11:53:22 AM Mercredi, 22 Mai 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Chronique de Kodjo Epou : Au pays des insolites.

Togo - Politique
- | | 15 Commentaires
chronique-de-kodjo-epou-au-pays-des-insolites


Le Togo, déjà à la dérive, vient de se doter d’une nouvelle constitution très personnelle. Votée par des députés qui ne représentent qu’eux-mêmes. Une loi pour seoir à Faure Gnassingbé. Selon ce « chiffon de papier », le président du Togo peut tuer ses compatriotes autant qu’il veut, voler autant d’argent, brader les richesses du pays comme bon lui semble, gouverner par la terreur …, il ne peut être poursuivi pour aucun des crimes.

Ce texte grossier protège le président actuel, lui seul. Mais pas ses collaborateurs et compagnons de crimes (rire). Moins encore notre peuple. Aucune intelligence dans cette loi dont l’article 75 est, soit dit en passant, un aveu de notre Criminel-En-Chef. Il reconnaît ainsi ses crimes mais veut encore, à sa guise, disposer du Togo, des biens et des vies du pays. En perte et profit! Il faut prendre ce texte pour ce qu’il est: une imposture transcrite dans une serpillière. Dès lors, on considère que le Togo n’a toujours pas sa constitution et, qu’il est plus que nécessaire de forcer ce régime à un accord de gouvernance ( 2020-2025) d’où émanera une vraie CONSTITUTION TOGOLAISE.

Le compteur des quinze ans de gouvernance chaotique de Faure est remis à zéro avec projection, en sa faveur, de deux nouveaux mandats à partir de 2020. Une idée débile qui, si elle n’est pas proprement contrée, va provoquer d’immenses souffrances à un point où les Togolais finirons par ne plus trouver de diable à tirer par la queue. Ce qui se passe suscite quand même quelques interrogations.

Faure Gbassingbé souffrirait-il de graves malformations cérébrales? Ou, d’un défaut de fabrication à sa conception, ce qui l’empêcherait de comprendre les choses les plus élémentaires? Pourquoi n’arrive t-il pas à piger que tout pouvoir a une fin, aussi puissant et autocratique soit-il? Comment un individu normalement constitué peut-il laisser passer une constitution comme celle votée la nuit du 8 mai? La chute de son régime sera le résultat de la situation d’hibernation politique qui a figé le Togo pendant des décennies.

Au Togo, le sentiment de révolte est bel et bien réel. Et légitimiste. Si l’on jette un regard, en prenant de la hauteur, sur la nouvelle constitution, sur la situation surréaliste du pays, on ne peut que relever avec affliction que le pays entier est embourbé dans un désordre généralisé. La morale a foutu le camp. La dignité avec elle. Plus personne n’est digne ni honorable dans les hautes sphères de l’État. Les institutions, elles toutes, n’existent que de nom. Mème notre médiatrice de la république, la mystérieuse Awa Nana, s’est recroquevillée dans une posture devaluée, celle d’une pauvre militante du parti au pouvoir.

Cette situation est-elle réversible? Peut-être. Mais à certaines conditions précises en tête desquelles un sursaut national salutaire des élites du pays, toutes tendances confondues. C’est le temps de taire les courants extrémistes et égoïstes pour ne privilégier que le Togo.

Aujourd’hui, le RPT/UNIR et son chef arrivent à maintenir leur quincaillerie militaire et tout le business de siphonnage de l’État qui va avec … Savent-ils de quoi demain leur sera fait? C’est parce qu’ils n’ont pas la réponse qu’ils doivent avoir leur puissance modeste et accepter, tout banditisme cessant, que le pays arrête ses errements pour ouvrir une parenthèse salutaire allant de 2020 a 2025.

Il y a de l’infernal dans la situation de l’état togolais, quelque chose d’insupportable, de très ahurissant dans l’aveuglement d’un pouvoir qui n’agit et ne réagit qu’en monstre aux biceps replets. Tout se ramène à la conservation du pouvoir, le pouvoir pour le pouvoir et rien d’autre. Au total, 52 ans de gouvernance faillie, 60 ans d’indépendance trahie. La seule voie à emprunter, c’est peut-être un accord de gouvernance, quelle que soit l’issue de l’élection présidentielle de 2020. Ce serait un projet rédempteur, une parenthèse salutaire ou encore une sortie d’urgence. Car, le Togo va disparaître si une poignée, au-delà de 2020, doit continuer à changer les vies, à faire des familles entières ce à quoi elles ne sont pas destinées.

Aujourd’hui encore, comme si l’égarement n’est pas assez profond, il nous est servi, à l’assemblée(?) quelque chose de rance, de fétide, disons-le, d’immonde. Il s’agit de ces réformettes que des neuneus sans base ont cuisine. Impropres à la consommation. De cette chaîne sortirons nous un jour? Comment briser le mur bleu des mépris? Comment finir avec un État qui s’abuse, se ment et trompe?

L’évident, c’est qu’il sera difficile aux Togolais de combler le grand retard qui les empaille dans l’âge de la pierre, les empêchant d’avoir des ambitions pour demain. Le système actuel ne marche pas. Ne marchera pas. Ne marchera jamais. C’est du pure leurre que d’attendre qu’il débouche sur une quelconque normalisation… A ce qu’on voit, Faure creuse plus profond le gouffre, gouvernant par des intrigues : une caserne pléthorique, une police politique, une justice couchée, une caste d’intellectuels subordonnés, une milice carabinée. Le Togo est vu comme un État de terreur, de non droit. Le pays, jamais cité en bon exemple, s’enfonce là où, chez les voisins, les dirigeants friands de viande humaine fraîche sont de plus en plus rares. Aucune écriture de fierté sur le tableau. Le plongeon saute aux yeux dans tous les compartiments de l’État.

C’est tout cela, la Terre de nos Aïeux. Le pays court, à grandes enjambées, vers des lendemains incertains; mais cela n’arrête pas le régime RPT de se payer le luxe de l’intransigeance, de l’insouciance, surtout, de désinvolture, en prenant de faux engagements juste pour tromper. Alors que le Togo a besoin d’un véritable assainissement politique, de réformes hardies, Faure Gnassingbé nous fait voter une constitution plutôt digne d’une serpillière. C’est ainsi qu’après 52 ans de pouvoir familial, faute de victoires à célébrer, le RPT se livre à de puériles esquives, derrière ses tas d’échecs, attirant sur le pays la pire des malédictions. Quand va t-il finir, ce régime? La question est présente sur toutes les lèvres, dans tous les cœurs. N’en déplaise aux affidés, la fin du système failli est bien le plus ardent souhait de la grande majorité des Togolais.
Le chroniqueur Kodjo Epou
Kodjo Epou

Qui ne voit pas que le Togo grince et demande à être réparé? Qui ne sent pas que la république est remplie de mauvaises odeurs, que les Togolais sont au milieu d’une catastrophe qu’aucun peuple digne de ce nom ne peut traiter par la résignation? C’est à une renaissance intégrale d’une nation libre, prospère et indépendante, d’un peuple émancipé, que les Togolais doivent plutôt réfléchir. Des sacrifices s’imposent aux forces vives. Un accord de gouvernance 2020-2025 – rien à voir avec un gouvernement d’union – en est un.

Kodjo Epou
Washington
USA


Chronique de Kodjo Epou : Au pays des insolites.
Togo - Chronique de Kodjo Epou - Au pays des insolites.



Autres titres
Présidentielle 2020 : « Santé du Peuple » propose une candidature unique neutre
Togo - Présidentielle 2020 : « Santé du Peuple » propose une candidature unique neutre
Elections locales : Ce qui va changer
Togo - Elections locales : Ce qui va changer
Dr Kouessan : « Les réformes comportent de graves contradictions »
Togo - Dr Kouessan : « Les réformes comportent de graves contradictions »
Gérard Akoumey sur le point de quitter la Coordination de « Les Sentinelles de la Rép...
Togo - Gérard Akoumey sur le point de quitter la Coordination de « Les Sentinelles de la Rép...
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 15   Rien_de_neuf | Vendredi, 10 Mai 2019  - 19:59
  Réponse à 3-DJONDO
  C'est clair, c'est aussi mon idée et je vous rejoins. Opposition qui ne tire jamais leçon du passé. Je l'ai déjà dit, je crains qu'ils soient pire que les actuels dirigeants s'ils parviennent un jour au pouvoir. Or la démocratie voudrait qu'il y ait de temps en temps de l'alternance au sommet de l'état. Mais hélas, avec ces égoïsmes, divisions internes et manque de vision à long terme, j'ai peur que cela ne prenne des années encore.

 14   Peuple humilié | Vendredi, 10 Mai 2019  - 18:23
  Peuple humilié.

 13   Sourire | Vendredi, 10 Mai 2019  - 17:14
  Sourire car je suis au gnasimbe LAND laissé par mon papa et les deputes cons d'un pays le togo sont là pour me soutenir à fond meme l'armee de mon papa est là pour moi. Tu n'es pas d'accord? alors va chercher ton armée pour me combattre puisque je ne comprends pas vos francais intellecto bla bla!!! oheeee ...

 12   fantasmagoric | Vendredi, 10 Mai 2019  - 17:0
  Réponse à 10-Lucrece
  On est bien d'accord. Faudrait dans ce cas là que la population comprenne les enjeux d'un référendum avant de se prononcer. Faudrait aussi que les acteurs politiques soient moins manipulateurs. ...

Normalement une Constitution c'est une Assurance vie de la Communauté Nationale avec des garde-fous, les minorités sont les premiers protégés... les puissants inconséquents sont justiciables.

Merci pour l'aparté ! !

 11   Vrai citoyen | Vendredi, 10 Mai 2019  - 16:44
 

"... le pays entier est embourbé dans un désordre généralisé. La morale a foutu le camp ..."

Merci petit frère EPOU.

Pays de toutes les corruptions et de toutes les usurpations.
C'est arrivé au point où même pour une simple formation de professeurs de comptabilité dans l'enseignement technique, des agents du ministère se permettent là aussi de voler de l'argent : voler sur le nombre de participants effectifs,
voler sur les honoraires des formateurs en convoquant des professeurs de lycée (pour former leurs collègues) au-lieu de professeurs d'université comme prévu, voler sur le nombre de jours de formation ( les enseignants étant rémunérés par jour de formation), etc. Comme ça ne suffisait pas d'abuser ainsi des enseignants, on a l'audace de leur dire de "savoir parler" quand les superviseurs seront là ! Aiiiiii ! Pauvres idiots professeurs ! Eux aussi ont accepté de ne pas broncher. C'est des gens comme ça qui forment nos enfants ! Nous sommes morts dans ce pays !

Le tristement célèbre ministère de l'enseignement technique togolais qui fait la promotion de la formation professionnelle et où le gouvernement engouffre des centaines de milliards sans rien en tirer de bon pour le pays !!!

Cet ministère est à réformer et à rattacher à l'enseignement général. Comment peut-on combiner le préscolaire, le primaire et le secondaire général sous un seul ministère, et créer un ministère entier pour l'enseignement technique qui ne compte que vingt-cinq (25) établissements scolaires au plan national ? Quel est le sens de cette merde ? Pourquoi recruter des enseignants payés par le contribuable togolais mais qui sont affectés dans les établissements privés des dignitaires de ce régime, comme l'ex directeur de l'OTR qui avait lui seul au-moins dix enseignants de l'État, payés par l'État, dans son établissement privé à Tsevié ? C'est quoi ça hein ? Quelqu'un peut m'expliquer cela ?

Vraiment ce pays n'est pas malade, il est mort depuis.


 10   Lucrece | Vendredi, 10 Mai 2019  - 16:27
  Réponse à 6-fantasmagoric
  Je te comprends parfaitement, mais le sens de l'intérêt général n'est pas encore bien ancrée au seins de nos valeurs africaines. Au Sénégal, Maki sall s'arroge tous les pouvoirs possible, au Benin Talon manipule les députés à sa guise et a instauré une plutocratie aux dépens de l'opposition à cause d'une révision constitutionnelle.
Un référendum n'est pas coûteux, ce qui est coûteux ce sont des révisions constitutionnelles non consensuelles qui subséquemment débouchent sur des crises politiques récurrentes.
La possibilité pour Eyadema de changer la constitution en 2003 et les révisions constitutionnelles funestes de 2005 après le décès de ce dernier nous ont empêtrés dans une crise politique pendant 16 ans! Pour cela je pense très humblement qu'il est expédient dans une République
que les lois fondamentales soient écrites avec assez de circonspection et de fulgurance car selon Montesquieu,
<<Il n'y a point de plus cruelle tyrannie que celle que l'on exerce à l'ombre des lois et avec les couleurs de la justice.>>


 9   Jack le 👍 | Vendredi, 10 Mai 2019  - 16:21
  Réponse à 3-DJONDO
  Merci mon frere ici pour dire que le seul probleme que mr epou et ceux de l opposition ont ,est tres simple le pouvoir doit imperativement revenir au sud c est tout .pour le reste ils savent que Faure fait son mieux

 8   FUGEE | Vendredi, 10 Mai 2019  - 15:32
  Sur les 91 moutons nommés, quel est le député qui n'a pas voté?

 7   Las! | Vendredi, 10 Mai 2019  - 14:43
  Lassitude je crie ton nom!

 6   fantasmagoric | Vendredi, 10 Mai 2019  - 12:46
  Réponse à 5-Lucrece
  Cher Lucrece vous posez une excellente question mais ne vous leurrez pas. La notion de PEUPLE est floue et sujet à toute manipulation.

Comme la politique est un métier noble mais des diablotins s'y incrustent, nous avons des exemples avec nos popo (zants) au Togo où beaucoup vivent à l'étranger mais donnent des conseils.

C'est connu le référendum est très coûteux, parfois la question est mal posée. Celui de 92 avec des hiatus tout le monde a appelé à voter OUI y compris le RPT par temporisation, les éligislatives suivantes ce parti avec l'UTD de Kodjo ont gouverné.

L'A.N. qui est l'émanation du "PEUPLE" fait ce qu'elle veut avec une majorité patriotique ou à la solde de l'étranger selon sa composition. C'est pour dire que la notion Démocratie est vague sauf à avoir une MORALITE.



La réalité c'est que si le peuple dans sa globalité est souverain. Les élections sont faites pour sortir une majorité afin d'ériger une règle commune, le vivre ensemble peut être tronqué ou mal pensé, c'est ce que vous dénoncez. Une vraie Constitution est basée sur le vécu d'une Nation avec des Historiens chevronnés impartiaux, ce n'est pas le cas chez nous. Revisitez le Passé du Togo, il y a des trous qui ne sont pas comblés or c'est un dogme chez certains compatriotes voilà notre malheur jusqu'à ce jour. Personne ne veut fouiller ce HIER handicapant.

Bien à vous chez vous ! !

RECOMMANDÉS
Togoville Jazz rend hommage à Vicky Bila à l’Institut Français ce vendredi
1.  Togo - Togoville Jazz rend hommage à Vicky Bila à l’Institut Français ce vendredi

2.  Togo - Présidentielle 2020 : « Santé du Peuple » propose une candidature unique neutre

3.  Togo - Elections locales : Ce qui va changer

4.  Togo - Dr Kouessan : « Les réformes comportent de graves contradictions »

5.  Togo - Gérard Akoumey sur le point de quitter la Coordination de « Les Sentinelles de la Rép...



Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média