Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 12:16:56 AM Mardi, 23 Janvier 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Dans le fief de l’opposition togolaise


  [1/4/2018 3:05:05 AM]  | Kiosque |- | Lu :5551 fois | 17 Commentaires
 

Togo  - Sokodé et Bafilo, foyers de la nouvelle contestation contre le président Faure Gnassingbé, sont étroitement surveillés par l’armée. Accusés d’instrumentaliser l’islam, les imams de ces deux villes, arrêtés par les forces de l’ordre, s’expliquent à « La Croix ».




De notre envoyé spécial

Le jeune soldat est flanqué d’un uniforme un peu grand pour lui. Son léger gilet pare-balles porte les insignes de la 2e brigade d’intervention rapide (BIR). Avec d’autres, il contrôle calmement les véhicules qui entrent ou sortent de Sokodé, deuxième¬ ville du Togo. C’est le seul barrage élevé par des militaires sur les 350 km de route qui la séparent de la capitale, Lomé : une nationale plutôt en bon état, longée de carcasses de camions, de camionnettes et de voitures accidentées.

Une fois l’examen terminé, il lance un geste amical en direction du chauffeur qui reprend aussitôt sa route. On ne peut pas dire que l’ambiance soit électrique, ce jour-là, à Sokodé, foyer de la nouvelle contestation au régime depuis le mois d’août. « La libération de l’imam Alpha Alassane, le 7 décembre, a fait baisser la tension dans la rue. Les forces de l’ordre sont un peu moins visibles », explique un habitant qui préfère garder l’anonymat.

Ce jour-là, les Rouges du Semassi, la célèbre équipe de football de Sokodé, jouent au stade pour le compte du championnat national. Les tribunes sont à moitié remplies, seulement par des hommes. Les seules femmes visibles sont les petites marchandes de friandises et de rafraîchissements. Des forces de l’ordre sont regroupées dans un coin isolé. Une journée presque normale.

Sauf que les esprits ne sont pas en paix. Ils sont même toujours en colère et, surtout, très divisés. Sokodé témoigne de la fracture profonde qui déchire le Togo entre les partisans de la famille Gnassingbé, au pouvoir depuis cinquante ans, et leurs opposants. Cette fracture politique et ethnique s’étend, fait nouveau, aux soutiens traditionnels du parti présidentiel, l’Union pour la République (Unir).

Cette ville était connue pour soutenir le président Gnassingbé… jusqu’à l’été dernier. Le 19 août, à l’appel du Parti national pan¬africain (PNP) de Tikpi Atchadam, un enfant du pays, des milliers de personnes ont manifesté dans ses rues contre le projet de réforme de la Constitution : sous couvert de limiter les mandats présidentiels, il permettrait à Faure Gnassingbé d’en briguer deux nouveaux à partir de 2020.

Surprises par l’ampleur et l’exaspération des manifestants, les forces de l’ordre les ont dispersés avec brutalité, tuant deux personnes, en blessant et en arrêtant plus d’une centaine d’autres. Ce drame a envenimé la crise. La protestation a gagné le sud du pays, traditionnellement hostile au palais présidentiel. Le succès de la mobilisation du PNP a poussé les principaux partis de l’opposition à se fédérer. Ensemble, ils appellent les Togolais à marcher dans la rue contre le pouvoir, quasiment toutes les semaines. De Lomé à Sokodé, une même clameur s’élève désormais : « Gnassingbé, dégage ! »

À Sokodé, les Tems, l’une des ethnies alors alliées aux Kabyés, celle de Faure Gnassingbé, soutiennent de plus en plus ouvertement le PNP. L’unité du Nord, indispensable pour le clan au pouvoir, est désormais fissurée.

Les mosquées de Sokodé épousent cette fracture entre l’Unir et le PNP. Face à cette nouvelle situation, le pouvoir réprime les manifestations dans cette ville. Loin de la capitale, loin des médias, les choses tournent mal. Plusieurs morts sont à déplorer, des deux côtés. L’armée est envoyée pour prêter main-forte à la police. Bastonnades, arrestations arbitraires, perquisitions se succèdent.

En octobre, deux imams accusés d’être des islamistes prêchant la violence contre le régime, sont arrêtés et jetés en prison : Alpha Alassane, le 16 octobre à Sokodé, et Alpha Abdoul Wahid, le 25 octobre à Bafilo. Une foule furieuse s’est soulevée contre ces arrestations, s’attaquant aux locaux de la police, pillant et brûlant les maisons de la gendarmerie. En réponse, l’armée est lâchée, une vingtaine de personnes perdent la vie. Des centaines s’échappent en brousse, également dans le nord, à Bafilo, où la présence policière est encore plus vive.

Depuis, les forces de l’ordre quadrillent ces deux villes, les manifestations y sont interdites, les médias locaux n’ont pas le droit de parler de la crise, les conversations sont surveillées, les partisans du régime sont furieux. « Je n’avais jamais cru qu’une telle violence puisse s’abattre ici, témoigne un habitant, nous avons tous eu très peur des émeutiers et de la réaction de l’armée. Ce n’était pas bon. »

Une mère de famille : « On a peur, tout le temps, que la police vienne nous bastonner, nous voler, nous arrêter ». Dès qu’elle entend le mot « soldat », sa fillette de 5 ans crie en se protégeant la tête : « Frapper, frapper ! » Pour le régime, le mouvement de protestation à Sokodé et Bafilo est téléguidé par des islamistes. C’est la raison pour laquelle les deux imams ont été arrêtés.

Justement, l’imam Alpha Alassane accepte de s’expliquer. Cette nuit-là, dans sa maison au fin fond de Sokodé, il raconte ce qui lui est arrivé le 16 octobre : « Les militaires sont arrivés dans une dizaine de camions. Ils ont défoncé ma porte, volé mon argent et m’ont conduit à la gendarmerie où j’ai été insulté, fouetté, battu, humilié. Au bout de trois jours, j’ai été emmené en prison où j’ai mieux été traité. »

Il sait qu’à Lomé on dit qu’il prêche la haine contre le régime, qu’il utilise le Coran pour justifier les violences, qu’il en appelle à Allah pour renverser Faure Gnassingbé. Cela le fait sourire. « Je n’ai jamais appelé mes fidèles à s’en prendre violemment aux gendarmes, à leur famille et à leurs biens. » En revanche, il explique volontiers que manifester contre les Gnassingbé est un devoir pour un musulman dans la mesure où c’est prendre le parti de la justice et de la paix.« Oui, je suis proche de Tikpi Atchadam. Nous partageons la même vision de la situation. Nous luttons ensemble contre l’injustice. C’est lui, aujourd’hui, le véritable opposant au Togo. »

À une heure de route de là, Bafilo est aussi sous le contrôle de l’armée. L’atmosphère est plus lourde. Tout le monde se surveille et se contrôle. Des hommes en uniforme patrouillent dans la ville. D’autres, en civil, écoutent les conversations, s’approchent des attroupements, observent les allées et venues.

Des partisans du régime se sont constitués en milice. Ils tiennent certains quartiers, surveillent certaines routes. Les forces de l’ordre, selon les habitants, agissent en toute impunité : « Ils nous frappent, entrent dans nos maisons, nous pillent, arrêtent ceux qui protestent, nous frappent encore », explique un vieux. Son camarade hoche de la tête.

La ville est isolée. « Les agents du régime cherchent ceux qui ont manifesté,souffle un commerçant. Des listes ont été établies.Nos jeunes sont partis se cacher en forêt. » En voici un qui vient clandestinement dans la journée pour prendre des nouvelles. « Notre camp est à quelques heures de marche. Vivre en brousse depuis le mois d’octobre, c’est éprouvant. On a des camarades qui sont morts d’épuisement, de maladie. »

Blessé en octobre par des éclats de grenades, il a été soigné discrètement à Sokodé avant de se réfugier dans la forêt. « On n’a plus rien à perdre. On ne veut plus de ce régime. »

L’imam Alpha Abdoul Wahid reçoit quelques visites. Il explique : « J’ai été accusé de prêcher la violence, d’avoir envoyé les jeunes piller et caillasser les maisons des proches du régime. Mais c’est faux. » Lui aussi reconnaît, cependant, dénoncer dans ses prêches l’injustice du régime. Mais il n’utilise pas le Coran pour cela. Sunnite, il a passé quatre ans au Qatar et cinq en Arabie saoudite. « Je ne suis pas un islamiste, poursuit-il. C’est faux ! Je marche contre le régime, au côté de Tikpi Atchadam. Vous savez, je suis son oncle. »


Source : www.la-croix.com

Source :


Publicité>
Commenter cet article
Répondre à intervenant :
Référence : http://
Nom / Pseudo *
Veuillez saisir le numéro de controle ci-dessous dans l'espace texte à droite  
Controle:
     
* : Champs obligatoires
(Cliquez une seule fois!)


Commentaires


 17   GNAROU | 1/4/2018 10:56:33 PM
  Réponse à 14-El Niño
 
Tu confonds musulmans et Jihadistes!! ??

Une partie de ma famille est musulmane. Je ne pense pas que ces personnes soient des jihadistes.....!

Bon avec ton cerveau de moineau ....
 

 16   Erratum | 1/4/2018 9:37:18 PM
Le bon titre de l'article c'est :

DANS LE FIEF DES ISLAMISTES TOGOLAIS.
 

 15   Solo | 1/4/2018 6:47:28 PM
  Réponse à 13-GNAROU
 
Mon Ami,
Si jusqu'aujourd'hui il y a des gens qui continuent par croire aux jihadisme et à l'islamisme que les politiques occidentaux ont créé pour vendre des armes, alors là c'est grave. Surtout en tant qu'africain
 

 14   El Niño | 1/4/2018 3:39:00 PM
  Réponse à 13-GNAROU
 
Gnarou, tu dis n'importe quoi. Les présidents suivants: ATT, IBK, Ouattara, Bouhari, Maky Sall, ...Etc sont des musulmans. Dis-moi combien de citoyens de ces pays sont obligés de prier 5 fois par jour?

Gnarou, dit-nous un mot en allemand, puisque tu prétends y vivre.

 

 13   GNAROU | 1/4/2018 10:53:04 AM
Moi GNAROU , je ne dis que la verité depuis que je suis sur ce site !!

Aux premieres heures je vous avais dit que le PNP etait un parti islamiste et tribale !!!
Et que constatez-vous ???

L'imam lui-meme reconnait avoir sejourné au Quatar et en Arabie Saoudite !!
Où vont les autres islamistes du monde pour etre endoctrinés ??

L'ANR doit pister cet Imam et le liquider !! Sinon, demain on sera contraints à prier 5fois par jour et sans radio !!

A defaut les patriotes qui aiment ce pays doivent s'en charger !!

 

 12   Olivier | 1/4/2018 10:09:02 AM
L'iman dixit : En revanche, il explique volontiers que manifester contre les Gnassingbé est un devoir pour un musulman""" . Donc les autres personne qui sont pas de confession musulmane ne doivent pas protester contre le régime. Les manifestations sont elles réservées aux seuls musulmans ! Mr les iman on ne livre pas une guerre sainte
 

 11   j'ai dit | 1/4/2018 10:03:45 AM
M. le journaliste,
Ne déforme pas les faits. Les prêches des imams dont tu fais référence sont encore dans les mémoires. Nous sommes à l'air du numérique et tout circule. Vas sur WhatsApp pour écouter ses prêches. Il ne faut pas nous endormir. Les images des militaires égorgés ont fait le tour du monde. Malheureusement cela a ternie l'image de l'opposition à l'intérieur comme à l'extérieur.

Revenant à la cartographie politique entre le nord et le sud, il suffit tout simplement de regarder la composition des bureaux directeurs de chaque formation politique et tu te feras une idée. On a pas besoin d'être un intellectuel pour comprendre . Admets donc que ce n'est pas une créatures du régime en place. L'opposition est à l'origine de cet état de fait depuis la transition avec des actes posés et comme par hasard qui sont documentés et gardés.

Fabre qui crie aujourd’hui, pourquoi n'a t-il pas demandé à sa maman de ne pas être l’amante de Eyadema dont vous fustiges aujourd’hui ? Il a accepté les bourses d'études pour lui même et ses frères de la part de ce même Eyadema . Il habite dans la maison construite par ce dernier . Un peu de dignité !!!!

Si vous voulez chasser Faure du pouvoir parce que sa famille a fait 50 ans , attendez 2020 pour le chasser par les urnes. Personne n'acceptera une autre méthode.

 

 10   Carine | 1/4/2018 9:27:54 AM
Clément Gavi, Sioucoupe, Folikpo, Kassanda, Amah AYAYI etc passent leur temps à insulter Faure, BAWARA, Yark et autres, matin midi et soir et tous les jours, sur ce site et sur les radios privées à Lomé, personne n'en dit mot.
On vous fait gouter un peu à ce que vous faites et vous vous plaignez? HAHAHA! Souffrez qu'on insulte aussi vos leaders, c'est ça votre façon de faire la démocratie.
 

 9   KASSANDA | 1/4/2018 9:05:49 AM
Dans le fief de l'opposition et on montre une mosquée ?
C'est quoi cette photo d'illustration qui soutiendrait que l'opposition au Togo est religieuse. Cher journaliste le Togo est un pays laïque. Messieurs les journalistes de je ne sais quel journal.
La Croix c'est un journal d'obédience catholique en France. Cher compatriote ne soyons pas dupes. Les Français sont en train de peindre notre opposition au couleur de l'islam pour justifier un soutien de leur gouvernement à la dictature de Faure Gnassingbé.
Honte à vous la Croix.
 

 8   TOURE | 1/4/2018 8:57:10 AM
  Réponse à 5-TRUMP
 
Bonjour!
je pense que nous sommes sur une plate forme d'informations et d'échanges. Chacun est libre de donner son avis c'est sa qui fait avancer le pays mais pour quoi insulté?
On devra faire l'effort de s'abstenir des insultes entre nous et surtout sur nos Leader.
 

 7   Pyabalo | 1/4/2018 8:39:40 AM
Vos erreurs monumentales dans cet article sont inacceptables aux yeux de ceux qui connaissent bien Sokodé en général et la communauté Tem en particulier.

Vous affirmez :
"Cette ville était connue pour soutenir le président Gnassingbé… jusqu’à l’été dernier."
Cela est archi faux car Sokodé a toujours été à 99% un des bastions de l'opposition depuis toujours. Je vous renvoie à notre lutte pour la démocratie enclenchée au début des années 90s.

Deuxième erreur grandiose :

"À Sokodé, les Tems, l’une des ethnies alors alliées aux Kabyés, celle de Faure Gnassingbé, soutiennent de plus en plus ouvertement le PNP. L’unité du Nord, indispensable pour le clan au pouvoir, est désormais fissurée."

Tems et Kabyès sont certes des ethnies frères proches l'une de l'autre, mais jamais des alliées sur le plan politique surtout vis-à-vis de ce régime sanguinaire et barbare.

Par ailleurs, l'unité politique du Nord dont vous parlez montre que vous tombez dans le piège de ce régime. Le Nord n'a jamais été homogène à l'instar du Sud dans le soutien ou le désaveu de ce régime depuis l'époque Eyadéma.

Alors, de grâce M. le journaliste, vous devez faire preuve de plus de professionnalisme en ces moments difficiles que traverse notre pays. Pour ta gouverne, le Sud n'a jamais été totalement opposé à ce régime et le Nord n'a jamais été totalement acquis à ce pouvoir. Concentrons nous sur l'essentiel, à savoir le départ pur et simple de régime qui n'a fait que trop duré. Ce que réclament aujoird'hui tous les Togolais qu'ils soient du Sud, du Nord, de l'Est ou de l'Ouest
 

 6   Yaovi | 1/4/2018 8:08:36 AM
Faux Sokodé n'a jamais soutenu le RPT la preuve souvenez vous de DJOBO Boukari et des députés de l'opposition dans cette ville. Bref à Sokodé la carte politique n'a pas changé. UNIR aura toujours le même nombre de député à TCHAOUDJO. C'est l'ANC qui sort perdant au profit du PNP.
 

 5   TRUMP | 1/4/2018 8:02:33 AM
Monsieur le gourou sanguinaire terroriste djihadiste Sale fou au visage de zèbre Atchaharam,
Comprenez que nous voulons tous l'alternance politique mais pas à n'importe quel prix. Surtout pas à la manière terroriste. On ne remplace pas un voleur avec un sorcier. Regardes autours de toi, que des dégâts:
Des morts de part et d'autres avec des parents et orphelins que votre coalition a abandonné à leur triste sort, des blessés que vous ne visitez même pas, sans parler des aides pour leurs soins que vous fuyez, des déplacés, des destructions de biens publics et privés etc. Loin de s'incliner avec humilité devant les victimes, tu racontes encore des idioties.
A travers tes méthodes, les gens sont divisés, les commerçants sont en faillite. Imagines ce qu' endure la bonne femme qui vend du riz ou des fruits à Atikoumé. Son commerce est à terre alors que déjà pauvre, son activité lui permet de survenir aux besoins de sa progéniture. Elle ne peut pas vendre chaque fois que les marches sont annoncés. Même si elle dresse son étalage, elle est agressé par vos voyous et drogués. Pourtant, elle n'a rien à voir avec la politique. Je ne parle plus des boutiques qui jalonnent le passage de vos imbéciles de marcheurs qui pour la plupart sont sous prêt et doivent payer des loyers, des employés et des frais divers de fonctionnement. Les malades qui doivent etre évacués dont les domiciles sont sur vos itinéraires ne peuvent pas l’être et vous en êtes content.
En raison des incendies de plusieurs véhicules de transport à Sokodé et les violences provoquées par vos salopards, désœuvrés, criminels, casseurs, destructeurs à Lomé, les investisseurs ont vidés le Togo et vous en êtes fiers.
Monsieur le Sale fou au visage de hiboux,
Vous faites pitié, car c'est toujours facile pour vous d'envoyer les gens aller provoquer les forces de l'ordre et se cacher vous même dans un trou. Pendant ce temps, celui que vous haïssez, Faure est tranquille, imperturbable dans son palais. Alors que les réformes sont actés.
Votre bilan est désastreux, vous avez aggravé la pauvreté dans notre pays.
De surcroit, je trouve curieux que vous qui vous attribuez le titre de maitre juriste, que vous soyez incapable de définir le référendum en le confondant à la tentative d’insurrection que vous avez provoqué et qui a finalement échoué.
Vous n’êtes qu'un imposteur, un psychopathe, un anti démocrate, un toqué, un fou suicidaire, un farfelu, un zouave, ...., un homme dangereux.
Vous êtes un voleur et un détourneur de militants à Jean Pierre Fabres. La vérité est que vous avez fait tous ça pour lui voler la place de Chef de File. Imbécile!
Vous ne méritez pas une bonne année!
 

 4   jihadiste Atchadam | 1/4/2018 6:15:40 AM
  Réponse à 1-Gbogbo
 
Il fallait dire "Je vais tuer tous ces militaires nuls "
Crétin !
 

 3   Gnarou | 1/4/2018 5:48:44 AM


L’INTÉGRALITÉ DU PRÊCHE DE L’IMAM DE SOKODÉ ALFA HASSAN QUI A MIS LE FEU AUX POUDRES ET QUI CONTREDIT LA VERSION DU GRAND MENTEUR DE LA RÉPUBLIQUE YARK DAMEHANE


Louanges à Allah qui n’a pas engendré et qui n’est non plus engendré, et qui n’a rien de comparable. Et c’est lui qui fait ce qu’il veut. J’atteste qu’il n’y a point de divinité à part Allah, et j’atteste également que Mahomet est son serviteur. Que la paix d‘Allah soit sur lui et ses fidèles compagnons et sur tous ceux qui vont suivre ses pas jusqu’au jour de la rétribution. Ceci dit je crois que notre sermon d’aujourd’hui est basé sur deux sourates: la première sourate nous dit que l’intention d’Allah est au-dessus de celle des ennemis.

La deuxième sourate nous apprend que la nervosité ne doit pas nous conduire à l’injustice. Après ces deux sourates, ce qu’Allah veut de nous s’il lui plaît nous allons l’entendre. Allah le très exalté dit je cite « ils ont formulé de mauvaises intentions mais je les ai devancés ». Et Allah est le meilleur. La sourate a été révélée à l’endroit des malfaiteurs en ce qui concerne leurs mauvaises intentions et initiatives sur les serviteurs d’Allah. Allah est le meilleur dans toute chose.

Si l’homme monte, Allah peut démolir et si l’homme cache Allah peut découvrir mais si Allah cache nul ne peut découvrir. Leurs mauvaises intentions sur le peuple togolais, Allah dit qu’il a aussi de mauvaises intentions à leur endroit. Leurs mauvaises intentions n’auront pas d’effet mais celles d’Allah auront d’effet. D’ailleurs depuis le 24 passé nous avons créé un tribunal pour juger les militaires togolais. Son nom c’est : cour spéciale nationale inter-militaire togolais que nous avons installée au sommet d’une montagne.

Ce tribunal est au-dessus du plus haut sommet du Togo. Nous y conduirons tous les mauvais militaires pour les juger. Nous allons condamner à mort tous ceux qui le mériteront. Nous avons créé cette cour avec l’appui des officiers américains. Celui qui sera condamné à mort peut être tué dans sa chambre, dans son bureau. Il peut être tué dans son déplacement. On peut le tuer dans son véhicule. Je vous avais demandé de vous apprêter. Désormais nous ne ferons plus nos sermons avec leur courant électrique, ça c’est rien du tout.

Quand je mettrai mon groupe électrogène en marche, ils n’ont qu’à venir l’arrêter. Mes amis ce n’est plus de la blague d’autant plus que le militaire togolais considère son frère civil comme ennemi, nous avons invoqué Allah qui nous a donné la solution : la cour pénale nationale inter-militaire togolais. Nous allons les juger un à un et les condamner à mort. Je vous ai dit que cette cour se trouve au sommet d’une montagne la plus élevée du Togo. Le tribunal est détenu par les plus forts des forts dans la justice. Nous l’avons créé spécialement pour les militaires togolais. A chaque instant qu’ils formuleront l’intention de combattre les serviteurs d’Allah, Allah anéantira cette intention.

Comment peuvent-ils dire qu’ils vont transformer Sokodé en un champ de maïs. Ils vont jusqu’à dire que Sokodé va devenir un village. Nous n’allons pas rester sans réagir. Il va falloir qu’on mène une réflexion puis faire ce qu’Allah nous a facilité. C’est le premier titre.

Deuxièmement j’entends les gens dire que le militaire en allant au service, qu’il prenne avec lui sa femme et ses enfants. Je mets en garde tous ceux qui profèrent ces menaces. La femme du militaire n’a offensé aucun peuple togolais. L’enfant du militaire non plus. La femme du militaire est comme toi aussi ta femme, son enfant est aussi comme ton enfant. L’enfant ne doit pas payé les dérives de son père. Le Coran l’interdit. Le coran dit « que les offenses des uns ne vous pousse pas à l’injustice ou à déverser vos colères sur les innocents ».

Je mets en garde tous ceux qui profèrent des menaces à l’égard des femmes et des enfants des militaires. Si on apprend qu’un enfant ou une femme d’un militaire a été agressé, nous ferons tout notre possible pour mettre la main sur les coupables et les égorger en public comme les moutons. Ni la femme d’un militaire ni son enfant n’ont offensé personne.

Il ne faut pas offenser un militaire s’il est innocent. Ne touchez pas à un militaire s’il n’a rien fait aux civils. Mais si un militaire tape un civil et regagne sa maison saine et sauve, sachez qu’il est en bon terme et prend bien soin de sa mère. Avant-hier on a aperçu des militaires sur la route de Foulandi Pafilè en train de ramasser des cailloux dans des sacs pour venir lancer contre les civils. C’est honteux pour les militaires togolais.

Les militaires avec des sacs ils ramassaient des cailloux pour lancer contre des gens dans la ville. Vraiment ça fait pitié. Vous me dites que tout ceci ne provient pas du Président, qu’il ne l’a pas ordonné ? Vous me demandez d’aller voir le Président lui demander s’il est au courant. Mais pourquoi il ne l’interdit pas ? Et c’est vrai nous sommes conscients qu’il ne peut jamais ordonner cela mais pourquoi il ne l’interdit pas ? C’est là le problème. On m’a donné le nom d’un policier. Il est à Sokodé ici. Chaque fois que nous avons la marche, ce sont des balles réelles qu’il met dans son fusil.

Quand on tape quelqu’un et que la personne est sérieusement atteinte c’est le policier-là qui l’a tapée. J’attends le jour où je vais rencontrer le président et s’il plaît à ALLAH j’aurai l’occasion de le rencontrer. Le jour-là je ferai venir le policier en question. C’est pourquoi nous avons créé ce tribunal. Ecouter, la formation des policiers et gendarmes est différente de celle des militaires. On enseigne le militaire comment tuer, comment anéantir l’homme. Alors qu’aux policiers et gendarmes on leur apprend comment menotter l’homme et calmement le conduire à l’endroit qu’il faut, comment amener l’homme à avouer ses fautes. Quant aux militaires on leur apprend à tuer, on a les parties sensibles qu’il faut toucher pour faire lui faire perdre ses sens ou mourir. Bref à un militaire on apprend à gérer l’ennemi.

Donc le citoyen togolais est devenu l’ennemi du militaire togolais ? Voyons cette situation. Vous les avez amenés dans la ville avec leurs armes pour qu’ils nous tuent. Nous avons Allah, ils ne pourront pas nous tuer. C’est honteux. Dans l’avenir les militaires togolais ont compromis leu histoire. Nos arrières descendants auront de la peine à écouter leur histoire. C’est comme ils sont les seuls puissants. J’ai fait voir l’image de l’enfant dont on a cassé la tête à une personnalité qui pense au bien-être de ce pays. Il n’a pas eu le courage de la regarder. Un petit enfant qui n’était même pas sorti pour la marche mais plutôt envoyé par sa mère.

Dans le respect de la loi même en état de guerre il est interdit de tuer des catégories d’hommes notamment un enfant et une femme ou une vielle personne de même qu’un jeune homme non armé. Ce sont là les règlements militaires que je t’apprends toi militaire togolais. Les enfants que vous avez froidement abattus ça a servi à quoi ? Pourquoi vais-je te dire que je ne t’aime pas alors que tu es un homme ? Mais ce que les militaires font n’est pas humain. Donc s’ils veulent nous dire qu’ils sont forts, Allah nous a donné les plus forts qu’eux.

Si tu es un homme doté de tous tes sens tu devrais apprendre les règlements de tout métier. Quand on prend en compte tout le comportement des militaires à Sokodé on verrait qu’ils sont tous passibles de peine de prison dans un état de droit. Ils ont tous outrepassé la loi. Nulle part au monde vous ne verrez de pareille situation. Nous ne sommes pas en guerre. Autre chose, même dans un état de guerre ; quand on poursuit quelqu’un et la personne trouve refuge dans une mosquée, dans une église ou chez un chef on ne lui tire plus dessus.

Mais les militaires togolais sont rentrés dans les mosquées pour frapper les gens. Hier j’ai indiqué à l’officier que quand on ferme la porte que voici, on verra les empreintes des rangers d’un militaire. Il a poussé pour ouvrir. On a refermé. Il a encore forcé avec un coup de pied avant de lancer une grenade dans la mosquée pleine de fidèles. Celui qui a eu une main brisée parmi les militaires, ils poursuivaient les enfants qui se sont réfugiés dans la cathédrale. C’est dans sa tentative de lancer la grenade qu’il a perdu la main. Il n’a qu’à lancer cette grenade avec cette main encore on va voir. C’est sa punition de la part d’Allah.

Je jure au nom d’Allah. N’ayez pas peur des militaires. Vous êtes plus forts qu’eux. Même si tu es un infirme ou un non voyant saches que tu es plus fort qu’un militaire, car c’est son uniforme que tu respectes et non sa personne. Vous qui vous croyez important à Sokodé ici, vous n’êtes rien. Vous n’êtes pas plus proche du président FAURE que moi. Ecoutez : vous n’êtes que des vantards. Vous n’êtes que des faux types, des voleurs et vous criez être de l’UNIR. Vous n’êtes que des vaut riens.

Le président FAURE ne vous aime pas. Il m’aime plus que vous. Il a plus besoin de moi plus que de vous. Jusqu’alors je ne fais que vous dire la vérité. Je ne le détesterai jamais mais ce sont ses actes que je déteste. Déverser des militaires qui considèrent des gens comme des animaux sauvages c’est pourquoi Dieu les honnit. Ils verront encore plus de honte comme ils ont ciblé la ville de Sokodé. Je vous jure vous allez regretter dans cette ville. Sans arme vous allez regretter. Tout militaire va regretter cette ville. Hier j’ai rencontré un officier qui dit être dégouté de la ville de Sokodé. Je lui ai dit qu’il n’est pas dégouté de la ville de Sokodé et qu’il le sera davantage. Comme vous nous avez provoqués vous verrez devant vous des garçons. Nous allons vous montrer et vous allez regretter.

On m’a apporté un enfant de 10 ans qu’on a frappé jusqu’à lui déchirer les veines. Au nom d’Allah, c’est un écolier, cet enfant là même, s’il lançait un caillou, cela n’aurait pas d’effet sur sa victime. Puis qu’il n’a même pas encore de force pire encore il n’a rien fait. Voudriez-vous qu’après ces actes que vous posez qu’on vous fasse applaudir par les enfants. Remerciez le coran et l’éducation que nous avons reçue de nos arrières parents. C’est grâce à cette tolérance que vous vous considérez comme étant des garçons alors qu’en réalité, vous n’être rien du tout. Vous faites des faux rapports, j’étais en discussion avec un proche du président qui subitement s’est fâché et a appelé un officier supérieur qui lui disait que la marche est terminée mais les marcheurs ont refusé de quitter les lieux et celui-ci de demander et après ?

L’officier en question disait que les marcheurs ont commencé par leur lancer les cailloux. C’est là que je lui ai dit c’est faux. Ce sont les militaires qui provoquent car ils ont une prime de 30 mille francs quand ils tapent les gens. Nous ne sommes pas encore en confrontations pourquoi vous apprêtez en ramassant des cailloux et en vous procurant des frondes ? Je reviens une fois encore à vous qui proférez des menaces en disant aux militaires d’amener avec eux leurs femmes et enfants au service. Quelqu’un a commis une bêtise l’autre fois n’eût été l’intervention du chef de Kpangalam et de Monsieur Atchadam, j’allais l’étrangler. Je lui-même déjà pris dans le cou.

Nous allons toujours manifester mais pacifiquement et sans violence. C’est ce que Monsieur Atchadam ne cesse de dire. Nous sommes des civils et nous y resterons. Ils ont voulu nous transformer en militaires mais nous avons refusé. Comme nous sommes pacifiques, voyez comment Allah nous récompense. Je vous jure, ce n’est pas avec le lancer de cailloux mais sans armes. Si on tue un civil à Sokodé ici, sur toute l’étendue du territoire, c’est 150 militaires qui mourront. Jusqu’à ce qu’ils tuent 100 civils, ils finiront tous. Ils n’ont aucune cérémonie à faire pour éviter cette situation. Soit, ils acceptent discuter avec nous. Après la mort d’un civil, ils ne seront plus en paix. On ne va pas tirer sur eux ni leur jeter un caillou.

Nous avons invoqué Allah, il a accepté ; oublié les soi-disant ALFA, étourdis qui ne savent pas où ils vont. Le coran est un remède pour celui qui connaît mais une perte pour un ignorant. Il y a quelqu’un à Kpalimé qu’on appelle ‘’Je ne sais quoi’’. Qu’il m’attende à Kpalimé. Le jour où j’arriverai, on me l’amènera comme une chèvre destinée à la cérémonie de purification. C’est là qu’il saura qu’il y a ALFA dans ALFA. Si ce n’est pas un vaut rien, lui il peut me contredire ? Vous avez quelle sincérité ? Qu’avez-vous fait pour plaire à Allah pour qu’il vous donne le savoir bénéfique ? C’est l’argent des Arabes qui vous nourrit. Comme vous ne mangez pas à la sueur de vos fronts, vous ne savez pas que c’est pénible. Vous autres, gardez vos armes et vos gaz et faites tout ce que bon vous semble mais sachez que Allah a déjà accepté nous autres nos invocations. A tout moment que vous vous apprêtez à nous agresser, Allah enverra ses anges venir vous combattre. Le président Faure n’a d’option que de venir discuter avec nous pour qu’ensemble nous puissions lui trouver une porte de sortie. Qu’il parte avec honneur sinon ses militaires ont déjà compromis tout son plan.

Nous ne pouvons pas subir tous ces actes de vandalisme et prétendre qu’on soutienne le président alors que vous continuez dans ces actes. Moi je veux son honneur et non son déshonneur. Et il sera honoré s’il nous écoute. Ce dont vous lui voulez ne se réalisera pas. Je veux vous dire la vérité, nous allons conduire un Colonel dans notre tribunal peut-être cette semaine. Il a commis trois grands crimes. Premièrement, il a ordonné qu’on tire sur ses frères. Secundo, il a payé pour qu’on m’assassine et enfin il ment dans le compte de ses frères d’armes. C’est ce pourquoi nous allons le juger alors qu’il est sans avocat.

Dans notre tribunal, il n’y a pas d’avocat. Après le procès du Colonel, nous enverrons un Général, il a menti dans le compte de mon fils. Il dit que mon fils est un rebelle alors que quand je me rendais chez lui, c’est ce fils-là qui était au volant de mon véhicule. Il l’a salué, il l’a même serré la main. Toi qui est militaire, tu n’appelles pas ton fils rebelle, c’est le mien que tu appelles rebelles, est-ce qu’il connaît l’arme ? Mais Aboubacar dont je vous ai présenté la photo, c’est Allah seul qui sait comment cette photo m’est parvenue même si je demandais à Allah pourquoi il m’a envoyé cette photo, il ne me répondra pas, c’est moi qui l’ai dénoncé.

Il a commis trop de crimes et Allah s’est fâché contre lui. Il a dit qu’il a 300 éléments à infiltrer à chaque marche, lui-même y compris. Devant un tel acte, un Cotocoli mérite une condamnation. Lui et moi nous sommes du même village mais il n’est pas sérieux, c’est un malfaiteur. Il ment qu’il est proche des leaders de PNP alors qu’il ne l’est pas. Il fait des faux rapports au Colonel YARK. Allah l’a dénoncé ; ils seront tous dénoncés de la même manière. Je vois tout sauf là où je n’ai pas braqué mes radars. Je veux vous dire la vérité aujourd’hui. Vous et moi, nous ne sommes pas égaux.

Comme nous nous disons musulman, il va falloir qu’on l’est dans nos actes. Vos enfants et les enfants des militaires peuvent être amis, ce n’est pas un problème. Vos femmes peuvent nouer l’amitié avec les femmes des militaires ; il n’y a pas d’inconvénients. Mais le militaire, il peut être ton fils, ne lui fais jamais confiance. Si un militaire demande en mariage ta fille, ne l’accepte pas car si on l’envoie de prendre, il le fera, te tuer, il te tuera, c’est la formation a lui donnée. Il est ingrat, il n’est jamais reconnaissant. Il va falloir qu’on les redresse pour qu’il retrouve la raison et qu’ils redeviennent des humains par la grâce d’Allah. Ceci pour ceux qui peuvent encore l’être. Sinon parmi eux, il y en a plein qui ne verront plus de changement. Ils ont exagéré jusqu’à en courir la colère d’Allah.

Allah a toujours fermé les yeux sur leurs actes mais l’agression des deux enfants notamment l’enfant dont la maman a parlé à l’hôpital, qu’elle l’a envoyé faire transfert ou Flooz puis on l’a intercepté au carrefour, le molester avant de le prendre dans une ambulance pour dire qu’il a fait un accident. Le lendemain matin, lorsque l’enfant les a aperçus à l’hôpital, l’enfant a crié, maman, les voilà, ils sont là pour encore me frapper. Ceux sont eux qui m’ont frappé hier et à eux de dire nous nous sommes venus à ton chevet ; ce n’est pas nous qui t’avons frappé ce qui veut dire, si ce ne sont pas ceux-ci, ce serait leurs frères d’armes qui l’ont frappé et cet enfant conduit à moi hier par son père et dont les mains ne fonctionnaient plus car les nerfs et les veines sont déchirés. Le jour où je verrai le président, je lui présenterai ces deux images avant de lui demander ses impressions. Vous me demandez sans cesse de rencontrer le président, je le rencontrerai par la grâce d’Allah pour que ça nous facilite la tâche de même que lui.

Nous ne lui souhaitons aucun mal. Je lui veux aucun mal sinon il serait demis depuis de ses fonctions. Moi je veux qu’on se comprenne et qu’il parte avec honneur alors qu’Allah nous donne cette chance. J’attire l’attention des militaires déployés à Sokodé de ne pas emprunter les pistes et les tronçons que j’ai l’habitude d’emprunter ; à partir de ce jour, qu’ils cessent d’emprunter les mêmes voies que moi. Je ne veux plus les rencontrer. Comme nous leur demandons de quitter la ville et ils y persistent, c’est la conséquence. Soyez patients. Quand le plus fort piétine le faible, le faible appelle Allah au secours.

C’est le secours d’Allah qu’on implore, implorez-le donc ; il enverra ceux qui vont combattre en votre nom. Il l’a fait le 5. Ceux qui ont vu, ont vu, ils étaient là sur le terrain. Les menteurs, les hommes sans paroles, les colporteurs auront une fin très triste. Notre frère dont je viens de vous parler, il ment qu’il est proche d’Atchadam, lui il est qui pour être proche de ce grand homme ? Si quelqu’un vous dit que ce régime en place a de l’avenir, dites-lui que c’est faux. Les cailloux sont devenus plus puissants que les balles. Si un enfant a lancé un caillou à un militaire qui s’est retrouvé par terre, sachez que c’est un ange qui lui a lancé la pierre. C’est pourquoi nous allons ressusciter l’apprentissage du coran ce fut le cas au temps de nos parents. Les enfants resteront à même le sol pour apprendre à lire le coran ; c’est la volonté d’Atchadam. Je vous mets en garde, un enfant d’un militaire, la femme d’un militaire ne doit pas payer pour les crimes que son père ou son mari a commis.

Que Dieu les protège (3 fois). S’il y a la marche un jour et que vous sortez, si vous voyez les militaires. Dites-leur que ça fait pitié. Dites-leur comme ça, ça fait pitié. Au nom de Dieu, ils vous feront pitié, qu’ils décident de vous lancer les grenades ou de vous bastonner, ce jour-là, eux-mêmes, ils sauront. Nous ne sommes ni des moutons ni des bœufs. Mais le policier dont le nom m’a été donné et qui frappe les gens et qui casse les têtes, le jour que tu vas te frapper toi-même viendra. Ce que tu fais des gens, le jour-là ce n’est personne qui te le fera. Tu te le feras toi-même. C’est dans un court délai, ça peut être aujourd’hui ? C’est lui qui tire sur les gens. C’est son frère d’arme qui m’a filé la mèche. Il est l’auteur des bastonnades sauvages.

Que Dieu les protège (3 fois). S’il y a la marche un jour et que vous sortez, si vous voyez les militaires. Dites-leur que ça fait pitié. Dites-leur comme ça, ça fait pitié. Au nom de Dieu, ils vous feront pitié, qu’ils décident de vous lancer les grenades ou de vous bastonner, ce jour-là, eux-mêmes, ils sauront. Nous ne sommes ni des moutons ni des bœufs. Mais le policier dont le nom m’a été donné et qui frappe les gens et qui casse les têtes, le jour que tu vas te frapper toi-même viendra. Ce que tu fais des gens, le jour-là ce n’est personne qui te le fera. Tu te le feras toi-même. C’est dans un court délai, ça peut être aujourd’hui ? C’est lui qui tire sur les gens. C’est son frère d’arme qui m’a filé la mèche. Il est l’auteur des bastonnades sauvages.

Nous allons prier la colère de Dieu sur lui mille et mille fois c’est comme ça ils seront découverts un à un moi, je suis ici et ça me vient proprement. Le petit policier là, si je n’étais pas dans le sermon et c’était ailleurs j’allais vous demander. Nous sommes nombreux. Que chacun pense qu’est-ce que voulez qui lui donne comme sanction. Dites-moi ce n’est pas aujourd’hui. Chacun va me dire la sanction qu’il faut à ce policier ce n’est pas aujourd’hui. Comme ça nous allons choisir la volonté de la majorité parmi nous. C’est ça que nous prendrons et utiliserons la puissance divine à la suite. Si vous voulez j’ vais vous laissez la ligne de mon portable chacun n’a qu’à dire sa volonté. Imbécile ! Toi tu es venu boire notre eau, dormir dans nos chambres et tu nous tue ? Si tu quittes Sokodé sain et sauf qu’est-ce que tu iras dire chez toi ?

Petit imbécile c’est toi qui tire sur les gens, c’est toi qui casse la tête des gens avec ton arme. On te fait du bien et tu rembourse par le mal. Aucun étranger n’a été mal reçu à Sokodé depuis la nuit des temps. Il n’y a pas de discrimination entre les étrangers à Sokodé même s’ils étaient mangeurs d’homme d’où ils venaient. Ce matin je l’ai vu au rondpoint avec leurs gourdins. Avant-hier ils sont venus mettre le rond-point au propre. Est-ce que c’est eux qui balaient le rond-point ? Le sable qu’ils ont ramassés l’abas ils veulent faire quoi avec ? Ils ont ramassés les pas des gens pour en faire quoi ? Le sable là deviendra poussière pour les aveuglés. Vos gris-gris sont inefficaces. On ne ramasse pas les pieds de celui qui fait cinq fois les ablutions par jour pour en faire des choses occultes et réussir. Celui qui chaque matin prononce des versets de protection avant de sortir ; si on ramasse les sables de ses pas est-ce que ça peut réussir ?

C’est comme ça on me dit qu’on dépose la tête du porc à des endroits et j’ai répondu « c’est lors de nos baptême que nous tuons ou c’est une nouveauté ? » on ne peut l’utiliser pour nous faire du mal et réussir. Même le mouton. Donc oh Dieu le Tout Puissant c’est vous qui les connaissez. Vous m’avez donné le nom de certains mais je ne vais pas les nommer. C’est vous qui les connaissez du haut jusqu’au subalternes frappe les avec ta chicotte pimentée. Nous, nous respectons la loi. Ils ont dit que maintenant il n’y a plus de marche les jours ouvrables selon le Ministre.

J’ai demandé au président ATCHADAM et il m’a demandé qu’est-ce que j’ai vu et j’ai répondu est-ce que les Hadiths peuvent aller à l’encontre de versets coraniques ? La loi nous autorise de marcher et le Ministre vient dire de ne pas sortir est-ce que ça va aller ? Le Hadiths ne peut jamais contrer le coran. C’est ce que je suis allé entendre chez ATCHADAM hier. Quel qu’en soit la véracité du Hadith est-ce qu’il peut aller à l’encontre du coran ? Et vous savez que c’est celui que j’ai demandé à Faure de sauter. Vous de Sokodé, je veux que vous sachez que je suis plus proche de Faure que eux tous. Sans aucun doute. Il m’aime et il a besoin de mes services plus que vous tous ici à Sokodé. Vous, vous faites à cause de la nourriture (ventre). Nous, nous travaillons en vue de la paix au pays.

Donc vous et moi on e pas être égaux (les mêmes). Mêmes si nous sommes morts on ne pas vous comparez à moi. Vous mentez pour trouver à manger, vous dites réunion, réunion, quelle réunion ? Qu’on a amené des cahiers et de salles savons pour distribuer aux élèves. Nous avons déjà acheté les cahiers à nos enfants. Vous étiez où ? Nos enfants qui sont à l’université, allez payer leur frais de scolarité et payer leur des ordinateurs. Ce sont les cahiers de 150F qu’on ne peut pas payer pour nos enfants ? Ces cahiers là si vous les recevez brûlez les. C’est l’aveuglement qu’ils nous amènent ce n’est pas l’intelligence. Ne vous lavez pas avec leurs savons. Ils veulent tout simplement nous ridiculiser. Aujourd’hui, hier comme demain, nous n’allons pas faire la guerre. Je vous ai déjà dit de ne pas toucher ni aux enfants des milliaires ni à leurs femmes. Ils ne sont pour rien.

Celui qui va les offenser sera maudit. Ils n’ont rien fait. Ce sont les militaires qui sont des fautifs. Ce sont eux qu’il faut rembourser pour ce qu’ils font en situation de légitime défense. Ils veulent nous faire la guerre mais faisons tout pour éviter cette guerre. Beaucoup de gens vous trompent qu’ils ont des protections c’est faux. Ne le croyez pas. Tout gris-gris ou envoûtement quel qu’il soit ne marchera pas ici. La protection de Dieu est la plus sûr. Restez juste et les ennemis feront en vain. Ce que nous voulons; laissez Sokodé dans la tranquillité. Que Dieu nous protège.
 

 2   Messan | 1/4/2018 5:00:27 AM
Les tarés comme toi aussi devraient être tués.
 

 1   Gbogbo | 1/4/2018 4:39:44 AM
Tuez tous ces militaires nuls
 
Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Cérémonie officielle d’investiture du nouveau président George WEAH ce lundi George WEAH a prêté serment comme président de la république du Liberia ce lundi 22 janvier à Monrovia. [ 1/22/2018 ]
REJADD dénonce la chasse aux militants du PNP à Kara Il est difficile d'être militant du Parti national panafricain (PNP) à Kara. La situation préoccupe le Regroupement des jeunes africains pour la démocratie et le développement (REJADD) qui monte au créneau à travers un communiqué. Lecture! [ 1/22/2018 ]
Les Togolaises debout contre le règne de l’imposture, du cynisme et du crime : Historique claque des femmes à Faure Gnassingbé le 20 janvier 2018 ! « On est plus libre à proportion qu’on est meilleur ». Au signe de Flore, Charles MAURRAS nous indique comment se libèrent les hommes dans la promotion d’eux-mêmes par la transcendance et le perfectionnisme qui remorquent l’admiration autant que l’assentiment militant. Pour s’édifier, asseoir sa personnalité et grandir vers la célébrité, il n’y a que le chemin du courage pour construire l’excellence sur les bases de vérité, de justice, des valeurs. L’éthique, la morale, la générosité de l’intelligence sont des contraintes qui élèvent l’homme, la cité entière. Elles ne sont pas à la portée des prétentieux ou des aventuriers cousus de petitesses et de médiocrités. Quand dans les replis du cœur d’un homme des obscurités lourdes ont fait leur résidence et que dans ses méninges s’élève une stérile de la volonté de puissance, le prix du mérite est si nul qu’on ne peut rien espérer de lui.  [ 1/23/2018 ]
Militaires égorgés - incendie des marchés - Terrorisme d’Etat : Deux crimes, même mode opératoire, mêmes énigmes, analyse croisée Lentement mais sûrement, 2018 s’est invité sur la scène. Chaque cœur bat pour un évènement, un homme, une histoire, nous n’en sommes pas indifférents. Au journal ‘’Le Rendez-Vous’’, on a le cœur lourd des doubles crimes qui se banalisent au nez et à la barbe de l’Etat togolais qui risque d’être une victime coupable. Un double crime est d’autant plus cynique qu’il reste éternellement une énigme pendant que les cœurs des victimes saignent et que la vérité reste trop lourde pour s’exprimer dans l’opinion. Témoins de l’histoire, nous estimons que, quand ce qui peut ressembler à des crimes d’Etat devient banal au sommet d’une République, il faut briser l’autocensure. Pire, cette situation se mue en un instrument de chantage politique. Les débuts d’années ne font pas bon ménage avec un certain silence et l’occasion s’offre pour que nous établissions une analyse comparée de deux crimes qui se ressemblent comme deux gouttes d’eau au sommet d’une République. Militaires égorgés - incendie des marchés, deux évènements, même mode opératoire qui portent les mêmes questions énigmatiques en attente de réponses d’une autorité malheureusement inconséquente, cette analyse croisée nous édifiera.  [ 1/23/2018 ]
Indécence dans la gouvernance du Togo : Les jouisseurs du pouvoir et leurs griffes Le message de vœux du chef de l’Etat le 03 janvier dernier a suscité des controverses au sein de la population togolaise. La plupart des acteurs politiques de l’opposition estiment que Faure Gnassingbé a banalisé la grave crise qui secoue le pays.  [ 1/22/2018 ]
Dans Jihadisme et Cie, Gerry Taama recadre ceux qui accusent le PNP de 'djihadiste' Dans un nouveau développement, le président du Nouvel Engagement Togolais (NET), Gerry Taama démontre que les accusations portées contre Tikpi Atchadam et son parti (le PNP) ne sont qu’une « communication politique ». Par la même occasion, il condamne la légèreté des institutions de la République devant ce genre de faits, tout comme Tikpi, un coupable par silence devant certains événements. Lire plutôt ! [ 1/22/2018 ]
Lancement imminent de la reconstruction du grand marché de Lomé Aux dernières nouvelles, le chef de l’Etat s’apprête à lancer en grandes pompes, les travaux de reconstruction du grand marché de Lomé. Et ce, 5 années après le drame. Toutefois, la justice serait muette pendant que les criminels courent.  [ 1/22/2018 ]
Sabine Mensah pour (raisonner) Faure Gnassingbé ? La mère de Faure Gnassingbé pourrait-elle amener son fils à écouter le peuple togolais ? C’est possible, selon les centaines de milliers de femmes qui sont descendues dans les rues samedi dernier.  [ 1/22/2018 ]
Dans la rue, sur les lits d’hôpitaux, à la maison, 'on tue des Togolais' D’autres s’arrangent à soulager leur conscience en brandissant la fameuse phrase selon laquelle, on peint le pays en noir partout. Et pourtant, les faits sont têtus, la réalité n’a jamais été aussi palpable de toute l’histoire du Togo.  [ 1/22/2018 ]
Le dialogue ne s’ouvrira pas demain… Entre le 23 et le 26 janvier, c’est la date proposée par le président guinéen, pour la tenue du dialogue entre les Togolais. C’était lors de la rencontre entre Alpha Conde et la délégation de la Coalition des 14 qui a fait le déplacement la semaine dernière à Conakry.  [ 1/22/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .