Samedi, 25 Octobre 2014 | .    Boutique  |  Immobilier  |  Publicité   
.
Home| Sport| Actualités| Forum| Opinions| Annuaire| Annonces| Rencontres| Vidéos| Photos| Togo|
 Immobilier 
Proposer un site web  | Répertoire du web togolais
Loading
Quand les sentinelles se servent des biens publics

Byalou ALFA-TOGA
  [5/28/2006]  | Kiosque | | Lu :10320 fois | Commenter
 





Byalou ALFA-TOGA

 Les détournements de biens publics, le clientélisme, la gabegie et d’autres vices gangrènent l’administration à des hauts niveaux. Cependant, d’autres pratiques, plus pernicieuses mais tout aussi nuisibles, s’observent dans d’autres corps professionnels, à l’exemple de l’utilisation que les sentinelles font des biens dont ils ont la charge.

Si l’usage personnel que certains corps professionnels font des biens meubles publics retient l’attention des autres concitoyens, une autre catégorie socioprofessionnelle, les « gardiens» ou « sentinelles », tire aussi le maximum de profit des bâtiments publics
dont elle a la charge, dans l’indifférence la plus totale.

Lorsqu’on parle de domaine public, on pense à tout bien meuble ou immeuble qui, par nature ou par destination, est affecté soit à l’usage direct du public, soit aux services publics. Et en parlant de bien public, on fait allusion à l’ensemble de la propriété de l’État. Cela englobe les biens des collectivités ou établissements publics et ceux des organismes et sociétés contrôlés par l’État. Par opposition aux biens privés qui sont, le plus souvent, les propriétés d’exclusivité et dont tout le monde ne peut profiter en même temps.

Dans la pratique, au Togo, il existe des personnes qui n’intègrent pas la notion de bien commun dans la conduite des affaires qui leur sont confiées. On a souvent tendance à confondre bien public et bien privé. Cela, malgré les campagnes médiatiques qui appellent au respect de la règle et relaient la sonnette d’alarme des responsables administratifs sur la mauvaise utilisation des biens et sur les détournements des deniers publics. A ces phénomènes récurrents, vient s’ajouter l’usage abusif des domaines qui appartiennent à l’Etat par certains groupes socioprofessionnels.

Les immeubles publics transformés en auberges
Généralement, les gardiens logés par leur service prennent l’habitude d’y accueillir leurs hôtes. Certains hébergent des vendeurs ambulants qui débarquent à Lomé à la recherche d’argent, en échange de petits avantages en nature ou en espèces à la fin du séjour de chacun d’eux.

Toutes les catégories socioprofessionnelles se livrent à cette pratique comme pour conforter cet adage qui dit que « la chèvre ne broute que là où elle est attachée ». Cette logique semble très souvent être respectée à la règle par des agents responsables des domaines et biens publics ou privés. Par excès de générosité peut-être, nombre de ces agents employés par des institutions créées par l’Etat ou qui interviennent dans ce pays accèdent facilement aux demandes des amis ou proches parents qui chercheraient bien, à titre personnel, à se servir des propriétés qui sont affectées dans le cadre de différents services.
L’exemple qui vient d’en haut

C’est le cas, par exemple, des véhicules de service qu’on utilise pour transporter des matériaux de construction, du charbon, les membres de la famille lors des cérémonies, pour acheminer des parents de Lomé vers le village ou vers une autre destination au grand dam du service pour lequel ces engins sont affectés. C’est l’avantage du métier, dira-t-on encore pour se justifier. Ainsi des matériels de bureau prennent d’autres destinations, des tickets d’essence sont distribués à tour de bras. Au pire des cas, c’est un véhicule neuf, qui est délibérément mis en panne pour être vite racheté par l’utilisateur et à vil prix.

Ces exemples peuvent s’étendre à d’autres groupes socioprofessionnels : http://www.togoforum.com/Ap/Press/Gazette/0524064.htm http://www.togoforum.com/Ap/Press/AGni/0524063.htm

Toutefois, en portant un regard sur ces pratiques, on voudrait tout simplement attirer l’attention des dirigeants sur ce qu’il convient de qualifier de dérives professionnelles susceptibles de nuire, progressivement à la bonne marche des institutions soumises à ces contre-modèles.

Byalou ALFA-TOGA
E-Mail : alfatoga1@yahoo.fr
Source :


...
.
Publicité>



Imprimer | Commenter  

Envoyer cet article par E-Mail
Votre E-Mail * E-Mail du destinataire *
 
(Cliquez une seule fois!)


Dans la même rubrique

/Heineken et le Nigerian Breweries autorisés à intégrer Consolidated Breweries La fusion de la Consolidated Breweries avec le groupe hollandais Heineken, et le Nigerian Breweries, tous spécialisés dans la production et la vente de bière, a été officialisée en début de semaine après le feu vert obtenu du Nigerian Stock Exchange. [ 10/16/2014 ]
L’Office Togolais des Recettes, une institution budgétivore opérant dans l’illégalité En décidant de fusionner la douane et les impôts en Office togolais des recettes (OTR), les autorités togolaises avaient dit vouloir lutter contre la corruption sous toutes ses formes et mobiliser un peu plus de recettes afin que l’Etat puisse faire face aux charges. Une bonne initiative en soi, et pour le ministre de l’Economie et des Finances, Adji Otèth Ayassor, elle est d’inspiration anglo-saxonne. Mais ici, cet Office a pris un mauvais départ. Le ministre Ayassor et le Commissaire général ont violé et continuent de violer le texte fondateur de cet Office, mettant en place les conditions d’une gestion opaque. [ 10/9/2014 ]
Crédit spécial aux cotonculteurs Les acteurs du secteur agricole, les cotonculteurs de Banikoara ont reçu le crédit spécial aux cotonculteurs pour la période de soudure dans le cadre de la campagne cotonnière 2014-2015 au Bénin en fin de semaine dernière. [ 9/9/2014 ]
Dis- moi quel rang tu occupes je te dirai quel élève tu ... Le World Economic Forum a publié son rapport global sur la compétitivité 2014-2015: le classement des pays africains. Chose curieuse : Le Togo a entrepris depuis un certain temps des reformes importantes et au moment où on nous parle déjà de Vision Togo 2030 nous semblons être relégués au fonds de la classe. Est-ce à dire que nos actions ont peu d'impacts ou pas du tout ? Que doit faire le Togo. Nous proposons a votre lecture l'article de l'agence ECOFIN  [ 9/4/2014 ]
Le libre marché, une véritable solution pour combattre la pauvreté  [ 6/19/2014 ]
Face aux nouveaux géants mondiaux, l’intégration régionale en Afrique s’impose Tant que l’Afrique restera divisée, elle ne sera pas capable de tirer le meilleur parti de la concurrence entre ses partenaires. [ 6/12/2014 ]
40 raisons pour constituer les Etats-Unis d’Afrique  « Des années durant, l’Afrique a été la victime du colonialisme et de l’impérialisme, de l’exploitation et de la dégradation. Du Nord au Sud, de l’Est à l’Ouest, ses enfants ont enduré les chaînes de l’esclavage et de l’humiliation. Pendant ce temps, les exploiteurs et les décideurs autoproclamés de notre destin souillaient nos terres, avec une incroyable sauvagerie, sans pitié, sans honte, sans respect. Ces jours sont révolus et à jamais révolus (…) », disait Kwame Nkrumah, le 23 septembre 1960, devant l’Assemblée générale des Nations unies à New York. [ 5/6/2014 ]
La taxe familiale et la faillite du cadre africain Leomick Sinsin [ 4/24/2014 ]
Quelle voie pour la démocratie africaine  [ 4/21/2014 ]
Fatalisme et développement L’influence de la culture sur le développement n’est plus à démontrer. Or, on trouve dans la culture de certains pays en développement, qu’ils soient à dominance chrétienne ou musulmane, l’expression « si Dieu veut » ou « Inchallah », qui peut devenir problématique... [ 1/26/2014 ]
Autres titres de cette Rubrique

Accueil | Contactez-nous | Horoscope | Faites un devis sur cecomparateur mutuelle santé | voyance gratuite | voyance gratuite en ligne |
EX-IN Consult
iciLome.com