6:15:18 AM Dimanche, 24 Février 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 
Conférence de presse du Coditogo sur la ‘feuille de route’ de la Cedeao


  [8/2/2018 11:07:40 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :4428 fois | Commenter
 

Togo  -




Le 31 juillet se réunissaient à Lomé, les présidents des pays de la CEDEAO. La date était attendue depuis au moins 2 mois puisqu’il devait y être annoncée une ‘feuille de route’ pour le Togo. Hier, la déclaration de la CEDEAO a évoqué une liste de recommandations : une poursuite du dialogue, une amélioration du cadre électoral, un renforcement du processus électoral au travers de la révision du fichier électoral, un objectif de législatives avant le 20 décembre, une recomposition de la Cour constitutionnelle, la limitation à 2 mandats présidentiels, des scrutins à 2 tours, des mesures d’apaisement, des réformes par voie parlementaire pour commencer, la mise en place d’un comité de suivi.

A Paris, la Coalition de la diaspora togolaise pour l'alternance et la démocratie (CODITOGO) a organisé une conférence de presse le lendemain pour en parler. Y Interviennent, Raymond Ayivi, vice-coordinateur, et Théo Agopomé, Commissaire Lobbying et Diplomatie.

En introduction, Raymond Ayivi précise que le Coditogo a été créé le 9 décembre 2017 et regroupe maintenant 18 associations de diaspora en France, aux USA, au Canada, au Sénégal, au Ghana, en Côte d’Ivoire. Son équipe dirigeante a été mise en place à Dakar début mars 2018.

Théo Agopomé explique que la CEDEAO a tenu compte des rapports des médiateurs Alpha Condé et Nana Akufo-Addo. Selon lui, Faure Gnassingbé essaye d’utiliser le dialogue pour se maintenir. Une transition avec gouvernement de transition était proposée par la coalition des 14 partis d’opposition (C14) – et par le Coditogo – et ce scénario a été totalement écarté.

Raymond Ayivi admet que « les recommandations ne sont pas à la hauteur des enjeux et ne rencontrent pas les attentes des togolais » qui souhaitent « une rupture avec un système de gouvernement en place depuis 52 ans ». De manière imagée, « la montagne a accouché d’une souris ». Selon lui, la feuille de route, qui ressemble plus à « une déclaration de bonne intention », ramène en septembre 2018. Pour Théo Agopomé, les recommandations n’ont pas été « juridiquement » étudiées, leur « faisabilité n’a pas été vérifié ». Le compte n’y est pas, même au niveau des mesures d’apaisement.

Surtout, concernant la limitation du nombre de mandats, « les chefs d’Etats de la Cedeao n’ont pas abordé le cœur du débat », à savoir la remise à zéro du compteur de mandats voulu par Faure Gnassingbé pour tenter de se présenter une 4e fois en 2020, un scénario totalement rejeté par les manifestants depuis le début de la crise.

Sur la date du 20 décembre pour les législatives, le Coditogo y voit pour y arriver une « quadrature du cercle ». Par exemple, sans réforme de la Commission électorale (Ceni), des élections correctes sont impossibles. Le recensement prendra du temps. Le vote de la diaspora, exigé par l’opposition, ne sera pas mis en place. Le problème du redécoupage des circonscriptions – car actuellement, « les électeurs de la région du Plateau pèsent 2 fois plus que les électeurs de la région maritime », au niveau du nombre d’électeurs par député – ne sera pas traité alors que le découpage électoral déséquilibré pourrait faire basculer la majorité du côté d’Unir en étant loin d’une majorité d’électeurs.

Sur le comité de suivi – pouvoir, C14, commission de la Cedeao et représentant des 2 médiateurs – le Coditogo souhaite attendre la mise en œuvre et voir le fonctionnement. Les incertitudes persistent sur le droit de manifester particulièrement remis en cause depuis le début du dialogue, qui « devait durer 15 jours » et dure depuis 6 mois.

Je questionne les intervenants sur l’autre sommet à Lomé, la veille, le 30 juillet, le sommet conjoint CEDEAO-CEEAC, sur la paix et la sécurité, avec les présidents d’Afrique centrale. Le 27 juin, Faure Gnassingbé était allé voir Buhari et, en sortant, a annoncé ce sommet surprise. De nombreux dictateurs étaient donc à Lomé la veille du sommet de la Cedeao, entre autres, Ali Bongo Ondimba et Denis Sassou Nguesso, un ami et soutien du dictateur togolais. Paul Biya a refusé de venir. Cela visait aussi à cacher l’actualité de la crise togolaise par d’autres actualités.

Le Coditogo souhaite continuer à mobiliser et lance un appel au peuple togolais et à la jeunesse africaine. Malgré la déception face aux recommandations de la Cedeao, Raymond Ayivi reste optimiste sur la victoire au bout du processus. Il pense que « la population va continuer de manifester et de réclamer ses droits ». Il envisage, lui, « des législatives et une présidentielle couplées à l’horizon 2020 ».

Régis Marzin

Compte-rendu du 1er août 2018
Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Taméa: 'Nana Akufo-Addo se fout de nous' Kouevi Ayélé alias Taméa n'est plus à présenter. Dans une interview accordée à la chaîne YouTube "iVisages-Togo", la militante de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC) se prononce sur la situation sociopolitique du pays. [ 2/23/2019 ]
Pré-campagne présidentielle 2020 : Faure Gnassingbé recourt à Saint-Pérégrin ! Le chef de l’Etat a une curieuse manière à lui de distancer ses adversaires sur le terrain de la campagne électorale. Il est le seul à se mettre dans le starting-block et à démarrer sa course avant même que l’arbitre n’ait son sifflet à la main. Les manœuvres ont d’ores et déjà commencé avec un Conseil des ministres dans la poussière de Tabligbo et le vacarme d’une annonce de la construction de l’hôpital moderne Saint-Pérégrin à Agoè.  [ 2/24/2019 ]
Affaire lotissement irrégulière: Modeste Toboula relevé de ses fonctions de préfet du Littoral Compte rendu des investigations relatives aux opérations irrégulières de lotissement et de transactions sur le domaine de l'Etat à Fiyégnon 1 dans le 12e arrondissement de Cotonou. [ 2/23/2019 ]
Séna Alipui: 'Le franc CFA est une monnaie des Africains' Hier vendredi, le député Séna Alipui de l'Union des Forces du Changement (UFC) a été l'invité dans l'émission "Le Débat" sur la radio Nana FM. [ 2/23/2019 ]
L’instinct de conservation à tout prix du pouvoir, le grand malheur du Togo : Les élections locales toujours dans le mythe du régime Juste pour garder le pouvoir et ses privilèges indus, le pouvoir des Gnassingbé s’engage à nuire aux grands intérêts du peuple. Tout ce qui peut concourir à l’épanouissement de la population et en même temps à l’éveil de la conscience collective en matière de la bonne gouvernance est soigneusement rangé dans la corbeille des oubliettes de la république.  [ 2/23/2019 ]
Crise d’alternance au Togo : Les sous-entendus de Akufo-Ado Dans un entretien accordé, le week-end dernier, aux médias français TV5 Monde, Radio France Internationale et le journal «Le Monde», le Président ghanéen, Nana Akufo-Addo, s’est prononcé sur la situation politique au Togo. Une sortie qui nécessite une analyse profonde.  [ 2/23/2019 ]
Les couloirs après l’échec de la facilitation : Pourquoi faire? Faure Gnassingbé était chez Nana Addo vendredi Le Président du Ghana Nana Akufo-Addo était l’invité dimanche de l’Emission « Internationales » réalisée par TV5, RFI et le journal le Monde. Dans la pléthore de sujets abordés, la crise togolaise s’est invitée au cours de cet entretien. Répondant aux questions des journalistes sur la situation politique togolaise, l’ancien facilitateur mandaté par la CEDEAO répondant à une question a déclaré : « La facilitation de la crise sociopolitique togolaise a pris fin avec le dernier sommet de la CEDEAO. Mais cela n’empêche pas les chefs d’Etat d’être toujours en contact avec les responsables de l’Etat togolais et ceux de l’opposition. Ces discussions de couloirs consistent à pousser les uns et les autres vers le compromis et le consensus sur la façon d’aborder l’avenir du Togo ». Plus loin sur la question de l’alternance au Togo, il répond : « L’alternance au Togo, c’est un problème des Togolais. En tant que leader du Ghana, ce n’est pas à moi de dire cela, c’est un problème du Togo. Le plus important, c’est qu’ils arrivent à avoir une vie normale ».  [ 2/22/2019 ]
Séna Alipui invite la C14 à ne pas rater les locales Intervenant ce vendredi dans l'émission "Le Débat" sur la radio Nana FM, Séna Alipui, président du groupe parlementaire Union des Forces du Changement (UFC) a laissé entendre que les réformes institutionnelles et constitutionnelles seront réalisées avant la tenue des prochaines élections locales. [ 2/22/2019 ]
Recomposition de la CENI : Incompréhensions et déchirures entre les partis de l'opposition représentés à l'Assemblée nationale L’Assemblée nationale à travers un communiqué publié lundi 19 février 2019, a informé les partis politiques extra-parlementaires et les organisations de la société civile que la période de dépôt des candidatures pour le renouvellement de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), est ouverte jusqu'au lundi 4 mars 2019 conformément aux articles 12 et 14 du Code électoral.  [ 2/22/2019 ]
Fin de la journée de réflexion de la Coalition des 14 Les conclusions de la journée de réflexion de la Coalition des 14 partis de l'opposition seront connues dans les prochains jours, à travers une rencontre avec la presse. C'est ce qu'indique un communiqué de ce regroupement de partis rendu public hier dans la soirée. Lisez plutôt ! [ 2/22/2019 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .