4:28:58 AM Dimanche, 26 Mai 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 
Dankpen : Les persécutions continuent. Derrick Tamandja, un proche du député Targone, échappe à un complot judiciaire du préfet Maganawè


  [7/9/2015 7:37:27 AM]  | Kiosque | Liberte hebdo | Lu :5628 fois | Commenter
 

Togo  - Le « monstre » n’a pas perdu ses réflexes rétrogrades. Le Colonel-préfet Dadja Maganawè continue de pourchasser le citoyen Tamandja Niwirmi alias Derrick Tamandja pour une lugubre affaire de fausse identité.




Il est connu dans le monde des médias et dans les milieux politiques aux cotés de l’opposition démocratique sous le nom de Derrick Tamandja. Le citoyen Tamandja est l’un des rares Togolais à jouir de ses aspirations profondes dans la jungle qu’est devenue la préfecture de Dankpen où le Colonel Dadja Maganawè règne en dictateur. Tamandja est l’un des fidèles du député Targone et répond toujours présent partout où les droits de l’Homme sont bafoués. Son interview du jeudi 09 janvier 2014 accordée au confrère Alphonse Ken et sous-titrée « Nous sommes comprimés… Dankpen est la préfecture où vous pouvez être arrêté, déféré sans aucune procédure judiciaire », a été un hérisson coincé dans la gorge de la machine machiavélique du RPT/UNIR. De son intervention sur Radio Kanal FM à la mobilisation des populations de Dankpen en avril 2015 pour le retour du député Sambrini Targone en passant par la révision des listes électorales, les manœuvres du tout-puissant Dadja Maganawé n’ont pas cessé. Il passe par les intimidations et les mises en garde. Mais depuis quelques jours, ses hommes de main passent à l’acte.

En effet, le militant des droits de l’Homme était revenu à Dankpen en 2013 après un long séjour de 14 ans au Ghana. Il est utile de rappeler que tout fils ou fille du pays bassar-konkomba a un parent de l’autre coté de la frontière ouest. En ce sens que le peuple bassar-konkomba de l’ancienne Gold Cost fait quatre fois celui du Togo. Dérrick décide alors d’établir ses papiers d’identité, et c’est ainsi qu’il constate des incohérences sur son acte de naissance. Il introduit un rectificatif au Tribunal de Première Instance de Dankpen qui lui délivre le papier. Il continue à la Mairie pour se voir attribuer la transcription. Mais en lieu et place de la transcription, l’agent de la municipalité, un certain Djassoba lui délivre un duplicata. Le duplicata établi est légalisé par le secrétaire général de la préfecture et il a continué le processus jusqu’à la brigade pour enquête d’établissement du certificat d’origine. Là, le dossier est bloqué pour faux document. A la grande surprise, c’est la Gendarmerie nationale qui surgit à la Mairie pour l’interpellation du fonctionnaire d’Etat civil. Les familles de ce dernier se sont mobilisées pour aller demander pardon et voir enfin leur fils libéré. Cette affaire date de mars 2015.

Le comble est qu’aujourd’hui, c’est-à-dire trois mois après, c’est le Commandant de Groupement par intérim l’adjudant Assiobo, car il est arrivé il y a à peine 10 jours en remplacement de Laou Aklisso appelé à d’autres fonctions, qui envoie deux de ses agents au domicile de Derick Tamandja. Heureusement que le sieur Tamandja était hors de son domicile. Mais plus tard, l’adjudant a tenu à le téléphoner pour le convoquer à la brigade. Contrairement à la procédure, aucune convocation préalable n’avait été adressée à Derrick. Donc le départ du CB Laou Aklisso qui avait considéré que c’était simplement une erreur administrative et que Derrick Tamandja n’en était qu’une victime, constitue la porte ouverte au « Préfet-président de Dankpen » d’assouvir sa vengeance.

Tout en prenant soin d’en informer la Ligue togolaise des droits de l’Homme (LTDH), Derrick Tamandja s’est rendu à la Gendarmerie dans la matinée du vendredi 3 juillet dernier. Après plusieurs heures d’interrogatoire, il a été enfermé à la gendarmerie de Kouka pour faux et usage de faux et tentative de corruption de l’agent de la mairie. « Il m’a été reproché de tenir un document faux et d’avoir corrompu le sieur Djassoba. J’ai eu droit à un interrogatoire musclé de plus de 5 heures. Je suis rapidement identifié et l’ordre a été donné de me mettre dans la cellule de 1 m sur 1. J’ai protesté en expliquant qu’à mon avis la garde à vue n’est pas une détention et que je ne devrais pas être dans une cellule mais le CB m’a dit de m’y conformer. Je lui ai fait remarquer la violation de mes droits. Lorsque ma famille m’a apporté à manger, le repas m’a été remis dans la cellule très puante où les détenus défèquent. J’ai demandé à être sorti pour manger, ils me l’ont refusé », raconte-t-il.

De sources proches de la gendarmerie, le CB informait constamment le tout-puissant préfet de Dankpen de l’évolution de l’interrogatoire. « Au cours de l’interrogatoire, le CB a régulièrement rendu compte au préfet par téléphone de l’évolution du dossier. Pourtant, il n’est ni juge ni le responsable du service de gendarmerie pour être informé de l’évolution d’un dossier de procédure pénale dans lequel il n’est pas cité. Les deux agents de la préfecture nous ont confié une fois qu’ils auraient subi d’énormes pressions pour déclarer que M. Tamandja leur a payé de l’argent pour qu’ils lui établissent un faux papier », nous confie un gendarme dont nous taisons le nom.

Le juge de la localité, Douti Laré Kolani, qui fait office de tout, était prêt à enfoncer Tamandja. Surtout qu’il avait eu maille à partir avec ce juge pendant le processus électoral. Mais le procureur de Kara a ordonné sa libération immédiate pour faute d’enquête et défaut de preuve. Ce qui fut fait le même jour. Comme quoi il y a encore au Togo des juges qui ont du respect pour la personne humaine et qui disent le droit.

Source : Liberté N°1978
Source : | Liberte hebdo


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Quel parapluie atomique pour un prince qui veut échapper à la justice face à l’effet du temps ? « Toute l’eau de la mer ne suffirait pas à laver une tache de sang ». LAUTREAMONT, dans Les Chants de Maldoror, souligne la voix stridente du crime qui réclame justice à travers le cours de l’histoire. Les assasinats crapuleux, les éliminations physiques, les crimes politiques, les disparitions forcées, les crimes contre l’humanité, les crimes de masse ont cette particularité de suivre partout leurs auteurs par-delà toutes les protections dont ils se couvrent, et parfois, jusqu’à leur tombe.  [ 5/26/2019 ]
Me Agboyibo évoque ce qui distingue la Coalition 'rénovée' de la C14 Me Agboyibo du Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) soutient que sa "Coalition rénovée" est différente de celle des 14 partis de l'opposition, aujourd'hui réduite à 7. [ 5/25/2019 ]
Me Tchassona Traoré : « Nous ne sommes pas la coalition des frustrés » Le Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD) est définitivement sorti de la Coalition des 14. Il forme désormais une nouvelle coalition dite "rénovée" avec le Comité d'Action pour le Renouveau (CAR) et le parti Le NID. [ 5/25/2019 ]
Gabriel Dossey-Anyron : 'A force d’exclure les autres, la C14 ne se retrouve qu’à 7' Devant les médias hier vendredi à Lomé, Gabriel Dossey-Anyron a révélé les raisons pour lesquelles son parti "Le NID" n'a jamais été membre à part entière de la Coalition des 14. [ 5/25/2019 ]
Présidentielle 2020 : Jean Kissi écarte l'option d'une candidature unique En conférence de presse hier après-midi à Lomé, les responsables du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), le Mouvement citoyen pour la démocratie et le développement (MCD) et Le Nid ont affiché leur position par rapport aux prochaines échéances électorales, notamment la présidentielle de 2020. [ 5/25/2019 ]
Locales/Révision des listes électorales bâclée : Les méthodes de gangstérisme d’une CENI aux ordres Pour la première fois qu’il veut organiser les élections locales, après plus de tente (30) ans de prise en otage des localités de base par des préfets et présidents de délégations spéciales, nommés pour services rendus à la dictature, le régime cinquantenaire montre encore sa face hideuse au monde entier, dans des préparatifs qui laissent le peuple sans voix. La preuve en est les quatre jours de recensement décidés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), appuyée par le gouvernement, envers et contre tous (partis politiques de l’opposition, organisations de la société civile, responsables religieux ont demandé la prorogation du délai de cette révision des listes en vain).  [ 5/25/2019 ]
Le CAR, le MCD et le NID officialisent leur coalition C’est officiel, une autre coalition de partis politiques vient de naître. Elle est présentée à la presse ce vendredi après-midi au siège du Comité d'action pour le renouveau (CAR) à Lomé. « Coalition rénovée », c'est son nom. [ 5/24/2019 ]
Pasteur Bavon : « Les prochains élus locaux risquent de rouler pour le régime » Les élections locales approchent à grands pas, et nombreux sont les candidats qui se préparent activement pour y prendre part. Mais certains observateurs affichent une position pessimiste par rapport à ce scrutin dont le processus depuis le début, est vicié.  [ 5/24/2019 ]
Conférence de presse du Gouvernement: plus de 14 536 685 184 francs CFA pour l’organisation des examens, session 2019 du MENAPLN Les ministres en charge de l’Education nationale, de la Santé et celui en charge de la Communication étaient face à la presse ce jeudi 23 mai 2019. Des questions relatives à la mise en œuvre des instructions du Conseil des ministres du 30 avril 2019, les préparatifs des examens et la situation des écoles fermées ont fait l’objet de la communication du ministre en charge de l’Education nationale. Madame le ministre de la Santé a communiqué sur les grèves des différents syndicats de son département qui se tiennent du mardi 2 au samedi 25 mai 2019. Des questions d’actualités au Burkina Faso ont été à l’ordre du jour avec le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement. [ 5/24/2019 ]
Lutte contre le terrorisme et risque de restriction des libertés publiques La fièvre des préparatifs des locales a occulté le sujet sensible du terrorisme qui est aux portes du Togo, sujet dont le régime veut se saisir pour non seulement jouer sa crédibilité auprès de la communauté internationale, mais aussi profiter pour restreindre les libertés publiques voire museler ses adversaires et même les médias. Depuis plusieurs années, le Sahel est apparu comme le maillon faible de la lutte contre le terrorisme. Une menace protéiforme sur fond d’intérêts obscurs des pays occidentaux, particulièrement la France qui joue un rôle assez trouble pour ne pas dire dangereux dans cette partie de l’Afrique.  [ 5/24/2019 ]
Autres titres de cette Rubrique
Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média