Samedi, 24 Juin 2017 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Halte à la vindicte populaire


  [5/19/2012 3:11:56 PM]  | Kiosque |le Correcteur | Lu :2515 fois | Commenter
 

Avec l’insécurité sans cesse grandissante au Togo, la vindicte populaire devient de plus en plus recrudescente. On enregistre chaque année de nombreux cas de lynchages des présumés malfaiteurs.




 Selon la loi, nul n’a le droit de se faire justice. Toute personne soupçonnée d’une infraction a droit à un procès équitable et doit jouir de la présomption d’innocence. Elle est innocente tant que la culpabilité n’a pas été légalement établie.

Au mépris de cette loi, certains continuent de se faire justice eux mêmes. Les présumés malfaiteurs appréhendés par les populations sont souvent atrocement agressés avant d’être relâchés ou traduits en justice. La principale raison évoquée est le manque de confiance en la justice. « Vaut mieux en finir avec ce voleur car il sera encore relâché », affirme-t-on souvent. Quand une personne est présumée coupable, la foule en furie se jette sur elle sans se poser aucune question. Victimes des coups de poings, de pieds ou de pierres et parfois des coups de coupe-coupe et de couteaux, certaines personnes se retrouvent baignées dans le sang. Pis, d’autres sont battues à mort ou brûlées. C’est le cas, l’an dernier à Avenou où un menuisier présumé coupable d’une tentative de vol d’engin a été brûlé par les conducteurs de taxi moto. Une autre récente victime soupçonnée d’avoir volé un mouton, à Todman, a été battue à l’agonie. Ces actes sont également perpétrés par les forces de l’ordre qui sont sensées protéger les personnes même soupçonnées d’une infraction. Dans d’autres cas, elles assistent sans réagir aux attaques de la foule contre les présumés malfaiteurs. Mais le comble, c’est que parfois les victimes ne sont pas les auteurs des exactions supposées commises. Le cas du menuisier en dit long. Selon les informations, le menuisier résidait à Kodjoviakopé et allait rendre service à une dame à Avénou, avec des matériaux de travail dans le sac. Ne connaissant pas bien les lieux, il a voulu se renseigner auprès d’un conducteur de taxi-moto. A la vue des matériaux de travail, le conducteur du taxi-moto a cru qu’il était un malfaiteur.

S’il est vrai que l’on doit lutter contre l’insécurité, il est tout aussi vrai de la combattre conformément à la loi. La vindicte populaire utilisée comme mesure punitive n’est pas un moyen de lutter contre l’insécurité. Si la main est mise sur un présumé coupable, il faut qu’il soit traduit en justice. L’Etat de son côté doit prendre des mesures urgentes pour rétablir la confiance de la population en la justice. Il doit également sensibiliser la population sur les dangers de la vindicte populaire.

Bella D. (Stagiaire)
Source : le Correcteur


...
.
Publicité>



Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Un chèque de 14 millions de F CFA d’Orabank en faveur du programme PDCplus Elargir l’accès des communautés démunies aux infrastructures socioéconomiques de base et aux filets de protection sociale. Tel est l’objectif du Programme de Développement Communautaire et des filets sociaux (PDCplus) qui vient de bénéficier d’un accompagnement financier d’Orabank. Cette institution bancaire a remis vendredi 23 juin 2017 à Lomé, un chèque de 14.025.000 FCFA au projet PDCplus, une somme destinée à assurer une journée de repas scolaire à 85.000 élèves bénéficiaires du programme sur toute l’étendue du territoire togolais. [ 6/24/2017 ]
Déclaration des OSC engagées pour la libération des deux étudiants, toujours en détention à la prison civile de Lomé   [ 6/24/2017 ]
Michel Gbagbo et Guillaume Soro en vedette à la Une de la presse ivoirienne Michel Gbagbo, fils de l’ancien chef de l’Etat ivoirien Laurent Gbagbo et le chef du parlement ivoirien attendu à Bouaké dans le cadre de la commémoration de l’attentat contre l’avion qui le transportait en 2007 à Bouaké, sont en vedette à la Une des journaux ivoiriens parus ce samedi sur toute l’étendue du territoire nationale. [ 6/24/2017 ]
Diversité de sujets au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains Les quotidiens et hebdomadaires marocains parus ce samedi consacrent le gros de leurs commentaires au traitement de la situation de familles syriennes bloquées à la frontière entre l’Algérie et le Maroc, à l’action du gouvernement, aux enjeux de la recherche scientifique au Maroc, à la réforme de l’école et au développement du monde rural. [ 6/24/2017 ]
Thomas Sankara et actions sociales au menu de la presse burkinabè La presse burkinabè commente, ce samedi, l’actualité relative à des cérémonies de remise de soutien à des personnes vulnérables, sans oublier l’audience accordée par le président Kaboré au comité international pour le mémorial Thomas Sankara. [ 6/24/2017 ]
Bientôt du travail à haute intensité de main d’œuvre pour 11 350 personnes Il sera lancé le 1er juillet prochain, le Programme Haute intensité de main d’œuvre (HIMO). Ledit programme ambitionne le recrutement de plus d’un millier de personnes. [ 6/24/2017 ]
RAM: un co-pilote décède des suites d’un malaise cardiaque Un drame s’est produit à bord du vol AT276 le vendredi 23 juin. Pris d’un malaise cardiaque, le jeune co-pilote Mohamed Assabaane a trépassé faute de soins spontanés. [ 6/24/2017 ]
L’actualité politique en exergue dans les quotidiens sénégalais Les quotidiens sénégalais parvenus samedi à APA accordent un traitement de faveur à l’actualité politique. [ 6/24/2017 ]
Comité international pour le Mémorial Thomas Sankara: la section nationale reçue par le Président du Faso Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a reçu en audience, le vendredi 23 juin 2017 à Ouagadougou, la section nationale du Comité international pour le Mémorial Thomas SANKARA. [ 6/24/2017 ]
« L’Islam est une religion de tolérance et de paix et non une religion de violence », déclare le Président du Faso à la rupture collective du jeûne à Kosyam Le Président du Faso, Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE a assisté à la cérémonie de rupture collective du jeûne à la Présidence du Faso, le jeudi 22 juin 2017. Le chef de l’Etat avait à ses côtés pour réaffirmer sa solidarité à la communauté musulmane, le représentant de la Fédération des Eglises et Missions Evangéliques (FEME), le Pasteur Samuel YAMEOGO, le Cardinal Philippe OUEDRAOGO et le représentant du Mogho Naaba Baongho. Etaient également présents à la rupture collective, le Premier ministre Paul Kaba THIEBA et des membres du gouvernement. [ 6/24/2017 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
. | . | . |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle credit consommation avec moncredit.org Serrurier Paris 6| credit consommation avec moncredit.org .