Jeudi, 23 Octobre 2014 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Manifestation du CST : Zeus Ajavon « Si nous nous asseyons pour dialoguer avec eux, c’est seulement pour discuter des conditions de leur départ »


  [8/26/2012 12:36:06 AM]  | Kiosque | AfreePress | Lu :3501 fois | Commenter
 

Ils étaient plusieurs milliers de manifestants du collectif sauvons le Togo (CST, opposition) ce samedi, à répondre favorablement à l’appel à manifester du CST. Partie du rond-point « SUN AGIP » du quartier Bè Kpota à Lomé, la foule a sillonné les quartiers Akodessewa, Bè, Bè-Château, Ablogamé pour enfin se regrouper à la plage de l’hôtel de la Paix où un meeting a eu lieu en présence des avocats Zeus Ajavon, Isabelle Améganvi, Raphael Kpandé-Adzaré, Abi Tchéssa, du président de l’Alliance nationale pour le changement (ANC), Jean-Pierre Fabre, de l’ancien Premier ministre Agbéyomé Messan Kodjo, de l’ancien commandant de la Gendarmerie togolaise, Olivier Amah et de tous les autres responsables du CST.




 A l'arrivée des manifestants à la plage, les femmes du collectif sauvons le Togo ont voulu d'entrée de jeu marquer cette première sortie non officiellement déclarée de leurs empreintes en appelant leurs « consœurs demeurées à la maison à manifester jeudi devant la prison civile de Lomé ». Ces femmes, par la voix de leur porte-parole, ont fait connaître leur « détermination à descendre dans les rues en slips ou nues pour réclamer la libération des jeunes manifestants arrêtés et emprisonnés au cours d’une rafle nocturne opérée dans la nuit du 22 au 23 août dernier ». « Nous allons manifester toutes nues pour nous rendre devant la prison civile de Lomé, nous invitons toutes nos sœurs à s’habiller en rouge », a déclaré la porte-parole des femmes proches du CST.

S’inscrivant dans la même logique, Me Isabelle Améganvi, membre du bureau politique de l’ANC, a officiellement fait savoir que les « femmes du Togo avaient décidé d’observer une grève du sexe à partir de lundi prochain afin d’obliger les hommes à réagir pour changer les choses au Togo. On dit que celui qui nous dirige aime cette chose-là, alors j'invite mes sœurs à s'abstenir de le rencontrer cette semaine », a demandé Mme Améganvi.
Prenant à son tour la parole, le coordonnateur du collectif sauvons le Togo a révélé que le collectif n’était plus disposé à discuter avec les autorités togolaises. « Nous ferons tout ce qui est de notre pouvoir pour les faire partir. Nous n’irons plus dialoguer avec eux, ils doivent partir par tous les moyens. Si nous nous asseyons pour dialoguer avec eux, c’est seulement pour discuter des conditions de leur départ », a-t-il indiqué avant de poursuivre ses propos en faisant le bilan financier des grenades lacrymogènes utilisées par les forces de l’ordre pour « disperser » les manifestations du CST lors des manifestations de rue. « Une bombonne de gaz coûte en moyenne 5000 F CFA. Les grenades à fragmentation coûtent elles, en moyenne 12 000 F CFA. Ils utilisent des milliers par jours au cours de nos manifestations. Je crois que cet argent pourrait servir à procéder à l’augmentation des salaires des militaires. Nous avons décidé de ne plus discuter avec eux, nous réclamons tout simplement leur départ du pouvoir », a insisté Me Zeus Ajavon.
Abi Tchessa du PSR a de sa part, fait noter qu'« un régime agonisant est un régime toujours nuisible ». « Nous devons mettre en application les dispositions de l’article 150. Lorsqu’un régime est nuisible, c’est de désobéir à ce régime », a martelé l’ancien ministre de la Justice.

Le CST annonce une série de manifestations à partir du 27 août prochain, des manifestations, dont l’objectif, selon le collectif, n’est ni plus ni moins que de « chasser » Faure Gnassingbé du pouvoir.
Le 24 août dernier, le collectif a décliné l’offre de dialogue du gouvernement. Aucun des partis composant le CST ne s’était présenté à la primature, endroit retenu pour cette rencontre.
Source : | AfreePress


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)
.

Dans la même rubrique

L’ONG Arc-en-ciel profite de la campagne Condomize pour sensibiliser les populations sur le Sida Le taux d’utilisation du préservatif chez les jeunes hommes de 15 à 19 ans est de 34,18% et 51,55% chez les femmes. Ce qui entraîne une prévalence du VIH/Sida chez les jeunes de 15 à 24 ans estimée à 1,5 en 2010 avec une forte féminisation.  [ 10/23/2014 ]
Un « faux agent » de l’OTR dans les mailles de la gendarmerie Un homme se faisant passer pour un agent de l’Office Togolaise des Recettes (OTR) pour arnaquer certains contribuables à Lomé, a été arrêté mardi sur le fait et remis à la gendarmerie pour répondre de ses actes, et en payer le prix.  [ 10/23/2014 ]
Les Agents des hôtels de Lomé renseignés sur les critères de qualification professionnelle Le respect des critères de qualification professionnelle qu’impose la réglementation hôtelière est au cœur mercredi d’une réunion des agents des hôtels membres de l’Union Togolaise de l’Hôtellerie (UTH) et des hôtels des quartiers de Lomé-centre, a constaté l’Agence de presse Afreepress.  [ 10/23/2014 ]
Revue de presse du mercredi 22 octobre 2014 Le retour sur le tapis de la question des élections locales à travers la mise sur pied d’un comité technique devant œuvrer dans ce sens reste la préoccupation des parutions de ce mercredi.  [ 10/23/2014 ]
Le Togo dans l’optique de la dynamisation du secteur agricole Selon des chiffres officiels publiés en 2011, l’agriculture contribue de 45,8% dans le Produit intérieur brut (PIB) du Togo. Le secteur agricole emploie au moins 80% de la population active. Cependant, Ce secteur est en proie à plusieurs difficultés d’ordre juridique, politique, matériel. La plus importante est liée au capital humain.  [ 10/23/2014 ]
L’ouvrage, « Et demain l’agriculture togolaise » dans les bacs « Et demain l’agriculture togolaise », c’est le tout nouveau-né enregistré dans la littérature togolaise mercredi, une œuvre de 110 pages réparties en sept (7) chapitres écrit par Dr Comlan Luc Atsu Agbobli qui critique, analyse les « maux » l’agriculture au Togo et propose des solutions, a appris l’Agence Afreepress. [ 10/23/2014 ]
Vers la mise sur pied d’un réseau en Afrique devant réfléchir sur les questions du vieillissement de la population « D’ici 2050, 10% de la population africaine vieillira puisque l’Afrique est en train d’effectuer sa transition démographique et le vieillissement de la population sera responsable d’importants changements sociaux, politiques, économiques et culturels ».  [ 10/23/2014 ]
Le Togo bénéficie de plus de 1 500 tonnes de riz blanc du Japon Le Japon a offert mercredi au Togo 1538,55 tonnes de riz blanc au titre de la deuxième phase du projet Kennedy Round 2013 (KR 2013) signé entre les gouvernements togolais et japonais le 18 novembre 2013.  [ 10/23/2014 ]
Bas-Mono/ Convoitant le trône, une dame proclame la mort du chef canton d’Attitogon, Togbui Djossou Agnyran Assiatahoun VII « Togbui Djossou Agnyran Assiatahoun VII d’Attitogon est décédé et on nous cache le corps depuis des mois... ». C’est ainsi que s’exprime Mme Soglo Adjowa Directrice d’école dans ladite localité. Ces propos ont parcouru toute la préfecture du Bas Mono durant plusieurs mois et a créé des doutes dans le cœur des populations. Le mal dans tout cela est qu’elle dit avoir été choisi pour remplacer le chef jusqu’à nouvelle ordre. [ 10/23/2014 ]
Grossesses et mariages précoces au Togo : Des acteurs de la planification familiale préparent un plaidoyer à l’endroit des gouvernants Dans le monde entier, selon Loaiza E. et Liang, M. 2013 adolescent Pregnancy : a review of the evidence, UNFPA, New York, environ une femme sur cinq âgée de 20 à 24 ans a déjà donné naissance à un enfant avant l’âge de 18 ans. La plupart de ces grossesses précoces sont observées dans les pays en voie de développement où 20.000 filles de moins de 18 ans mettent un enfant au monde chaque jour. Au Togo, 30,7 % de jeunes de 10 à 24 ans selon le recensement général de la population et de l’habitat IV, 2011 n’échappe pas aux phénomènes des grossesses et mariages précoces. [ 10/23/2014 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | Faites un devis sur cecomparateur mutuelle santé | voyance gratuite | voyance gratuite en ligne |
EX-IN Consult
iciLome.com