Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 8:40:47 PM Vendredi, 20 Juillet 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Dans le fief de l’opposition togolaise


  [1/4/2018 8:10:56 PM]  | Kiosque |iciLome | Lu :4203 fois | Commenter
 

Togo  - Sokodé et Bafilo, foyers de la nouvelle contestation contre le président Faure Gnassingbé, sont étroitement surveillés par l’armée. Accusés d’instrumentaliser l’islam, les imams de ces deux villes, arrêtés par les forces de l’ordre, s’expliquent à « La Croix ».




De notre envoyé spécial

Le jeune soldat est flanqué d’un uniforme un peu grand pour lui. Son léger gilet pare-balles porte les insignes de la 2e brigade d’intervention rapide (BIR). Avec d’autres, il contrôle calmement les véhicules qui entrent ou sortent de Sokodé, deuxième¬ ville du Togo. C’est le seul barrage élevé par des militaires sur les 350 km de route qui la séparent de la capitale, Lomé : une nationale plutôt en bon état, longée de carcasses de camions, de camionnettes et de voitures accidentées.

Une fois l’examen terminé, il lance un geste amical en direction du chauffeur qui reprend aussitôt sa route. On ne peut pas dire que l’ambiance soit électrique, ce jour-là, à Sokodé, foyer de la nouvelle contestation au régime depuis le mois d’août. « La libération de l’imam Alpha Alassane, le 7 décembre, a fait baisser la tension dans la rue. Les forces de l’ordre sont un peu moins visibles », explique un habitant qui préfère garder l’anonymat.

Ce jour-là, les Rouges du Semassi, la célèbre équipe de football de Sokodé, jouent au stade pour le compte du championnat national. Les tribunes sont à moitié remplies, seulement par des hommes. Les seules femmes visibles sont les petites marchandes de friandises et de rafraîchissements. Des forces de l’ordre sont regroupées dans un coin isolé. Une journée presque normale.

Sauf que les esprits ne sont pas en paix. Ils sont même toujours en colère et, surtout, très divisés. Sokodé témoigne de la fracture profonde qui déchire le Togo entre les partisans de la famille Gnassingbé, au pouvoir depuis cinquante ans, et leurs opposants. Cette fracture politique et ethnique s’étend, fait nouveau, aux soutiens traditionnels du parti présidentiel, l’Union pour la République (Unir).

Cette ville était connue pour soutenir le président Gnassingbé… jusqu’à l’été dernier. Le 19 août, à l’appel du Parti national pan¬africain (PNP) de Tikpi Atchadam, un enfant du pays, des milliers de personnes ont manifesté dans ses rues contre le projet de réforme de la Constitution : sous couvert de limiter les mandats présidentiels, il permettrait à Faure Gnassingbé d’en briguer deux nouveaux à partir de 2020.

Surprises par l’ampleur et l’exaspération des manifestants, les forces de l’ordre les ont dispersés avec brutalité, tuant deux personnes, en blessant et en arrêtant plus d’une centaine d’autres. Ce drame a envenimé la crise. La protestation a gagné le sud du pays, traditionnellement hostile au palais présidentiel. Le succès de la mobilisation du PNP a poussé les principaux partis de l’opposition à se fédérer. Ensemble, ils appellent les Togolais à marcher dans la rue contre le pouvoir, quasiment toutes les semaines. De Lomé à Sokodé, une même clameur s’élève désormais : « Gnassingbé, dégage ! »

À Sokodé, les Tems, l’une des ethnies alors alliées aux Kabyés, celle de Faure Gnassingbé, soutiennent de plus en plus ouvertement le PNP. L’unité du Nord, indispensable pour le clan au pouvoir, est désormais fissurée.

Les mosquées de Sokodé épousent cette fracture entre l’Unir et le PNP. Face à cette nouvelle situation, le pouvoir réprime les manifestations dans cette ville. Loin de la capitale, loin des médias, les choses tournent mal. Plusieurs morts sont à déplorer, des deux côtés. L’armée est envoyée pour prêter main-forte à la police. Bastonnades, arrestations arbitraires, perquisitions se succèdent.

En octobre, deux imams accusés d’être des islamistes prêchant la violence contre le régime, sont arrêtés et jetés en prison : Alpha Alassane, le 16 octobre à Sokodé, et Alpha Abdoul Wahid, le 25 octobre à Bafilo. Une foule furieuse s’est soulevée contre ces arrestations, s’attaquant aux locaux de la police, pillant et brûlant les maisons de la gendarmerie. En réponse, l’armée est lâchée, une vingtaine de personnes perdent la vie. Des centaines s’échappent en brousse, également dans le nord, à Bafilo, où la présence policière est encore plus vive.

Depuis, les forces de l’ordre quadrillent ces deux villes, les manifestations y sont interdites, les médias locaux n’ont pas le droit de parler de la crise, les conversations sont surveillées, les partisans du régime sont furieux. « Je n’avais jamais cru qu’une telle violence puisse s’abattre ici, témoigne un habitant, nous avons tous eu très peur des émeutiers et de la réaction de l’armée. Ce n’était pas bon. »

Une mère de famille : « On a peur, tout le temps, que la police vienne nous bastonner, nous voler, nous arrêter ». Dès qu’elle entend le mot « soldat », sa fillette de 5 ans crie en se protégeant la tête : « Frapper, frapper ! » Pour le régime, le mouvement de protestation à Sokodé et Bafilo est téléguidé par des islamistes. C’est la raison pour laquelle les deux imams ont été arrêtés.

Justement, l’imam Alpha Alassane accepte de s’expliquer. Cette nuit-là, dans sa maison au fin fond de Sokodé, il raconte ce qui lui est arrivé le 16 octobre : « Les militaires sont arrivés dans une dizaine de camions. Ils ont défoncé ma porte, volé mon argent et m’ont conduit à la gendarmerie où j’ai été insulté, fouetté, battu, humilié. Au bout de trois jours, j’ai été emmené en prison où j’ai mieux été traité. »

Il sait qu’à Lomé on dit qu’il prêche la haine contre le régime, qu’il utilise le Coran pour justifier les violences, qu’il en appelle à Allah pour renverser Faure Gnassingbé. Cela le fait sourire. « Je n’ai jamais appelé mes fidèles à s’en prendre violemment aux gendarmes, à leur famille et à leurs biens. » En revanche, il explique volontiers que manifester contre les Gnassingbé est un devoir pour un musulman dans la mesure où c’est prendre le parti de la justice et de la paix.« Oui, je suis proche de Tikpi Atchadam. Nous partageons la même vision de la situation. Nous luttons ensemble contre l’injustice. C’est lui, aujourd’hui, le véritable opposant au Togo. »

À une heure de route de là, Bafilo est aussi sous le contrôle de l’armée. L’atmosphère est plus lourde. Tout le monde se surveille et se contrôle. Des hommes en uniforme patrouillent dans la ville. D’autres, en civil, écoutent les conversations, s’approchent des attroupements, observent les allées et venues.

Des partisans du régime se sont constitués en milice. Ils tiennent certains quartiers, surveillent certaines routes. Les forces de l’ordre, selon les habitants, agissent en toute impunité : « Ils nous frappent, entrent dans nos maisons, nous pillent, arrêtent ceux qui protestent, nous frappent encore », explique un vieux. Son camarade hoche de la tête.

La ville est isolée. « Les agents du régime cherchent ceux qui ont manifesté,souffle un commerçant. Des listes ont été établies.Nos jeunes sont partis se cacher en forêt. » En voici un qui vient clandestinement dans la journée pour prendre des nouvelles. « Notre camp est à quelques heures de marche. Vivre en brousse depuis le mois d’octobre, c’est éprouvant. On a des camarades qui sont morts d’épuisement, de maladie. »

Blessé en octobre par des éclats de grenades, il a été soigné discrètement à Sokodé avant de se réfugier dans la forêt. « On n’a plus rien à perdre. On ne veut plus de ce régime. »

L’imam Alpha Abdoul Wahid reçoit quelques visites. Il explique : « J’ai été accusé de prêcher la violence, d’avoir envoyé les jeunes piller et caillasser les maisons des proches du régime. Mais c’est faux. » Lui aussi reconnaît, cependant, dénoncer dans ses prêches l’injustice du régime. Mais il n’utilise pas le Coran pour cela. Sunnite, il a passé quatre ans au Qatar et cinq en Arabie saoudite. « Je ne suis pas un islamiste, poursuit-il. C’est faux ! Je marche contre le régime, au côté de Tikpi Atchadam. Vous savez, je suis son oncle. »


Source : www.la-croix.com
Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Interview/Nicodème Habia président de 'Les Démocrates' : "Nous avons en face un dictateur..." La prochaine feuille de route de la CEDEAO pour une sortie pacifique de la crise politique au Togo, le rififi au sein de la Coalition avec la désolidarisation du PNP des manifestations, les réformes, le départ de Faure Gnassingbé, bref, l'alternance et le changement au Togo, Nicodème Habia, président du parti Les Démocrates en parle avec nous dans cet interview. Suivez plutôt ! [ 7/21/2018 ]
Présidentielle 2020 : Ouattara met Faure en difficulté L’année 2020 va cristalliser les attentions dans divers pays africains. En Côte d’Ivoire et au Togo, les populations seront amenées à aller aux urnes pour désigner celui qui conduira les destinées de leur pays. D’ores et déjà les positions s’affichent. Le chef de l’Etat sortant Alassane Ouattara a déclaré passer la main et n’envisage pas de briguer un mandat de plus. Ce qui n’est pas le cas chez son homologue togolais Faure Gnassingbé qui devient de plus en plus isolé.  [ 7/21/2018 ]
Il faut arrêter ZETES… C’est l’autre alerte lancée par la Coalition des 14 partis de l’opposition à l’endroit de la mission de la CEDEAO conduite par le Général Francis Behanzin, jeudi dernier à Lomé. Cette société Belge, recrutée par le gouvernement togolais depuis 2007, pour s’occuper du fichier électoral, ne semble pas arrêter son travail dans le cadre des préparatifs pour les prochains rendez-vous électoraux.  [ 7/21/2018 ]
Rencontre avec la mission de la CEDEAO : Le régime RPT/UNIR dribble la Facilitation Il faut créer des situations subsidiaires pour empêcher les discussions de fond (retour à la constitution de 1992 dans sa version originelle, réformes politiques nécessaires…) lors du dialogue politique arbitré par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). C’est sans doute la logique dans laquelle s’inscrit le régime de Faure Gnassingbé qui fait tout pour gagner du temps et ainsi crier sur tous les toits un délai constitutionnel pour aller aux élections.  [ 7/21/2018 ]
Targone Sambiri à propos de l’accusation des responsables du PDP Le député Targone Sambiri, président du parti les Démocrates Socialistes Africains (DSA), membre de la Coalition des 14 partis de l’opposition, a répondu à Innocent Kagbara, cadre du Parti démocrate panafricain (PDP), qui l’a accusé d’être l’instigateur de la tentative d’empêchement par certains jeunes, d’un meeting dans le Dankpen. Le député a réagi à travers une interview accordée à nos confrères du quotidien Liberté.  [ 7/21/2018 ]
les instances de sécurité de l’ONU et de l’UA appellent au respect de l’Accord du 31 décembre Le Conseil de sécurité des Nations Unies et le Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine (UA) se sont déclarés préoccupés par la détérioration continue de la situation sécuritaire et humanitaire en République démocratique du Congo (RDC). [ 7/21/2018 ]
Elections régionales et municipales: les électeurs aux urnes le 13 octobre Les ivoiriens voteront le 13 octobre prochain pour le compte des élections régionales et municipales. [ 7/20/2018 ]
Mango est très mobilisé ce matin La ville de Mango est la première étape de la tournée des meetings d’information et de sensibilisation de la Coalition des 14 partis de l’opposition. Ce matin, les populations n’ont pas hésité à prendre d’assaut les lieux du meeting.  [ 7/20/2018 ]
Le MPT a visité les prisonniers Joseph Eza, Messenth Kokodoko et Assiba Johnson à la prison civile de Lomé Jeudi, une délégation du Mouvement patriotes togolais (MPT) a rendu visite aux membres du mouvement citoyen Nubueke, Joseph Eza et Messenth Kokodoko, et au président du Réseau des jeunes africains pour la démocratie et le développement (REJAAD), Assiba Johnson, incarcérés à la prison civile de Lomé. [ 7/21/2018 ]
Présidentielle 2018: deux jours chômées et payées pour le retrait des cartes d’électeurs Les maliens se rendront aux urnes le dimanche 29 juillet prochain, pour le compte de la présidentielle. Pour permettre aux électeurs de retirer leurs cartes d’électeur, le gouvernement a décrété deux journées fériées chômées et payées. [ 7/20/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .