Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 7:13:42 PM Lundi, 18 Juin 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Election présidentielle en Algérie : les aspects essentiels des programmes de Bouteflika et de Benflis


  [4/7/2014 10:16:34 AM]  | Kiosque |Xinhuanet | Lu :578 fois | Commenter
 

Algérie  - Le compte à rebours pour l'élection présidentielle prévue le 17 avril en Algérie a commencé et les animateurs de la campagne électorale entament leur dernière ligne droite en vue de convaincre les potentiels électeurs de voter pour leur candidat. Mais pour donner sa voix à un candidat, il faudrait d'abord connaître son programme électoral.




Voici une synthèse qui met en évidence les aspects essentiels abordés par les concurrents les plus en vue, selon des experts, à savoir le président sortant Abdelaziz Bouteflika et le candidat libre Ali Benflis.


PROGRAMME ECONOMIQUE ET SOCIAL



Le staff engagé dans la campagne électorale pour le candidat Abdelaziz Bouteflika a choisi comme slogan "Notre serment pour l'Algérie".

Au plan économique et social, son programme est scindé en trois parties, à savoir le bilan de trois quinquennats : des accomplissements à préserver et à amplifier, le nouveau quinquennat : un nouveau pacte pour le développement et le progrès, et enfin de la mise en œuvre du programme de croissance.

Dans la première partie, les rédacteurs du programme du président sortant mettent en relief les réalisations à tous les niveaux réalisés par l'Algérie depuis 1999-2004, depuis le premier quinquennat du président sortant à ce jour.

Pour eux, "le retour de la paix et de la sécurité, le raffermissement de la cohésion sociale et la gestion avisée des ressources nationales ont permis le lancement de trois plans successifs d'investissements publics dans les infrastructures et le développement humain qui ont doté le pays de nouveaux atouts considérables pour la réussite de son ambition d'assurer un développement économique et social soutenu et durable". De plus, ajoutent-ils, le pays a pleinement reconquis sa place et son rôle sur la scène régionale et internationale.

Dans la seconde partie du programme, il y a lieu de conforter la stabilité du pays, d'enraciner une démocratie apaisée, une thématique qui passe par la garantie d'un service public performant et la lutte efficace contre la corruption. Aussi, il y est abordé la valorisation du capital humain, la promotion de la femme, de la jeunesse et de la culture, la construction d'une économie émergente, le renforcement des liens de solidarité sociale, ainsi que des mesures en direction de la communauté nationale établie à l'étranger.

Dans la partie consacrée à la mise en œuvre du programme de croissance, "ce plan visera la réalisation d'un taux annuel de croissance de l'économie de 7% en vue de poursuivre la réduction du taux de chômage et d'élever le niveau de vie des citoyens", conclut-on.

Le programme du candidat Ali Benflis, lancé sous le slogan "Ensemble pour une société des libertés", se découle en trois projets : celui de la réforme de l'Etat et des institutions, la stratégie nationale de développement ainsi que le projet de développement humain et social.

Dans le premier volet, 15 aspects sont développés, dont celui d'une justice indépendante et crédible, le renforcement du pluralisme politique et une consolidation de la démocratie, une plus grande transparence des institutions, un Etat plus décentralisé, une société civile plus impliquée dans la sphère publique, des libertés syndicales et d'association renforcées ainsi que le droit à l'information.

Quant au volet de la stratégie nationale de développement, la question se pose de savoir si M. Benflis arrive au pouvoir d'"améliorer l'environnement de l'entreprise et de l'investissement, d'engager une grande réforme fiscale et budgétaire et de favoriser la création d'emplois durables, de réformer la gouvernance de l'Etat actionnaire, acteur économique et régulateur et d'initier une stratégie nationale de l'énergie".

Enfin, concernant le projet de développement humain et social, le candidat Benflis promet "l'amélioration de la qualité de l'enseignement et de la formation à tous les niveaux, assurer un meilleur accès aux soins pour tous et au logement, protéger et valoriser l'Islam ainsi que le réaménagement du territoire pour assurer une meilleure préservation de l'environnement".


POLITIQUE EXTERIEURE


En matière de politique extérieure, le candidat Bouteflika s'engage dans son programme à s'inscrire dans la ligne de conduite entreprise jusque-là. "Des constantes diplomatiques pour lesquelles l'Algérie est connue".

Dans son programme, il est mentionné que l'action internationale de l'Algérie sera conforme à la charte et aux principes des Nations Unies ainsi qu'à ceux du non-alignement et des organisations dont l'Algérie fait partie.

Parmi les axes prioritaires de la politique extérieure du pays, M. Bouteflika promet qu'il s'agira du renforcement de la coopération avec les pays du Sahel.

Sur les dossiers palestinien et du Sahara occidental, l'Algérie appuiera le premier à bâtir son Etat et soutenir le second dans son droit d'autodétermination.

Si M. Bouteflika est réélu, il promet de continuer à promouvoir concrètement le partenariat et la solidarité entre les ensembles africain, arabe et méditerranéen.

Avec l'Union européenne, la coopération sera intensifiée pour aboutir, à l'horizon 2020, à la mise en œuvre de la zone de libre-échange Europe-Algérie.

Aussi, l'Algérie, qui entretient des relations amicales et une coopération de plus en plus dynamique avec les pays d'Amérique, des Caraïbes, de l'Asie et de l'Océanie, s'emploiera à les développer au double plan de la concertation politique et des liens économiques et culturels, lit-on sur le programme du président sortant.

En renouvelant la confiance en la personne de M. Bouteflika, l'Algérie contribuera dans la lutte antiterroriste, contre le trafic de drogue et les autres formes de criminalité organisée, maîtrise de la globalisation, changements climatiques, désarmement, dialogue des civilisations, et gouvernance mondiale, ajoute-on.

Pour son rival Ali Benflis, on peut lire au chapitre consacré à la politique extérieure de son programme électoral, qu'il est nécessaire de mettre en cohérence les objectifs de la politique extérieure de l'Algérie avec les choix nationaux en modernisant et en redéfinissant les missions assignées à la diplomatie algérienne dans le cadre des valeurs nationales et des intérêts de la Nation.

Au sujet des relations internationales, notamment avec le Maghreb, l'Afrique et tous les partenaires de l'Algérie, les rédacteurs du programme électoral de l'ex-chef du gouvernement sous Bouteflika (août 2000-mai 2003) ont souligné l'importance de les renforcer, tout en proposant de créer des missions économiques et commerciales dans les principaux pays partenaires commerciaux et dans les pays qui représentent un marché porteur pour les exportations.

Si les Algériens accréditent M. Benflis de leur voix, il promet de mettre en œuvre des mécanismes de coopération culturelle, éducative et universitaire, ainsi que la mise en place des mécanismes de coopération internationale décentralisée.

Pour cette échéance électorale, six candidats, dont le président Bouteflika et un de ses anciens chefs du gouvernement Ali Benflis sont entrés le 23 mars en campagne électorale, laquelle se poursuivra jusqu'au 13 avril. Ils tenteront de convaincre les 23 millions d'électeurs de voter pour eux.

Outre MM. Bouteflika et Benflis, les quatre autres candidats à la magistrature suprême du pays sont la secrétaire générale du Parti des Travailleurs (PT) Louisa Hanoune, le président du Front national algérien (FNA) Moussa Touati, le chef du parti AHD 54, Ali Fawzi Rebaine, et le leader du Front El Moustakbel (FM), Abdelaziz Belaid. Fin
Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Opération « Togo Mort » : La Coalition des 14 se réjouit d’un « bilan largement positif » Contrairement à ce que les activistes du régime RPT-UNIR disent sur les réseaux sociaux, la journée « Togo Mort » lancée par la Coalition des 14 a été « largement suivie » ce lundi 18 juin 2018. Pour Mme Brigitte Adjamagbo Johnson, Coordinatrice de la Coalition, point n’est besoin de vouloir épiloguer sur la réussite de l’opération. Les images en disent long déjà. [ 6/18/2018 ]
Le tombeau de la tyrannie est dans le dédain militant des patriotes « Les hommes qui ont changé l’univers n’y sont jamais parvenus en gagnant des chefs; mais en toujours remuant des masses ». NAPOLEON 1er, cité par Las Casas dans le Mémorial de Sainte-Hélène , invite tous les opprimés, toutes les victimes des potentats à sortir de la somnolence pour fédérer leurs énergies dans des actions densifiées , organisées par de vrais meneurs d’hommes, ceux de la rupture comme la société civile, les artistes engagés, le clergé, les forces politiques du changement qui crachent le feu de l’adversité contre la perversité des gouvernants.  [ 6/19/2018 ]
La sortie de la Cour Constitutionnelle vue par le MPL La dernière sortie de la Cour Constitutionnelle appelant le gouvernement et la CENI à organiser les législatives avant la fin de l'année fait toujours des vagues. Dans un communiqué rendu public, le Mouvement du Peuple pour la Liberté (MPL) de Pascal Adjamagbo estime que cette sortie de la Cour dans le contexte politique actuel est « provocatrice ». Très attaché à l'avènement de l'alternance et de manière pacifique, le MPL demande « à la Cour Constitutionnelle de s’inscrire dans la logique de la réalité politique actuelle de notre pays marquée par une crise et d’œuvrer pour sa résolution plutôt que de vouloir pousser à bout le peuple togolais pacifique et qui a déjà trop souffert de cette sempiternelle lutte entamée depuis les années 1990 ». Lire le communiqué! [ 6/19/2018 ]
Antoine Folly : « Ce que la CEDEAO doit faire, c’est de mettre la pression sur le régime… » « La CEDEAO reste-t-elle la dernière chance de sortie de crise pour le Togo ? ». C'est le thème l'émission « Débat » sur Nana Fm ce lundi matin. Antoine Folly, Président de l'Union des démocrates socialistes du Togo (UDS-Togo, parti membre de la Coalition des 14) a été l’invité du jour. L’homme politique a livré son avis sur la dernière évolution de la crise socio-politique togolaise. Bonne écoute ! [ 6/18/2018 ]
Me Dodji Apévon : « Le communiqué d’Aboudou Assouma est totalement scabreux » Le dernier communiqué de la Cour Constitutionnelle fait toujours réagir les acteurs politiques du pays. Pour Me Dodji Apévon, président des Forces Démocratiques pour la République (FDR), ce communiqué est totalement « partisan ». [ 6/18/2018 ]
Raymonde Kayi Lawson de Souza traite Jean-Pierre Fabre et ses amis de la C14 d’« assoiffés de pouvoir » La journée « Togo Mort » lancée par la Coalition des 14 s’observe ce lundi 18 juin 2018 sur l’ensemble du territoire national. Mais, dans un communiqué rendu public, Mme Raymonde Kayi Lawson de Souza du Mouvement des Femmes Unir (MFU) dit « non » à ce mot d’ordre lancé par l’opposition. Pour la militante du parti présidentiel, les leaders de la Coalition des 14 sont des « assoiffés de pouvoir » et des « traîtres ». [ 6/18/2018 ]
Les activités au ralenti à Lomé A divers points stratégiques de la capitale togolaise ce lundi 18 juin, sont postés des hommes en uniforme (militaires, gendarmes et policiers) bien armés. Une ambiance tendue dans laquelle se déroule la journée « Togo mort » lancée par la Coalition des 14 partis de l’opposition.  [ 6/18/2018 ]
Majorité et opposition « se déchirent » autour de la sortie de la Cour constitutionnelle La position de la Cour constitutionnelle continue de faire couler d’encre et de salive. Quoiqu’on dise, les députés sont les premiers concernés dans le sujet qui nourrit les débats depuis le début de la semaine dernière. Certains d’entre eux ont réagi ce week-end à propos de la sortie de la Cour constitutionnelle qui a demandé au gouvernement et à la CENI de prendre leur responsabilité en organisant les élections législatives avant la fin de cette année 2018.  [ 6/18/2018 ]
Réunion politique du PDCI: Communiqué final du bureau politique du 17 juin 2018 Le Bureau Politique du PDCI-RDA s’est tenu le 17 Juin 2018 à la maison du parti à Cocody sur la convocation et sous la présidence effective de son Excellence Henri Konan BEDIE, Président du Parti. [ 6/18/2018 ]
Législatives 2018: début de l’opération d’enrôlement le 15 juin Pour le compte des élections législatives, les électeurs peuvent se faire enrôler sur la liste électorale depuis ce 15 juin. L’opération d’enrôlement sur la liste électorale durera du 15 au 29 juin prochain. [ 6/16/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .