Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 3:52:22 AM Lundi, 19 Février 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Adoption ce mercredi du statut de l’opposition : L’opposition politique réduite à l’opposition parlementaire et aux députés non inscrits


  [6/13/2013 1:18:40 AM]  | Kiosque | Telegramme228 | Lu :857 fois | Commenter
 

Togo  - Le ciel rsique de s’éclaircir après les légilsatives du 21 juillet 2013. C’est ce que l’on puisse dire après le vote ce mercredi par l’Assemblée nationale du statut de l’opposition politique au Togo.




« L’opposition s’entend de l’opposition parlementaire » et concerne le/les partis représentés à l’Assemblée Nationale. Et dans ce temps, que font les partis extraparlementaires ? Ils ne peuvent pas, selon les textes, se réclamer de l’opposition mais seront régis, quant à eux, par la loi portant Charte des partis politiques. Voilà ce qui ressort de la 7ème séance de la 1ère session extraordinaire de l’Assemblée Nationale tenue ce mercredi. Assises qui ont permis de voter un le statut de l’opposition. Un texte qui détermine le statut juridique de l’opposition et qui présente ses droits et devoirs. Cependant le groupe parlementaire du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a voté contre. Cette option est justifiée selon les dires des députés de ce parti par le passage de l’article 3 qui stipule qu’on peut être au gouvernement, mais toujours garder son statut de l’opposition.

Un assemblage de trente (30) articles, le texte adopté ce mercredi est subdivisé en quatre (04) chapitres, notamment les dispositions générales, les droits et devoirs de l’opposition, le chef de file de l’opposition et les dispositions diverses et finales. C’est une loi qui, outre la détermination du statut juridique et des droits et devoirs de l’opposition, précise les conditions de renonciation à la qualité de parti politique de l’opposition. Ainsi, souligne le 1er alinéa de l’article 2, « l’opposition s’entend de l’opposition parlementaire. Elle comprend le ou les partis et regroupements de partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale, ainsi que les députés qui y siègent, et qui ont remis au bureau de celle-ci une déclaration indiquant leur appartenance à l’opposition ».

De même, ce texte laisse libre choix à tout membre de l’opposition de décider « à titre individuel de participer au gouvernement ». Quand à l’article 4, il dispose que « tout parti ou regroupement de partis politiques est libre de renoncer, à tout moment de la législature, à son appartenance à l’opposition » en prenant soin d’informer le bureau du Parlement. Et si tel est le cas, le parti qui renonce à son statut ne bénéficiera plus des avantages accordés à ceux qui ont conservé le statut de l’opposition.

Il est à énumérer entre autres droits des partis politiques de l’opposition, le droit à la sécurité des personnes et des biens, le droit aux considérations protocolaires à l’occasion des cérémonies officielles, en plus de ceux qui figurent dans le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Aussi peut-on noter sa présence tant au niveau des différents composantes de l’Assemblée Nationale que dans les organes des collectivités locales.

Pour organiser cette opposition, il est également prévu dans ce texte la place d’un chef de file. Ce chef selon les termes du nouveau statut de l’opposition politique togolaise, « est le premier responsable du parti politique appartenant à l’opposition, ayant le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale », dispose l’article 24. Il n’est pas forcément membre du parlement. En sa qualité de « président d’institution de la République », selon l’article 26, le chef de file de l’opposition « bénéficie des privilèges et avantages fixés par décret en conseil des ministres ». Mais attention, c’est un poste ad vitam aeternam, sauf en cas de démission, d’empêchement « dûment constaté par la Cour Constitutionnelle » ou encore pour motif judiciaire.

Au rang des devoirs, de cette opposition doit respect à la Constitution, aux lois, règlements et institutions de la République.

G.K, Lomé
Source : | Telegramme228


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

AUDIO/ 2e partie Emission "Paroles du Togolais" dialogue inter togolais 2018 sur icilome 2 eme partie  [ 2/19/2018 ]
AUDIO/ "Paroles du Togolais" Dialogue inter togolais 2018 sur icilome  [ 2/19/2018 ]
Video/ Eric DUPUY:"La question des mesures d'apaisement sera réglée demain à la première heure"  [ 2/19/2018 ]
vidéo/Daniel Oseï: "le reglèment intérieur fournit un éclairage sur les différents aspects du dialogue" l'Ambassadeur Daniel Oseï, porte-parole du facilitateur ghanéen, livre le resumé de la version française du règlement intérieur relatif au dialogue "Lomé 2018". [ 2/18/2018 ]
Document portant règlement intérieur du dialogue "Lomé 2018" Sur 4 pages A4, un code de conduite des pourparlers qui s’ouvrent le 19 février à Lomé. Chaque parti (UNIR et Opposition) ont droit à 7 représentants nanti d'un pouvoir de décision. [ 2/18/2018 ]
Dialogue: Une dizaine de jours pour trouver une issue à la crise politique Le point e presse des facilitateurs du Ghana sous l’égide du ministre Albert Kan Dapaah, met donc fin aux longues heures d’attente des journalistes à l’hôtel 2 février ce dimanche 18 février 2018. [ 2/18/2018 ]
Daniel Oseï: "Ce qui nous impressionne, c'est la bonne volonté des deux parties" L'ambassadeur Daniel Oseï répond aux questions des journalistes. "Ce qui nous impressionne, c'est la bonne volonté des deux parties" a-t-il déclaré [ 2/17/2018 ]
Vidéo/Ambassadeur Daniel Oseï:"le comité préparatoire se retrouve demain à 9 heures" L'ambassadeur Daniel Osseï fait le point sur le troisième jour des travaux du comité préparatoire du dialogue. A. Godfrey  [ 2/17/2018 ]
Dialogue «Lomé 2018» : toujours pas de détails au 3è jour sur le règlement intérieur Un nouvel après-midi, plus long que les deux premiers. Partis pour rédiger une déclaration conjointe relative au règlement intérieur devant régir le dialogue, le comité préparatoire n’a pu atteindre l’objectif fixé ce samedi comme promis hier à la presse. Il faut attendre dimanche dans la matinée. [ 2/17/2018 ]
Jacob Zuma démissionne pour sauver des vies humaines sur lesquelles on roule pour conquérir et garder le pouvoir ailleurs Le président sud-africain, après avoir joué la montre, sans aucune contraintes constitutionnelles surtout, a annoncé mercredi, sa démission avec effet immédiat. «Aucune vie ne devrait être perdue en mon nom », a-t-il laissé entendre, donnant ainsi priorité au sens de la valeur humaine. Au Togo où les politicards arguent que «nulle part au monde un président ne démissionne pas avant la fin de «sa vie», c’est plutôt sur des vies humaines qu’on marche pour aller prendre et consolider son règne.  [ 2/17/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .