Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 11:30:34 PM Vendredi, 16 Novembre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Journée internationale de la jeunesse: Mme Victoire Tomégah-Dogbé invite la jeunesse à prendre "la mesure des risques possibles qui entourent l’aventure de l’émigration" (PAPIER D'ANGLE)


  [8/11/2013 6:28:54 PM]  | Kiosque | SAVOIR NEWS | Lu :3061 fois | Commenter
 

Togo  - Mme Victoire Tomégah-Dogbé, ministre du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes a invité ce dimanche, la jeunesse togolaise à prendre "la mesure des risques possibles qui entourent l’aventure de l’émigration, surtout quand elle est clandestine".




Cet appel de la ministre intervient la veille de la célébration de la quinzième journée internationale de la jeunesse. Depuis 1999, la communauté internationale célèbre chaque année, le 12 août, la journée internationale de la jeunesse. L’institutionnalisation de cette journée marque la volonté de la communauté internationale et des gouvernements de placer les préoccupations des jeunes au cœur de leurs politiques de développement.

Principal thème retenu cette année: "jeunesse et migration: faire bouger le développement". Au moins 214 millions de migrants internationaux dont 10 % de jeunes sont enregistrés chaque année, affichent les récentes statistiques des Nations Unies. Les raisons qui poussent les jeunes à émigrer sont nombreuses: les uns fuient les persécutions, d’autres veulent échapper aux difficultés économiques.
Selon la ministre du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, le thème retenu cette année, nous interpelle tous à plus d’un titre et nous invite à réfléchir sur les enjeux et les défis que pose aujourd’hui la problématique de la migration des jeunes, cette couche vitale et précieuse de la société.
"Lorsqu’on sait par exemple qu’en 2010, on estimait à travers le monde à environ 27 millions le nombre de jeunes migrants internationaux, il n’est plus besoin de démontrer la pertinence du thème retenu pour cette année", a souligné Mme Tomégah-Dogbé.

Pour elle, le thème choisi cette année nous convie à agir sur les "déterminants de la migration des jeunes pour faire de celle-ci un atout pour le développement aussi bien au niveau national que dans les communautés d’accueil".

"L’examen de la migration des jeunes renvoie à plusieurs causes : études, conflits sociaux, catastrophes naturelles par exemple, mais c’est surtout le chômage (recherche d’une meilleure situation professionnelle et de revenu décent) et le goût de l’aventure qui nourrissent la pulsion migratoire des jeunes notamment dans sa forme clandestine. Il est reconnu que certains jeunes migrants arrivent à trouver de meilleures opportunités qui leur permettent de contribuer au développement de leurs communautés et de la société au sens large", a indiqué la ministre.

"Dans ce cas, la migration peut représenter un facteur positif dans le cadre du développement d’un pays à travers le rapatriement des fonds des émigrés et aussi par la capitalisation des compétences et expériences des migrants de retour. Cependant, il n’en demeure pas moins vrai que de nombreux jeunes émigrés s’exposent aussi à des risques et peuvent se retrouver dans des situations inacceptables, victimes de la discrimination ou exploités, surtout quand ils sont en situation de migrants clandestins ou sans qualification professionnelle", a fait remarquer Mme Tomégah-Dogbé.

Ces difficultés se trouvent exacerbées par la crise économique et financière dont le monde est actuellement le théâtre. De plus, les migrants sont souvent accusés par les communautés et les hommes politiques locaux d’enlever des emplois à la population, ce qui les expose d’autant plus à la discrimination. Il arrive aussi que des jeunes laissés sur place par leurs parents lorsque ceux-ci ont émigré doivent affronter des problèmes psychologiques et sociaux et deviennent plus vulnérables.
"C’est pourquoi, il nous faut donc prendre davantage conscience des nombreuses difficultés que les jeunes migrants rencontrent au quotidien, bien qu’elles ne soient pas forcément les mêmes pour tous au même titre: une grande précarité au plan matériel (nourriture, entretien personnel, logement) et des difficultés d’accès aux soins, peu et parfois pas du tout de travail, et un travail mal rémunéré, l’attitude inamicale d’une bonne partie de la population locale un sentiment d’abandon et d’isolement", a poursuivi la ministre.

Elle a mis un accent particulier sur les multiples initiatives du gouvernement prises par le gouvernement en vue de promouvoir le développement humain et d'accroître les opportunités d’accès des jeunes à l’emploi et à un revenu pour lutter contre la pauvreté et la précarité.

"Dans cette perspective, le ministère du développement à la base, de l’artisanat, de la jeunesse et de l’emploi des jeunes, s’emploie à créer pour toutes les catégories de jeunes (filles et garçons) des conditions favorables pour faire de nos cités et des zones rurales des eldorados sur place afin de lutter contre l’émigration surtout clandestine de nos jeunes, des projets et programmes ont été initiés pour favoriser l’insertion professionnelle des jeunes de notre pays", a-t-elle relevé
Mme Tomégah-Dogbé est allé loin en citant les programmes et projets les plus importants mis en place notamment le Programme de Promotion du Volontariat National au Togo (PROVONAT) qui à ce jour, a mobilisé près de 3.000 volontaires nationaux et mobilisera encore dans les jours à venir une nouvelle vague de plus de 750 jeunes, le Programme d’Appui à l’Insertion Professionnelle des Jeunes Artisans (PAIPJA) destiné encourager et à faciliter l’insertion des jeunes diplômés de la formation professionnelle et qui a déjà permis l’accompagnement de 2.040 jeunes en deux ans, le Programme d’Appui au développement à la base (PRADEB) d’un montant global de plus 6 milliards de francs qui favorisera à termes la création de plus de 3.500 emplois directs durables principalement en milieu rural et péri-urbain et le Programme de développement des filières des plantes à racines et tubercules (PRT) dont plus de 5.000 jeunes organisés en groupement en sont bénéficiaires sur tout le territoire national.

Elle n'a pas oublié l’opérationnalisation du Fonds d’Appui aux Initiatives des Jeunes (FAIEJ) - mis en place pour résoudre les problèmes d’accès des jeunes au financement pour booster l’auto emploi par la création de petite et moyenne entreprises - et la formulation du plan stratégique pour l’emploi des jeunes dont le document d’orientations sera d’ailleurs soumis pour validation au cours d’un atelier le 13 août à Tsévié. Ce chantier aura un impact significatif en ce qui concerne la réduction du chômage et l’accès au revenu

La ministre a salué les différents partenaires au développement du Togo qui ont "fortement soutenues" ces différentes initiatives qui devront permettre de standardiser les jeunes dans leurs communautés et les intégrer dans le développement économique et sociale.
"Pour appuyer les actions déjà entamées par le gouvernement, l’Etat a besoin de la nécessaire contribution des partenaires que sont les entreprises privées, les collectivités locales et les jeunes eux-mêmes à travers leurs associations etc. en vue d’accroître leur impact. C’est dans cette synergie et l’implication forte de tous dans un but commun que résident les chances de réussite du développement local et la création d’espoir susceptibles d’atténuer les flux migratoires des jeunes", a-t-elle souligné.

Elle a, pour finir, exhorté les jeunes à s’engager "à mieux faire face aux défis multiples en cultivant davantage l'esprit de créativité et d’innovation" à saisir "toutes les opportunités" qui sont de plus en plus offertes par l’Etat pour construire leur insertion économique et contribuer au développement du pays. FIN

Junior AUREL
Source : | SAVOIR NEWS


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Prix Ebony 2018: la liste des 23 journalistes sélectionnés L’édition 2018 du Prix Ebony 2018 est prévue pour la 8 décembre prochain, avec 23 journalistes sélectionnés. Cet évènement annuel récompense les meilleurs journalistes de la Côte d’Ivoire dans les catégories Radio, télévision, presse écrite et en ligne Agence de presse. [ 11/17/2018 ]
RSF dénonce une “inquiétante érosion de la liberté de la presse” La Haute autorité de la communication (HAC) du Gabon a suspendu un journal pour trois mois et son rédacteur en chef pour six mois après la publication d’un article concernant la santé du président Ali Bongo. Reporters sans frontières (RSF) dénonce ces nouvelles sanctions, dernière illustration de la dégradation de la liberté de la presse observée dans ce pays. [ 11/17/2018 ]
Aujourd’hui, plus de 40% des jeunes dans le monde n’ont pas d'emploi, ou travaillent tout en étant dans la pauvreté Plus de 73 millions des jeunes femmes et hommes sont à la recherche d’un travail, et plus d’un tiers de ceux qui travaillent dans les pays en développement subsistent avec moins de 2 dollars américains par jour. Le défi pour l’emploi des jeunes est donc double, aussi bien au regard de la quantité que de la qualité des emplois avec des différences considérables à travers les régions. [ 11/18/2018 ]
Shawkan toujours en prison, trois mois après la fin de sa peine Ce 14 novembre 2018, cela fait trois mois que le photojournaliste égyptien Shawkan aurait dû être libéré. Selon le parquet, sa détention va même être prolongée jusqu’à la mi-février 2019. Reporters sans frontières demande aux autorités égyptiennes de le libérer immédiatement. [ 11/18/2018 ]
Lutte contre le chômage au Togo : Quand le gouvernement s’embrouille Il y a quelques semaines, le concours pour le recrutement des enseignants a levé un peu plus le voile sur le problème de chômage au Togo. Alors qu’on attendait recruter 2000 enseignants, le nombre de candidats avoisine les 20. 000. [ 11/17/2018 ]
Al Boraq, le 1er Train à Grande Vitesse en Afrique est marocain Le Président français, Emmanuel Macron, a effectué, le 15 novembre 2018, une visite au Maroc sur invitation du Roi Mohammed VI pour le lancement de la Ligne Grande Vitesse (LGV) Tanger-Casablanca, projet phare de la relation bilatérale entre la France et le Maroc.​ [ 11/16/2018 ]
Création de l’Observatoire national du Dividende démographique Sur le rapport du ministre du Plan et de l’Aménagement du territoire, le Conseil des Ministres a adopté des projets de textes relatifs à la création, à l’organisation et aux modalités de fonctionnement de l’Observatoire national du Dividende démographique. [ 11/16/2018 ]
La journée nationale de l’ingénieur repoussée au 7 et 8 décembre prochain La Journée Nationale de l'Ingénieur au Togo initialement prévue pour les 23 et 24 Novembre à l’hôtel 2 Févier, est repoussée au 7 et 8 décembre prochains. Placée sous le thème: "L'ingénieur dans le développement du Togo", cette journée verra la participation de plus de 400 ingénieurs du Togo et de la diaspora. Plusieurs activités sont inscrites au menu de cet évènement historique au Togo. Entre autres activités: des ateliers thématiques sur l’ingénierie et sa contribution au développement du Togo, des expositions des œuvres et réalisations des ingénieurs du Togo et de la diaspora et une soirée de gala. Dans une interview accordée à la Rédaction, Marius Bagny, président du comité d'organisation, revient sur les raisons du report de cette journée nationale de l'ingénieur. Bonne écoute!  [ 11/17/2018 ]
Le Chef de l’Etat a pris part à la célébration de la Journée Nationale de la Paix Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, a pris part, ce jeudi 15 novembre 2018, à la célébration de la Journée Nationale de la Paix, marquée par ‘’un Planting d’arbres’’, à Port-Bouët, sur le site des expositions. [ 11/16/2018 ]
Café littéraire : Le lycée d’Agbodrafo accueille l’écrivain Théo Ananissoh Le vendredi 30 novembre prochain, le romancier togolais sera à l’honneur au lycée d’Agbodrafo. Initiative de la plateforme « Les Amis du CEG d’Agbodrafo » qui regroupe les anciens élèves de cet établissement, Théo Ananissoh parlera de son dernier roman « Delikatessen ». Un ouvrage qui, au-delà de son ton engagé, fait voyager à Porto Seguro, l’ancien nom du village. [ 11/16/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .