Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 2:44:32 PM Mardi, 11 Décembre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Conférence de presse du Coditogo sur la ‘feuille de route’ de la Cedeao


  [8/2/2018 11:07:40 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :3864 fois | Commenter
 

Togo  -




Le 31 juillet se réunissaient à Lomé, les présidents des pays de la CEDEAO. La date était attendue depuis au moins 2 mois puisqu’il devait y être annoncée une ‘feuille de route’ pour le Togo. Hier, la déclaration de la CEDEAO a évoqué une liste de recommandations : une poursuite du dialogue, une amélioration du cadre électoral, un renforcement du processus électoral au travers de la révision du fichier électoral, un objectif de législatives avant le 20 décembre, une recomposition de la Cour constitutionnelle, la limitation à 2 mandats présidentiels, des scrutins à 2 tours, des mesures d’apaisement, des réformes par voie parlementaire pour commencer, la mise en place d’un comité de suivi.

A Paris, la Coalition de la diaspora togolaise pour l'alternance et la démocratie (CODITOGO) a organisé une conférence de presse le lendemain pour en parler. Y Interviennent, Raymond Ayivi, vice-coordinateur, et Théo Agopomé, Commissaire Lobbying et Diplomatie.

En introduction, Raymond Ayivi précise que le Coditogo a été créé le 9 décembre 2017 et regroupe maintenant 18 associations de diaspora en France, aux USA, au Canada, au Sénégal, au Ghana, en Côte d’Ivoire. Son équipe dirigeante a été mise en place à Dakar début mars 2018.

Théo Agopomé explique que la CEDEAO a tenu compte des rapports des médiateurs Alpha Condé et Nana Akufo-Addo. Selon lui, Faure Gnassingbé essaye d’utiliser le dialogue pour se maintenir. Une transition avec gouvernement de transition était proposée par la coalition des 14 partis d’opposition (C14) – et par le Coditogo – et ce scénario a été totalement écarté.

Raymond Ayivi admet que « les recommandations ne sont pas à la hauteur des enjeux et ne rencontrent pas les attentes des togolais » qui souhaitent « une rupture avec un système de gouvernement en place depuis 52 ans ». De manière imagée, « la montagne a accouché d’une souris ». Selon lui, la feuille de route, qui ressemble plus à « une déclaration de bonne intention », ramène en septembre 2018. Pour Théo Agopomé, les recommandations n’ont pas été « juridiquement » étudiées, leur « faisabilité n’a pas été vérifié ». Le compte n’y est pas, même au niveau des mesures d’apaisement.

Surtout, concernant la limitation du nombre de mandats, « les chefs d’Etats de la Cedeao n’ont pas abordé le cœur du débat », à savoir la remise à zéro du compteur de mandats voulu par Faure Gnassingbé pour tenter de se présenter une 4e fois en 2020, un scénario totalement rejeté par les manifestants depuis le début de la crise.

Sur la date du 20 décembre pour les législatives, le Coditogo y voit pour y arriver une « quadrature du cercle ». Par exemple, sans réforme de la Commission électorale (Ceni), des élections correctes sont impossibles. Le recensement prendra du temps. Le vote de la diaspora, exigé par l’opposition, ne sera pas mis en place. Le problème du redécoupage des circonscriptions – car actuellement, « les électeurs de la région du Plateau pèsent 2 fois plus que les électeurs de la région maritime », au niveau du nombre d’électeurs par député – ne sera pas traité alors que le découpage électoral déséquilibré pourrait faire basculer la majorité du côté d’Unir en étant loin d’une majorité d’électeurs.

Sur le comité de suivi – pouvoir, C14, commission de la Cedeao et représentant des 2 médiateurs – le Coditogo souhaite attendre la mise en œuvre et voir le fonctionnement. Les incertitudes persistent sur le droit de manifester particulièrement remis en cause depuis le début du dialogue, qui « devait durer 15 jours » et dure depuis 6 mois.

Je questionne les intervenants sur l’autre sommet à Lomé, la veille, le 30 juillet, le sommet conjoint CEDEAO-CEEAC, sur la paix et la sécurité, avec les présidents d’Afrique centrale. Le 27 juin, Faure Gnassingbé était allé voir Buhari et, en sortant, a annoncé ce sommet surprise. De nombreux dictateurs étaient donc à Lomé la veille du sommet de la Cedeao, entre autres, Ali Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso, un ami et soutien du dictateur togolais. Paul Biya a refusé de venir. Cela visait aussi à cacher l’actualité de la crise togolaise par d’autres actualités.

Le Coditogo souhaite continuer à mobiliser et lance un appel au peuple togolais et à la jeunesse africaine. Malgré la déception face aux recommandations de la Cedeao, Raymond Ayivi reste optimiste sur la victoire au bout du processus. Il pense que « la population va continuer de manifester et de réclamer ses droits ». Il envisage, lui, « des législatives et une présidentielle couplées à l’horizon 2020 ».

Régis Marzin

Compte-rendu du 1er août 2018
Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Longue malheureuse parenthèse politique au Togo : 5 jours de campagne, plusieurs morts A la suite des organisations de la société civile, des Evêques, des églises Evangéliques Presbytérienne et Méthodiste du Togo, l’Association des Cadres Musulmans au Togo (ACMT) a brisé le silence en fin de semaine dernière et demande aussi le report des élections du 20 décembre. « Notre pays le Togo traverse une crise socio politique qui dure depuis plus d’un an, dont il a du mal à s’en sortir. La médiation de la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) si elle a permis un dialogue, n’a pas encore résolu le problème lui même. Pire, la perspective des élections législatives maintenues au 20 décembre, est venue envenimer une situation déjà très critique. Les Togolais et même tous les observateurs avertis craignent le pire pour ce pays. Regarder sans rien faire ou sans rien dire dans une telle situation, serait synonyme d’approbation. Notre foi islamique ne nous permet pas quand nous sommes dans un même navire, qui est ici le Togo, de rester indifférents quand certains passagers veulent le faire chavirer », peut-on lire dans la déclaration.  [ 12/11/2018 ]
La société civile africaine soutient le peuple togolais en lutte pour sa libération Depuis le 19 août 2017, date qui marque le début d'une nouvelle phase de la lutte du peuple togolais vers la démocratie, des soutiens se font remarquer à travers le monde, surtout en Afrique. Voici une déclaration des fils et filles africains qui soutiennent les Togolais. [ 12/11/2018 ]
Mgr Philippe Fanoko Kpodzro : « Le 20 décembre 2018 ne saurait être imposé par qui que ce soit » L’Archevêque émérite de Lomé, Monseigneur Philippe Fanoko Kpodzro (qu’on ne présente plus) suit avec beaucoup d’attention l’évolution de la situation politique du Togo. Les derniers événements conduisant à la mort de plusieurs personnes (dont un enfant de 11 ans) tuées par balles par les militaires qui répriment des manifestations organisées par la Coalition des 14 partis de l’opposition, l’ont fait sortir de son silence.  [ 12/11/2018 ]
Coup de force électoral : La Coalition appelle le peuple à continuer la résistance C’est à travers une déclaration rendue publique lundi, dont voici la teneur.  [ 12/11/2018 ]
Législatives 2018 : Le PDP promet une surprise au soir du 20 décembre C’est le dernier virage dans la campagne électorale en vue des législatives du 20 décembre prochain. Depuis une semaine, les candidats se sont lancés dans la course pour tenter de convaincre l’électorat.  [ 12/11/2018 ]
Gérard Adja : « Nous n’irons pas aux élections en marchant sur des cadavres » Intervenant ce mardi matin sur les ondes de la radio Victoire FM, Gérard Adja du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) a condamné la répression des manifestations pacifiques de la Coalition des 14. Selon le bras droit de Gabriel Agbéyomé, le parti MPDD n’ira pas aux prochaines élections législatives en marchant sur des cadavres des Togolais. [ 12/11/2018 ]
Fête de l'indépendance du 11 décembre: le Message à la Nation de Roch Marc Christian Kaboré Manga, 10 décembre 2018. Peuple du Burkina Faso Chers compatriotes  [ 12/11/2018 ]
11-Décembre: le message de l’opposition politique Notre pays célèbre ce 11 décembre 2018 à Manga, le 58ème anniversaire de son accession à l’indépendance. Au nom de l’Opposition politique, je souhaite à tous mes concitoyens une bonne Fête nationale. [ 12/11/2018 ]
L’Honorable Laurent NGON-BABA, a regagné Bangui Le Président de l’Assemblée Nationale (PAN), l’Honorable Laurent NGON-BABA, a regagné Bangui hier, dimanche 09 décembre 2018, après avoir pris part à la IXème Session Ordinaire de l'Assemblée Plénière du Forum des Parlements de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs(CIRGL) qui s’est tenue à Brazzaville, capitale congolaise, du 2 au 6 décembre 2018. [ 12/11/2018 ]
« Espérance pour le Togo » appelle à la résistance et prévoit trois actions Le mouvement Forces vives « Espérance pour le Togo » était devant la presse ce lundi à l’occasion des 70 ans de la déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH). Une occasion pour ce mouvement de revenir sur la situation politique du Togo, surtout les événements qui se sont produits samedi dernier, avec des morts dont un enfant de 11 ans. [ 12/11/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .