Mercredi, 3 Septembre 2014 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Adoption ce mercredi du statut de l’opposition : L’opposition politique réduite à l’opposition parlementaire et aux députés non inscrits


  [6/13/2013 1:18:40 AM]  | Kiosque | Telegramme228 | Lu :428 fois | Commenter
 

Togo  - Le ciel rsique de s’éclaircir après les légilsatives du 21 juillet 2013. C’est ce que l’on puisse dire après le vote ce mercredi par l’Assemblée nationale du statut de l’opposition politique au Togo.




« L’opposition s’entend de l’opposition parlementaire » et concerne le/les partis représentés à l’Assemblée Nationale. Et dans ce temps, que font les partis extraparlementaires ? Ils ne peuvent pas, selon les textes, se réclamer de l’opposition mais seront régis, quant à eux, par la loi portant Charte des partis politiques. Voilà ce qui ressort de la 7ème séance de la 1ère session extraordinaire de l’Assemblée Nationale tenue ce mercredi. Assises qui ont permis de voter un le statut de l’opposition. Un texte qui détermine le statut juridique de l’opposition et qui présente ses droits et devoirs. Cependant le groupe parlementaire du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a voté contre. Cette option est justifiée selon les dires des députés de ce parti par le passage de l’article 3 qui stipule qu’on peut être au gouvernement, mais toujours garder son statut de l’opposition.

Un assemblage de trente (30) articles, le texte adopté ce mercredi est subdivisé en quatre (04) chapitres, notamment les dispositions générales, les droits et devoirs de l’opposition, le chef de file de l’opposition et les dispositions diverses et finales. C’est une loi qui, outre la détermination du statut juridique et des droits et devoirs de l’opposition, précise les conditions de renonciation à la qualité de parti politique de l’opposition. Ainsi, souligne le 1er alinéa de l’article 2, « l’opposition s’entend de l’opposition parlementaire. Elle comprend le ou les partis et regroupements de partis politiques représentés à l’Assemblée Nationale, ainsi que les députés qui y siègent, et qui ont remis au bureau de celle-ci une déclaration indiquant leur appartenance à l’opposition ».

De même, ce texte laisse libre choix à tout membre de l’opposition de décider « à titre individuel de participer au gouvernement ». Quand à l’article 4, il dispose que « tout parti ou regroupement de partis politiques est libre de renoncer, à tout moment de la législature, à son appartenance à l’opposition » en prenant soin d’informer le bureau du Parlement. Et si tel est le cas, le parti qui renonce à son statut ne bénéficiera plus des avantages accordés à ceux qui ont conservé le statut de l’opposition.

Il est à énumérer entre autres droits des partis politiques de l’opposition, le droit à la sécurité des personnes et des biens, le droit aux considérations protocolaires à l’occasion des cérémonies officielles, en plus de ceux qui figurent dans le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale. Aussi peut-on noter sa présence tant au niveau des différents composantes de l’Assemblée Nationale que dans les organes des collectivités locales.

Pour organiser cette opposition, il est également prévu dans ce texte la place d’un chef de file. Ce chef selon les termes du nouveau statut de l’opposition politique togolaise, « est le premier responsable du parti politique appartenant à l’opposition, ayant le plus grand nombre de députés à l’Assemblée Nationale », dispose l’article 24. Il n’est pas forcément membre du parlement. En sa qualité de « président d’institution de la République », selon l’article 26, le chef de file de l’opposition « bénéficie des privilèges et avantages fixés par décret en conseil des ministres ». Mais attention, c’est un poste ad vitam aeternam, sauf en cas de démission, d’empêchement « dûment constaté par la Cour Constitutionnelle » ou encore pour motif judiciaire.

Au rang des devoirs, de cette opposition doit respect à la Constitution, aux lois, règlements et institutions de la République.

G.K, Lomé
Source : | Telegramme228


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)
.

Dans la même rubrique

Les membres de la Commission électorale investis par le président Le président bu Botswana Ian Khama a investi mardi les nouveaux membres de la Commission électorale indépendante (CEI) à l'approche des élections générales du pays depuis l'indépendance. [ 9/2/2014 ]
Un véhicule de l'ONU saute sur une mine, 4 soldats tchadienstués Quatre casques bleus tchadiens ont été tués et 15 autres ont été blessés, dont 6 dans un état grave, lorsqu'un véhicule de la Mission de maintien de paix de l' ONU au Mali (MINUSMA) a sauté sur une mine mardi entre Aguelhok et Kidal dans le nord du Mali, a indique à Xinhua un responsable de la MINUSMA à Bamako. [ 9/2/2014 ]
Le Zimbabwe débutera un projet énergétique confié à une entreprise chinoise Des ingénieurs chinois et zimbabwéens commenceront cette semaine à travailler sur un projet majeur d'expansion des capacités de production d'électricité du Zimbabwe, qui devrait augmenter la production énergétique du pays d'un quart en trois ans. [ 9/2/2014 ]
La BAD se réjouit de l'importance accordée par le Sénégal à la gestion axée sur les résultats Le représentant résident régional du groupe de la Banque africaine de développement (BAD) au Sénégal, Mamadou Lamine N’Dongo, s’est réjoui mardi à Dakar de l’importance accordée par les autorités du pays à la problématique de la gestion axée sur les résultats de développement (GRD). [ 9/2/2014 ]
L'armée gouvernementale reprend des villes du centre Les forces du gouvernement somalien, appuyées par les troupes de la Mission de l'Union Africaine en Somalie (AMISOM), ont repris certaines villes du centre du pays dans le cadre de l'opération "Océan Indien" destinée à déloger les hommes du groupe islamiste Al-Chabaab. [ 9/2/2014 ]
Le Bénin décide de rapatrier ses ressortissants vivant en Libye Le gouvernement béninois a décidé de rapatrier d'urgence plus de 150 ressortissants béninois vivant en Libye, annonce un communiqué gouvernemental. [ 9/2/2014 ]
Gilbert Bawara charge le CST et la Coalition Arc-en-ciel « Confusion », « incohérence », « inconstance » et « contradiction ». Tels sont les qualificatifs que le ministre Gilbert Bawara (photo) de l’Administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales a utilisés mardi sur la radio Kanal FM pour dénoncer le Collectif « Sauvons le Togo » (CST) et la Coalition Arc-en-ciel qui, selon lui, sont à l’origine du retard de la recomposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).  [ 9/2/2014 ]
Fabre accuse Faure d’un détournement de 8000 milliards en 6 ans Selon le président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Jean-Pierre Fabre, la principale raison du refus de Faure Gnassingbé de faire les réformes politiques est que 9 233,5 milliards de francs CFA sont illicitement sortis du pays entre 2002 et 2011. [ 9/2/2014 ]
La Libye à la dérive Le gouvernement démissionnaire libyen, exilé dans l'Est, a reconnu ne plus contrôler les ministères et services de l'Etat à Tripoli, nouvelle illustration de la dérive d'un pays livré aux milices armées et incapable de mener à bout le processus de transition politique. [ 9/2/2014 ]
Le siège du parti de Gbagbo saccagé, le gouvernement condamne "fermement" Le gouvernement ivoirien condamne "fermement"la mise à sac lundi du siège à Abidjan du parti de l'ex président Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI), par des individus non identifiés. [ 9/2/2014 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | Offre de voyance gratuite immédiate en direct | Hotelsavecvue.com : Hôtel Lyon | Demandez une voyance en ligne
EX-IN Consult
iciLome.com