Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 4:15:19 AM Mercredi, 24 Octobre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Conférence de presse du Coditogo sur la ‘feuille de route’ de la Cedeao


  [8/2/2018 11:07:40 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :3454 fois | 9 Commentaires
 

Togo  -




Le 31 juillet se réunissaient à Lomé, les présidents des pays de la CEDEAO. La date était attendue depuis au moins 2 mois puisqu’il devait y être annoncée une ‘feuille de route’ pour le Togo. Hier, la déclaration de la CEDEAO a évoqué une liste de recommandations : une poursuite du dialogue, une amélioration du cadre électoral, un renforcement du processus électoral au travers de la révision du fichier électoral, un objectif de législatives avant le 20 décembre, une recomposition de la Cour constitutionnelle, la limitation à 2 mandats présidentiels, des scrutins à 2 tours, des mesures d’apaisement, des réformes par voie parlementaire pour commencer, la mise en place d’un comité de suivi.

A Paris, la Coalition de la diaspora togolaise pour l'alternance et la démocratie (CODITOGO) a organisé une conférence de presse le lendemain pour en parler. Y Interviennent, Raymond Ayivi, vice-coordinateur, et Théo Agopomé, Commissaire Lobbying et Diplomatie.

En introduction, Raymond Ayivi précise que le Coditogo a été créé le 9 décembre 2017 et regroupe maintenant 18 associations de diaspora en France, aux USA, au Canada, au Sénégal, au Ghana, en Côte d’Ivoire. Son équipe dirigeante a été mise en place à Dakar début mars 2018.

Théo Agopomé explique que la CEDEAO a tenu compte des rapports des médiateurs Alpha Condé et Nana Akufo-Addo. Selon lui, Faure Gnassingbé essaye d’utiliser le dialogue pour se maintenir. Une transition avec gouvernement de transition était proposée par la coalition des 14 partis d’opposition (C14) – et par le Coditogo – et ce scénario a été totalement écarté.

Raymond Ayivi admet que « les recommandations ne sont pas à la hauteur des enjeux et ne rencontrent pas les attentes des togolais » qui souhaitent « une rupture avec un système de gouvernement en place depuis 52 ans ». De manière imagée, « la montagne a accouché d’une souris ». Selon lui, la feuille de route, qui ressemble plus à « une déclaration de bonne intention », ramène en septembre 2018. Pour Théo Agopomé, les recommandations n’ont pas été « juridiquement » étudiées, leur « faisabilité n’a pas été vérifié ». Le compte n’y est pas, même au niveau des mesures d’apaisement.

Surtout, concernant la limitation du nombre de mandats, « les chefs d’Etats de la Cedeao n’ont pas abordé le cœur du débat », à savoir la remise à zéro du compteur de mandats voulu par Faure Gnassingbé pour tenter de se présenter une 4e fois en 2020, un scénario totalement rejeté par les manifestants depuis le début de la crise.

Sur la date du 20 décembre pour les législatives, le Coditogo y voit pour y arriver une « quadrature du cercle ». Par exemple, sans réforme de la Commission électorale (Ceni), des élections correctes sont impossibles. Le recensement prendra du temps. Le vote de la diaspora, exigé par l’opposition, ne sera pas mis en place. Le problème du redécoupage des circonscriptions – car actuellement, « les électeurs de la région du Plateau pèsent 2 fois plus que les électeurs de la région maritime », au niveau du nombre d’électeurs par député – ne sera pas traité alors que le découpage électoral déséquilibré pourrait faire basculer la majorité du côté d’Unir en étant loin d’une majorité d’électeurs.

Sur le comité de suivi – pouvoir, C14, commission de la Cedeao et représentant des 2 médiateurs – le Coditogo souhaite attendre la mise en œuvre et voir le fonctionnement. Les incertitudes persistent sur le droit de manifester particulièrement remis en cause depuis le début du dialogue, qui « devait durer 15 jours » et dure depuis 6 mois.

Je questionne les intervenants sur l’autre sommet à Lomé, la veille, le 30 juillet, le sommet conjoint CEDEAO-CEEAC, sur la paix et la sécurité, avec les présidents d’Afrique centrale. Le 27 juin, Faure Gnassingbé était allé voir Buhari et, en sortant, a annoncé ce sommet surprise. De nombreux dictateurs étaient donc à Lomé la veille du sommet de la Cedeao, entre autres, Ali Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso, un ami et soutien du dictateur togolais. Paul Biya a refusé de venir. Cela visait aussi à cacher l’actualité de la crise togolaise par d’autres actualités.

Le Coditogo souhaite continuer à mobiliser et lance un appel au peuple togolais et à la jeunesse africaine. Malgré la déception face aux recommandations de la Cedeao, Raymond Ayivi reste optimiste sur la victoire au bout du processus. Il pense que « la population va continuer de manifester et de réclamer ses droits ». Il envisage, lui, « des législatives et une présidentielle couplées à l’horizon 2020 ».

Régis Marzin

Compte-rendu du 1er août 2018
Source :


Publicité>


Commentaires


 9   kodjo | 8/3/2018 9:59:56 AM
un ancien etudiant soutien du RPT....ça fait plaisir de savoir que tu es là dans le froid ....au lieu de rester là à dire aux autres de lutter....descends toi même ici làààà
 

 8   Togolais | 8/2/2018 7:51:27 PM
Pour rappel, voila ce que j'ai recolte de mon combat pour l'alternance au Togo : diffamation, usurpation d'identite, tentatives de meurtres (plusieurs depuis Aout 2017), tentatives d'esclavage moderne, tentatives d'intimidation par des agents/partisans de jean pierre fabre en Europe (c'est le monde a l'envers) en complicite avec le gouvernement (et dernierement egalement les partisans d'Atchadam), traques electronique (et en vue en particulier de me briser toute vie sociale), tortures physique et tortures psychologiques/blanches....et meme tentatives d'abus sexuel par des agents secrets gays payes par l'opposition idiote et leur amis du gouvernement togolais.....tout cela parceque je ne "fais pas parti d'un certain cercle" pour faire de la politique au Togo.

Et ces salopards ont payes et continuent de payer tres gracieusement des mafias locales en Europe pour leur mefaits : me maintenir dans une prison synthetique a ciel ouvert...

Vous pouvez des a present remercier l'un des agents principaux de ces malfrats, nomme Bernard/Benali A., au numero suivant :
0022890091923
Bernard/Benali A. (que je connais depuis mon adolescence dans le quartier de Djidjole) est apparement passe expert en usurpation d'identite. Suite a sa demande d'invitation d'ami sur facebook que j'avais visiblement fait l'erreur d'accepter, a mon insu, Bernard A. est parti parler en mon nom au sein du PNP de Tikpi Attchadam...faisant probablement croire aux gens que j'avais egalement adhere au PNP et que je serais de confession musulmane, ce qui est totalement faux : je suis Chretien/Rasta et je n'ai jamais adherer au PNP de Tikpi Achadam ni d'ailleurs a aucun autre parti (adhesion VIRTUELLE n'est pas adhesion REELLE...).

Entre 2002 et 2004 je m'etais interresse a la religion musulmane mais en faisant une retrospection cela etait surtout lie a un drame survenu en 1995 pendant que j'etais en prepas et drame dont j'avais la premonition (pour la premiere fois dans ma vie) toute la semaine precedent ce malheur : le deces mysterieux et brutal en France d'un de mes proches qui s'etait avant moi interesse a la religion musulmane.
Ce n'est pas parcequ'entre 2002 et 2004 j'avais dit dans ce forum que j'etais devenu musulman que ceux la me lisant peuvent exactement de quoi je pouvais parler...Tout croyant, peu importe sa religion est normalement soumis a Dieu... Pour moi il sagissait plus d'une recherche de spiritualite qu'autre chose...et tres certainement ma facon de faire mon deuil et essayer de comprendre ce qui etait reellement arrive a mon cousin.

Le fait que j'avais cessez de m'interesser a la religion musulmane a partir de fin 2004 semble ne pas avoir enchanter l'assureur, son rejeton & co car aujourd'hui j'y vois plus clair, cela faisait obstacle a leur "projet".
Mr assureur & co m'ont alors convaincu en 2008, via un de leur ami, que je devais utiliser les produits pour les yeux des gens du Sahel car cela allait remedier aux graves maux de tete/brulures des yeux dont je souffrais : en realite ces malfrats voulaient tout simplement que je ressemble en apparence (le maquillage des yeux) a un musulman (meme si en realite je ne l'etais pas ou plus (a chacun sa vision des choses...)) car cela etait utile a leurs basses besognes.
En effet, en 2008, lors de mon long sejour au Togo pour raison de sante se manifestant de graves maux de tetes/cephalees et intenses brulures dans les yeux. Ces intenses maux de tetes avaient commence au lendemain d'un repas "familial" en 2005 en France. Aujourd'hui, en re-analysant les faits, il me parrait qu'en realite ces cephalees soit lies a un semi-empoisenement, car d'autres jeunes (dont un ami d'enfance) de mon quartier avaient decede brutalement a la meme periode de maux similaires.

Durant les dix dernieres annees l'assureur, son rejeton & co ont ainsi donc fais courir des rumeurs comme quoi j'etais de confession Musulmane et extremiste, etc. alors qu'ils savent tres bien que je suis Chretien/Rasta (mais ne fume pas et ne bois pas...), uniquement car cela sert leurs uniques interets.
Ca n'a pas marche...ensuite ce fut la diffamation comme quoi j'etais membre d'Unir alors que jusqu'a ce jour je n'ai jamais ete (et ne suis toujours pas) membre d'aucun parti.

Je remets ici le numero de l'un des agents locaux de ces salopards :

Bernard/Benali : 0022890091923.

Vous pouvez lui faire un grand "coucou" si vous le voulez (mais sans violence physique car c'est juste un pauvre type)!!
 

 7   SIOUCOPE | 8/2/2018 7:41:39 PM

Le problème du Togo n'est pas l'organisation des élections législatives où présidentielles.

Le problème du pays c'est la main mise totale du gouvernement dans tout le système étatique, nomination des chefs et membres de bureau de vote, organisation , financement et planification du vote.

Je ne vois pas comment peut on aller dans des élections législatives lorsque suivant la répartition des députés au Togo il y a une répartition quasi égale des députés entre le nord et le sud du pays alors que la majorité de la population du Togo est basée au sud, il y a plus de togolais nord-sud regroupés résidant au sud du pays que le nord du pays.

Le pouvoir connaissant bien ce déséquilibre et ce contraste a essayé de gonfler le nombre de députés au nord du pays où il a facilement la main mise en matière de manœuvre au détriment du sud du pays. Par exemple, au nord du pays 5 citoyens togolais ont droit à 3 députés pour porter leurs voix et défendre leurs intérêts au parlement tandis qu'au sud du pays pour 10 citoyens togolais ils n'ont droit qu'à 4 députés au parlement pour défendre leurs intérêts et porter leur voix au parlement. Voilà un des vrais et sérieux problème du pays et que en aucun cas non plus la C14 ne doit accepter aller aux élections législatives dans ces conditions.

Pour la présidentielle, d'observateurs en observateurs corrompus, l'armée togolaise, la gendarmerie et la police, bref tous les corps habillés qui ont toujours été imposés de vote avant le jour du scrutin ont depuis chaque élection joué un rôle néfaste et influancé la crédibilité du résultat du vote avec à la clef le transport à mains nues des urnes à ciel ouvert encore visible sur YouTube pour des générations futures qui regarderont l'histoire cette fois en image visuelle contrairement à la notre où ces canaux de communication n'existaient pas encore pour nous retracer l'atrocité suivant laquelle ils ont tuer le père de l'indépendance du Togo qu'est Sylvanus Olympio.

La CEDEAO qui parle d'un comité de suivi sait bel et bien qu'il envoie des missionnaires pour se promener à Lomé et bouffer le contribuable de l'état à travers des mallettes de Lomé 2 dans des hôtels de luxes de repos de la place à gré.

Le message est clair, il n'y a que le peuple Togolais pour se libérer de la dictature. Même si une réelle volonté et détermination d'un pays membre pour le changement est manifeste, il ne peut à la limite interpeller les autres états à agir avec lui que des suites d'un hold up électoral comme en Gambie.
Cela s'est passé en 1998 avec Gilchrist Olympio qui avait battu à plate couture Eyadéma père mais dommage qu'à l'époque Gilchrist qui ne pouvait mesurer la portée de la main mise entière du dictateur sur l'armée ne s'était pas du tout préparé pour un rapport de force au cas où. Ainsi dit, on n'avait pas le vent arabe à l'époque si ce n'est des dictateurs arabes Khadafi et Ben Ali le tunisien et bien d'autre qui complotaient avec les dictatures de tout bord.

Bref. La solution aujourd'hui pour le Togo c'est la marche et ce sont les marches et ici on attend de pied ferme la feuille de route du PNP de Tikpi qui visiblement a une suite à donner du fais de cette haute montagne des monts Agou, entendu PIC d'AGOU des plateaux qui a bel et bien accouché une grosse souri... Le PNP qui en rappel appelait à ne pas manifester avant ce sommet de la CEDEAO



 

 6   TAISTOI | 8/2/2018 5:44:50 PM
Je vois que les Mercenaires et les fanatiques Adeptes du Rpt-Unir s'agitent
pour encore deformer les Recommandations de la CEDEAO

hihihihihihihihi...
Plus rien ne sera comme avant au Togo
vous vous agitez trop..

Que vous le vouliez ou pas , il y aura alternance au Togo...
Il n y a pas seulement la C14 qui veut le Changement, C'est la majaurité des togolais (85%)
qui veut l'Alternance...

Une Correction:
Le Comité de Suivi recommandé par la CDEAO ne sera composé seulement que des représentants des 2 Facilitateur et de la commission de la CEDEAO
 

 5   issifou | 8/2/2018 4:26:18 PM
  Réponse à 2-GNAROU
 
Est-ce que la diaspora ne compte que les opposants au régime de Lomé ? En gros nous savons que la composition de la diaspora est la suivante:
1- Les compatriotes qui ont des qualités et des compétences a vendre a l'extérieur du pays;
2-Ceux qui ont quitté le pays parce qu'ils estiment n'avoir plus aucun espoir dans un Togo dont tous les domaines de la vie économique et sociopolitique sont dominés par le tribalisme, la corruption et la prévarication ;
3- Ceux qui ne supportent pas que la majorité des dirigeants du pays ne soient pas de l'appartenance leur groupe ethnique
4- Les criminels de droit commun ou supposés comme tel recherchés pour leurs forfaits.
Dans tous ces groupes il y a plusieurs individus binationaux et des déchus de leur nationalité sur leur propre demande. Parmi ce beau monde qui mérite de figurer sur le fichier électoral ?
 

 4   GNAROU | 8/2/2018 4:12:27 PM
  Réponse à 3-Ouro
 
Tout est possible si l'opposition arrete ses revendications infantiles!

Ils ont exigé plus de securité et de garanties lors des elections. Cartes biometrique, etc..etc...beaucoup de milliards gaspillés pour un resultat nul !
Toujours des contestations.

Tout est faisable si l'opposition se met dans une demarche PARTICIPATIVE pour la construction de notre patrie.

Deja qu'il commencent pas annoncer des boykotts...

 

 3   Nbalema | 8/2/2018 3:02:06 PM
Aucune poule ne meurt sans se battre les ailes. La c'est kawilassi
 

 2   Ouro | 8/2/2018 1:32:22 PM
  Réponse à 2-GNAROU
 
On aurait tout vu!!! Législatives et présidentielle couplées horizon 2020. Ce monsieur a quel pouvoir pour nous garantir ce scénario?

GNAROU va penser que j'ai tourné ma veste. Mais non. Je ne fait que dire la vérité.
 

 1   GNAROU | 8/2/2018 12:47:51 PM
Des CONNERIES!!

Vous designez l'arbitre pour officier un Match. Et apres vous critiquez ses decisions !!

Seules les raisons tribalistes font tergiverser ces messieurs !

Allez vous faire foutre tres profindement.
 
Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson: « En réalité, le problème posé par l'UFC ne nous regarde pas » Les leaders de la Coalition des 14 sont toujours sereins et croient toujours en la facilitation. Selon eux, non seulement tout le processus entamé par la CENI controversé du Prof. Kodjona kandaga sera totalement repris, mais aussi la question des représentants de l'opposition parlementaire à la CENI sera résolue par les Facilitateurs. "Nous sommes dans un processus de règlement de crise piloté par la CEDEAO. Et la CEDEAO à qui nous avons posé le problème de la nécessité de la composition paritaire de la CENI nous a répondu en disant : Mais vous avez raison de ne pas envoyer 4 représentants comme le régime vous le demandait. Parce que, quand vous allez envoyer 4 représentants, il y aura un déséquilibre au sein de la CENI. Donc nous Facilitateurs de la CEDEAO, nous vous disons que chaque partie au conflit a le droit de choisir librement ses représentants. Envoyez les 8 représentants et l'Assemblée Nationale va les nommer. Ensuite vous allez intégrer la CENI. La question est de savoir en ce jour. Est-ce que l'Assemblée Nationale a nommé les 8 représentants ou pas ? La réponse est Non. Il y a une violation. Par qui ? Par l'Assemblée Nationale qui reçoit ses ordres du gouvernement, lui même piloté par le chef de l'Etat Faure Gnassingbé. C'est tout. Mener un autre débat, ce serait tombé dans la diversion", a indiqué Mme Brigitte Adjamagbo Johnson. [ 10/24/2018 ]
Isaac Tiakpé : « Ne pas être une partie prenante d’un dialogue ne donne pas plus de légitimité à ce cartel qui croit représenter les aspirations du peuple » Isaac Tiakpé parle de la politique de l'isolement que pratique la Coalition des 14 vis-à-vis de l'Union des Forces de Changement (UFC). Intervenant mardi sur la radio Victoire Fm, le Conseiller de Gilchrist Olympio estime que même si l'UFC n'est pas partie prenante du dialogue inter-togolais, cela ne donne aucun droit au "cartel" qu'est la Coalition des 14 de se prendre pour la seule porteuse des aspirations profondes du peuple togolais. Suivez plutôt! [ 10/24/2018 ]
Me DOE-BRUCE Adama: « Si l'UFC doit être dans un groupe, c'est dans la majorité présidentielle » Me DOE-BRUCE Adama Koffi, député de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC), désapprouve le fait que le majorité présidentielle veuille à tout prix imposer un représentant de l'UFC à la Coalition des 14. Selon l'avocat, si le parti de Gilchrist Olympio doit être dans un groupe parlementaire, cela devrait être dans la majorité présidentielle. [ 10/24/2018 ]
Fulbert Attisso: « Nous-mêmes qui sommes les leaders, nous ne nous sommes pas fait recenser et c’est grave » Intervenant mardi sur les ondes de la radio Victoire Fm, Fulbert Attisso, président du "Togo Autrement" a estimé que l'appel de la Coalition des 14 au boycott de l'opération du recensement de la CENI a été une réussite. [ 10/24/2018 ]
Vers la reprise des manifestations de rue au Togo La coalition des 14 partis politiques de l'opposition a rejeté mardi 23 octobre 2018, l’élection par l'Assemblée nationale de quatre (4) de ses membres désignés pour rejoindre la Commissions Électorale Nationale Indépendante (CENI). [ 10/23/2018 ]
Aimé Gogué : « Ce qui s'est passé lundi à l'Assemblée nationale est extrêmement choquant » Aimé Gogué, président de l'Alliance des Démocrates pour un Développement Intégral (ADDI), soutient également que la Coalition des 14 ne quittera pas le cadre du dialogue. Le député de l'opposition parlementaire trouve "extrêmement grave et choquant" ce qui s'est passé lundi à l'hémicycle. [ 10/24/2018 ]
Brigitte Adjamagbo Johnson : « Nous n’avons pas une lecture défaitiste de ce qui se passe actuellement à la CENI » Les leaders de la Coalition des 14 restent convaincus que le processus électoral enclenché par la Commission Nationale Électorale Indépendante (CENI) du Prof Kodjona Kadanga sera totalement repris. « Nous n’avons pas une lecture défaitiste de ce qui se passe actuellement à la CENI », a indiqué Brigitte Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la Coalition. [ 10/24/2018 ]
Le député Jean Kissi raconte ce qui s'est passé lundi à l'Assemblée nationale Devant la presse hier au siège de la CDPA à Lomé, le député Jean Kissi du Comité d'Action pour le Renouveau (CAR, parti membre de la Coalition des 14), a raconté dans les menus détaillés, ce qui s'est passé lundi à l'hémicycle, lors de la nomination des représentants de l'opposition parlementaire devant siéger à la CENI. [ 10/24/2018 ]
Brigitte Adjamagbo-Johnson: « Quitter le dialogue, ce serait faire un cadeau au régime RPT-UNIR » Les leaders de la Coalition ne comptent pas quitter le dialogue, malgré les subterfuges, les manœuvres sulfureuses du régime pour bloquer la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO. "Quitter les discussions, ce serait faire un joli cadeau au régime. Nous n'allons pas quitter le dialogue, nous n'allons pas faire ce cadeau au régime", a rassuré Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la Coalition des 14. [ 10/24/2018 ]
JP Fabre : « Le RPT-UNIR vient de démontrer qu'il a vraiment besoin de contrôler la CENI pour prétendre gagner les élections» En conférence de presse ce mardi au siège de la Convention Démocratiques des Peuples Africains (CDPA), les leaders de la Coalition des 14 sont revenus sur ce qui passé lundi à l'hémicycle lors de la nomination des représentants de l'opposition parlementaire devant siéger à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). Pour Jean Pierre Fabre, ce qui se passe n'est rien de nouveau. Et porte à croire que le régime de Faure Gnassingbé a vraiment besoin de contrôler la CENI pour prétendre gagner les élections à venir. [ 10/24/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .