Jeudi, 3 Septembre 2015 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Le pasteur Antonio Monteiro, un cas togolais


  [8/10/2013 2:09:25 PM]  | Kiosque |- | Lu :1387 fois | Commenter
 

Togo  -




Il y a quelques semaines, j’ai été contacté sur mon compte Twitter par un internaute, Anderson Dos Anjos, qui me demandait de l’aider dans une campagne sur Internet, pour la libération d’un pasteur, Antonio Montero, incarcéré sans preuves et sans jugement au Togo depuis mars 2012. Il se présentait, l’internaute, comme le fils du pasteur incarcéré. Je ne connaissais rien de l’affaire, je n’en avais d’ailleurs jamais entendu parler, et je lui ai demandé de me donner du temps pour faire des vérifications. En quelques clics sur Google, j’ai saisi quelques bribes de l’histoire, le pasteur capverdien Antonio Montero directeur des Ministères de la Famille pour l’Eglise Adventiste du Septième jour dans l’Union Mission du Sahel, basée à Lomé, étant accusé par les autorités togolaises de trafic de sang humain, suite à l’assassinat de plusieurs jeunes filles dans les parages. Les partisans du pasteur, dont sa famille, les membres de son église, des associations religieuses… qualifient, évidemment, cette arrestation d’arbitraire, le pasteur étant innocent à leurs yeux. Devant l’impasse, j’ai lancé une requête sur ma page Facebook, demandant à tous les internautes qui savaient quelque chose de l’affaire de m’informer, mais je n’ai pas eu beaucoup d’informations. J’ai aussi sollicité l’aide d’amis journalistes travaillant au Togo, mais ils m’ont tous donné la version officielle, le pasteur était incarcéré pour trafic de sang humain. J’ai laissé tomber l’affaire, me disant que j’irai y voir plus clair lors de mon prochain passage à Lomé.
Mais depuis quelques jours, Dos Anjos n’a cessé de me recontacter, se faisant plus suppliant, plus plaintif, me faisant lire tous les articles qui parlent de l’innocence de son père et de l’incongruité de la situation qui l’a envoyé en prison, aucune preuve solide ne l’ayant affecté, aucun jugement ne l’ayant condamné. Son compte Twitter est entièrement dédié à l’affaire, il y fait même appel à des organisations de défense des droits de l’homme pour l’aider. Il invite aussi les internautes à signer une pétition pour la libération de son père.
Ce pasteur peut être coupable, malgré l’innocence qu’il clame et fait clamer autour de lui, aucun fautif ne reconnaissant facilement de son plein gré ses fautes. Et l’acte dont il est accusé est très grave, et ne peut mériter que de très longues années en prison. Il peut aussi être innocent, et n’est peut-être incarcéré que pour une sombre raison que des yeux ordinaires comme les nôtres ne verront pas, ne verront jamais. Mais ce qui est aujourd’hui réel, visible, c’est que cette affaire, qui commence à prendre une grande ampleur sur Internet, salit une fois de plus l’image de notre pays. Ce monsieur est jeté en prison depuis maintenant un an et demi sans avoir été jugé, du moins selon ce que crient ses partisans. Et ces derniers n’ont qu’un refrain à la bouche : « Le Togo est un pays où on ne respecte pas les droits humains, et le pasteur n’est qu’une victime de plus d’un système corrompu et incompétent. »

Peut-on leur dire qu’ils n’ont pas raison, qu’ils sont en train de salir notre pays ? Peut-on les accuser de diffamer notre pays, quand on sait tous qu’au Togo on peut aller en prison et y mourir sans avoir rien fait, ou sans que les autorités n’arrivent à apporter la preuve de la culpabilité de leurs accusés, quand le souvenir de la mort d’Etienne Yakanou, incarcéré et tué en prison pour une affaire d’incendies montée de toutes pièces, juste parce qu’il est opposant, hante encore, tel un cauchemar, notre mémoire ?

Le seul moyen aujourd’hui aux autorités togolaises de défendre leur crédibilité est de juger ce monsieur, et d’apporter des preuves solides le liant aux crimes dont on l’accuse. Ses enfants, ses fidèles et ses partisans comprendront alors que leur père, leur pasteur est un criminel, et cesseront de clamer son innocence sur tous les toits. Parce que si quelque chose lui arrive en prison – et nous savons bien tous ce quelque chose qui arrive très souvent aux prisonniers togolais, dans les inhumaines conditions dans lesquelles ils sont détenus - sans qu’il ait été reconnu coupable suite à un jugement sérieux, le système togolais aura fait une énième victime gratuite.

Et chaque fois que les autorités de notre pays commettent une erreur vis-à-vis des étrangers, c’est nous, Togolais, qui en portons les traces, la honte, partout où nous passons. Je ne peux compter le nombre de fois que des Ivoiriens m’ont lancé : « Vous êtes très inhumains, inhospitaliers au Togo » depuis l’affaire des réfugiés ivoiriens dans notre pays… Que ceux qui sont touchés par la cause de ce pasteur s’y joignent sur Internet ou par n’importe quel moyen, pour réclamer un jugement sérieux. Et qu’il soit puni, selon la loi, s’il est reconnu coupable, ou libéré dans le cas contraire.

Source :


...
.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)


Dans la même rubrique

THEATRE : Marie-Léontine TSIBINDA signe « La porcelaine de Chine »  [ 9/1/2015 ]
Editorial de Fenêtre sur l’Afrique du 22 août 2015 sur radio Kanal K en Suisse Décryptage du mémorandum du CAP 2015 4 mois après l’élection présidentielle d’avril 2015 [ 8/28/2015 ]
L’esclavage n’a pas deux noms, il n’en a qu’un seul  [ 8/25/2015 ]
Chronique de Kodjo Epou : La girouette politique Agbéyomé Kodjo: Paria ou renégat? L’homme a une obsession: être présent là où il y a un pouvoir à exercer et de l’argent à gagner. Il n’hésite pas, pour aboutir à ses fins, à mentir à lui-même. Changeant, inconstant, versatile, Mensah Agbéyomé Kodjo est devenu l’icône des faux bonds dans la politique togolaise. Une girouette politique. Capable, sans scrupules, de piocher dans tous les râteliers. En juin 2002 Il avait écrit: « il est temps d’esperer », un pamphlet d’une rare aigreur contre le RPT. Depuis 2010, dans les rangs de l’opposition, il chauffait à blanc les foules qu’il harangait avec son slogan “Faure Agban Agbodji”. Un chef de l’Etat qu’il était allé jusqu’à traiter de délinquant. Aujourd’hui, on le revoit dans l’entourage du même président. Agbéyomé aime-t-il à prendre un peu dans tous les systèmes? Quelle crédibilité pour quelqu’un qui se met au-dessus des bienséances, ignorant que dans la vie, on est mousquetaire ou abbé, mais pas l’un et l’autre à la fois. Paria ou renégat ou les deux à la fois? [ 8/25/2015 ]
Priver Faure Gnassingbé de Légitimité Rester debout plutôt qu’à genoux : c’est le choix postélectoral des démocrates togolais pour mieux voir l’avenir de leur pays, pour rester maître de leur destin et repartir au combat pour l’alternance politique. Cette louable option correspond parfaitement au vote majoritaire des citoyens togolais, renouvelant leur désir de changement durant les élections présidentielles d’avril 2015. Non, ce n’est sûrement pas de frauder constamment et ouvertement les élections au Togo et toujours se montrer incapable de le gouverner adéquatement qui empêcheront la soif de démocratie des populations. L’alternance est incontournable au Togo et elle participe désormais de la réconciliation que Faure Gnassingbé a totalement manqué de réaliser. [ 8/18/2015 ]
Sa Sainteté Faure Gnassingbé, dessinez-moi un dictateur ! Il n’y a que la méchanceté, la fourberie, l’hypocrisie, la malhonnêteté, la cupidité, la mauvaise foi qui puissent, aujourd’hui, pousser un homme raisonnable à refuser de reconnaître que le Togo est une dictature. Parce qu’une dictature, ça pue à mille lieux, aucun artifice n’arrive à la camoufler. [ 8/17/2015 ]
Editorial de Fenêtre sur l’Afrique du 15 août 2015 sur radio Kanal K en Suisse La françafrique, formes et visages contemporains : Qui pour en venir à bout et comment y parvenir? [ 8/16/2015 ]
Chronique de Kodjo Epou : Atsutsè Agbobli réveille toi, tes amis ont baissé les bras et Babylone est toujours debout Le 15 août 2008, le cadavre de l’illustre historien Kokouvi Joachim Atsutsè Agbobli a été retrouvé à la plage. En ce jour anniversaire de son assassinat vraisemblablement exécuté par des professionnels, ses paroles interpellatrices sont toujours actuelles, pressantes. Plus que quiconque, Mr Agbobli savait qu’au Togo, la corruption et la pauvreté ont toujours cheminé main dans la main, se nourrissant l’une de l’autre, et les deux du mutisme coupable d’autorités autoproclamées. D’où le procès permanent de ce patriote, de son vivant, contre le pouvoir RPT fait de coquets et de coquins, mais aussi contre les officines de la Françafrique qui les soutiennent. [ 8/16/2015 ]
Les élections communales au Togo : une blague au paradis1 ?  [ 8/12/2015 ]
Nul ne peut cacher la lumière du soleil si ce n’est l’Eternel lui-même Le Togo notre mère patrie depuis plusieurs décennies souffre sous le joug du néo-colonialisme de la dictature surannée de régime GNASSINGBE. A main de maitre, le pays est dirigé. Une sorte de diktat est imposée au peuple qui n’a pas son mot à dire devant la gouvernance opaque du nouvel esprit qui contrôle le pays. La chose publique est gérée de façon catastrophique entendu que, les gouvernants n’ont de compte à rendre à personne sinon à eux-mêmes et, ainsi va mon pays. [ 8/12/2015 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► 
► 
► 
► 

CONTRIBUTIONS
► OPINIONS
► CHRONIQUES
► ANALYSES
► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad

© EXIN MEDIA. | Contactez-nous | Mention légale | Partenaires
Banque de rachat de credit contre le surendettement | demande esta | Comparatif vpn sur Meilleur vpn.net | Florian Silnicki expert en stratégie d'information