Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 9:57:00 AM Lundi, 15 Octobre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
BTS au Togo : Ces diplômes qui ne valent que leur nom


  [8/19/2014 11:33:05 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :10301 fois | Commenter
 

Togo  - Dans tous les coins de Lomé et, même dans plusieurs autres villes du Togo, poussent comme des champignons ces écoles et instituts de formation, spécialistes dans la délivrance du Brevet de Technicien Supérieur (BTS). Mais nombreux sont des observateurs qui doutent de la fiabilité de ces documents et la compétitivité des détenteurs sur le marché de l’emploi. Un petit tour dans les coulisses de ces écoles nous a fait découvrir certaines réalités.




« Si nous prenons 100 étudiants sortis de ces écoles de formation professionnelle, à peine 50 exercent sur le marché de l’emploi », a déclaré un cadre du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle.
De plus, la qualité de la formation donnée par ces écoles de BTS laisse à désirer. « En ce qui concerne la compétence des étudiants eux-mêmes, n’en parlons pas. Il est vrai, il y a des écoles qui font un travail formidables et il faut les féliciter. Mais la plupart ne cherchent que l’argent. Ce qui fait que les étudiants ne répondent pas exactement à ce que veulent les employeurs », a-t-il poursuivi.

Selon un professeur d’université, c’est la paresse et l’envie de vite gagner sa vie qui poussent ces étudiants à aller vers les écoles de BTS. En deux (02) ans, ils sont nantis de leur diplôme et se baladent dans les entreprises à la recherche du travail.

Concernant ces écoles elles-mêmes, les infrastructures sont loin de répondre aux normes. « Si l’Etat devrait faire son travail et contrôler ces écoles, je pense qu’on fermerait plusieurs. On comptera celles qui vont rester au bout des doigts », a fait remarquer un enseignant de lycée. Ce dernier intervient dans une école de BTS, mais n’hésite pas à dénoncer certaines pratiques qui ont cours dans le secteur.

« C’est extraordinaire quand on vous demande d’être souple dans la correction des copies des étudiants lors des examens. Il y a de ces étudiants qui, même en leur proposant des exercices déjà fait en classe à l’examen, ne sont pas capables d’avoir la moyenne. Mais à la surprise générale, on revoit ces étudiants parmi les lauréats lors de la cérémonie de remise de diplômes. Moi, je crois qu’on doit interpeller les premiers responsables de ces écoles de BTS sur la situation », a-t-il ajouté.

Mais un pédagogue en retraite que nous avons rencontré au cours de notre enquête voit le problème autrement. Pour lui, c’est la démission de l’Etat qui crée tout ce désordre. « Si nous allons même un peu en arrière, on peut dire que certaines écoles privées constituent un danger public. Il y a du n’importe quoi qui se fait là-bas. C’est parce que l’Etat qui a obligation de les subventionner n’arrive pas à le faire qu’il refuse d’être plus regardant dans la gestion de ces écoles privées. Les fondateurs recrutent n’importe qui, qui enseigne n’importe quoi aux enfants », a-t-il pesté.

« Les BTS n'est qu’à l’image de nos universités au Togo. Il faut reconnaître qu’il y a des génies dans ce pays. Mais la situation ne leur permet pas d’éclore leur talent. A mon avis, ces diplômes BTS ne valent que leur nom ».

Pour le cadre du ministère de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, le gouvernement est conscient de la situation et travaille ardemment pour y remédier. On parle d’ailleurs de la suppression du BTS dans les années à venir. Il va falloir être détenteur d’une licence avant de prétendre s’aventurer sur le marché de l’emploi.

« Nous avons plusieurs de ces étudiants chez nous. Mais il faut encore faire beaucoup d’effort avant de les initier à la pratique. Ils donnent l’impression de n’être bon que devant les papiers », a déploré un chef d’entreprise.

Source :


Publicité>


Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

Un cambiste braqué à Cinkassé : Une importante somme d’argent emportée Encore des braqueurs lourdement armés qui ont frappé à Cinkassé, ville située à la frontière entre le Togo et le Burkina Faso. Ceci, au nez et à la barbe des forces de l’ordre.  [ 10/15/2018 ]
Lutte contre la cybercriminalité : Vers la mise en place au Togo d’une Agence nationale de cybersécurité Le Togo disposera bientôt d’une Agence nationale de la cybersécurité.  [ 10/15/2018 ]
Le Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique offre une vedette rapide à la Marine Togolaise  [ 10/14/2018 ]
La presse électronique togolaise commente le match nul face à la Gambie Plusieurs sites d’informations togolais visités, samedi par APA, reviennent sur la 3ème journée des éliminatoires de la CAN 2019, au cours de laquelle le Togo, sans sa star internationale, Emmanuel Adebayor, a buté sur les Scorpions de la Gambie. [ 10/13/2018 ]
La presse en ligne burkinabè surfe sur le football et l’OIF La presse en ligne burkinabè s’intéresse, ce samedi, à la politique internationale marquée par l’élection, la veille, de la Rwandaise Louise Mushikiwabo à la tête de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), sans oublier le football, avec le match des Etalons contre le Botswana, ce soir au Stade du 4 août de Ouagadougou, dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) Cameroun 2019. [ 10/13/2018 ]
Politiciens et Lions du football font les choux gras des quotidiens sénégalais La presse quotidienne sénégalaise parvenue, samedi à APA, est partagée entre l’actualité politique alimentée par divers sujets et les Lions de l’équipe nationale A de football qui doivent affronter, ce samedi soir à Dakar, le Soudan en match comptant pour la 3ème journée des éliminatoires de la Can 2019. [ 10/13/2018 ]
Bali: rapport de la Banque Mondiale sur le nouvel indice du capital humain COMMUNIQUÉ DE PRESSE [ 10/13/2018 ]
Energie électrique et politique au menu des quotidiens burkinabè Les quotidiens burkinabè commentent largement, ce lundi, l’actualité nationale marquée par la politique, sans oublier le développement, notamment l’inauguration, trois jours plus tôt, de l’interconnexion électrique entre le Ghana et le Burkina Faso. [ 10/8/2018 ]
Le RHDP, le PDCI et Gbagbo se côtoient à la Une des journaux ivoiriens Le parti unifié Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition au pouvoir), le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA, ex-parti unique) ainsi que l’ancien président Laurent Gbagbo se côtoient à la Une des journaux quotidiens ivoiriens parus, lundi, sur l’ensemble du territoire national. [ 10/8/2018 ]
Drame, Macky Sall et Alpha Condé au menu des quotidiens sénégalais Les quotidiens sénégalais parvenus lundi à APA reviennent largement sur le meurtre d’une militante d’Ousmane Sonko à Keur Massar (banlieue dakaroise), le projet du nouveau budget annoncé par le chef de l’Etat et sur l’entretien avec le président guinéen Alpha Condé accordé à deux journaux privés. [ 10/8/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .