2:20:02 AM Jeudi, 20 Juin 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 
Conférence de presse du Coditogo sur la ‘feuille de route’ de la Cedeao


  [8/2/2018 11:07:40 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :5120 fois | Commenter
 

Togo  -




Le 31 juillet se réunissaient à Lomé, les présidents des pays de la CEDEAO. La date était attendue depuis au moins 2 mois puisqu’il devait y être annoncée une ‘feuille de route’ pour le Togo. Hier, la déclaration de la CEDEAO a évoqué une liste de recommandations : une poursuite du dialogue, une amélioration du cadre électoral, un renforcement du processus électoral au travers de la révision du fichier électoral, un objectif de législatives avant le 20 décembre, une recomposition de la Cour constitutionnelle, la limitation à 2 mandats présidentiels, des scrutins à 2 tours, des mesures d’apaisement, des réformes par voie parlementaire pour commencer, la mise en place d’un comité de suivi.

A Paris, la Coalition de la diaspora togolaise pour l'alternance et la démocratie (CODITOGO) a organisé une conférence de presse le lendemain pour en parler. Y Interviennent, Raymond Ayivi, vice-coordinateur, et Théo Agopomé, Commissaire Lobbying et Diplomatie.

En introduction, Raymond Ayivi précise que le Coditogo a été créé le 9 décembre 2017 et regroupe maintenant 18 associations de diaspora en France, aux USA, au Canada, au Sénégal, au Ghana, en Côte d’Ivoire. Son équipe dirigeante a été mise en place à Dakar début mars 2018.

Théo Agopomé explique que la CEDEAO a tenu compte des rapports des médiateurs Alpha Condé et Nana Akufo-Addo. Selon lui, Faure Gnassingbé essaye d’utiliser le dialogue pour se maintenir. Une transition avec gouvernement de transition était proposée par la coalition des 14 partis d’opposition (C14) – et par le Coditogo – et ce scénario a été totalement écarté.

Raymond Ayivi admet que « les recommandations ne sont pas à la hauteur des enjeux et ne rencontrent pas les attentes des togolais » qui souhaitent « une rupture avec un système de gouvernement en place depuis 52 ans ». De manière imagée, « la montagne a accouché d’une souris ». Selon lui, la feuille de route, qui ressemble plus à « une déclaration de bonne intention », ramène en septembre 2018. Pour Théo Agopomé, les recommandations n’ont pas été « juridiquement » étudiées, leur « faisabilité n’a pas été vérifié ». Le compte n’y est pas, même au niveau des mesures d’apaisement.

Surtout, concernant la limitation du nombre de mandats, « les chefs d’Etats de la Cedeao n’ont pas abordé le cœur du débat », à savoir la remise à zéro du compteur de mandats voulu par Faure Gnassingbé pour tenter de se présenter une 4e fois en 2020, un scénario totalement rejeté par les manifestants depuis le début de la crise.

Sur la date du 20 décembre pour les législatives, le Coditogo y voit pour y arriver une « quadrature du cercle ». Par exemple, sans réforme de la Commission électorale (Ceni), des élections correctes sont impossibles. Le recensement prendra du temps. Le vote de la diaspora, exigé par l’opposition, ne sera pas mis en place. Le problème du redécoupage des circonscriptions – car actuellement, « les électeurs de la région du Plateau pèsent 2 fois plus que les électeurs de la région maritime », au niveau du nombre d’électeurs par député – ne sera pas traité alors que le découpage électoral déséquilibré pourrait faire basculer la majorité du côté d’Unir en étant loin d’une majorité d’électeurs.

Sur le comité de suivi – pouvoir, C14, commission de la Cedeao et représentant des 2 médiateurs – le Coditogo souhaite attendre la mise en œuvre et voir le fonctionnement. Les incertitudes persistent sur le droit de manifester particulièrement remis en cause depuis le début du dialogue, qui « devait durer 15 jours » et dure depuis 6 mois.

Je questionne les intervenants sur l’autre sommet à Lomé, la veille, le 30 juillet, le sommet conjoint CEDEAO-CEEAC, sur la paix et la sécurité, avec les présidents d’Afrique centrale. Le 27 juin, Faure Gnassingbé était allé voir Buhari et, en sortant, a annoncé ce sommet surprise. De nombreux dictateurs étaient donc à Lomé la veille du sommet de la Cedeao, entre autres, Ali Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso, un ami et soutien du dictateur togolais. Paul Biya a refusé de venir. Cela visait aussi à cacher l’actualité de la crise togolaise par d’autres actualités.

Le Coditogo souhaite continuer à mobiliser et lance un appel au peuple togolais et à la jeunesse africaine. Malgré la déception face aux recommandations de la Cedeao, Raymond Ayivi reste optimiste sur la victoire au bout du processus. Il pense que « la population va continuer de manifester et de réclamer ses droits ». Il envisage, lui, « des législatives et une présidentielle couplées à l’horizon 2020 ».

Régis Marzin

Compte-rendu du 1er août 2018
Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

André Afanou veut voir Faure Gnassingbé quitter la tête du pays en 2020 La probable candidature de Faure Gnassingbé en 2020 inquiète André Kangni Afanou, l'ancien Directeur exécutif du Collectif des Associations Contre l'Impunité au Togo (CACIT). [ 6/19/2019 ]
Municipales : La caravane du PDP à Notsè et Atakpamé La campagne électorale en vue des élections locales du 30 juin prochain se poursuit sur toute l'étendue du territoire national.  [ 6/19/2019 ]
Dr Antoine Randolph appelle les Togolais à rééditer l'exploit du 20 décembre Les Togolais avaient, dans leur majorité, boycotté les élections législatives du 20 décembre 2018. Un exploit, selon l'opposition réunie au sein de la Coalition des 14 et des observateurs, notamment Dr Ati Antoine Randolph. A l'en croire, l'intérêt supérieur de notre peuple doit être toujours au- dessus de nos intérêts personnels ou particuliers. Lisez plutôt son analyse ! [ 6/19/2019 ]
MDPE-Financement des collectivités locales à hauteur de 2 000 milliards Gnf: la ministre Kanny Diallo en tournée de sensibilisation dans les régions de la moyenne Guinée La préfecture de Dalaba a abrité ce dimanche, 16 juin 2019, le lancement des projets de l’Agence de Financement des Collectivités Locales (ANAFIC) dans les régions administratives de la Moyenne Guinée.  [ 6/18/2019 ]
Pascal Bodjona : « Ces élections locales m’ont été arrachées de force par des artifices ubuesques » Pascal Bodjona, un homme qu'on ne présente plus, a bien voulu faire partie des candidats actuellement en opération de charme auprès des électeurs. Mais la Cour suprême en a décidé autrement. Visiblement, l'homme n'a pas apprécié l'invalidation de sa liste "Ensemble pour le Togo" (E-Togo) pour le compte de ces locales. [ 6/18/2019 ]
Locale 2019 : Le MPDD apportera le bien-être aux Togolais, dixit Agbéyomé Le Mouvement Patriotique pour la Démocratie et le Développement (MPDD) du député Agbéyomé Kodjo est également en course pour les prochaines élections municipales. Dans un message adressé aux Togolais, le président du MPDD a invité les populations à accorder massivement leurs suffrages aux listes de son parti politique. L'ancien Premier ministre promet d'apporter le bien-être dans les communes où la misère sévit. Lecture! [ 6/18/2019 ]
Locales 2019 : La campagne des candidats UNIR dans le Golfe 5 La campagne électorale démarrée vendredi dernier sur toute l'étendue du territoire national se poursuit. [ 6/18/2019 ]
Élections locales du 30 juin : Le PDP entre en campagne Le Parti Démocratique Panafricain (PDP) a démarré officiellement sa campagne ce lundi 18 juin. Ce fut à travers une grande caravane qui a déambulé dans les grandes artères de la Capitale.  [ 6/18/2019 ]
6eme législature: Séna Alipui dresse le bilan du premier semestre Séna Alipui, président du groupe parlementaire Union des Forces du Changement (UFC) a été l'invité, hier lundi, dans l'émission "Le Débat" sur la radio Nana FM. L'homme politique qui se réclame de l'opposition dresse son bilan du premier semestre au parlement. [ 6/18/2019 ]
Locales : 450 millions FCFA pour les candidats Le gouvernement vient de débourser des fonds pour soutenir les candidats en lice pour les élections municipales du 30 juin prochain. L'argent sera réparti entre les 569 listes qui ont commencé la campagne électorale depuis vendredi dernier sur toute l’étendue du territoire togolais. [ 6/18/2019 ]
Autres titres de cette Rubrique
Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média