Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 12:12:46 AM Mardi, 23 Janvier 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International
2017 entre survie social et réduction de la dette : bilan


  [1/2/2018 4:05:05 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :1807 fois | 9 Commentaires
 

Togo  - C’est l’heure du bilan socio-économique de l’année 2017. D’une façon générale, le forum de l’AGOA en août, ouverture des frontière 24/24 entre le Togo et le Ghana, inauguration d’une usine de cimenterie à Kara, aménagement de quelques espaces agropoles et la construction de quelques marchés à l’intérieur du pays… ont essentiellement marqué la vie économique du pays.




Sous le poids d’une énorme dette à hauteur de 81% du PIB, le Togo a dû se plier en fin d’année à la politique d’austérité du FMI, en échange d’un programme de Facilité Elargie de Crédit à hauteur de 241,5 millions d’euros sur trois ans. Ce qui ne laisse pas un bon présage social en 2018 dans un pays où la politique économique de 2017 a été loin des espoirs, en ce qui concerne le panier de la ménagère.

Avec une économie essentiellement tournée vers le secteur primaire (industrie extractives, agriculture), le Togo n’a pu échapper à la chute des produits des matières premières cette année. Néanmoins, elle est restée performante avec près de 40% de contribution au PIB et 60% d’emplois (la plupart dans l’informel).

Troisième année du mandat social, selon la promesse quinquennale du chef de l’Etat, la lutte pour ramener la dette à 56,4 % du PIB à l’horizon 2022, tout en investissant dans le social (santé, éducation, lutte contre la pauvreté) a connu sa part de difficultés en 2017.

Les investissements fleuves de ces dernières années n’ont pas eu d’effet sur la vie sociale

Quelques routes faites dans les capitales et à l’intérieur du pays, de nouveaux marchés construits, la nouvelle aérogare de Lomé qui relève une légère croissance du trafic aérien, la rénovation de l’hôtel 2 Février, le PUDC, le volontariat… semblent n’avoir d’impact directs et atténuateurs que sur un minime couche, celle qui a toujours bénéficié des privilèges. « La campagne politique autour de ces investissements les ont surestimés et donné un espoir aux populations qui n’en peuvent déjà plus avec la misère », constate un économiste.

Le port Autonome de Lomé, poumon économique du pays, ne semble toujours pas avoir retrouvé sa capacité d’autan.

La mauvaise gouvernance et l’opacité dans la gestion des deniers publics

Avec environ 37 milliards de F CFA investis pour la rénovation du somptueux hôtel Radisson Blu dans le cadre d’un partenariat public-privé, le partenaire mauricien Kalyan Hospitality Development Limited a finalement boudé le contrat alors qu’il en avait pour 35 ans. Pour cet acteur privé, l’administration de Faure Gnassingbé ne roule pas comme un bon partenaire étatique en matière de gestion.

La gestion faite des nombreux prêts que contracte l’Etat laisse à désirer. L’absence de la réédition des comptes dans les sociétés d’Etat est bien à la hauteur des hauts soupçons de détournements que le chef de l’Etat ne semble avoir la volonté d’éclaircir.

Il a fallu le gendarme FMI pour que l’administration de Faure Gnassingbé prenne l’engagement d’auditer les deux banques publiques (BTCI et UTB) au cours de cette année 2017. C’est aussi en début de cette année, que l’Etat a débloqué à nouveaux 30 milliards pour la réfection d’une route pour laquelle 26 milliards de F CFA avaient déjà disparu, sans aucune justification.

C’est dans ce climat que l’autorité publique se félicite toujours de sa gestion de la chose publique en 2017 et promet une année meilleure en 2018.

Le budget de l’année prochaine s’équilibre en recettes et en dépenses de 1.321,9 milliards FCFA. Celui de l’année 2017 a été de 1.227.4 milliards. Soit une augmentation de 7,7%.

Selon plusieurs économistes dont Nicolas Lawson, ce budget n’est que cosmétique. C’est « irresponsable » de voter un budget en hausse de 94 milliards de F CFA pour un pays en crise depuis 5 mois.

Les enseignants, les professionnels de santé, les agents du ministère de la fonction publique, les gardes pénitentiaires, les greffiers… ont fait parlé d’eux cette en 2017 avec des plateformes revendicatives autour de leurs conditions salariales, mais aussi la qualité du cadre de travail. Aucune de ces revendications n’a été satisfaite et les revendicateurs promettent une année d’enfer pour 2018. C’est toujours devant ces revendications que l’autorité publique reconnait les difficultés économiques en paradoxe à leurs éternels bilans économiques qui indiquent que tout va bien.

Si l’année 2017 a commencé avec un hausse des prix des produit pétroliers à l’affût de protestations réprimées, avec un mort et plusieurs blessés par balles en février, la fin de l’année a été relativement stable avec une deuxième réduction des prix du carburant en septembre, après celle du 28 juillet.

Cependant, on ne peut prétendre à une année 2018 socialement et économiquement meilleur quand on sait que le FMI oblige l’Etat à travers le programme de Facilité Elargie de Crédit (FEC) à serrer les ceintures, histoire de réduire son énorme dette de 81% du PIB à 56,4 % du PIB en 3 ans. Mais ce serait chose quasi-impossible, surtout avec la crise socio-politique qui perdure.

A. Lemou


Source :


Publicité>
Commenter cet article
Répondre à intervenant :
Référence : http://
Nom / Pseudo *
Veuillez saisir le numéro de controle ci-dessous dans l'espace texte à droite  
Controle:
     
* : Champs obligatoires
(Cliquez une seule fois!)


Commentaires


 9   GNAROU | 1/3/2018 1:10:37 AM
  Réponse à 8-Abladjo
 
Analphabetes, donc pourrait elle-meme produire le maïs aulieu de l'acheter !!
60% des terres agricoles au Togo sont vierges .

Meme dans vos vies privées vous etes nuls !
 

 8   Abladjo | 1/2/2018 5:51:42 PM
  Réponse à 7-Avouantheboss
 

Ma grand mère, grande économiste analphabète devant l éternel sait par le prix du maïs que ce pays est très ml géré.

Vous autres esclaves modernes dont rêvaient les planteurs de Virginia y a 2 siècles, vous n allez jamais vous libérer des chaînes que vous avez dans la tête. Une perte pour la nation.
 

 7   Avouantheboss | 1/2/2018 1:52:49 PM
  Réponse à 6-GNAROU
 
"Et avant tout, l' économie est avant tout psychologique !"

Aussi! Moi, je l'ai appris à Déckon! Lol!!!

Bonne année à toi, mon frère GNAROU!
 

 6   GNAROU | 1/2/2018 1:31:10 PM
  Réponse à 5-Avouantheboss
 
Et avant tout, l' économie est avant tout psychologique !! Du moins c'est ce que j'ai appris dans les montagnes de Sotouboua !!
L'opposition crée une psychose pour tuer l'economie togolaise ..

L'Etat devrait se reveiller contre ces apatrides renegats !!
Il faut les "reduire" par tous les moyens !


 

 5   Avouantheboss | 1/2/2018 1:22:00 PM
"Selon plusieurs économistes dont Nicolas Lawson, ce budget n’est que cosmétique. C’est « irresponsable » de voter un budget en hausse de 94 milliards de F CFA pour un pays en crise depuis 5 mois".

Ah bon! J'en apprends des choses sur ce site. Nicolas Lawson est un économiste? Je croyais que c'est un pornographe à la solde de l'appétit sexuel des très vieilles couguars Ghanéennes!

Nicolas Lawson, je ne suis pas économiste, mais, j'ai appris à travers ma formation universitaire, que quand un pays a un taux de croissance supérieur à zéro, mécaniquement, ce pays s'enrichit. Le Togo a un taux de croissance de 5%. Mécaniquement, notre budget peut au moins augmenter de 94 milliards, les deux doigts dans le nez! Il ne faut pas dire des idioties, mon cher Nicolas!

Gnarou, je crois que Mr. LEMOU a trop lu ce salopard de Thomas Dodji KOUMOU! Mr. LEMOU est un esprit simple, je ne vais pas perdre mon temps à le contredire. Il lui aurait suffit de consulter les écrits sur la rubrique "Forum" du site Icilomé.

Pour les lecteurs. Au FMI, ne croyez pas que ce sont des lumières qui bossent là-bas. Il y a aussi de gros tarés, qui prennent des règles, et les appliquent à tous les cas. Je ris, quand je vois des experts du FMI, qui font la coupe instantanée d'une situation, et prennent des décisions. L'économie n'est pas statiques. L'économie est dynamique. Il faut mettre la physique dans l'économie. C'est-à-dire, étudier les phénomènes dans leur dynamismes: Lancement, vitesse, accélération, décélération, énergie, arrêt! Quand on s'obstine à considérer l'économie comme un macchabée qu'on peut disséquer, on sera toujours dans l'erreur.

Le FMI aurait du considérer le dynamisme de l'économie Togolaise depuis son lancement en 2010!!!
 

 4   boom | 1/2/2018 12:41:00 PM
  Réponse à 3-AGLANVI
 
lol tu as frappé plein dans sa gueule avec la vérité hahahaha il a été écarté de la mangeoire bien sûr hahahah
 

 3   AGLANVI | 1/2/2018 10:39:19 AM
  Réponse à 1-Clement Gavi
 

Hummm.... Je me disais bien que ton grand ressentiment et ton assiduité sur le site à pourfendre la dictature et en même temps parler de pardon à accorder, est clairement lié à ton histoire personnelle où quelqu'un t'a éjecté de la mangeoire.

Ainsi donc tu fais partie de ceux qui étaient proches de la marmite et peut-être se contentaient du minimum acceptable jusqu'à l'intervention d'un gourmand qui a créé ton malheur.

Pour cette nouvelle année, je te souhaite de trouver la paix de l'âme. Quelque soit le comportement de l'homme, il faut arriver à prendre de la hauteur. On est vivant, tu es vivant, c'est cool. Nous avons alors la possibilité de faire mieux sur nous même, c'est la seule façon de changer son entourage.

Être un exemple en bien est plus efficace pour changer les autres plutôt que passer son temps à dénoncer. Se reconstruire s'est qu'il y a une autre vie en dehors de la sphère du pouvoir. En exemple, les prives qui font leur biz quelque soit les pouvoirs en place.
 

 2   GNAROU | 1/2/2018 9:39:50 AM
Monsieur LEMOU le journaleux , le Togo ne s'endette pas pour payer le fonctionnement de l'Etat ( salaires et autres depenses de souveraineté) ! Il s'endette pour investir .

Quand on sait d'où l'on vient dans ce pays, certes la dette est elevée et pese sur le budget, mais comment vouliez -vous sortir de la pauvreté , vous equiper sans la dette ?? Sans vous endetter ??

Les pays comme l'Inde ont un taux de croissance de plus 8% depuis vingt ans !! Et la pauvreté n'a pas encore quitté les faubourg de Bombay !!
En cote d'ivoire c'est plus de 10% de croissance depuis la fin de la guerre. Les Ivoiriens rament pour manger ...

Fermez vos gueules et travaillez plus .
Faites moins de marches par senaine et vous contribuerez ainsi au developpement de votre pays !
Si nous continuons par marcher on reduira à néant les effets de ces investissements. Mais on devra payer cette dette quand meme !

La dette est souveraine et sera payée soit par FAURE et son gouvernement ou soit par celui qui le remplacera au pouvoir !
La continueté de l'Etat assure la dette à ses créanciers !!
Ne l'oubliez surtout pas !!
 

 1   Clement Gavi | 1/2/2018 7:48:23 AM
2017 entre survie social et réduction de la dette

La dette en soi, n'est pas une mauvaise option. Si la dette prépare l'avenir, la dette est alors, le bon choix. Si la dette finance les investissements qui sont créateurs de biens qui répondent à l'utilité, la dette est le bon choix. Mais comme le Togo est une dictature, la dette ne sert qu'a divertir ceux et celles qui soutiennent la tyrannie.

C'est ainsi que les deux banques publiques citées (la BTCI et l'UTB) et en particulier l'UTB, l'exploitation chaotique cet établissement publique ne peut être comprise sans inclure l'effet Yacoubou Boukari dont la femme est la sœur d'une des femmes du dictateur Eyadema Gnassingbé et qui est l'un de ceux qui ont pillé l'UTB et se sont réfugiés derrière Mr Loucky qui a été humilié et condamné à des peines de prison.

 
Imprimer | Commenter  



Dans la même rubrique

(La BADEA va accompagner le Burkina dans la mise en œuvre du PNDES), déclare son Directeur Général Le Directeur Général de la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA), le Dr Sidi Ould TAH a été reçu en audience dans l’après-midi du 18 janvier 2018 à Ouagadougou par Président Roch Marc Christian KABORE. Introduit auprès du chef de l’État par le Ministre burkinabè de l’Économie, des Finances et du Développement, Madame Rosine SORI/COULIBALY, Monsieur TAH a indiqué à l’issue de l’entretien avoir félicité le Président du Faso pour les progrès « remarquables » réalisés par le Burkina Faso, malgré une conjoncture internationale et régionale difficile. [ 1/20/2018 ]
Renforcement du secteur privé dans la gouvernance démocratique en Afrique: le Burkina Faso ouvre la conférence « Gouvernance, Démocratie et Affaires » Le Burkina Faso est l’hôte de la première réunion panafricaine pour le renforcement de la gouvernance démocratique et du climat des affaires sur le continent qui se tient les 16 et 17 janvier sous le thème « Gouvernance, Démocratie et Affaires ». [ 1/18/2018 ]
Forte croissance du tourisme mondial en 2017, selon l'OMT Les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 7% en 2017 pour atteindre un total de 1,3 milliard, selon les dernières données publiées par l'Organisation mondiale du tourisme (OMT). [ 1/16/2018 ]
Annulation d’une dette chinoise de près d’environ 17 milliards de francs CFA En vue de soutenir le développement, la Chine a annulé une dette de près de 200 millions de yuans que lui devait la Centrafrique. [ 1/12/2018 ]
Faire de la Côte D’ivoire le hub du tourisme africain et sous-regional: lancement de la 8ème édition du salon international du tourisme d’Abidjan C’est devant un parterre de personnalités et des invités de qualité qui ont pris la salle des fêtes du Sofitel Hôtel Ivoire d’assaut, que M. Siandou FOFANA, Ministre du Tourisme, a procédé au lancement de la 8ème édition du Salon International du Tourisme d’Abidjan, le lundi 08 janvier 2018. [ 1/11/2018 ]
Le démenti de la BCEAO BCEAO sur la circulation de faux billets La Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) informe le public que des messages frauduleux qui lui sont imputés sont diffusés sur les réseaux sociaux tendant à faire croire à l’existence « de faux numéros de série sur les billets de 10 000 F CFA et 5 000 F CFA » et de différences sur les dimensions de ces billets. [ 1/9/2018 ]
Présentation des résultats de restructuration des systèmes financiers décentralisés/Le Ministre Adama Koné: « l’épargne des SFD est passée de 72 milliards Fcfa en 2012 à 250 milliards de Fcfa en 2017» « Le secteur de la microfinance, l’un des principaux moteurs de l’inclusion financière en Côte d’Ivoire est en voie de réussir le pari de sa restructuration et de sa professionnalisation ». C’est la principale information qui est ressortie de la rencontre que le Ministre de l’Economie et des Finances M. Adama KONE a eue ce jeudi 4 janvier 2017 avec l’ensemble des dirigeants des systèmes financiers décentralisés à son Cabinet sis à l’immeuble Sciam. [ 1/6/2018 ]
Hausse vertigineuse de la demande en carburant selon le gouvernement Selon la ministre en charge du commerce Bernadette Legzim-Balouki, la pénurie d’essence dans les stations de services sur l’étendue du territoire, se justifierait par une curieuse hausse de la demande de carburant dans le pays. [ 1/5/2018 ]
Budget ONU 2018-2019: près de 5,4 milliards de dollars adopté par l'Assemblée générale L'Assemblée générale des Nations Unies a adopté un budget biannuel de près de 5,4 milliards de dollars pour la période 2018-2019. [ 12/27/2017 ]
La taxe à l’exportation sur l’arachide suspendue Au cours du conseil des ministres du mercredi 20 décembre, il a été annoncé la suspension de la taxe à l’exportation sur l’arachide. [ 12/21/2017 ]
Autres titres de cette Rubrique
TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .