Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 7:15:18 PM Lundi, 18 Juin 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Adoption ce mercredi du statut de l’opposition : L’opposition politique réduite à l’opposition parlementaire et aux députés non inscrits


  [6/13/2013 1:18:40 AM]  | Kiosque | Telegramme228 | Lu :876 fois | Commenter
 

Togo  - Le ciel rsique de s’éclaircir après les légilsatives du 21 juillet 2013. C’est ce que l’on puisse dire après le vote ce mercredi par l’Assemblée nationale du statut de l’opposition politique au Togo.




« L’opposition s’entend de l’opposition parlementaire » et concerne le/les partis représentés à l’Assemblée Nationale. Et dans ce temps, que font les partis extraparlementaires ? Ils ne peuvent pas, selon les textes, se réclamer de l’opposition mais seront régis, quant à eux, par la loi portant Charte des partis politiques. Voilà ce qui ressort de la 7ème séance de la 1ère session extraordinaire de l’Assemblée Nationale tenue ce mercredi. Assises qui ont permis de voter un le statut de l’opposition. Un texte qui détermine le statut juridique de l’opposition et qui présente ses droits et devoirs. Cependant le groupe parlementaire du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a voté contre. Cette option est justifiée selon les dires des députés de ce parti par le passage de l’article 3 qui stipule qu’on peut être au gouvernement, mais toujours garder son statut de l’opposition.

Un assemblage de trente (30) articles, le texte adopté ce mercredi est subdivisé en quatre (04) chapitres, notamment les dispositions générales, les droits et devoirs de l’opposition, le chef de file de l’opposition et les dispositions diverses et finales. C’est une loi qui, outre la détermination du statut juridique et des droits et devoirs de l’opposition, précise les conditions de renonciation à la qualité de parti politique de l’opposition. Ainsi, souligne le 1er alinéa de l’article 2, « l’opposition s’entend de l’opposition parlementaire. Elle comprend le ou les partis et regroupements de partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale, ainsi que les députés qui y siègent, et qui ont remis au bureau de celle-ci une déclaration indiquant leur appartenance à l’opposition ».

De même, ce texte laisse libre choix à tout membre de l’opposition de décider « à titre individuel de participer au gouvernement ». Quand à l’article 4, il dispose que « tout parti ou regroupement de partis politiques est libre de renoncer, à tout moment de la législature, à son appartenance à l’opposition » en prenant soin d’informer le bureau du Parlement. Et si tel est le cas, le parti qui renonce à son statut ne bénéficiera plus des avantages accordés à ceux qui ont conservé le statut de l’opposition.

Il est à énumérer entre autres droits des partis politiques de l’opposition, le droit à la sécurité des personnes et des biens, le droit aux considérations protocolaires à l’occasion des cérémonies officielles, en plus de ceux qui figurent dans le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Aussi peut-on noter sa présence tant au niveau des différents composantes de l’Assemblée Nationale que dans les organes des collectivités locales.

Pour organiser cette opposition, il est également prévu dans ce texte la place d’un chef de file. Ce chef selon les termes du nouveau statut de l’opposition politique togolaise, « est le premier responsable du parti politique appartenant à l’opposition, ayant le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale », dispose l’article 24. Il n’est pas forcément membre du parlement. En sa qualité de « président d’institution de la République », selon l’article 26, le chef de file de l’opposition « bénéficie des privilèges et avantages fixés par décret en conseil des ministres ». Mais attention, c’est un poste ad vitam aeternam, sauf en cas de démission, d’empêchement « dûment constaté par la Cour Constitutionnelle » ou encore pour motif judiciaire.

Au rang des devoirs, de cette opposition doit respect à la Constitution, aux lois, règlements et institutions de la République.

G.K, Lomé
Source : | Telegramme228


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Opération « Togo Mort » : La Coalition des 14 se réjouit d’un « bilan largement positif » Contrairement à ce que les activistes du régime RPT-UNIR disent sur les réseaux sociaux, la journée « Togo Mort » lancée par la Coalition des 14 a été « largement suivie » ce lundi 18 juin 2018. Pour Mme Brigitte Adjamagbo Johnson, Coordinatrice de la Coalition, point n’est besoin de vouloir épiloguer sur la réussite de l’opération. Les images en disent long déjà. [ 6/18/2018 ]
Le tombeau de la tyrannie est dans le dédain militant des patriotes « Les hommes qui ont changé l’univers n’y sont jamais parvenus en gagnant des chefs; mais en toujours remuant des masses ». NAPOLEON 1er, cité par Las Casas dans le Mémorial de Sainte-Hélène , invite tous les opprimés, toutes les victimes des potentats à sortir de la somnolence pour fédérer leurs énergies dans des actions densifiées , organisées par de vrais meneurs d’hommes, ceux de la rupture comme la société civile, les artistes engagés, le clergé, les forces politiques du changement qui crachent le feu de l’adversité contre la perversité des gouvernants.  [ 6/19/2018 ]
La sortie de la Cour Constitutionnelle vue par le MPL La dernière sortie de la Cour Constitutionnelle appelant le gouvernement et la CENI à organiser les législatives avant la fin de l'année fait toujours des vagues. Dans un communiqué rendu public, le Mouvement du Peuple pour la Liberté (MPL) de Pascal Adjamagbo estime que cette sortie de la Cour dans le contexte politique actuel est « provocatrice ». Très attaché à l'avènement de l'alternance et de manière pacifique, le MPL demande « à la Cour Constitutionnelle de s’inscrire dans la logique de la réalité politique actuelle de notre pays marquée par une crise et d’œuvrer pour sa résolution plutôt que de vouloir pousser à bout le peuple togolais pacifique et qui a déjà trop souffert de cette sempiternelle lutte entamée depuis les années 1990 ». Lire le communiqué! [ 6/19/2018 ]
Antoine Folly : « Ce que la CEDEAO doit faire, c’est de mettre la pression sur le régime… » « La CEDEAO reste-t-elle la dernière chance de sortie de crise pour le Togo ? ». C'est le thème l'émission « Débat » sur Nana Fm ce lundi matin. Antoine Folly, Président de l'Union des démocrates socialistes du Togo (UDS-Togo, parti membre de la Coalition des 14) a été l’invité du jour. L’homme politique a livré son avis sur la dernière évolution de la crise socio-politique togolaise. Bonne écoute ! [ 6/18/2018 ]
Me Dodji Apévon : « Le communiqué d’Aboudou Assouma est totalement scabreux » Le dernier communiqué de la Cour Constitutionnelle fait toujours réagir les acteurs politiques du pays. Pour Me Dodji Apévon, président des Forces Démocratiques pour la République (FDR), ce communiqué est totalement « partisan ». [ 6/18/2018 ]
Raymonde Kayi Lawson de Souza traite Jean-Pierre Fabre et ses amis de la C14 d’« assoiffés de pouvoir » La journée « Togo Mort » lancée par la Coalition des 14 s’observe ce lundi 18 juin 2018 sur l’ensemble du territoire national. Mais, dans un communiqué rendu public, Mme Raymonde Kayi Lawson de Souza du Mouvement des Femmes Unir (MFU) dit « non » à ce mot d’ordre lancé par l’opposition. Pour la militante du parti présidentiel, les leaders de la Coalition des 14 sont des « assoiffés de pouvoir » et des « traîtres ». [ 6/18/2018 ]
Les activités au ralenti à Lomé A divers points stratégiques de la capitale togolaise ce lundi 18 juin, sont postés des hommes en uniforme (militaires, gendarmes et policiers) bien armés. Une ambiance tendue dans laquelle se déroule la journée « Togo mort » lancée par la Coalition des 14 partis de l’opposition.  [ 6/18/2018 ]
Majorité et opposition « se déchirent » autour de la sortie de la Cour constitutionnelle La position de la Cour constitutionnelle continue de faire couler d’encre et de salive. Quoiqu’on dise, les députés sont les premiers concernés dans le sujet qui nourrit les débats depuis le début de la semaine dernière. Certains d’entre eux ont réagi ce week-end à propos de la sortie de la Cour constitutionnelle qui a demandé au gouvernement et à la CENI de prendre leur responsabilité en organisant les élections législatives avant la fin de cette année 2018.  [ 6/18/2018 ]
Réunion politique du PDCI: Communiqué final du bureau politique du 17 juin 2018 Le Bureau Politique du PDCI-RDA s’est tenu le 17 Juin 2018 à la maison du parti à Cocody sur la convocation et sous la présidence effective de son Excellence Henri Konan BEDIE, Président du Parti. [ 6/18/2018 ]
Législatives 2018: début de l’opération d’enrôlement le 15 juin Pour le compte des élections législatives, les électeurs peuvent se faire enrôler sur la liste électorale depuis ce 15 juin. L’opération d’enrôlement sur la liste électorale durera du 15 au 29 juin prochain. [ 6/16/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .