Lundi, 22 Décembre 2014 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Amah Gnassingbé exclu de l’UFC


  [9/22/2006]  | Kiosque |FORUM DE LA SEMAINE Numéro 191 du 21 septembre 200 | Lu :6646 fois | Commenter
 

FORUM DE LA SEMAINE Numéro 191 du 21 septembre 2006




 La nomination du leader du Comité d’Action pour le Renouveau (CAR) a suscité le courroux du Président national de l’UFC qui a décidé que son parti ne participe pas à l’équipe gouvernementale prévue par l’Accord Politique Global signé à Lomé le 20 Août dernier sous les auspices du Président du Faso.

* La base désavoue son leader

L’Union des Forces de Changement (UFC) traverse actuellement des moments très difficiles suite au refus du Président national de voir son parti participer au gouvernement d’union nationale formé sur la base de l’Accord Politique Global signé à Lomé par tous les acteurs politiques majeurs de notre pays.
La décision de Gilchrist Olympio a foncièrement déplu à la base qui était largement favorable à la participation au gouvernement. " Il est temps que les décisions de la base et du Bureau exécutif s’impose au Président national qui doit d’ailleurs consulter le Bureau exécutif avant de proclamer ses humeurs " a déclaré un membre du bureau à la suite de la réunion tenue au lendemain de la sortie controversée de leur leader.
Après moult consultations et échanges, la base était en train de ramener son leader à de meilleurs sentiments. Car selon un membre du bureau, une réunion s’était tenue il y a de cela deux semaines pour discuter de la participation du parti au gouvernement. Et la tendance était largement favorable à une participation " même si le Premier ministre n’est pas issu des rangs de l’UFC ", ajoute la même source qui précise que compte-rendu avait été fait au Président national. Ainsi, ce fut une surprise inouïe pour la base d’apprendre que son leader a décidé que le parti ne participe pas au gouvernement. C’est pour cela que des tractations sont menées au sein du parti entre les durs qui suivent la ligne du Président national et les participationnistes alignés derrière le 2e Vice-Président, le Dr Amah Gnassingbé et le Conseiller juridique de Gilchrist Olympio Me Georges Lawson. La majorité décide alors de participer. Ce qui a fait mettre un peu à d’eau dans le vin du Président national qui recula face à la levée de bouclier suscitée par sa sortie.

* L’UFC fait marche arrière et recours à Blaise Compaoré
" Mes propos ont été mal interprétés et mal compris. Car nous n’avons rien contre la personne de Me Agboyibo ", a déclaré Gilchrist Olympio au moment où un de ses lieutenants nous assurait depuis Paris que la porte n’est pas hermétiquement fermée car ils sont " en discussions avec Compaoré " et ils verront " ce qui leur sera proposé "

* Trop tard : Et le piège se referma sur la souris
Une délégation composée d’Amah Gnassingbé et de Georges Lawson était partie rencontrer le nouveau Chef du gouvernement qui leur a demandé d’agir dans un cadre officiel. C’est-à-dire que si le parti a décidé de rentrer dans le gouvernement, de lui faire parvenir un communiqué officiel et de mener les démarches en ce sens en envoyant les noms.
Les discussions avec Compaoré n’ont pas abouti et la liste n’était pas envoyée à temps. Faure Gnassingbé, très pressé de participer au Sommet des Chefs d’Etat de l’ONU à New York a signé le décret portant la nomination des Ministres avant de quitter très tôt hier matin (04 heures) pour savourer les délices du concert des Nations, auréolé des réformes qu’il est en train de mener dans son pays.
" S’il ne tenait qu’à Me Agboyibo, il aurait attendre l’UFC quelques jours de plus mais les dispositions constitutionnelles ne lui confèrent pas la nomination des Ministres ", a confié un proche collaborateur du nouveau Premier ministre visiblement déçu du mic-mac de l’Union des Forces de Changement malgré la grosse " pèche " que constitue le 2e Vice-Président du parti, le Dr Amah Gnassingbé. Il a raison diront d’aucuns car de sources proches du parti, son exclusion ne serait qu’une affaire d’heure.

* La procédure d’exclusion d’Amah Gnassingbé enclenchée
De sources proches du parti, " le Dr Amah Gnassingbé participe au gouvernement à titre personnel sans l’aval du parti et sera exclu à la fin d’une procédure enclenchée contre lui ". Le parti lui reprocherait " d’avoir abusé " de son titre de " 2e Vice-Président " (supérieur hiérarchique direct après le Président national en l’absence du 1er Vice-Président, Bob Akitani malade) en envoyant une liste de ministrables du Parti (cinq selon certaines sources) au Chef du gouvernement. " Dans un parti qui se respecte, des mesures conservatoires doivent être prises pour éviter que ce genre de choses ne se répète " a affirmé le 3e Vice-Président Patrick Lawson contacté par notre rédaction. Ainsi, il est clair que dans les jours à venir, le n°2 du gouvernement sera évincé de son poste de 2e Vice-Président de l’UFC et sûrement exclu du parti.

* Le piège
Le refus de l’UFC de participer au gouvernement, il faut le reconnaître, arrange plus le RPT " qui ne voulait que ça ! " comme l’affirment certains. Car contrairement à l’Accord paraphé à Lomé qui renvoyait tout dans les commissions, tout se règle cette fois-ci au sein du gouvernement comme le prévoit l’Accord Politique Global. C’est pour cela qu’un parti l’absent ne peut que subir les décisions du gouvernement sans avoir des arguments légaux pour broncher. Et c’est dans ce piège que l’UFC est tombé par pur calcul politique. En principe, rien ne pressait Faure à décréter la composition d’un gouvernement. L’argument de taille était son voyage à New-York qu’il a fait d’ailleurs avec les anciens Ministres qui assument les affaires courantes à la démission de Kodjo. Qu’est-ce qui presse alors.
Mais comme le bébé a envoyé sa tête, l’accouchement n’a été plus que facile au RPT.
Croisons les doigts et voyons voir la potion magique que nous serviront les jours à venir, l’UFC et son " Maréchal ", pour guérir le déficit démocratique dans notre pays.

Dimas DZIKODO

Source : FORUM DE LA SEMAINE Numéro 191 du 21 septembre 200


.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)
.

Dans la même rubrique

Présidence de la FTF : Tata Avlessi entre dans l’arène    [ 1/1/2007 ]
Faure parle de Gilchrist    [ 1/1/2007 ]
La 4ème édition de la nuit d’intégration du groupe BK-Université tenue à Lomé    [ 1/1/2007 ]
L’UCJG-TOGO au chevet de jeunes détenus à Lomé et à Atakpamé    [ 1/1/2007 ]
Litige foncier : Le juge KOUYOU fait des sans-abris à avédji Telessou  FORUM DE LA SEMAINE N° 210 du 30 novembre 2006  [ 12/4/2006 ]
Faure forme bientôt l’AMP : Grincement des dents au RPT  FORUM DE LA SEMAINE N° 210 du 30 novembre 2006  [ 12/4/2006 ]
Le Prof Nicoué Gayibor n’est plus président de l’UL  FORUM DE LA SEMAINE N° 198 du 16 octobre 2006  [ 10/20/2006 ]
Journée " Alimenterre " 2e édition : Les produits traditionnels étaient à l’honneur  FORUM DE LA SEMAINE N° 199 du 19 octobre 2006  [ 10/20/2006 ]
Les VZR au service des populations  FORUM DE LA SEMAINE N° 199 du 19 octobre 2006  [ 10/20/2006 ]
Législatives 2007: Les dés déjà pipés !  FORUM DE LA SEMAINE N° 199 du 19 octobre 2006  [ 10/20/2006 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | voyance gratuite | voyance gratuite en ligne | Demandez une voyance gratuite amour Maintenant! | Offre bancaire sur rachat de credit banque à taux fixe.
EX-IN Consult
iciLome.com