Vendredi, 28 Novembre 2014 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Le pasteur Antonio Monteiro, un cas togolais


  [8/10/2013 2:09:25 PM]  | Kiosque |- | Lu :1226 fois | Commenter
 

Togo  -




Il y a quelques semaines, j’ai été contacté sur mon compte Twitter par un internaute, Anderson Dos Anjos, qui me demandait de l’aider dans une campagne sur Internet, pour la libération d’un pasteur, Antonio Montero, incarcéré sans preuves et sans jugement au Togo depuis mars 2012. Il se présentait, l’internaute, comme le fils du pasteur incarcéré. Je ne connaissais rien de l’affaire, je n’en avais d’ailleurs jamais entendu parler, et je lui ai demandé de me donner du temps pour faire des vérifications. En quelques clics sur Google, j’ai saisi quelques bribes de l’histoire, le pasteur capverdien Antonio Montero directeur des Ministères de la Famille pour l’Eglise Adventiste du Septième jour dans l’Union Mission du Sahel, basée à Lomé, étant accusé par les autorités togolaises de trafic de sang humain, suite à l’assassinat de plusieurs jeunes filles dans les parages. Les partisans du pasteur, dont sa famille, les membres de son église, des associations religieuses… qualifient, évidemment, cette arrestation d’arbitraire, le pasteur étant innocent à leurs yeux. Devant l’impasse, j’ai lancé une requête sur ma page Facebook, demandant à tous les internautes qui savaient quelque chose de l’affaire de m’informer, mais je n’ai pas eu beaucoup d’informations. J’ai aussi sollicité l’aide d’amis journalistes travaillant au Togo, mais ils m’ont tous donné la version officielle, le pasteur était incarcéré pour trafic de sang humain. J’ai laissé tomber l’affaire, me disant que j’irai y voir plus clair lors de mon prochain passage à Lomé.
Mais depuis quelques jours, Dos Anjos n’a cessé de me recontacter, se faisant plus suppliant, plus plaintif, me faisant lire tous les articles qui parlent de l’innocence de son père et de l’incongruité de la situation qui l’a envoyé en prison, aucune preuve solide ne l’ayant affecté, aucun jugement ne l’ayant condamné. Son compte Twitter est entièrement dédié à l’affaire, il y fait même appel à des organisations de défense des droits de l’homme pour l’aider. Il invite aussi les internautes à signer une pétition pour la libération de son père.
Ce pasteur peut être coupable, malgré l’innocence qu’il clame et fait clamer autour de lui, aucun fautif ne reconnaissant facilement de son plein gré ses fautes. Et l’acte dont il est accusé est très grave, et ne peut mériter que de très longues années en prison. Il peut aussi être innocent, et n’est peut-être incarcéré que pour une sombre raison que des yeux ordinaires comme les nôtres ne verront pas, ne verront jamais. Mais ce qui est aujourd’hui réel, visible, c’est que cette affaire, qui commence à prendre une grande ampleur sur Internet, salit une fois de plus l’image de notre pays. Ce monsieur est jeté en prison depuis maintenant un an et demi sans avoir été jugé, du moins selon ce que crient ses partisans. Et ces derniers n’ont qu’un refrain à la bouche : « Le Togo est un pays où on ne respecte pas les droits humains, et le pasteur n’est qu’une victime de plus d’un système corrompu et incompétent. »

Peut-on leur dire qu’ils n’ont pas raison, qu’ils sont en train de salir notre pays ? Peut-on les accuser de diffamer notre pays, quand on sait tous qu’au Togo on peut aller en prison et y mourir sans avoir rien fait, ou sans que les autorités n’arrivent à apporter la preuve de la culpabilité de leurs accusés, quand le souvenir de la mort d’Etienne Yakanou, incarcéré et tué en prison pour une affaire d’incendies montée de toutes pièces, juste parce qu’il est opposant, hante encore, tel un cauchemar, notre mémoire ?

Le seul moyen aujourd’hui aux autorités togolaises de défendre leur crédibilité est de juger ce monsieur, et d’apporter des preuves solides le liant aux crimes dont on l’accuse. Ses enfants, ses fidèles et ses partisans comprendront alors que leur père, leur pasteur est un criminel, et cesseront de clamer son innocence sur tous les toits. Parce que si quelque chose lui arrive en prison – et nous savons bien tous ce quelque chose qui arrive très souvent aux prisonniers togolais, dans les inhumaines conditions dans lesquelles ils sont détenus - sans qu’il ait été reconnu coupable suite à un jugement sérieux, le système togolais aura fait une énième victime gratuite.

Et chaque fois que les autorités de notre pays commettent une erreur vis-à-vis des étrangers, c’est nous, Togolais, qui en portons les traces, la honte, partout où nous passons. Je ne peux compter le nombre de fois que des Ivoiriens m’ont lancé : « Vous êtes très inhumains, inhospitaliers au Togo » depuis l’affaire des réfugiés ivoiriens dans notre pays… Que ceux qui sont touchés par la cause de ce pasteur s’y joignent sur Internet ou par n’importe quel moyen, pour réclamer un jugement sérieux. Et qu’il soit puni, selon la loi, s’il est reconnu coupable, ou libéré dans le cas contraire.

Source :


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)
.

Dans la même rubrique

Jusques à quand M. GO va-t-il accepter de se faire humilier par Faure Gnassingbé? Selon les journaux togolais et ghanéens, M. Gilchrist Olympio faisait partie de la délégation qui accompagnait Faure Gnassingbé dans son récent déplacement sur le Ghana. "Symboles de la réconciliation" togolaise comme l’atteste sournoisement Faure Gnassingbé aux journalistes ou plutôt symboles de fourberie politique togolaise? Quels résultats concrets a-t-on aujourd’hui de l’autre grande volonté politique manifestée lors de la signature du fameux accord ufc/rpt? Pour quelle raison donc M. GO continue par redorer le blason souillé de ce régime répressif, anti-peuple et anti-démocratique, qui a tout manigancé pour saboter l’application de l’accord du 26 mai 2010? [ 11/27/2014 ]
La société civile togolaise à l'épreuve le 28 novembre prochain. Entre faire et le vouloir faire il y a un grand fossé  [ 11/27/2014 ]
Silence et Discipline : Vaillantes forces armées togolaises. Vous êtes tout sauf vaillantes.  [ 11/26/2014 ]
Derrière le possessif Sur l'une des pancartes de la manifestation du parti UNIR\ RPT du 21 novembre, organisée pour contrer celle de l'opposition, j'ai pu lire, grâce à iciLome qui en a fait un reportage « Touche pas à ma Constitution ». Il est clair que personne, connaissant l'histoire récente du Togo, ne poserait la question de savoir de quelle constitution il s'agit. [ 11/25/2014 ]
Déclaration d’ASVITTO relative à la sanglante répression de la manifestation de l'opposition du 21 novembre 2014.   [ 11/25/2014 ]
Chronique de Kodjo Epou : Candidat unique, pour quoi faire ! Il est inconcevable d’imaginer le Togo sans la République, sans les instruments légaux qui favorisent un fonctionnement démocratique de son système électoral. Autant, il est inconcevable d’imaginer qu’en 2015 une élection puisse se tenir sans de vraies réformes – et non des réformettes – susceptibles de mettre un point final au pouvoir personnalisé et l’usage des méthodes brutales qui le caractérise. Le CAP 2015 peut-il conduire le peuple à éteindre les flammes du « système RPT » qui prolifèrent comme un cancer galopant ?  [ 11/24/2014 ]
L’opposition parlementaire : vers quelles concessions ? Le recul de l'opposition parlementaire sur ses positions dans le projet de loi qu'elle vient de déposer à l’Assemblée pour examen, et toute autre position qui passe pour être une concession au régime et à son parti traduisent l’état du rapport des forces Opposition/Régime. Nous avons toujours dit que ce rapport des forces n'est pas en faveur de l'opposition, et que le régime profite de cette situation pour élever à chaque fois les enchères. Quelle forme d'organisation l'opposition doit-elle se donner pour se mettre en mesure de renverser le rapport des forces ? Encore une fois, c’est la question essentielle à laquelle nous devons trouver une réponse appropriée. [ 11/23/2014 ]
Plaidoyer pour de véritables réformes qui enracinent la démocratie  [ 11/20/2014 ]
PAS COMME ÇA!  [ 11/18/2014 ]
Vers un changement de cap au CAR ? La CDPA-BT suit attentivement la situation. Elle est heureuse de constater que la réflexion semble évoluer dans le bon sens. Elle renouvelle en conséquence sa proposition à tous les partis et organisations de l’opposition : revenir à ce pourquoi la population est descendue dans la rue à partir du 5 octobre 1990 et arrêter pour le moment de continuer de fonder la lutte d’opposition sur le principe absurde de la compétition entre partis d’opposition pour le pouvoir. C’est la seule condition de cesser de diviser l’opposition, et c’est la seule condition pour permettre aux partis d’opposition ou tout au moins à ceux qui le veulent parmi eux, de se mettre ensemble, sans calculs politiciens, pour travailler ensemble à faire émerger de la masse des opposants, une force politique capable de peser pour modifier le rapport des forces en faveur de l’opposition. [ 11/16/2014 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | voyance gratuite | voyance gratuite en ligne | Demandez une voyance gratuite amour Maintenant! | Offre bancaire sur rachat de credit banque à taux fixe.
EX-IN Consult
iciLome.com