Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 3:07:46 PM Mercredi, 23 Mai 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
BTS au Togo : Ces diplômes qui ne valent que leur nom


  [8/19/2014 11:33:05 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :9535 fois | Commenter
 

Togo  - Dans tous les coins de Lomé et, même dans plusieurs autres villes du Togo, poussent comme des champignons ces écoles et instituts de formation, spécialistes dans la délivrance du Brevet de Technicien Supérieur (BTS). Mais nombreux sont des observateurs qui doutent de la fiabilité de ces documents et la compétitivité des détenteurs sur le marché de l’emploi. Un petit tour dans les coulisses de ces écoles nous a fait découvrir certaines réalités.




« Si nous prenons 100 étudiants sortis de ces écoles de formation professionnelle, à peine 50 exercent sur le marché de l’emploi », a déclaré un cadre du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle.
De plus, la qualité de la formation donnée par ces écoles de BTS laisse à désirer. « En ce qui concerne la compétence des étudiants eux-mêmes, n’en parlons pas. Il est vrai, il y a des écoles qui font un travail formidables et il faut les féliciter. Mais la plupart ne cherchent que l’argent. Ce qui fait que les étudiants ne répondent pas exactement à ce que veulent les employeurs », a-t-il poursuivi.

Selon un professeur d’université, c’est la paresse et l’envie de vite gagner sa vie qui poussent ces étudiants à aller vers les écoles de BTS. En deux (02) ans, ils sont nantis de leur diplôme et se baladent dans les entreprises à la recherche du travail.

Concernant ces écoles elles-mêmes, les infrastructures sont loin de répondre aux normes. « Si l’Etat devrait faire son travail et contrôler ces écoles, je pense qu’on fermerait plusieurs. On comptera celles qui vont rester au bout des doigts », a fait remarquer un enseignant de lycée. Ce dernier intervient dans une école de BTS, mais n’hésite pas à dénoncer certaines pratiques qui ont cours dans le secteur.

« C’est extraordinaire quand on vous demande d’être souple dans la correction des copies des étudiants lors des examens. Il y a de ces étudiants qui, même en leur proposant des exercices déjà fait en classe à l’examen, ne sont pas capables d’avoir la moyenne. Mais à la surprise générale, on revoit ces étudiants parmi les lauréats lors de la cérémonie de remise de diplômes. Moi, je crois qu’on doit interpeller les premiers responsables de ces écoles de BTS sur la situation », a-t-il ajouté.

Mais un pédagogue en retraite que nous avons rencontré au cours de notre enquête voit le problème autrement. Pour lui, c’est la démission de l’Etat qui crée tout ce désordre. « Si nous allons même un peu en arrière, on peut dire que certaines écoles privées constituent un danger public. Il y a du n’importe quoi qui se fait là-bas. C’est parce que l’Etat qui a obligation de les subventionner n’arrive pas à le faire qu’il refuse d’être plus regardant dans la gestion de ces écoles privées. Les fondateurs recrutent n’importe qui, qui enseigne n’importe quoi aux enfants », a-t-il pesté.

« Les BTS n'est qu’à l’image de nos universités au Togo. Il faut reconnaître qu’il y a des génies dans ce pays. Mais la situation ne leur permet pas d’éclore leur talent. A mon avis, ces diplômes BTS ne valent que leur nom ».

Pour le cadre du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, le gouvernement est conscient de la situation et travaille ardemment pour y remédier. On parle d’ailleurs de la suppression du BTS dans les années à venir. Il va falloir être détenteur d’une licence avant de prétendre s’aventurer sur le marché de l’emploi.

« Nous avons plusieurs de ces étudiants chez nous. Mais il faut encore faire beaucoup d’effort avant de les initier à la pratique. Ils donnent l’impression de n’être bon que devant les papiers », a déploré un chef d’entreprise.

Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

La 3ème édition des Prix Jeunesse Francophone 3535 officiellement lancée ! Postulez sur www.francophonie3535.com du 21 mai au 21 juin 2018 [ 5/23/2018 ]
Déclaration d’Henrietta H. Fore, Directrice générale de l’UNICEF « Arrêtez de prendre les enfants pour cible » [ 5/23/2018 ]
Les enseignants recrutés en 2017 en colère Huit (8) mois après leur recrutement, les enseignants recrutés en 2017 sont restés sans salaires. Hier, ils ont manifesté bruyamment leur ras-le-bol. [ 5/23/2018 ]
Secteur forestier : Victimes d’un moratoire, exportateurs et exploitants de bois expriment leur ras-le-bol Juin 2016. Une décision du Conseil des ministres interdit pour une période de dix (10) ans l’exploitation, l’importation et la réexportation des madriers de ptérocarpus érinaceus (faux teck) au Togo. Une pilule difficile à avaler côté exploitants vu les engagements à honorer auprès des institutions financières, des propriétaires des entrepôts et des clients. Face à la presse ce mardi, ces exploitants crient à qui veut l’entendre. [ 5/23/2018 ]
Le chef des droits de l’homme de l’ONU appelle l'Algérie à cesser l'expulsion de migrants subsahariens Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a appelé, ce mardi à Genève, l’Algérie à cesser les expulsions collectives de migrants, notamment originaires d'Afrique subsaharienne. [ 5/23/2018 ]
Vers la création d’un jardin botanique dans la préfecture de Wawa Créée il y a quelques semaines, l’Association internationale légion nature (AILN) a commencé ses activités. Ce mardi, elle a animé une conférence à l’intention de la jeunesse estudiantine et annoncé mettre sur place un jardin botanique. [ 5/23/2018 ]
Port autonome de Lomé : MERIS, la discorde entre transitaires agréés et non agréés Les activités seront perturbées dans les jours à venir au Port autonome de Lomé (PAL). Les transitaires non agréés sont très remontés contre l’introduction de l’innovation MERIS qui, selon l’Union professionnelle des agréés en douane (UPRAD), va permettre la traçabilité des véhicules d’occasion en transit au Togo.  [ 5/23/2018 ]
Une semaine de la communication aura lieu du 22 au 26 mai 2018 à Lomé « La communication au service de développement socio-économique ». C’est autour de cette thématique que vont se réunir du 22 au 26 mai prochain à Lomé, des responsables de communication de plusieurs structures de la place et des professionnels du monde de la communication.  [ 5/23/2018 ]
Mort massive de poissons dans le lac Toho La mort de milliers de poissons a été enregistrée dans le lac Toho depuis le vendredi dernier. Alerté, le ministère en charge de la pêche a pris des dispositions en vue d’éviter la propagation du drame halieutique et aussi protéger les populations. [ 5/22/2018 ]
Medias: Dabadi Zoumbara sacré Super Galian 2018 La 21e édition des prix Galian, édition 2018 a connu son apothéose le weekend dernier avec le sacre du journaliste Dabadi Zoumbara comme Super Galian. [ 5/22/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .