Mardi, 17 Octobre 2017 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Une autre maladie ravage l’Afrique : la France


  [2/26/2005]  | Kiosque |lutte-ouvriere-journal.org | Lu :2496 fois | Commenter
 






 Depuis deux semaines, des dizaines de milliers d’opposants manifestent au Togo, contre la dictature Eyadéma, plus précisément celle du fils Faure Gnassingbe, qui s’est arrogé la succession du défunt père, appuyé par l’armée. Parmi les manifestants, fusent les slogans de «Chirac voleur!», «La France dehors!» Chirac, en 10 jours, a effectivement perdu deux amis: le 5 février, le général-président du Togo, mort dans son lit, contrairement à nombre de ses opposants, et le 15 février, le politicien affairiste libanais Hariri, victime d’un attentat à Beyrouth. Mais si Chirac s’est précipité à l’enterrement de ce dernier, sous les applaudissements de manifestants libanais exaspérés par l’occupation syrienne, la colère populaire togolaise, contre le clan Eyadéma-Chirac, l’a dissuadé de se montrer à Lomé.

Eyadéma leur amour

Chirac a regretté la mort d’un «ami personnel». Son entourage a expliqué, selon Libération (09/02), que «Chirac a connu Eyadéma dans l’armée française en Algérie, avant qu’il devienne président du Togo.» À la fin de cette sale guerre (et après celle plus ancienne d’Indochine), le sergent Eyadéma intègre l’armée togolaise, entièrement équipée et encadrée par des Français. En 1963, le gouvernement gaulliste décide de se débarrasser du président élu en place, Sylvanus Olympio. Eyadéma est à la tête du commando chargé de le liquider. Un épisode dont il se flattait lui-même, au Figaro et à Time-Life: «Il s’est arrêté et nous a dit qu’il ne voulait pas aller plus loin. Je décidai: c’est un homme important, et il pourrait y avoir des manifestations de foule s’il restait ici. Aussi je l’ai descendu.» Trois balles dans le ventre, veines coupées, cuisse tailladée: «C’est comme ça que je faisais en Algérie, pour m’assurer que mes victimes étaient bien mortes».

Le sergent français devient général togolais, puis président en 1967, par un nouveau coup d’État. Pillages de l’économie et des caisses publiques, liquidation ou exil de milliers d’opposants... Tout cela, pendant 40 ans, va se faire dans la plus parfaite amitié avec la France. Jacques Foccart, conseiller de Gaulle, puis de Chirac, s’en souvient, ému, dans ses mémoires: de Gaulle était très sensible à «l’attachement profond qu’il (Eyadéma) manifestait à l’égard de la France (...)» Certes, ces liens sanctionnent et cimentent la dépendance économique à l’égard de l’impérialisme français. Le Togo, petit pays de 5 millions d’habitants, en Afrique de l’Ouest, a la France comme principal client et fournisseur, vit beaucoup de phosphates qui rapportent quand les cours mondiaux le veulent bien, de quoi enrichir les sociétés françaises de bâtiment et autres... Les banques françaises, elles aussi sont présentes et prêteuses... à des taux que l’État togolais fait payer ensuite à la population.

La gauche ne trouble pas l’idylle. Président, Mitterrand maintient ces liens privilégiés. La politique reste la même. Contre les opposants, les grévistes, les manifestants, c’est toujours la terreur. En 1991, époque de prétendue «libéralisation» de certains régimes africains, du moins d’instauration d’un multipartisme de façade, des manifestations secouent le Togo, en particulier sa jeunesse étudiante. Mais rien ne change vraiment. En 1993, la garde prétorienne d’Eyadéma, 14000 hommes entraînés et conseillés par des officiers français, tire sur une manifestation pacifique de l’opposition, faisant suite à une grève quasi-générale de deux mois appelée par les syndicats. Officiellement 16 morts, mais plus d’une centaine de cadavres dans les morgues de la capitale. En mai et juin 1998, Eyadéma accepte des élections, qu’il truque. À nouveau, les troupes tirent sur les manifestants, qui scandent «Eyadéma voleur, la France complice!» Des centaines de personnes sont torturées et exécutées, leurs corps jetés d’avion en mer. Cela n’empêche pas Chirac d’embrasser fraternellement Eyadéma. Cela n’empêche pas le président du conseil constitutionnel et ancien ministre des affaires étrangères socialiste Roland Dumas, de déclarer que: «Le président de la République du Togo, c’est un ami de la France de longue date, c’est un ami personnel. (...) le président de la République togolaise veille vraiment au respect de l’État de droit.»

Père, fils, faux frèreset parrains...

Depuis la mort du dictateur sanguinaire, ça sent le roussi. De peur de perdre privilèges et fortunes, l’armée togolaise a imposé par un coup d’État son propre fils, Faure Gnassingbe Eyadéma. Même la France n’ose saluer l’opération. Le ministère français des affaires étrangères prétend privilégier... le dialogue et le «retour à l’ordre constitutionnel»! Tandis que le gouvernement américain, qui a ses propres calculs, exige la démission du fils Eyadéma, ce que réclament les autres chefs d’État africains. Faure Gnassingbe vient d’annoncer l’organisation d’élections d’ici 60 jours...

Ce qui inquiète les suzerains occidentaux, en exercice ou en puissance, ce sont les réactions populaires. Des manifestations sont de plus en plus nombreuses et massives à Lomé. Le 12 février, des opposants ont occupé le centre-ville de la capitale toute la journée, avant que les parachutistes et la garde présidentielle ne tirent et ne fassent plusieurs morts. Le 19 février, 25000 manifestants ont défilé. Certes, des politiciens togolais de l’opposition dite démocratique sont dans les starting-blocks pour assurer le relais, aussi dévoués aux intérêts impérialistes que feu Eyadéma. Bien des pièges sont donc tendus à la population pauvre des villes et des campagnes. Mais elle n’a pas dit son dernier mot.

Bernard RUDELLI
Source : lutte-ouvriere-journal.org


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

.

Dans la même rubrique

Des élèves d’un lycée dénoncent la pénurie d’enseignants dans la rue Depuis plus d’un mois que les élèves du lycée de Tengrela ont repris les cours, ils n’ont pas d’enseignants. Ce déficit d’enseignant est un problème général en Côte d’Ivoire. Il est estimé à près de 3000. [ 10/17/2017 ]
Audio/Arrestation de l'imam Hassan Mollah: Témoignage sur les échauffourées à Sokodé Joint au téléphone par le confrère Eric Gato, une habitante de la ville de Sokodé relate ce qui s'est passé. [ 10/17/2017 ]
AUDIO/ Yark Damehame: "Notre pays ne mérite pas ce qui se passe à Sokodé" Ce matin, au micro de nos confères de la radio Victoire FM, le ministre de la Sécurité, Yark Damehame s'est prononcé sur l'arrestation de l’imam Hassan Mollah hier nuit à Sokodé. [ 10/17/2017 ]
L’arrestation d’un Imam à Sokodé, met le pays en ébullition Quelques heures de coupure d’électricité ont permis à des militaires et gendarmes de s’introduire la nuit du lundi chez l’imam Hassan Mollah à Sokodé dans la région centrale pour l'emmener manu militari, tagué de très proche du leader du parti PNP de Tikpi Atchadam. [ 10/17/2017 ]
Déclaration de Strasbourg à l'occasion de la grande marche internationale de la diaspora togolaise en Europe le 14 octobre 2017  [ 10/17/2017 ]
Le Front social grogne : Une autre pesanteur qui pourrait envenimer la crise Pendant qu’aucune voie de sortie n’est pas encore dégagée pour la crise politique ouverte depuis le 19 août 2017, les prémices d’une nouvelle crise cette fois sociale se dessinent depuis la semaine dernière avec l’entrée en scène des activistes syndicaux.  [ 10/17/2017 ]
Le bilan de l’attentat de Mogadiscio s’alourdit Depuis samedi, le peuple somalien est en un deuil. L’attentat au camion piégé est survenu à Hoda, au centre de la capitale Mogadiscio samedi. Un premier bilan faisait état de 130 morts, bilan revu à la hausse (276 morts et 300 blessés). [ 10/16/2017 ]
Nous ne sommes pas d'accord avec la nouvelle composition de la CENI Plusieurs personnes ont pris d'assaut le siège de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ce matin. Ils dénoncent la nouvelle constitution de la CENI et disent non au referendum en vue. [ 10/16/2017 ]
Bilitis Adamah : « En Afrique, le pagne n’est plus seulement un vêtement, mais une valeur de référence » Fille d’un ancien enseignant-chercheur en philosophie de l’esthétique à l’Université de Lomé, la Togolaise Bilitis Aimée Adamah, après ses études supérieures, fleurit dans la mode où elle découvre sa passion. Son univers artistique est particulier. Composées des pagnes, des pierres et des perles, surtout les plus anciens qui se font rares aujourd’hui, et parfois même du bois, ses collections sont uniques. A travers l’évènement ''Les héritages colorés'', elle fait découvrir l’identité africaine.  [ 10/16/2017 ]
Brouille au sein de la LTDE : Foly Satchivi et Basile Aménuvévé, amis hier, ennemis aujourd’hui La Ligue togolaise des droits des étudiants (LTDE), cette association estudiantine qui a fait la pluie et le beau temps au cours de l’année académique 2016-2017 en matière de revendications à l’Université de Lomé (UL), traverse une crise. Plusieurs membres du bureau exécutif, dont le vice-président, Basile Aménuvévé, ont quitté Foly Satchivi, le président.  [ 10/16/2017 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
. | . | www.voirbonfilm.com |Toutes les infos sur comparateur-de-mutuelle.info pour votre mutuelle ! | credit consommation avec moncredit.org .