Mercredi, 1 Octobre 2014 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Adoption ce mercredi du statut de l’opposition : L’opposition politique réduite à l’opposition parlementaire et aux députés non inscrits


  [6/13/2013 1:18:40 AM]  | Kiosque | Telegramme228 | Lu :441 fois | Commenter
 

Togo  - Le ciel rsique de s’éclaircir après les légilsatives du 21 juillet 2013. C’est ce que l’on puisse dire après le vote ce mercredi par l’Assemblée nationale du statut de l’opposition politique au Togo.




« L’opposition s’entend de l’opposition parlementaire » et concerne le/les partis représentés à l’Assemblée Nationale. Et dans ce temps, que font les partis extraparlementaires ? Ils ne peuvent pas, selon les textes, se réclamer de l’opposition mais seront régis, quant à eux, par la loi portant Charte des partis politiques. Voilà ce qui ressort de la 7ème séance de la 1ère session extraordinaire de l’Assemblée Nationale tenue ce mercredi. Assises qui ont permis de voter un le statut de l’opposition. Un texte qui détermine le statut juridique de l’opposition et qui présente ses droits et devoirs. Cependant le groupe parlementaire du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a voté contre. Cette option est justifiée selon les dires des députés de ce parti par le passage de l’article 3 qui stipule qu’on peut être au gouvernement, mais toujours garder son statut de l’opposition.

Un assemblage de trente (30) articles, le texte adopté ce mercredi est subdivisé en quatre (04) chapitres, notamment les dispositions générales, les droits et devoirs de l’opposition, le chef de file de l’opposition et les dispositions diverses et finales. C’est une loi qui, outre la détermination du statut juridique et des droits et devoirs de l’opposition, précise les conditions de renonciation à la qualité de parti politique de l’opposition. Ainsi, souligne le 1er alinéa de l’article 2, « l’opposition s’entend de l’opposition parlementaire. Elle comprend le ou les partis et regroupements de partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale, ainsi que les députés qui y siègent, et qui ont remis au bureau de celle-ci une déclaration indiquant leur appartenance à l’opposition ».

De même, ce texte laisse libre choix à tout membre de l’opposition de décider « à titre individuel de participer au gouvernement ». Quand à l’article 4, il dispose que « tout parti ou regroupement de partis politiques est libre de renoncer, à tout moment de la législature, à son appartenance à l’opposition » en prenant soin d’informer le bureau du Parlement. Et si tel est le cas, le parti qui renonce à son statut ne bénéficiera plus des avantages accordés à ceux qui ont conservé le statut de l’opposition.

Il est à énumérer entre autres droits des partis politiques de l’opposition, le droit à la sécurité des personnes et des biens, le droit aux considérations protocolaires à l’occasion des cérémonies officielles, en plus de ceux qui figurent dans le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Aussi peut-on noter sa présence tant au niveau des différents composantes de l’Assemblée Nationale que dans les organes des collectivités locales.

Pour organiser cette opposition, il est également prévu dans ce texte la place d’un chef de file. Ce chef selon les termes du nouveau statut de l’opposition politique togolaise, « est le premier responsable du parti politique appartenant à l’opposition, ayant le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale », dispose l’article 24. Il n’est pas forcément membre du parlement. En sa qualité de « président d’institution de la République », selon l’article 26, le chef de file de l’opposition « bénéficie des privilèges et avantages fixés par décret en conseil des ministres ». Mais attention, c’est un poste ad vitam aeternam, sauf en cas de démission, d’empêchement « dûment constaté par la Cour Constitutionnelle » ou encore pour motif judiciaire.

Au rang des devoirs, de cette opposition doit respect à la Constitution, aux lois, règlements et institutions de la République.

G.K, Lomé
Source : | Telegramme228


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)
.

Dans la même rubrique

Interview de Robert Dussey : « Le chef de l’Etat veut faire du Togo un pays modèle sur le style singapourien ou Hongkongais » A la 69ème Assemblée générale des Nations Unies tenue la semaine dernière à New York aux Etats-Unis, le Togo y a été fortement représenté par le chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, plusieurs membres du gouvernement, dont le ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération, Robert Dussey. A la question, quelles sont les retombées pour le Togo à cette grande réunion mondiale où 120 chefs d’Etat et de gouvernement y ont fait personnellement le déplacement, M. Dussey a répondu que le Togo est un pays qui doit se faire connaître par la diplomatie afin de lui permettre d’atteindre une croissance à deux chiffres à l’image de Singapour et de Hong Kong. [ 10/1/2014 ]
Pascal Bodjona et son conseil comparaissent devant la chambre d’accusation de la Cour d’appel mercredi L’ancien ministre de l’Administration Territoriale, Pascal Akoussoulèlou Bodjona et ses avocats comparaissent une nouvelle fois ce mercredi devant la chambre d’accusation de la Cour d’appel de Lomé, a appris l’Agence Afreepress des sources proches de l’ancien bras droit de Faure Gnassingbé. [ 9/30/2014 ]
Interview d’Alassane Ouattara sur RFI, menace ou boutade? Alassane Ouattara dans une interview accordée à la Radio France Internationale (RFI) en marge de la 69e session de l’Assemblée Générale des Nations – Unies à New York, a reconnu que sa menace de vouloir confier l’organisation des élections au ministère de l’intérieur, était une boutade de sa part. Le président ivoirien se dit convaincu que le FPI reviendrait prendre sa place à la Commission Electorale Indépendante (CEI). [ 9/30/2014 ]
Ulrich Landry Nguéma-Ngokpélé porte plainte pour agression contre les anti balakas Le journaliste Ulrich Landry Nguéma-Ngokpélé après son agression du 18 septembre par des éléments d'anti-balakas a porté plainte au parquet de Bangui.  [ 9/30/2014 ]
Législatives du 26 octobre prochain: La gent féminine à l’avant-garde Elles seront 47% de femmes parmi les candidats sur les listes électorales lors des prochaines élections législatives qui auront lieu le 26 octobre 2014 en Tunisie. Et chose intéressante, 12 % de ces femmes sont des têtes de listes, à en croire la secrétaire d'Etat tunisienne aux affaires de la femme et de la famille, Neila Chaabane. [ 9/30/2014 ]
Gilbert Bawara appelle à la responsabilité de la CENI pour un « processus électoral libre, équitable et transparent » Les membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) ont pris officiellement fonction lundi 29 septembre, avec la cérémonie de prestation de serment devant la Cour constitutionnelle [ 9/30/2014 ]
Affaire d'escroquerie internationale Les avocats de Pascal Bodjona devant la Cour d'Appel de Lomé le 1er Octobre prochain Les avocats de l'ex-ministre de l'administration territoriale et des collectivités locales seront devant la Cour d'Appel de Lomé le 1er Octobre prochain. Ce après l'incarcération de leur client le 21 août dernier [ 9/30/2014 ]
Gilbert Bawara rappelle aux membres de la CENI, leurs responsabilités La prise officielle de fonctions des membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à travers la prestation de serment lundi, a suscité la réaction du ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, Gilbert Bawara qui a convié ces membres au dépassement de toute considération politique pour un « processus électoral libre, équitable et transparent », a constaté l’Agence de presse Afreepress.  [ 9/30/2014 ]
Ouverture des discussions entre le Parlement et les groupes rivaux Afin d’éviter de tomber dans le chaos, le Parlement libyen a ouvert ce lundi à Ghadames des discussions avec l'opposition. [ 9/30/2014 ]
Joseph Kabila contre un nouveau calendrier électoral Malgré les pressions internationales, le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila maintient la date des élections « conformément au calendrier prévu » par la Commission électorale nationale indépendante (Céni).  [ 9/29/2014 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | Faites un devis sur cecomparateur mutuelle santé | voyance gratuite en ligne
EX-IN Consult
iciLome.com