Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 1:49:47 PM Vendredi, 17 Août 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
BTS au Togo : Ces diplômes qui ne valent que leur nom


  [8/19/2014 11:33:05 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :9939 fois | Commenter
 

Togo  - Dans tous les coins de Lomé et, même dans plusieurs autres villes du Togo, poussent comme des champignons ces écoles et instituts de formation, spécialistes dans la délivrance du Brevet de Technicien Supérieur (BTS). Mais nombreux sont des observateurs qui doutent de la fiabilité de ces documents et la compétitivité des détenteurs sur le marché de l’emploi. Un petit tour dans les coulisses de ces écoles nous a fait découvrir certaines réalités.




« Si nous prenons 100 étudiants sortis de ces écoles de formation professionnelle, à peine 50 exercent sur le marché de l’emploi », a déclaré un cadre du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle.
De plus, la qualité de la formation donnée par ces écoles de BTS laisse à désirer. « En ce qui concerne la compétence des étudiants eux-mêmes, n’en parlons pas. Il est vrai, il y a des écoles qui font un travail formidables et il faut les féliciter. Mais la plupart ne cherchent que l’argent. Ce qui fait que les étudiants ne répondent pas exactement à ce que veulent les employeurs », a-t-il poursuivi.

Selon un professeur d’université, c’est la paresse et l’envie de vite gagner sa vie qui poussent ces étudiants à aller vers les écoles de BTS. En deux (02) ans, ils sont nantis de leur diplôme et se baladent dans les entreprises à la recherche du travail.

Concernant ces écoles elles-mêmes, les infrastructures sont loin de répondre aux normes. « Si l’Etat devrait faire son travail et contrôler ces écoles, je pense qu’on fermerait plusieurs. On comptera celles qui vont rester au bout des doigts », a fait remarquer un enseignant de lycée. Ce dernier intervient dans une école de BTS, mais n’hésite pas à dénoncer certaines pratiques qui ont cours dans le secteur.

« C’est extraordinaire quand on vous demande d’être souple dans la correction des copies des étudiants lors des examens. Il y a de ces étudiants qui, même en leur proposant des exercices déjà fait en classe à l’examen, ne sont pas capables d’avoir la moyenne. Mais à la surprise générale, on revoit ces étudiants parmi les lauréats lors de la cérémonie de remise de diplômes. Moi, je crois qu’on doit interpeller les premiers responsables de ces écoles de BTS sur la situation », a-t-il ajouté.

Mais un pédagogue en retraite que nous avons rencontré au cours de notre enquête voit le problème autrement. Pour lui, c’est la démission de l’Etat qui crée tout ce désordre. « Si nous allons même un peu en arrière, on peut dire que certaines écoles privées constituent un danger public. Il y a du n’importe quoi qui se fait là-bas. C’est parce que l’Etat qui a obligation de les subventionner n’arrive pas à le faire qu’il refuse d’être plus regardant dans la gestion de ces écoles privées. Les fondateurs recrutent n’importe qui, qui enseigne n’importe quoi aux enfants », a-t-il pesté.

« Les BTS n'est qu’à l’image de nos universités au Togo. Il faut reconnaître qu’il y a des génies dans ce pays. Mais la situation ne leur permet pas d’éclore leur talent. A mon avis, ces diplômes BTS ne valent que leur nom ».

Pour le cadre du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, le gouvernement est conscient de la situation et travaille ardemment pour y remédier. On parle d’ailleurs de la suppression du BTS dans les années à venir. Il va falloir être détenteur d’une licence avant de prétendre s’aventurer sur le marché de l’emploi.

« Nous avons plusieurs de ces étudiants chez nous. Mais il faut encore faire beaucoup d’effort avant de les initier à la pratique. Ils donnent l’impression de n’être bon que devant les papiers », a déploré un chef d’entreprise.

Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Journée internationale de la jeunesse : Le concours « Prix JNOV pour les ODD » officiellement lancé Le Ministère du Développement à la Base, de l'Artisanat de la Jeunesse et de l'Emploi des Jeunes, en collaboration avec le Fonds des Nations-Unies pour la Population (UNFPA) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a animé jeudi 16 août 2018 à Lomé, une conférence-débat autour du thème : « Espaces sécurisés des jeunes ». Un thème retenu par les Nations-Unies pour la commémoration de la Journée internationale de la jeunesse (JIJ), célébrée chaque 12 août.  [ 8/18/2018 ]
Dan Afidegnon a rendu public son ouvrage sur le nationalisme togolais L’ouvrage intitulé « L'épopée du Nationalisme Togolais : Quelques faits historiques indéniables » de Dan AFIDEGNON, juriste-Inspecteur des impôts, à la retraite, a été rendu public jeudi à Lomé.  [ 8/18/2018 ]
Les jeunes s’engagent pour la paix et la libre circulation à Bambari Près de 3000 jeunes auxquels se sont joints les autorités et leaders religieux et traditionnels locaux ont, ce dimanche 12 août 2018, commémoré à Bambari, la Journée internationale de la Jeunesse par une caravane de la paix. [ 8/17/2018 ]
Examen par les experts nationaux d’un projet de loi-modèle de la CEDEAO sur l’exploitation minière et le développement des ressources minérales Les experts miniers des pays membres examinent le projet de loi-modèle de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur l’exploitation minière et le développement des ressources minérales, aux fins de validation de son texte. [ 8/17/2018 ]
Le CACIT et la PCJV appellent le gouvernement à vite retrouver les profanateurs des mosquées La profanation des mosquées par des individus non encore identifiés préoccupent énormément les associations de la société civile. Elles sont nombreuses à dénoncer la situation et à appeller le gouvernement à faire diligence afin que les auteurs soient trouvés et punis.  [ 8/17/2018 ]
SOS pour les employés de l’Hôtel de la Paix L’hôtel de la Paix en face de la mer se décrépit de jour en jour. Cette situation déteint sur ses ex-employés qui au fil des ans, passent de vie à trépas. Depuis 2007, ils sont plus de soixante (60) personnes décédées sans être dédommagées. Le peu qui reste se bat afin de rentrer dans leurs droits et permettre aussi aux veuves et orphelins de leurs anciens camarades qui ne sont plus en vie.  [ 8/17/2018 ]
Droits de l’homme : Des experts préparent le 3è passage de la RCI à l’EPU En prélude au troisième passage de la Côte d’Ivoire à l’Examen périodique universel (EPU) en avril-mai 2019, à Genève, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDHCI) a initié jeudi, en partenariat avec l’Ong Universal Periodic Review Info (UPR.Info), à Abidjan, un atelier de renforcement des capacités et de préparation des soumissions de rapport des parties prenantes à devant le Conseil des droits de l’homme (CDH) des Nations Unies. Cet atelier qui a débuté hier jeudi prend fin ce vendredi 17 août. [ 8/16/2018 ]
Les chefs des agences alimentaires de l’ONU en visite au Niger pour souligner les efforts de lutte contre la faim au Sahel Les responsables de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), du Fonds International de développement agricole (FIDA) et du Programme alimentaire mondial (PAM) sont arrivés mercredi au Niger pour une visite de quatre jours (15 au 18 août) visant à souligner les efforts régionaux entrepris afin de gérer la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel. [ 8/17/2018 ]
CODITOGO interpelle Yark Damehame sur la profanation des mosquées Malgré les promesses du ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le Général Yark Damehame, de traquer, trouver et punir les auteurs de profanation des mosquées, le drame continue de prendre de l'ampleur. La Coalition de la diaspora togolaise pour la démocratie et l'alternance (CODITOGO), indignée par ces actes, interpelle Yark Damehame « à mettre tout en œuvre pour faire aboutir l’enquête afin que les auteurs et les commanditaires de ces sacrilèges soient traduits devant la justice et punis conformément à la loi ». Lisez plutôt ! [ 8/16/2018 ]
Hédjranawé : Ces femmes qui dorment à la belle étoile... « A qui appartiennent ces bagages ? Tu vois bien écrit Fermé puisqu’on n’a pas payé les impôts… Ramasse tes colis, nous voulons ouvrir la boutique », c’est ainsi que nous surprenons une discussion houleuse entre un Ibo (Nigérian) et une dame, la cinquantaine, dans les environs du marché de Hédzranawé la semaine dernière, alors que tout le monde s’activait ce soir-là pour rentrer à la maison.  [ 8/15/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .