, c’est un poste ad vitam aeternam, sauf en cas de démission, d’empêchement « dûment constaté par la Cour Constitutionnelle » ou encore pour motif judiciaire.

Au rang des devoirs, de cette opposition doit respect à la Constitution, aux lois, règlements et institutions de la République.

G.K, Lomé
Source : | Telegramme228


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)
.

Dans la même rubrique

Investiture: les Gambiens dans l’incertitude, Adama Barrow prête serment à l’Ambassade de Gambie au Sénégal Ce jeudi 19 janvier 2017, jour d’investiture du président gambien élu, nul ne sait avec exactitude la situation qui prévaut. Entre Yahya Jammeh qui campe toujours sur sa position, Adama Barrow qui est au Sénégal, les troupes africaines qui sont à la frontière gambienne et le Chef d’Etat-Major qui refuse de riposter, les Gambiens ne savent plus où donner de la tête. [ 1/19/2017 ]
Faure Gnassingbé 'ne voit pas le rapport' entre la dictature au Togo et l'alternance en France Au sortir du sommet de Bamako au Mali, auquel il a pris part avec certains chefs d’états africains et le président français, François Hollande, Faure Gnassingbé a été soumis à un difficile exercice de questions-réponses par la presse internationale. [ 1/19/2017 ]
Le vote des Burkinabè de l’étranger exposé au président Kaboré Les membres de la commission électorale du Faso étaient chez le président Roch Marc Kaboré le 17 janvier 2017. A l'ordre du jour, le vote des Burkinabè de l'étranger. [ 1/19/2017 ]
Décentralisation et réformes politiques au Togo : Ce qu’en pensent les diplomates accrédités L’atelier d’échanges sur les réformes politiques et institutionnelles organisé du 11 au 15 juillet 2016 par le Haut-commissariat à la réconciliation et à l’unité nationale (HCRRUN) semble avoir été particulièrement suivi par les diplomates africains et occidentaux en poste au Togo. Quelle analyse font-ils de l’initiative ? [ 1/18/2017 ]
INTERVIEW : Les vérités blessantes de Nicolas LAWSON… Du Parti du Renouveau et de la Rédemption (PRR) au deux milliards du gouvernement togolais au HCRRUN pour accompagner les victimes des violences politiques de 1958 à 2005, sans oublier l’affaire des incendies de Lomé et de Kara, la foultitude de coalitions, fronts ou collectifs de l’opposition, la nomination récente des membres de la commission de réflexion sur les réformes, la gouvernance de Faure Gnassingbé, etc. Nicolas Lawson, le président du PRR, dans un entretien accordé à notre rédaction, revient sur tous ces sujets qui font le quotidien de la vie sociopolitique togolaise. Lecture !  [ 1/18/2017 ]
Les opposants lancent une campagne contre les réformes constitutionnelles Le Forum national pour la démocratie et l’unité, un regroupement de l'opposition mauritanienne renfermant les partis politiques, les organisations de la société civile, les centrales syndicales et les personnalités indépendantes et du Rassemblement des forces démocratiques (RFD) annonce une campagne. Objectif, faire échec aux réformes constitutionnelles que le pouvoir se prépare à faire adopter par le Parlement réuni en congrès extraordinaire. [ 1/18/2017 ]
CHRONIQUE POLITIQUE DE Firmin Teko-Agbo : Faure Gnassingbé devant un journaliste Français qui ne voit pas le rapport entre faire 5 ans au pouvoir et partir et un Régime qui fait 50 ans et qui se main François Hollande qui fait 5 ans au Pouvoir et qui est en train de partir. Le Régime Gnassingbé qui fait 50 ans au Pouvoir avec Faure Gnassingbé qui tend déjà vers ses 15 ans de règne, le Président Togolais ne voit pas le rapport.  [ 1/18/2017 ]
CAP 2015 demande au gouvernement de résoudre d’urgence la crise scolaire née des revendications du CESET La crise qui secoue le secteur éducatif avec les grèves répétitives des enseignants ne laisse pas indifférent le CAP 2015. Dans une déclaration rendue publique, dont nous avons copie, il demande au gouvernement de résoudre pour une fois de bon le problème. Lire! [ 1/18/2017 ]
Me Yawovi Agboyibo, le « disciple de Jésus » ? Me Yawovi Agboyibo, le nouvel ancien président du Comité d’action pour le renouveau (CAR), disciple de Jésus ; on peut s’attendre à tout de lui, sauf ça. Puisque c’est l’homme lui-même qui l’a affirmé quelques minutes après son retour à la tête du parti.  [ 1/17/2017 ]
Succession de Jacob Zuma: la présidente de l’Assemblée Nationale se mêle à la course La guerre des tranchées se poursuit au sein de l’African National Congress (ANC) pour la succession de Jacob Zuma. Après Cyril Ramaphosa et Nkozasana Dlamini-Zuma, Baleka Mbete, la présidente de l’Assemblée nationale, veut elle aussi devenir le prochain président de la République. [ 1/16/2017 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
. | credit consommation avec moncredit.org | Comparatif vpn sur Meilleur vpn.net |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle credit consommation avec moncredit.org Serrurier Paris 6| credit consommation avec moncredit.org .