Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 8:28:14 PM Dimanche, 22 Avril 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
Direction des Transports : Routiers Finis les faux frais !


  [1/2/2018 12:05:05 PM]  | Kiosque |Fraternité | Lu :2506 fois | 15 Commentaires
 

Togo  - Les réformes économiques entreprises, depuis quelques années déjà, par le gouvernement n'excluent pas le secteur des transports. En ce qui concerne le transport routier, la Direction des Transports Routiers (DTR) s'y applique, avec rigueur. A ce jour, plusieurs sont les modernités introduites dans les procédures d''immatriculation des engins. L’une des finalités étant de venir à bout des faux frais.




L'introduction, par le gouvernement en 2014, du Guichet Unique dans le secteur des transports n'avait qu'un seul but. Parvenir à réduire sensiblement, sinon éliminer les phénomènes de faux frais, de corruption et de lenteur sur ce maillon de la chaîne de traitements des marchandises au Port Autonome de Lomé (PAL), sur les frontières et dans les aéroports. Trois ans après, cette ré- forme porte ses fruits, au grand bonheur de toutes les parties prenantes, notamment les opérateurs économiques et l'Etat togolais. Ce dernier voit, d'ailleurs en trois ans, sa caisse sensiblement assainie.

Après le port, la Direction des Transports Routiers et Ferroviaires qui est l’autre service de l’Etat qui s’est inscrit dans l’assainissement. En effet, depuis quelques mois, cette administration est passée à l'informatisation du mécanisme d'immatriculation des véhicules. Ce qui garantit désormais la rapidité, la facilité et surtout la transparence dans les procédures. Par ailleurs, ce mécanisme se veut aujourd'hui très bénéfique en ce sens qu'il permet surtout aux opérateurs économiques ou clients d'éviter de payer de faux frais, en plus 25.500 FCFA TTC, frais légalement admis par l'Etat pour les véhicules ordinaires à puissance inférieure à 15 chevaux à vapeur. Une supercherie érigée en règle, souvent du fait de certains transitaires ambulants.

Aujourd'hui, avec cette rigueur introduite par la Dtrf dans les procédures d'immatriculation des voitures, depuis l'achat des véhicules au Port Autonome de Lomé à l'immatriculation en passant par le Cotec et le dédouanement, tout le circuit est désormais mis en réseau grâce au logigramme Gpx (Gestion des prestation de la Dtrf). Autrement, toutes les étapes sont informatisées et passées à la loupe. Plus de place aux marchés arrière-boutique, ni aux tracas entre paperasses. Il ne reviendra donc qu'au client d'assurer l'assurance et la visite technique.
L'on comprend dès lors les raisons des remous et agissements de certains de ces transitaires non agréés réfractaires à ces réformes.

Le nouveau mode opératoire

En effet, la Dtrf en la matière à pour interlocuteur l’Union des Professionnels Agrées en Douane (Uprad) qui dispose à cet effet d’un parc informatique au port pour le scanne des dossiers et la saisie de toutes les informations nécessaires sur le véhicule. Puis le tout est mis en réseau par la suite. Une fois les informations reçues, la Dtrf donne dans les 15 à 30 minutes qui suivent rendez-vous au client pour la suite du processus qui abouti à l'établissement de la carte grise définitive avec pause de la plaque minéralogique. Toute réforme fait des heureux, mais aussi des malheureux. Et c'est le cas des transitaires de l'informel qui crient à la discrimination, à l’acharnement de l'Etat contre leur gagne-pain. Mais alors, aucune situation n'étant pérenne, il revient à ces derniers de vite régulariser leur situation afin de se conformer à la légalité. Et la Dtrf se dit prête à leur accorder leur appui en la matière.

Pour sa part, la Direct ion des Transports Routiers joue pleinement sa partition dans cette nouvelle dynamique insufflée depuis le sommet de l'Etat. Il ne lui reste qu'à finaliser la digitalisation des opérations. Bientôt opérationnel, ce mécanisme permettra désormais aux citoyens de faire toutes les formalités avec la Dtrf depuis leurs téléphones mobiles. Ceci, non seulement leur évitera les tracasseries, mais il est aussi et surtout très économique tant en temps, en contrainte qu'en énergie.
Source :


Publicité>


Commentaires


 15   Guindua Agbolenu | 1/3/2018 11:54:06 AM
si je te comprends bien ce n' est pas le bien-être des populations qui est ton problème?

Dixit:
"Ce que l'on indexe, c'est la légitimité du pouvoir actuel au Togo"
_______
le pouvoir ne tire-t-il pas sa légitimité d' au moins deux faits ?
1) la participation de l' opposant le plus farouche au régime à l' élection de 2015
2) la fierté affichée de ce malheureux candidat d' avoir été nommé CFO par Son Excellence Monsieur Gnassingbé. Ce chef de file nommé par le pouvoir n'est-il d' ailleurs pas reconnu comme tel par ceux qui estiment représenter le peuple.
Bonne journée compatriote
 

 14   Gorki | 1/3/2018 8:30:16 AM
Ce que l'on indexe, c'est la légitimité du pouvoir actuel au Togo. Que le progrès technique contribue à améliorer des activités dans un secteur économique, c'est une bonne chose. Sa mise en &œlig;uvre n'est pas le propre d'un pouvoir en particulier. Que ce soit à l'Unir ou dans l'Opposition ou dans la société civile, bien sûr qu'il y a des patriotes compétents de honnêtes. Le problème n'est donc pas une histoire de système d'information performant. Ce que veut les citoyens togolais, c'est que l'accession à l'exécutif suprême se fasse dans la transparence. Que ce soit en Russie, en Iran ou dans notre petit Togo, les gens ne veulent plus de l'arbitraire. Qu'entende qui voudra !
 

 13   KONSèYE DAMI | 1/3/2018 8:20:18 AM
  Réponse à 10-Piamm
 
qu' attends-tu pour agir ?
Pardon fais ton testament d' abord !
Je te donne son adreese Lomé 2
 

 12   AMAH AYAYI DI SANCHO | 1/3/2018 4:23:24 AM
"Tout le circuit est desormais mis en reseau..."

Si la transparence vous preocupe tellement, pourkoi vous navez pas commence par la marina.

Faure esr un Ali baba et ses ministrons des voleurs!.

CETTE FOI CI, NOUS NE LACHERONS PAS LAFFAIRE.
 

 11   GNAROU | 1/3/2018 12:57:28 AM
  Réponse à 10-Piamm
 
Nos maitres nous disaient: " appliquez ce que vous avez appris " !
Mon cher, puisque vous avez les solutions, on attend les resultats !!


Entre l'idiotie et la folie, CHOISISSEZ !!
 

 10   Piamm | 1/2/2018 9:15:00 PM
  Réponse à 8-Kpata Kotoè
 
On ne dialogue pas avec un pornocrate,celibataire et polygame.On ne dialogue jamais avec un dictateur sanguinaire.On le chasse comme Blaise,Piamm
On le tue comme Khadafi ou Sadam Hussein Piamm.
Il fuit comme Ben Ali de la Tunisie Piamm
 

 9   5348 | 1/2/2018 3:32:16 PM
  Réponse à 2-TOUGNOWOU
 
je comprends, ces mesures ne t' avantagent pas!
C'est normal que tout truand continue á crier, à manifester contre ce régime. Alors crie, proteste...
 

 8   Kpata Kotoè | 1/2/2018 3:24:33 PM
certains ont cru qu' il suffit d' organiser des manifestations pour empêcher les Réformes au profit du citoyen togolais!
Ils se sont trompés.
 

 7   Majorité Silencieu | 1/2/2018 3:22:12 PM
Pour faire avancer les Réformes la délégation ghanéenne qui était au Togo avait proposé le dialogue pour avant le 10 Décembre !
Je comprends maintenant pourquoi la Coalition des 14 avait refusé, trouvant toujours alibis sur alibis.

C'est une mauvaise nouvelle pour les opposants qui truandaient les honnêtes citoyens au niveau des services administratifs !
 

 6   1111 | 1/2/2018 3:17:27 PM
cette mesure n' est pas de nature á plaire aux truands ! Je comprends pourquoi certains préfèrent manifester que d'encourager les réformes !
 

 5   Kpata Kotoè | 1/2/2018 3:14:33 PM
  Réponse à 2-TOUGNOWOU
 
et oui, c' est insupportable un Président qui bloque les faux frais qui te permettaient de vivre au dessus de tes moyens !
Amplifie la lutte je te comprends
 

 4   TOUGNOWOU | 1/2/2018 2:58:09 PM
  Réponse à 3-Laverité
 
Après 12 de gouvernance au c&œlig;ur de la pornocratie,vous ne pouvez plus demander à vos compatriotes déçus d'attendre pendant que vous arranger quelques portions de ruelles vous lancer des petits grands travaux où le détournement est la méthode érigée en mode d'existence.FAURE MUST GO .Là où tu es rigolo c'est que tu penses que les togolais sont suffisamment idiots pour accepter encore la promesse d'un voyou au pouvoir qui ment comme il respire et qui n'a pas de parole, qui traine sur les réformes pour végéter au pouvoir.Attendez demain il va encore se lancer dans des leçons à l'opposition sans aborder les vrais problèmes.Encore un discours minable sans hauteur.Merde ce mec est chiant.
 

 3   Laverité | 1/2/2018 2:29:48 PM
C'est au fait ce verrouillement des choses qui fait graincer des dents a ceux qui manifestent dans les rues de Lomé. Leur gains facile est en train de prendre de l'eau. Le temps d'Eyadema est passé laaaaa.
Il n'y a que la rigueur qui puisse avancer les choses dans nos pays.
Je demande au peuple togolais de patienter. Les semences du gouvernement de FAURE porteront fruit.
 

 2   TOUGNOWOU | 1/2/2018 2:22:58 PM
Assez la pagaille de vernissage.Nous voulons l'alternance au sommet de l'état.Qu'une autre personne soit à la tête de l'état avec une nouvelle inspiration et l'esprit de la création de l'emploi.Voilà ce dont nous avons besoin et nous allons nous battre par tous les moyens y compris les plus risqués pour dégager Faure pour sauter enfin le verrous de l'émancipation nationale et créer plus d'emplois pour tous.
 

 1   Général Oko | 1/2/2018 1:22:02 PM
Pour une fois j'ai aimé un article de ce journal.
 
Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

La Voix du Peuple du 21 Avril 2018  [ 4/22/2018 ]
Palmes pour le Togo : Paroles d'artistes et d'intellectuels  [ 4/22/2018 ]
La STT observe une nouvelle grève de 48 heures les 25 et 26 avril prochains Le protocole d'accord signé jeudi entre le gouvernement et les syndicats d'enseignants pour rétablir le climat d'apaisement et relancer les activités pédagogiques, n'engage pas la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) qui tient toujours à sa plateforme revendicative. En assemblée générale vendredi à Lomé, la base a décidé d'observer une nouvelle grève de 48 heures les 25 et 26 avril prochains. [ 4/21/2018 ]
Ouagadougou: une bousculade après une prédication fait des morts La fin de prêche du guide religieux sheik Aguib Soré s’est achevée par un incident malheureux. Une bousculade a occasionnée le décès de plusieurs personnes. [ 4/21/2018 ]
Les premiers réfugiés soudanais rentrent au Darfour (HCR) L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a facilité les premiers retours volontaires de réfugiés soudanais vivant au Tchad. [ 4/21/2018 ]
Les audiences de Kaboré aux partis politiques au menu de la presse en ligne burkinabè La presse en ligne burkinabè commente ce samedi les concertations entamées, jeudi dernier par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, avec les partis politiques au sujet de la nouvelle constitution du pays et du vote des Burkinabè de l’étranger. [ 4/21/2018 ]
Ouattara et Bédié font la Une des journaux ivoiriens Les journaux quotidiens ivoiriens parus, samedi, sur l’ensemble du territoire national offrent un menu essentiellement composé de sujets en forme de regards croisés entre le président Alassane Ouattara et son ainé et allié Henri Konan Bédié du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA, ex-parti unique) sur fond de polémique sur le parti unifié RHDP (Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). [ 4/21/2018 ]
Politique et économie au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains L'intégrité territoriale du Royaume, la situation du secteur de la santé, les enjeux du Salon International de l'Agriculture au Maroc et la réforme des centres régionaux d'investissement sont les principaux sujets traités par les quotidiens et hebdomadaires marocains de ce samedi. [ 4/21/2018 ]
Les quotidiens sénégalais annoncent une plainte d’Idrissa Seck contre le parrainage La presse quotidienne sénégalaise parue samedi met le focus sur la plainte annoncée par l’opposant Idrissa Seck devant la Cour de justice de la Cedeao contre la loi sur le parrainage des candidatures à la présidentielle, votée le 19 avril par l’Assemblée nationale. [ 4/21/2018 ]
Hadj 2018: le pèlerinage en terre sainte coûtera 2.600.000 francs cfa Le prix du hadj 2018 a été confirmé suite au conseil interministériel présidé par le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne vendredi. La participation au hadj 2018 coûtera au pèlerin, 2 millions 600.000 francs CFA. [ 4/21/2018 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .