Dimanche, 1 Mai 2016 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Dialogue inter-togolais :pourquoi a-t-on les yeux braqués sur Gilchrist Olympio ?


  [8/14/2006]  | Kiosque |lefaso.net | Lu :6324 fois | Commenter
 






   Alors que le dialogue inter togolais bat son plein à Ouagadougou, on observe que ceux qui sont en tête d’affiche et qui font l’objet de commentaires nourris dans les médias, ne sont pas forcément ceux sur qui on fonde le plus d’espoir pour que, de ce dialogue, sortent des solutions qui aident à l’implantation d’une démocratie durable au Togo et par contagion dans la sous région.
On parle et on reparle, sous toutes les coutures, de Blaise Compaoré. Normal C’est lui le médiateur désigné par consensus après tant de difficultés, de propositions et de récusations par toutes les parties concernées. Il n’est pas, ce qui donne quelque poids à sa médiation, un personnage quelconque puisque bonne ou mauvaise, sa réputation est ancrée dans l’opinion, et que par conséquent, il ne laisse pas indifférent. L’homme, au surplus, qui ne manque pas de force de frappe, a des raisons multiples de conduire cette médiation de laquelle il escompte des dividendes pour lui-même et pour son pays.

A côte de lui, il y a Faure Eyadema, le « fils de son père », dont on parle aussi. Il manœuvre avec sa personnalité, ses compétences propres, dans un contexte quelque peu différent qui prédispose à plus de compréhension à son endroit, et il met mal à l’aise ceux qui seraient tentés de dire systématiquement « tel père tel fils » et de répercuter sur lui, les préventions qu’ils avaient contre le père, comme le loup l’a fait avec l’agneau dans la Fable. Il fait d’autant plus l’évènement que l’Union européenne ne verrait pas d’un mauvais œil que l’on donne sa chance au jeune chef d’Etat, qui sait y faire aussi, en levant le pied sur les sanctions.

Il y a en troisième position Gilchrist Olympio et Léopold Gnininvi. Ce sont un peu les « Saint Just » de l’opposition togolaise et on peut même dire, africaine. S’il y a des politiques en Afrique qui peuvent être élus avec le moins de contestation possible au rang d’ incorruptibles, c’est bien eux. Ils ont tellement l’âme chevillée sur les principes que parfois, on a tendance à les classer dans le clan des maximalistes, fermé à tout compromis. Le fait qu’ils aient accepté la médiation du chef de l’Etat burkinabé n’en a que plus contribué, en débloquant le dialogue, à crédibiliser la médiation et donné un peu plus d’espoir à ceux qui doutaient qu’il puisse sortir quelque chose de positif dans ce énième round de réconciliation et de relance démocratique togolais.

Mais au-delà de l’impact médiatique, il faut chercher à savoir ceux qui, au bout du compte, pourraient réellement aider à faire en sorte que ce nouveau galop d’essai que beaucoup considèrent à tort ou à raison comme l’ultime dialogue, ne débouche sur un échec ou sur des solutions biaisées qui dans tous les cas, laisserait en l’état les problèmes essentiels du Togo. Ce serait dommage pour ce pays et pour l’Afrique. Il ne faut pas dans ces conditions tout miser sur les plus médiatisés : Blaise Compaoré et Faure Eyadema.

En effet, le premier présente le désagrément d’écorner le profil de l’emploi qu’il réclame en faisant dans son pays, vis-à-vis de l’opposition et de la démocratie, ce qui vaut aux Togolais de recourir aujourd’hui à une médiation extérieure. A supposer qu’il arrive à résoudre les problèmes togolais, on comprendrait encore moins qu’il laisse en plan ceux de son pays. Il est donc attendu au coin de la rue ou plutôt de la médiation, pour des concessions qui ne pourraient que réduire ses pouvoirs qu’il a toujours voulu exclusifs.

Le second, Faure Eyadema, doit ménager ses propres partisans pour ne pas trop céder à l’opposition au point de rompre des grands équilibres qui ne datent pas d’aujourd’hui et sans lesquels il ne serait pas possible de gérer le pays. C’est pourtant le défi qui lui est lancé à travers notamment les questions de la CENI mais surtout de l’armée et de l’impunité.

C’est dire que les deux Présidents marchent, quoi qu’on dise, sur des œufs et seront plutôt poussés vers un mini minimum consensuel qu’un maxi maximum consensuel.

Face à une telle situation, il faut à l’opposition togolaise, beaucoup de vigilance, de courage et de détachement pour ne pas être entraîné dans un processus de bradage des demandes maîtresses sans lesquelles il apparaîtrait impossible de ranimer la confiance nationale et de mettre la démocratie, que les Togolais attendent, sur les rails.

Les opposants africains les regardent et regardent, parmi eux, surtout Gilchrist Olympio dont on espère qu’il saura toujours mettre à côté ses états d’âme, ses ambitions personnelles pour œuvrer avec courage à faire de ce tête à tête et du cas du Togo, un exemple fondateur. Une jurisprudence pour tout le continent dans sa lutte pour la déconnexion de l’armée, de l’administration, de la chefferie traditionnelle, des autorités religieuses, de la politique et surtout du processus électoral. Un exemple qui fera dire que maintenant en Afrique, les instruments électoraux ne sont plus la « chose » des partis au pouvoir, que les médias d’Etat sont libérés de leur mainmise et que l’impunité est vaincue, la justice ayant partout gagné ou regagné son indépendance.

C’est de Gilchrist à la vérité qu’on attend que ces victoires soient remportées. Les autres opposants semblent avoir déjà fait le plein de leurs gains depuis les accords partiels du 07 juillet 2006. Si le patron de l’UFC y parvient, il n’aura pas seulement vengé avec panache son père par un combat exemplaire auquel il a consacré sa vie, ne craignant pas dans la mêlée, de l’exposer à l’occasion. Il aura aussi rendu une fière chandelle à son pays et à l’Afrique. Ne serait-ce pas là plus important que d’être Président du Togo, une gloire éternelle ?

San Finna

Source : lefaso.net

- Lire articles similaires


...
.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)


Dans la même rubrique

Paris et Tunis scellent un "jumelage institutionnel" La Tunisie fait l'objet d'une attention particulière de l'autre côté de la Méditerranée. Alors que le FMI, la Banque mondiale et l'Union Européenne se sont engagés à soutenir son développement, c'est le Parlement français qui vient de sceller une alliance avec son homologue tunisien pour renforcer la démocratie en Tunisie. [ 4/30/2016 ]
VIDEO/ Dr Klaus Treydte il n'y aura pas de démocratie valable sans démocrate  [ 4/30/2016 ]
Regain de tension à Mango : Amnesty International s’indigne, alerte et lance une campagne… A Mango, chaque jour avec son lot d’injustice. Amnesty International, une ONG de défense des droits de l’Homme, dans une campagne d’« action urgente», revient sur le cas d’Adamou Moussa et de Zekeria Namoro et bien d’autres arrêtés pour « avoir demandé justice pour les gens qui ont été tués, maltraités et détenus arbitrairement à la suite des manifestations de Mango en Novembre 2015 ». Elle invite l’opinion à écrire aux autorités politiques « à libérer immédiatement et sans condition Adamou Moussa et Zekeria Namoro, car ils sont des prisonniers d’opinion, détenus uniquement pour avoir exercé leur droit à la liberté d’expression ».  [ 4/30/2016 ]
Demande d'annulation des résultats: six candidats saisissent la cour Constitutionnelle Les résultats provisoires de l’élection présidentielle publiés le 21 avril dernier par la CENI sont loin d’être du goût de certains candidats de l’opposition. Six parmi eux, ont introduit une requête d’annulation auprès de la Cour constitutionnelle, contestant ainsi la victoire au premier tour du président sortant Idriss Deby. [ 4/30/2016 ]
Et si Yawovi Agboyibo copiait Léopold Gnininvi ? Me Yawovi Agboyibo et le Prof Léopold Gnininvi sont les avant-gardistes de l’avènement de la démocratie au Togo. Ils ont respectivement crée le Comité d’action pour le renouveau (CAR) et la Convention démocratique des peuples africains (CDPA). Si au soir de leur vie politique, le second a contribué à maintenir la stabilité au sein de son parti, le premier, malheureusement, a divisé le sien. [ 4/30/2016 ]
32 milliards pour la rénovation d’un aéroport sans intérêt économique pendant que les hôpitaux manquent de tout En marge des festivités de la commémoration des 56 ans de l’indépendance du Togo, Faure Gnassingbé était au four et au moulin. C’est la seconde saison des inaugurations et des poses de premières pierres après la campagne électorale. Dans cette course effrénée, Niamtougou a bénéficié du lancement de la rénovation de son aéroport. Selon les sources officielles, cet aéroport va bénéficier de travaux d’aménagement, notamment un allongement de la piste, la construction d’une clôture, la rénovation du parking avion et de l’aérogare. L’ambition, selon toujours ces sources, est développer le tourisme régional et de faire de Niamtougou une seconde plate-forme de fret à vocation sous-régionale. Le coût de ce nouveau gâchis est estimé à 32 milliards de francs CFA, un nouveau prêt, certainement chinois, que les contribuables togolais doivent payer sur 20 ou 30 ans.  [ 4/30/2016 ]
Relecture du discours du 26 avril : Urgence sociale, décentralisation…ce que Faure a manqué de dire Quatre mois après son précédent discours à la télévision nationale, Faure Gnassingbé s’est de nouveau adressé « aux Togolais » mardi dernier, veille de la célébration de la fête nationale, le 27 avril. Pas de surprise, aucune annonce spéciale, sinon une litanie d’auto-satisfecit saupoudrée de quelques vagues évocations d’intention. Retour sur un nième discours, un de plus.  [ 4/30/2016 ]
Il était une fois… le hold up électoral du 28 avril 2015 ! Comme si c’était hier, un représentant de l’opposition à la Commission électorale nationale indépendante (Céni) se rappelle la soirée du 28 avril 2015 où Taffa Tabiou est tristement rentré dans l’histoire. Lisez plutôt !  [ 4/30/2016 ]
Le gouvernement d'union nationale commence à réceptionner les sièges des ministères à Tripoli Le gouvernement d’union nationale en Libye a réceptionné dimanche le siège du ministère des communications à Tripoli au lendemain de celle du ministère de la gouvernance locale, a-t-on appris de source sure à Tripoli. [ 4/25/2016 ]
Conseil des ministres: quelques décisions annoncées Initialement prévue pour se tenir ce vendredi 29 avril, le deuxième conseil des ministres du gouvernement du président Talon a finalement eu lieu dans la journée de ce jeudi 28 avril 2016. Le ministre d’Etat, Secrétaire général à la présidence, Pascal Irénée Koupaki, a énuméré quelques décisions à la télévision nationale en attendant le compte rendu complet. [ 4/29/2016 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
Banque de rachat de credit contre le surendettement | demande esta | Comparatif vpn sur Meilleur vpn.net | . | Rachat de credit Trouver le meilleur taux immobilier du moment.