Jeudi, 2 Octobre 2014 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Economie/Agriculture: Le PNIASA officiellement lancé ce jeudi à Notsé par le Premier ministre Gilbert Houngbo


  [2/10/2012]  | Kiosque |Savoir News | Lu :2901 fois | 2 Commentaires
 

Le Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA) - seul cadre de référence pour le gouvernement et les bailleurs de fonds en matière d’investissements agricoles au Togo - a été officiellement lancé ce jeudi à Notsè, chef lieu de la préfecture du Haho (environ 95 km au nord de Lomé) par le Premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo, a constaté un envoyé spécial de l'Agence Savoir News.




 
Etaient présents à cette cérémonie, plusieurs ministres du gouvernement, des présidents des institutions de la république et des diplomates accrédités au Togo.
Plusieurs autres personnalités dont des représentants de la Commission de l'Union africaine, de la Commission de la CEDEAO et de l'UEMOA, du Programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire et des partenaires financiers étaient également présentes.
Le PNIASA vise notamment à accroître les revenus des exploitants agricoles et à améliorer de façon durable les conditions de vie des ruraux, particulièrement des populations vulnérables, les femmes et les jeunes.
Le gouvernement du Togo, devra donc pour atteindre les objectifs du PNIASA, consacrer 10% de ses ressources budgétaires au secteur agricole.
Le PNIASA - qui déroule trois projets complémentaires - a également pour but d’accroître à l’horizon 2015, le revenu des exploitants agricoles et de contribuer à l’amélioration de la balance commerciale.
Le PNIASA démarre avec trois projets à savoir: le Projet d’Appui au Développement Agricole (PADAT), le Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) et le Projet de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest au Togo (PPAAO-Togo) plus connu sous son abréviation anglaise WAAPP.
Le préfet du Haho, Aho Thcangani s’est réjoui du lancement du PNIASA dans sa préfecture et a indiqué que ce programme est un "espoir pour les producteurs du Togo".
"Les paysans à travers ce programme peuvent enfin être fiers de leurs activités, car les intrants agricoles sont disponibles, augmentant du coup la productivité. L’amélioration des infrastructures rurales est un pas énorme pour les produits agricoles", a-t-il indiqué.
Selon le Premier ministre togolais, la cérémonie de ce jour marque le couronnement de tous nos efforts, car "cette cérémonie ouvre surtout une ère nouvelle pour nos concitoyens du monde rural, concitoyens qui avaient besoin depuis longtemps, d'un cadre aussi porteur que le PNISIA".
"La conception de ce programme, sur son angle technique et ses mécanismes de financement ont mobilisé depuis des mois, tout le monde agricole togolais ainsi qu'un large éventails de partenaires. La cérémonie de ce jour marque donc, le couronnement de tous nos efforts", a souligné M.Houngbo.
"Nous voulons une agriculture dynamique, compétitive et durable. Les excédents céréaliers, ont prouvé la mobilisation et l’esprit d’engagement du gouvernement et des producteurs, car aujourd’hui, le PNIASA est devenu un véritable outil de développement économique", a-t-il précisé, remerciant les partenaires financiers pour leur "parfaite collaboration".
Le Togo a enregistré en 2011, un excédent céréalier d’environ 110.000 tonnes. En 2010, l’excédent était évalué à 90.000 tonnes.
Des excédents de 2011, environ 8.000 tonnes de maïs seront vendus au Programme Alimentaire Mondial (PAM) pour un montant d'environ 1,8 milliard de F.CFA.
Les partenaires financiers se disent disposés à accompagner le Togo, afin qu'il puisse développer son secteur agricole qui a été fortement secoué du fait de la longue suspension de l'aide des bailleurs de fonds au Togo pour "déficit démocratique".
"Le PNIASA est d’une importance capitale pour le Togo, puisqu’il a pour objectif central de relancer l’agriculture togolaise et de lui permettre de contribuer davantage à la croissance économique du pays", a souligné Hervé Assah, représentant résident de la Banque mondiale au Togo.
"Le lancement de ce Programme montre l’attachement du gouvernement togolais à développer le secteur agricole. Le PNIASA est un processus qui a un objectif, celui d’améliorer la sécurité alimentaire de la nation, d’accroître la valeur ajoutée de l’agriculture et mieux d’équilibrer la balance commerciale, en réduisant les importations tout en augmentant les exportations et surtout, améliorer le revenu des producteurs. Selon nos analyses, lorsqu’on investit 1.000 francs CFA dans le secteur de l’agriculture, on a deux fois plus d’impacts sur la réduction de la pauvreté. Les partenaires techniques et financiers sont persuadés que le Togo est aujourd’hui capable de relever les défis qu’ils s’est donnés pour sortir une large partie de la population de la pauvreté", a-t-il ajouté.
Pour le ministre togolais de l'agriculture de l'élevage et de la pêche, l’élaboration du PNIASA a démarré en mars 2007 et a été réalisée d’une façon participative sous le leadership du gouvernement, mais en collaboration étroite avec tous les acteurs dont principalement les producteurs.
"Le PNIASA compte cinq sous-programmes qui visent à générer une croissance agricole d’au moins 6% par an. Le PNIASA prendra progressivement en compte tous les projets pour leur apporter une valeur ajoutée, grâce au cadre institutionnel cohérent qu’il offre et aux financements novateurs qui sont prévus", a indiqué Messan Kossi Ewovor.

De retour de Notsé, Nicolas KOFFIGAN
Source : Savoir News


...
.
Publicité>


Commentaires


 2   Noé Kutuklui | 2/11/2012 7:16:57 AM
  Réponse à 1-SOURADJI
 
Merci.
 

 1   SOURADJI | 2/10/2012 11:09:19 AM
L´investissement agricole seul ne ressoud pas le probleme mais plutot la modernisation de l´agriculture.Il faut aller en profondeur aux reformes agraires qui tiennent compte de la technologie dans laquelle vit le monde actuel.
Pourquoi l´on avait cree la CNCA ? Donc il faut dire le monde agricole avait son investissement sur le plan financier mais c´est la gestion rigoureuse et surtout l´emiettement de l´exploitation agricole de nos paysans qui n´ont pas aide a faire face aux exigences du moment.
Je pense qu´il y a deux manieres de repondre aux exigences que le monde actuel nous imopse :
1 - Il faut faire des regroupement regionaux des producteurs agricoles afin d´exploiter de vastes parcelles en divers produits en tenant compte de la capacite des sols.
Cela peut etre des groupements ou cooperatives agricoles qui peuvent recevoir des moyens modernes ( tracteurs ,moissonneuses-batteuses ) utilisables nuit et jour.
2 - Ou bien passer radicalement de l´agriculture paysanne basee sur la famille en une agriculture professionnelle effectuee par des techniciens du metiers ayant acquis une formation moderne a qui l´administration doit offrir l´attribution des soles exploitables mais qui ne seront pas une propriete privee c-a-d que cette acquisition doit etre reconnue des lors qu´on est exploitant et qu´on la pert soit apres un deces,quand on n´a plus ses capacites a l´exploitation ou lorsqu´on quitte le travail de la terre.Ces parcelles doivent etre achetees a un prix forfaitaire afin que cet argent puisse permettre aux localites (villages ou cantons) de faire face a certaines exigences telles que l´electricite et l´eau potable.
Pour cette deuxieme solution les paysans et leurs fils seront utilises comme des salaries pour ne pas constituer un lot de chomeurs pour gonfler ce que l´etat a deja sur sa tete.
Sans la modernisation de notre agriculture,on peut tout creer c´est apporter un neuf habit sur un corps sale dont la proprete de celui-ci ne serait qu´ ephemere . Prenons le courage de faire mieux pour le salut des generations futures et non chercher toujours a attirer des institutions internationales a nous remplir nos caisses qui sont deja vides en inventant des mensonges sur les vulnerables.
Quel pays de l´ouest utilise des engrais mineraux a grande echelle actuellement dans l´exploitation agricole ???
 

Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)


Dans la même rubrique

Le Togo participe vendredi à Paris à la réunion des ministres des Finances de la « Zone franc » Le ministre de l’Economie et des Finances Adji Otèth Ayassor participe ce vendredi 03 octobre à Paris en France, à la réunion des ministres des finances, des gouverneurs des Banques centrales et des présidents des institutions régionales de la Zone franc, a appris l’Agence Afreepress.  [ 10/2/2014 ]
Politique et économie au centre d’une rencontre jeudi entre l’UE et le gouvernement Les questions politiques et économiques vont meubler les discussions d’une session de dialogue ce jeudi entre le gouvernement togolais et la délégation de l’Union Européenne (UE) au Togo, a appris l’Agence de presse Afreepress de l’institution européenne.  [ 10/2/2014 ]
Arik Air, de nouveau dans le ciel de Banjul Les responsables de la compagnie Arik Air, ont annocé lundi que la compagnie reprendra ses vols suspendu pour cause de la maladie à virus hémorragique vers Banjul, capitale de la Gambie à partir du 1er octobre. [ 10/1/2014 ]
Addis-Abeba reçois la 9ème conférence africaine en lieu et place d’Abidjan La 9e Conférence économique africaine 2014 a été délocalisée de la capitale économique ivoirienne Abidjan à Addis-Abeba en Ethiopie. Ce rendez-vous annuel est organisé conjointement par la Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique pour l'Afrique (CEA) et le Programme de développement des Nations Unies (PNUD). [ 10/1/2014 ]
Maroc Télécom prend une part de marché des TIC en Côte d’Ivoire Le Président du Directoire de Maroc Télécom, Abdeslam Ahizoune, a été reçu, mardi, à Abidjan par le Chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara à qui il a demandé les « directives et les orientations éclairées », afin d’investir en Côte d’Ivoire dans le domaine des Nouvelles technologies de l’Information et de la Communication. [ 10/1/2014 ]
Le Sénégal doit Revoir le statut des terres pour l'allocation Le Conseil économique, social et environnement(Cese) demande la révision de son statut des terres pour l'allocation dans le cadre de la publication de son rapport 2013. [ 10/1/2014 ]
Détournement au sommet de l’État ? Sur les 10 millions de dollars offerts à la Centrafrique en mars dernier par l’Angola, seulement les trois quarts ont été virés dans les caisses de l’État ; et donc pour l’opinion, le reste est alors détourné par les sommités de l’État. [ 10/1/2014 ]
Plus de 21 milliards de la BOAD pour le secteur agricole, et assainissement La mise en place d'une mutuelle au profit du secteur agricole et la poursuite des travaux d'assainissement dans huit localités du Bénin ont benéficié de la Banque Ouest Africaine de Développement un financement de plus de 21 milliards F CFA . Le Directeur de la BOAD Christian Adovèlandé et le ministre des Finances Komi Koucthé ont procédé lundi à la signature des deux accords de prêts. [ 10/1/2014 ]
La Côte d’Ivoire et le Ghana se livrent une guerre économique sans merci Le Ghana et la Côte d’Ivoire se livrent une guerre économique sans merci. Aucun des deux pays n’entend céder une petite parcelle de victoire à son voisin dans ce qu’il convient d’appeler, une « guerre économique propre ». [ 10/1/2014 ]
Des services gratuits dans les banques dans l’espace UEMOA  15 opérations bancaires seront désormais gratuites dans les 8 pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Ce, à partir de ce 1er octobre 2014. [ 9/30/2014 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | Faites un devis sur cecomparateur mutuelle santé | voyance gratuite | voyance gratuite en ligne
EX-IN Consult
iciLome.com