Vendredi, 18 Août 2017 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Dialogue inter-togolais :pourquoi a-t-on les yeux braqués sur Gilchrist Olympio ?


  [8/14/2006]  | Kiosque |lefaso.net | Lu :6727 fois | Commenter
 






   Alors que le dialogue inter togolais bat son plein à Ouagadougou, on observe que ceux qui sont en tête d’affiche et qui font l’objet de commentaires nourris dans les médias, ne sont pas forcément ceux sur qui on fonde le plus d’espoir pour que, de ce dialogue, sortent des solutions qui aident à l’implantation d’une démocratie durable au Togo et par contagion dans la sous région.
On parle et on reparle, sous toutes les coutures, de Blaise Compaoré. Normal C’est lui le médiateur désigné par consensus après tant de difficultés, de propositions et de récusations par toutes les parties concernées. Il n’est pas, ce qui donne quelque poids à sa médiation, un personnage quelconque puisque bonne ou mauvaise, sa réputation est ancrée dans l’opinion, et que par conséquent, il ne laisse pas indifférent. L’homme, au surplus, qui ne manque pas de force de frappe, a des raisons multiples de conduire cette médiation de laquelle il escompte des dividendes pour lui-même et pour son pays.

A côte de lui, il y a Faure Eyadema, le « fils de son père », dont on parle aussi. Il manœuvre avec sa personnalité, ses compétences propres, dans un contexte quelque peu différent qui prédispose à plus de compréhension à son endroit, et il met mal à l’aise ceux qui seraient tentés de dire systématiquement « tel père tel fils » et de répercuter sur lui, les préventions qu’ils avaient contre le père, comme le loup l’a fait avec l’agneau dans la Fable. Il fait d’autant plus l’évènement que l’Union européenne ne verrait pas d’un mauvais œil que l’on donne sa chance au jeune chef d’Etat, qui sait y faire aussi, en levant le pied sur les sanctions.

Il y a en troisième position Gilchrist Olympio et Léopold Gnininvi. Ce sont un peu les « Saint Just » de l’opposition togolaise et on peut même dire, africaine. S’il y a des politiques en Afrique qui peuvent être élus avec le moins de contestation possible au rang d’ incorruptibles, c’est bien eux. Ils ont tellement l’âme chevillée sur les principes que parfois, on a tendance à les classer dans le clan des maximalistes, fermé à tout compromis. Le fait qu’ils aient accepté la médiation du chef de l’Etat burkinabé n’en a que plus contribué, en débloquant le dialogue, à crédibiliser la médiation et donné un peu plus d’espoir à ceux qui doutaient qu’il puisse sortir quelque chose de positif dans ce énième round de réconciliation et de relance démocratique togolais.

Mais au-delà de l’impact médiatique, il faut chercher à savoir ceux qui, au bout du compte, pourraient réellement aider à faire en sorte que ce nouveau galop d’essai que beaucoup considèrent à tort ou à raison comme l’ultime dialogue, ne débouche sur un échec ou sur des solutions biaisées qui dans tous les cas, laisserait en l’état les problèmes essentiels du Togo. Ce serait dommage pour ce pays et pour l’Afrique. Il ne faut pas dans ces conditions tout miser sur les plus médiatisés : Blaise Compaoré et Faure Eyadema.

En effet, le premier présente le désagrément d’écorner le profil de l’emploi qu’il réclame en faisant dans son pays, vis-à-vis de l’opposition et de la démocratie, ce qui vaut aux Togolais de recourir aujourd’hui à une médiation extérieure. A supposer qu’il arrive à résoudre les problèmes togolais, on comprendrait encore moins qu’il laisse en plan ceux de son pays. Il est donc attendu au coin de la rue ou plutôt de la médiation, pour des concessions qui ne pourraient que réduire ses pouvoirs qu’il a toujours voulu exclusifs.

Le second, Faure Eyadema, doit ménager ses propres partisans pour ne pas trop céder à l’opposition au point de rompre des grands équilibres qui ne datent pas d’aujourd’hui et sans lesquels il ne serait pas possible de gérer le pays. C’est pourtant le défi qui lui est lancé à travers notamment les questions de la CENI mais surtout de l’armée et de l’impunité.

C’est dire que les deux Présidents marchent, quoi qu’on dise, sur des œufs et seront plutôt poussés vers un mini minimum consensuel qu’un maxi maximum consensuel.

Face à une telle situation, il faut à l’opposition togolaise, beaucoup de vigilance, de courage et de détachement pour ne pas être entraîné dans un processus de bradage des demandes maîtresses sans lesquelles il apparaîtrait impossible de ranimer la confiance nationale et de mettre la démocratie, que les Togolais attendent, sur les rails.

Les opposants africains les regardent et regardent, parmi eux, surtout Gilchrist Olympio dont on espère qu’il saura toujours mettre à côté ses états d’âme, ses ambitions personnelles pour œuvrer avec courage à faire de ce tête à tête et du cas du Togo, un exemple fondateur. Une jurisprudence pour tout le continent dans sa lutte pour la déconnexion de l’armée, de l’administration, de la chefferie traditionnelle, des autorités religieuses, de la politique et surtout du processus électoral. Un exemple qui fera dire que maintenant en Afrique, les instruments électoraux ne sont plus la « chose » des partis au pouvoir, que les médias d’Etat sont libérés de leur mainmise et que l’impunité est vaincue, la justice ayant partout gagné ou regagné son indépendance.

C’est de Gilchrist à la vérité qu’on attend que ces victoires soient remportées. Les autres opposants semblent avoir déjà fait le plein de leurs gains depuis les accords partiels du 07 juillet 2006. Si le patron de l’UFC y parvient, il n’aura pas seulement vengé avec panache son père par un combat exemplaire auquel il a consacré sa vie, ne craignant pas dans la mêlée, de l’exposer à l’occasion. Il aura aussi rendu une fière chandelle à son pays et à l’Afrique. Ne serait-ce pas là plus important que d’être Président du Togo, une gloire éternelle ?

San Finna

Source : lefaso.net

- Lire articles similaires


...
.
Publicité>



Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Les "félicitations" de Gerry Taama à Tikpi Atchadam La détermination des responsables du PNP de manifester malgré les menaces et manœuvres d'intimidation du ministre Yark Damehane surprend plus d'un. Dans sa réaction sur sa page Facebook, Gerry Taama, président national du NET a tiré son chapeau à Tikpi Atchadam. En bon ancien officier, il demande au gouvernement de lever l'interdiction de manifester. Voici en intégralité la réaction de Gerry Taama. [ 8/18/2017 ]
Les Démocrates "dénonce le ton d'activiste des ministres Yark et Boukpessi" Le parti Les Démocrates se dit scandalisé par les "propos violents" des ministres Yark Damehame de la Sécurité et de la Protection civile et Payadowa Boukpessi de l'Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, sur les médias.  [ 8/18/2017 ]
Marches de PNP : Les menaces à peine voilées de Yark Damehame Les marches synchronisées des militants et sympathisants du Parti nationaliste panafricaine (PNP) de ce samedi 19 août sont mal vues par le gouvernement. Le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame en campagne de démobilisation sur fond de menace.  [ 8/18/2017 ]
Le PNP démonte les arguments du gouvernement Le pouvoir en place multiplie en sourdine les manœuvres pour freiner l’élan de Tikpi Atchadam, le président du Parti national panafricain (PNP). Et on le sentait venir. Les itinéraires choisis pour les marches synchronisées prévues pour demain sont un argument pour le parti au pouvoir de les empêcher. Mais le président national du parti à l’emblème du cheval démonte un à un les arguments invoqués par les ministres de l’Administration territoriale chargé des Collectivités locales et son collègue de la Sécurité et de la Protection sociale.  [ 8/19/2017 ]
Marches du PNP ce samedi : Yark Damehame : « Adviendra (sic) que pourra ! », Tikpi Atchadam : « La manifestation tient ! » Devant la presse, le ministre de l’Administration territoriale et son collègue de la sécurité ont tenu hier un discours radical que d’aucuns ont qualifié de « haineux », exigeant que le parti de Tikpi Atchadam s’aligne sur leur proposition d’itinéraire, au risque de se voir réprimer. Cela n’a pas entamé la détermination des organisateurs de la marche qui maintiennent leurs manifestations.  [ 8/18/2017 ]
Le gouvernement togolais craint-il le terrorisme avec le PNP ? Intervenant ce vendredi sur la radio Victoire FM, 24 heures après la conférence de presse conjointe qu’il a donnée avec son collègue de l’administration territoriale pour donner la position du gouvernement sur la marche du Parti national panafricain (PNP), le ministre de la Sécurité et de la protection civile, le colonel Yark Damehame attire l’attention de l’opinion sur un certain nombre de choses.  [ 8/18/2017 ]
Une campagne médiatique du gouvernement contre la marche du PNP En dehors de l'outil répressif que brandissent Yark Damehame et Payadowa Boukpessi, contre la marche que le Parti national panafricain (PNP) organise demain dans plusieurs villes du Togo, dont Lomé, le gouvernement a entamé une campagne médiatique ce matin pour démobiliser et mettre en garde les responsables de ce parti. [ 8/18/2017 ]
Parade militaire pour la fête nationale 2017 Le Président de la République, Son Excellence Ali Bongo Ondimba, a ouvert ce matin (le 17 août) la grande parade militaire traditionnellement proposée par le Gouverneur militaire de la place de Libreville à l’occasion de la Fête nationale. [ 8/18/2017 ]
Yark Damehame avoue ce matin avoir peur du PNP Après la conférence de presse d'hier au cours de laquelle le ministre de la Sécurité et de la Protection civile a tenu des propos inquiétants, les émissaires du gouvernement ont envahi les chaînes de radio ce matin pour vilipender les responsables du Parti national panafricain (PNP). [ 8/18/2017 ]
Asvitto fustige la sortie de Yark et Boukpessi Les menaces du gouvernement, à travers le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame et celui de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales, Payadowa Boukpessi, ne sont pas du goût de l’Association des victimes de la torture au Togo (ASVITTO). Dans une déclaration rendue publique hier dans la soirée, cette association fustige cette sortie qu’elle qualifie de « tentative de violation des droits civils et politiques ». Lisez plutôt !  [ 8/18/2017 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
. | . | www.voirbonfilm.com |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle credit consommation avec moncredit.org | credit consommation avec moncredit.org .