Lundi, 23 Octobre 2017 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
La corruption, un phénomène généralisé au Togo, selon Afrobaromètre et CROP


  [6/2/2013 3:43:08 PM]  | Kiosque | AfreePress | Lu :4136 fois | Commenter
 

Togo  - La question de la corruption des institutions et celle de la place des valeurs démocratiques au sein de la société togolaise ont fait l’objet d’un sondage dont les résultats ont été rendus publics samedi par le réseau Afrobaromètre et le Centre de Recherche et de Sondage d’Opinion (CROP).




Quelle perception les Togolais ont-ils de la corruption et comment vivent-ils ce phénomène ? Quelle appréciation ont-ils des valeurs démocratiques ? Ce sont les deux thématiques qui ont cette fois-ci, retenu l’attention de CROP et d’Afrobaromètre.

Sur la question de la corruption, le réseau dit avoir travaillé avec 1200 Togolais « choisis au hasard ». Une importante proportion de cet échantillon estime que la corruption est un phénomène généralisé au Togo. Nombreux sont ceux qui ont confié avoir payé un pot-de-vin à un fonctionnaire pour bénéficier d’un service. Selon les sondeurs, la perception de la corruption au Togo est un « peu plus prononcée que dans les autres pays sondés ».

« L’enquête a retenu 7 institutions de la République à l’instar de la police, du parlement ou de la justice. Parmi ces institutions, il n’y a aucune dont plus d’un Togolais sur 10 ont une bonne perception » a laissé entendre le directeur de CROP, Moussa Blimpo. « Seulement 5 % des Togolais pensent que les juges et les magistrats ne sont pas impliqués dans des affaires de corruption contre 44 % des Togolais qui pensent que la plupart des juges et magistrats sont corrompus. En ce qui concerne la police, c’est 42 % des Togolais qui pensent que la plupart des agents de la police seraient impliqués dans des affaires de corruption », a relevé CROP.

En comparant ces résultats avec ceux des 12 autres pays africains sondés, il est à relever que seulement 26 % des citoyens dans l’ensemble de ces 12 pays déclarent que la plupart de leurs juges et magistrats sont corrompus. « Ceci révèle que les citoyens des autres pays africains ont une perception un peu plus favorable du système judiciaire de leur pays comparé au Togo et au Bénin ». Il en va de même pour les agents de police, insistent CROP et Afrobaromètre.

Sur les douze derniers mois, « 20 % de Togolais déclarent avoir payé un pot-de-vin au moins une fois à un agent de l’État afin d’obtenir un document ou un permis. Ce chiffre est seulement de 7 % plus élevé au Togo que dans les autres pays africains sondés », soutient l’enquête.

Sur la seconde thématique, la grande majorité des Togolais définissent la démocratie comme « la possibilité offerte aux citoyens de choisir librement leurs dirigeants et la possibilité d’exprimer de façon libre leurs opinions ».

Un (1) Togolais sur 10 pense que la démocratie est une réalité vécue au Togo contre 20 % qui soutiennent le contraire. 38 % des sondés estiment que le Togo est un État démocratique qui a des hauts et des bas. Seulement deux (2) personnes sur dix (10) disent être satisfaites de la façon dont la démocratie fonctionne au Togo. Au Bénin, c’est six (6) personnes sur dix (10) qui expriment leur satisfaction par rapport à la même thématique, précise CROP.

Le sondage s’est au penché sur la problématique du rôle des médias au Togo. Selon CROP et Afrebaromètre, huit (8) Togolais sur dix (10) disent avoir envie de voir les médias enquêter et exposer les résultats de leurs recherches sur la corruption et les autres problèmes de gouvernance.

Telli K.
Source : | AfreePress


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

.

Dans la même rubrique

Dossier/L’UTB au cœur de la nébuleuse Patrick Mestrallet : Salaire de 24 millions par mois, prime de 52 millions en 6 mois, une banque à la dérive « Monsieur le Directeur Général. Nous avons l’honneur de vous informer qu’à l’appel des délégués syndicaux de SYNBANK, nous observerons une grève de soixante-douze heures (72 ) heures les 18, 19 et 20 octobre 2017, suivant la décision de l’Assemblée Générale du personnel en date du 10 octobre 2017 conformément aux articles 268-272 du code du travail pour : le blocage unilatéral des avancements du personnel depuis 1990, le non-respect des dispositions des Autorités Bancaires en matière de cumul de fonctions, le non-respect des avantages acquis du personnel, le non-respect de l’équité sociale au vu des salaires exorbitants des dirigeants. En ce qui concerne le personnel de l ‘UTB, nous souhaitons obtenir les droits suivants : la reprise des avancements, le paiement des flux financiers et les arriérés de ces avancements de 1990 à ce jour, la revalorisation des salaires en général pour rendre l’équité sociale et réduire les écarts significatifs entre les salaires des dirigeants et ceux des employés, le respect des avantages acquis du personnel, la nomination d’un Directeur des Ressources humaines pour prendre pleinement en charge les questions des ressources humaines ». Tel est en substance le préavis de grève du collège des délégués du personnel de l’UTB dont la Rédaction s’est procuré une copie. Un fort avis de tempête que le Directeur Général cherche à éviter depuis quelques jours. A l’UTB les réunions s’enchaînent entre la Direction et le personnel sans déboucher pour le moment sur aucun compromis acceptable. Comment en est –on arrivé là ?  [ 10/23/2017 ]
Diversité de sujets à la Une des quotidiens marocains Les quotidiens marocains parus ce samedi se focalisent sur la politique de la jeunesse, la problématique du déficit en eau, les conséquences de la hausse de la TVA, et le match qui opposera le WAC à l’USMA pour le compte de la demi-finale de la Ligue des Champions africaine. [ 10/21/2017 ]
Médias et société civile au menu de la presse burkinabè Les médias burkinabè, notamment ceux en ligne, commentent ce samedi l’actualité nationale marquée par la célébration de la journée nationale de liberté de presse et les actions d’Organisations de la société (OSC). [ 10/21/2017 ]
Conflit intercommunautaire et Guillaume Soro à la Une de la presse ivoirienne La presse ivoirienne parue, vendredi, s’intéresse à un conflits inter-communautaire dans l’ouest du pays et au chef du parlement Guillaume Soro , dont l’une des résidences a été cambriolée. [ 10/21/2017 ]
Terrorisme et politique font les choux gras des quotidiens sénégalais La presse quotidienne sénégalaise parue samedi traite en priorité du terrorisme avec l’arrestation à Rosso (Nord) d’un présumé djihadiste, et de la politique avec la crise au Parti socialiste (Ps, mouvance présidentielle) qui s’accentue à cause de l’exclusion des frondeurs, dont Khalifa Sall, le maire de Dakar. [ 10/21/2017 ]
ADF-Togo au chevet des orphelins de la Maison Béthanie Une délégation de African Diaspora Forum (ADF-Togo) a rendu visite aux orphelins de la Maison Béthanie ce matin. Une visite qui a donné du sourire à cette structure. [ 10/21/2017 ]
La presse marocaine décrypte le discours royal prononcé devant le parlement Les quotidiens marocains parus consacrent de larges analyses au discours que le Roi Mohammed VI a prononcé vendredi devant les membres des deux Chambres du Parlement à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire. [ 10/16/2017 ]
Thomas Sankara monopolise la Une des quotidiens burkinabè Les quotidiens burkinabè reçus à APA ce lundi matin commentent largement l’actualité nationale, marquée par la célébration, la veille, du 30e anniversaire de l’assassinat du capitaine Thomas Sankara. [ 10/16/2017 ]
La crise anglophone revient au-devant de la scène dans les journaux camerounais L’annonce, par le gouvernement, de l’envoi de missions spéciales de réconciliation d’élites dans les régions sous tension du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, aussitôt suivie du rejet de ladite initiative par les activistes anglophones, a réactivé la controverse dans les journaux camerounais parus lundi. [ 10/16/2017 ]
La politique résume l’actualité sénégalaise Les quotidiens sénégalais parvenus lundi à APA mettent en exergue l’actualité politique, insistant ainsi sur l’exclusion annoncée du Parti socialiste des frondeurs, dont Khalifa Sall, le maire de Dakar. [ 10/16/2017 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
. | . | www.voirbonfilm.com |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle ! | credit consommation avec moncredit.org .