Vendredi, 31 Octobre 2014 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Le pasteur Antonio Monteiro, un cas togolais


  [8/10/2013 2:09:25 PM]  | Kiosque |- | Lu :1216 fois | Commenter
 

Togo  -




Il y a quelques semaines, j’ai été contacté sur mon compte Twitter par un internaute, Anderson Dos Anjos, qui me demandait de l’aider dans une campagne sur Internet, pour la libération d’un pasteur, Antonio Montero, incarcéré sans preuves et sans jugement au Togo depuis mars 2012. Il se présentait, l’internaute, comme le fils du pasteur incarcéré. Je ne connaissais rien de l’affaire, je n’en avais d’ailleurs jamais entendu parler, et je lui ai demandé de me donner du temps pour faire des vérifications. En quelques clics sur Google, j’ai saisi quelques bribes de l’histoire, le pasteur capverdien Antonio Montero directeur des Ministères de la Famille pour l’Eglise Adventiste du Septième jour dans l’Union Mission du Sahel, basée à Lomé, étant accusé par les autorités togolaises de trafic de sang humain, suite à l’assassinat de plusieurs jeunes filles dans les parages. Les partisans du pasteur, dont sa famille, les membres de son église, des associations religieuses… qualifient, évidemment, cette arrestation d’arbitraire, le pasteur étant innocent à leurs yeux. Devant l’impasse, j’ai lancé une requête sur ma page Facebook, demandant à tous les internautes qui savaient quelque chose de l’affaire de m’informer, mais je n’ai pas eu beaucoup d’informations. J’ai aussi sollicité l’aide d’amis journalistes travaillant au Togo, mais ils m’ont tous donné la version officielle, le pasteur était incarcéré pour trafic de sang humain. J’ai laissé tomber l’affaire, me disant que j’irai y voir plus clair lors de mon prochain passage à Lomé.
Mais depuis quelques jours, Dos Anjos n’a cessé de me recontacter, se faisant plus suppliant, plus plaintif, me faisant lire tous les articles qui parlent de l’innocence de son père et de l’incongruité de la situation qui l’a envoyé en prison, aucune preuve solide ne l’ayant affecté, aucun jugement ne l’ayant condamné. Son compte Twitter est entièrement dédié à l’affaire, il y fait même appel à des organisations de défense des droits de l’homme pour l’aider. Il invite aussi les internautes à signer une pétition pour la libération de son père.
Ce pasteur peut être coupable, malgré l’innocence qu’il clame et fait clamer autour de lui, aucun fautif ne reconnaissant facilement de son plein gré ses fautes. Et l’acte dont il est accusé est très grave, et ne peut mériter que de très longues années en prison. Il peut aussi être innocent, et n’est peut-être incarcéré que pour une sombre raison que des yeux ordinaires comme les nôtres ne verront pas, ne verront jamais. Mais ce qui est aujourd’hui réel, visible, c’est que cette affaire, qui commence à prendre une grande ampleur sur Internet, salit une fois de plus l’image de notre pays. Ce monsieur est jeté en prison depuis maintenant un an et demi sans avoir été jugé, du moins selon ce que crient ses partisans. Et ces derniers n’ont qu’un refrain à la bouche : « Le Togo est un pays où on ne respecte pas les droits humains, et le pasteur n’est qu’une victime de plus d’un système corrompu et incompétent. »

Peut-on leur dire qu’ils n’ont pas raison, qu’ils sont en train de salir notre pays ? Peut-on les accuser de diffamer notre pays, quand on sait tous qu’au Togo on peut aller en prison et y mourir sans avoir rien fait, ou sans que les autorités n’arrivent à apporter la preuve de la culpabilité de leurs accusés, quand le souvenir de la mort d’Etienne Yakanou, incarcéré et tué en prison pour une affaire d’incendies montée de toutes pièces, juste parce qu’il est opposant, hante encore, tel un cauchemar, notre mémoire ?

Le seul moyen aujourd’hui aux autorités togolaises de défendre leur crédibilité est de juger ce monsieur, et d’apporter des preuves solides le liant aux crimes dont on l’accuse. Ses enfants, ses fidèles et ses partisans comprendront alors que leur père, leur pasteur est un criminel, et cesseront de clamer son innocence sur tous les toits. Parce que si quelque chose lui arrive en prison – et nous savons bien tous ce quelque chose qui arrive très souvent aux prisonniers togolais, dans les inhumaines conditions dans lesquelles ils sont détenus - sans qu’il ait été reconnu coupable suite à un jugement sérieux, le système togolais aura fait une énième victime gratuite.

Et chaque fois que les autorités de notre pays commettent une erreur vis-à-vis des étrangers, c’est nous, Togolais, qui en portons les traces, la honte, partout où nous passons. Je ne peux compter le nombre de fois que des Ivoiriens m’ont lancé : « Vous êtes très inhumains, inhospitaliers au Togo » depuis l’affaire des réfugiés ivoiriens dans notre pays… Que ceux qui sont touchés par la cause de ce pasteur s’y joignent sur Internet ou par n’importe quel moyen, pour réclamer un jugement sérieux. Et qu’il soit puni, selon la loi, s’il est reconnu coupable, ou libéré dans le cas contraire.

Source :


...
.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)


Dans la même rubrique

Le pays où nul n'aime le suivisme, où nul n'a jamais tort,  [ 10/30/2014 ]
La valse des titres dans les églises évengeliques L'une des particularités des églises évangéliques dites de réveil est l'existence en leur sein d'une course tous azimuts aux titres dans laquelle excellent de nombreux serviteurs de Dieu consacrés ou auto-proclamés. C'est au début des années 2000 que nous avons constaté l'apparition de ce phénomène qui a fini par prendre de l'ampleur et atteindre aujourd'hui son apogée dans les églises dirigées et fréquentées par des sujets d'origine africaine. [ 10/29/2014 ]
À flots le mérite de Yao Assogba Récidivons! Revenons sur les bonnes nouvelles, surtout que les bonnes dans les nouvelles sont perlées et les autres demeurent controversées, peu sincères, peu courageuses, très peu généreuses en devoir commun, toujours égoïstes, désespérément perfides, voire dramatiques, par les temps qui courent. Servons-nous alors du talentueux auteur de la modernité dans l’un de ses combats universels : « L’instruction primaire et secondaire à flots, la science à flots, la logique à flots, l’amour à flots, et tous les malades que la nuit fait, tous les bègues de l’intelligence, tous les eunuques de la pensée, tous les infirmes de la raison, et les esprits haillons, et les âmes ordures, et le sabre, et la hache, et le poignard, et les pénalités monstres, et les codes féroces, et les enseignements imbéciles, […], et les erreurs et les idolâtries, et les exploitations, et les superstitions, et les immondices, et les mensonges, et les opprobres, disparaîtront dans cet immense lavage de l’humanité par la lumière ». Ainsi parlait-il en flux d’infinitude de l’éducation, de l’enseignement, en son temps l’instruction publique gratuite, le républicain et humaniste par excellence, l’adepte inlassable des causes audacieuses, celui qui demanda même le « Grand Pardon » au bénéfice des Communards français, Victor Hugo lui-même; ainsi suis-je enthousiasmé, sans retenue aucune, de rendre honneur vibrant à Yao Assogba, reçu solennellement en ce 1er novembre 2014 comme Professeur Émérite de son Université. [ 10/29/2014 ]
CST-ARC-en Ciel: Facilitez la tàche à la population togolaise  [ 10/28/2014 ]
L’opposition choisit de perdre… La République, une Femme éternelle, qui a traversé les âges dans les rêves, dans les combats d’idées, dans les efforts des hommes et des nations pour créer un ordre répondant à leurs aspirations de justice, de paix, d’équité. [ 10/27/2014 ]
La gloire des imposteurs  [ 10/23/2014 ]
Nord-Sud, Est-Ouest “ Arguments”  de campagne?  [ 10/22/2014 ]
Conclave entre le CST et la Coalition Arc-en-ciel : De la nécessité de l'opposition de prendre ses responsabilités.  [ 10/19/2014 ]
Ma proposition pour désigner un candidat unique de l’opposition.  [ 10/18/2014 ]
Les « hommes de Dieu » dans la bataille pour les réformes… Le problème de l’opposition n’est pas de vouloir reformer des institutions antidémocratiques créées par le régime pour se maintenir. La vraie démarche, c’est d’abolir ces institutions et de les remplacer par des institutions démocratiques à penser et à créer. Mais des institutions démocratiques ne peuvent jamais être créées et fonctionner normalement et durablement, tant que le régime despotique répressif en place depuis plus de 40 ans ne sera pas lui-même préalablement aboli. Cette conclusion pose le problème de la modification du rapport des forces, qui renvoie forcément au problème de l’organisation de la masse des opposants pour faire émerger d’elle une force politique cohérente capable de faire une pression efficace et durable sur le régime [ 10/18/2014 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | Faites un devis sur cecomparateur mutuelle santé | voyance gratuite | voyance gratuite en ligne | => Demandez une voyance gratuite amour Maintenant! |
EX-IN Consult
iciLome.com