Samedi, 13 Février 2016 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Adoption ce mercredi du statut de l’opposition : L’opposition politique réduite à l’opposition parlementaire et aux députés non inscrits


  [6/13/2013 1:18:40 AM]  | Kiosque | Telegramme228 | Lu :625 fois | Commenter
 

Togo  - Le ciel rsique de s’éclaircir après les légilsatives du 21 juillet 2013. C’est ce que l’on puisse dire après le vote ce mercredi par l’Assemblée nationale du statut de l’opposition politique au Togo.




« L’opposition s’entend de l’opposition parlementaire » et concerne le/les partis représentés à l’Assemblée Nationale. Et dans ce temps, que font les partis extraparlementaires ? Ils ne peuvent pas, selon les textes, se réclamer de l’opposition mais seront régis, quant à eux, par la loi portant Charte des partis politiques. Voilà ce qui ressort de la 7ème séance de la 1ère session extraordinaire de l’Assemblée Nationale tenue ce mercredi. Assises qui ont permis de voter un le statut de l’opposition. Un texte qui détermine le statut juridique de l’opposition et qui présente ses droits et devoirs. Cependant le groupe parlementaire du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a voté contre. Cette option est justifiée selon les dires des députés de ce parti par le passage de l’article 3 qui stipule qu’on peut être au gouvernement, mais toujours garder son statut de l’opposition.

Un assemblage de trente (30) articles, le texte adopté ce mercredi est subdivisé en quatre (04) chapitres, notamment les dispositions générales, les droits et devoirs de l’opposition, le chef de file de l’opposition et les dispositions diverses et finales. C’est une loi qui, outre la détermination du statut juridique et des droits et devoirs de l’opposition, précise les conditions de renonciation à la qualité de parti politique de l’opposition. Ainsi, souligne le 1er alinéa de l’article 2, « l’opposition s’entend de l’opposition parlementaire. Elle comprend le ou les partis et regroupements de partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale, ainsi que les députés qui y siègent, et qui ont remis au bureau de celle-ci une déclaration indiquant leur appartenance à l’opposition ».

De même, ce texte laisse libre choix à tout membre de l’opposition de décider « à titre individuel de participer au gouvernement ». Quand à l’article 4, il dispose que « tout parti ou regroupement de partis politiques est libre de renoncer, à tout moment de la législature, à son appartenance à l’opposition » en prenant soin d’informer le bureau du Parlement. Et si tel est le cas, le parti qui renonce à son statut ne bénéficiera plus des avantages accordés à ceux qui ont conservé le statut de l’opposition.

Il est à énumérer entre autres droits des partis politiques de l’opposition, le droit à la sécurité des personnes et des biens, le droit aux considérations protocolaires à l’occasion des cérémonies officielles, en plus de ceux qui figurent dans le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Aussi peut-on noter sa présence tant au niveau des différents composantes de l’Assemblée Nationale que dans les organes des collectivités locales.

Pour organiser cette opposition, il est également prévu dans ce texte la place d’un chef de file. Ce chef selon les termes du nouveau statut de l’opposition politique togolaise, « est le premier responsable du parti politique appartenant à l’opposition, ayant le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale », dispose l’article 24. Il n’est pas forcément membre du parlement. En sa qualité de « président d’institution de la République », selon l’article 26, le chef de file de l’opposition « bénéficie des privilèges et avantages fixés par décret en conseil des ministres ». Mais attention, c’est un poste ad vitam aeternam, sauf en cas de démission, d’empêchement « dûment constaté par la Cour Constitutionnelle » ou encore pour motif judiciaire.

Au rang des devoirs, de cette opposition doit respect à la Constitution, aux lois, règlements et institutions de la République.

G.K, Lomé
Source : | Telegramme228


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)
.

Dans la même rubrique

Le Roi Mohammed VI inaugure d'importants projets d'assainissement liquide et d'alimentation en eau potable à Dakhla pour plus de 46 millions d'euros Le Roi Mohammed VI a inauguré, mardi à Dakhla (Sud), d’importants projets d'assainissement liquide et d'alimentation en eau potable de la ville, réalisés pour un investissement global de plus de 46 millions d’euros (495 millions DH). [ 2/9/2016 ]
Les jeunes de l'Anc décidés à se battre pour les réformes et les locales Tout comme la Convention Démocratique des Peuples Africains (Cdpa), le bureau de la Jeunesse de l’Alliance Nationale pour le Changement (Jnc) a organisé un meeting de sensibilisation et d’information dimanche dernier à Bè-Gakpoto, à l’intention des jeunes de la fédération du 2eme arrondissement C. [ 2/13/2016 ]
Zuma malmené au Parlement par Malema et Cie Très attendu sur son discours au Parlement, le président sud-africain n'a eu à faire que quelques secondes de discours avant d'être interrompu par les députés du parti du farouche opposant Julius Malema. Après avoir fustigé et renié le président de la République, M. Malema et ses députés ont choisi de vider l'hémicycle. Cette attitude n'a pas fait l'unanimité au sein de l'opposition. [ 2/12/2016 ]
Grands travaux de réfection sur les contournements Alédjo-Défalé : L’impunité sera-t-elle encore garantie aux responsables du scandale ? A peine ouverts à la circulation, les contournements d’Alédjo et Bafilo sont déjà, de nouveau, en chantier. Les travaux initiaux sont manifestement mal réalisés, et décision a été prise de les refaire. Alors que les travaux sont en cours, aucun mot sur les responsabilités dans ce nième scandale. L’impunité sera-t-elle, cette-fois encore, garantie aux responsables ?  [ 2/12/2016 ]
Remaniement ministériel : Les ministres « UFC » sur des sièges éjectables ? Depuis quelque temps, les bruits courent sur un probable remaniement ministériel. La raison, c'est que le gouvernement Selom Klassou semble hypnotisé. Le travail du Premier ministre et son gouvernement ne se résume qu'à des ouvertures et fermetures des ateliers et séminaires.  [ 2/12/2016 ]
Elections locales : De quels préparatifs parle David Gilmour? Face à la presse mercredi dernier, le nouvel Ambassadeur des Etats-Unis au Togo, David Gilmour après avoir décliné sa feuille de route, déclarait que son pays soutient les préparatifs qu’ont entamés les autorités togolaises pour les élections locales. [ 2/12/2016 ]
Transparence de la présidentielle: les formateurs des observateurs en formation La plateforme électorale des Organisations de la société civile (Osc) a démarré hier jeudi 11 février 2016 au Palais des Congrès de Cotonou un atelier de formation de 48 heures à l’endroit des agents formateurs des observateurs. [ 2/12/2016 ]
Natchaba dément avoir été 'hué' et 'chassé' de Mango Comme on pouvait s’y attendre, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Fambaré Ouattara Natchaba a réagi par rapport aux informations selon lesquelles il a été hué dans la ville de Mango le week-end dernier. Il dément ces « allégations ».  [ 2/12/2016 ]
Report de l’élection présidentielle du 28 février au 6 mars 2016 À la suite d’une concertation entre le comité de suivi, le Conseil d’orientation et de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos/Lépi) et les prétendants au fauteuil présidentiel, l’unanimité a été faite pour le report de l’élection présidentielle initialement prévue pour le 28 février 2016. Dans un communiqué publié hier dans la soirée, la Cour constitutionnelle a autorisé le report de la présidentielle sur le 6 mars 2016. [ 2/12/2016 ]
Alliances pour le 2ème Tour: la Séléka confirme sa neutralité L’heure est aux alliances. Qui pour s’aligner derrière Faustin Touadéra, qui pour soutenir Dologuélé? Le 14 février reste un enjeu majeur et décisif. Dans cette ferveur, le Front populaire pour la Renaissance de Centrafrique (FPRC); Coalition SÉLÉKA, manifeste sa neutralité conformément aux règles en vigueur au sein de la coalition. [ 2/11/2016 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
Banque de rachat de credit contre le surendettement | demande esta | Comparatif vpn sur Meilleur vpn.net | . | Rachat de credit .