11:50:17 AM Mercredi, 22 Mai 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Communiqué du MPL-ABLODEVIWO sur les réformes de la constitution togolaise opérées le 8 mai 2019

Togo - Politique
iciLome | | 5 Commentaires
communique-du-mpl-ablodeviwo-sur-les-reformes-de-la-constitution-togolaise-operees-le-8-mai-2019
Pascal Adjamagbo, Le Président National de MPL-ABLODEVIWO

Les réformes justes et consensuelles de la constitution togolaise, à la suite de ses défigurations et dénaturalisations successives en décembre 2002 et février 2005, étaient attendues du peuple souverain togolais depuis l’Accord Politique Globale du 6 juillet 2006. Après plusieurs promesses non tenues de la part du gouvernement togolais concernant la mise en œuvre de ces réformes, les manifestations populaires d’aout 2017 à novembre 2018 en ont fait leur principale revendication. De son côté la feuille de route de la CEDEAO pour la sortie de crise au Togo a fait de ces réformes un objectif secondaire, sans un date butoir, et a préféré faire des élections législatives son objectif principal avec une date butoir, conformément à la demande du gouvernement togolais.

En revendiquant d’être une des consciences éclairées, éclairantes et incorruptibles du peuple souverain togolais, le MPL-ABLODEVIWO ne peut que se réjouir que l’essentiel des reformes attendues de la constitution togolaise, concernant la limitation à deux des mandats présidentiels et l’élection à deux tours du président de la République togolaise, soient finalement acté. Le MPL-ABLODEVIWO se réjouit également que sa suggestion d’une loi garantissant la tranquillité, la sécurité et le niveau de vie des anciens présidents de la République togolaise, comme en Namibie, publiquement formulée à plusieurs reprises dans le but de faciliter le libre renoncement du Chef de l’Etat à un quatrième mandat, soit finalement actée sous la forme de l’article 75 de la nouvelle constitution togolaise.

Le MPL-ABLODEVIWO craint cependant que cet article ne soit vidé de son sens si le Chef de l’Etat devait s’accrocher à tout prix au pouvoir après trois mandats et en faire un quatrième ou un cinquième pour lesquels les privilèges de cet article auxquels même les rois de France n’ont pas eu droit poseraient alors un problème moral et juridique insoluble par rapport aux droits et devoirs du commun des citoyens togolais. Le MPL-ABLODEVIWO regrette par ailleurs que les réformes du 8 mai n’aient pas été faites de manière consensuelle et juste, en les réalisant avant les dernières élections législatives comme le réclamait l ‘écrasante majorité du peuple souverain togolais et en respectant le compromis proposé par l’expert constitutionnel de la CEDEAO qui avait recommandé à titre de « disposition transitoire » : « le mandat dont l’exercice est en cours entre dans le décompte de nombre de mandats autorisés par l’article 59 » . D’autre part le MPL-ABLODEVIWO estime « farfelue » la durée de six ans du mandat des députés qui devraient être ramenée à cinq ans dès que possible, pour être en phase avec l’élection présidentielle qui rythme la vie politique et démocratique nationale. De plus, compte tenu de la nature budgétivore de la nouvelle institution du Sénat dont le budget pourrait servir utilement à construire ou entretenir des écoles, des hôpitaux et dispensaires, des routes et des rues goudronnées, compte tenu de l’expérience récente du Sénégal qui vient de supprimer cette institution chez lui pour les raisons de budget évoquées, le MPL-ABLODEVIWO se demande si ça valait la peine de créer au Togo cette nouvelle institution pourtant recommandée par l’APG ?

Enfin, estimant que l’assemblée nationale actuelle est certes légale, mais manque indiscutablement de légitimité populaire, compte tenu de très faible taux de participation aux dernières élections législatives et de la polémique sur la proclamation de ses résultats, le MPL-ABLODEVIWO craint que les réformes du 8 mai 2019 de la constitution togolaise ne souffre d’une fragilité juridique due à un manque de légitimité populaire malgré sa légalité théorique, et que cette fragilité n’expose certains articles de la nouvelle constitution togolaise à la contestation populaire permanente.

Fait à Lomé, le 10 mai 2019

Pour le Bureau National, Le Président National


Communiqué du MPL-ABLODEVIWO sur les réformes de la constitution togolaise opérées le 8 mai 2019
Togo - Communique du MPL-ABLODEVIWO sur les reformes de la constitution togolaise operees le 8 mai 2019



Autres titres
Elections locales : Ce qui va changer
Togo - Elections locales : Ce qui va changer
Dr Kouessan : « Les réformes comportent de graves contradictions »
Togo - Dr Kouessan : « Les réformes comportent de graves contradictions »
Gérard Akoumey sur le point de quitter la Coordination de « Les Sentinelles de la Rép...
Togo - Gérard Akoumey sur le point de quitter la Coordination de « Les Sentinelles de la Rép...
Restriction des libertés : « Espérance pour le Togo » maintient sa marche silencieuse...
Togo - Restriction des libertés : « Espérance pour le Togo » maintient sa marche silencieuse...
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 5   Idiot | Lundi, 13 Mai 2019  - 6:40
  On croyait le MLP plus ou moins intelligent. Ici on voit qu'il est idiot.
Comment peut-on acter une telle carence morale et intellectuelle parlant de l'article 75 dans une constitution, en garantissant ainsi l'immunité à vie à un seul citoyen qui est citoyen comme tous les autres!
Non! Pour rassurer Faure du pardon du peuple pour son chapelet de crimes, un accord politique de non-poursuite et garantie de la sécurité de sa personne serait recevable. Mais là encore, il faut que le monsieur accepte de partir. Aujourd'hui on sait au contraire qu'il veut s'accrocher au pouvoir et il serait plus logique dans ce cas, d'introduire dans la loi qu'aucun citoyen n'a l'immunité à vie pour forger les Togolaises et Togolais à la morale et l'éthique dans l'action.

 4   GNAROU | Dimanche, 12 Mai 2019  - 15:45
  Tout ce qui est ADJAMAGBO me donne envie de vomir !!!

GNAROU le fils de SOTOUBOUA

 3   ABOU | Dimanche, 12 Mai 2019  - 14:13
  Réponse à 2-Bolingo
 
Tu n'es qu'une pale image d'un rêveur promeneur solitaire. La force, personne en a. Mais c'est une construction. On verra

 2   Bolingo | Samedi, 11 Mai 2019  - 22:52
  Vous avez encore les bras pour lutter quand le peuple a compris votre degré de cupidité ???
Les valises, vous en avez pour 5 ans. Et en 2025, Faure vous en offrira encore pour 5 ans. Préparez vous pour 2030, c'est mieux pour vous.

 1   KOZAX | Samedi, 11 Mai 2019  - 20:58
  Le MPL verse dans la confusion et dans la naïveté ici en se réjouissant de la réintroduction de la limitation du mandat présidentiel, quand le bénéficiaire de cette réintroduction n'est pas le peuple togolais, mais Faurevi qui repart à zéro en 2020 pour au moins 10 ans si, chemin faisant, les magouilleurs du RPT-UNIR, avec l'aide du repris de justice français ne recourent pas à un nouveau toilettage de la constitution.
On dirait que les Togolais se sont confectionné des œillères blindées pour éviter de voir ce qui se passe autour d'eux (dans d'autres pays en l'occurrence). Comment peut-on s'attendre à ce que ceux-là mêmes, qui ont fait et continuent de faire tout pour vider notre Ablode de toute sa substance et ce, pendant près de 60 ans, soudain comme par miracle, procèdent à des réformes «consensuelles »? Vivre dans le rêve pendant des décennies est synonyme de refus de la réalité et donc du refus de l'effort pour l'affronter. En langage clair, cela veut dire démissionner. Nous avons démissionné et cherchons fébrilement des arrangements pour avoir la paix et non gain de cause.
Les Arméniens, les Algériens, les Soudanais, et plus près de nous, les Béninois ont montré qu'aucun pouvoir n'est trop fort pour résister à la pression d'un peuple qui connaît ses droits et est déterminé à les faire prévaloir. Un tel peuple n'hésite pas à congédier les organisations politiques qui prétendent défendre ses intérêts, mais en réalité s'accommodent bien du régime sous plusieurs formes.
Dans le système qui régente notre pays l' «alternance à la tête/au sommet de l'État» ne saurait être synonyme de changement. Nous devons donc être assez vigilants pour démasquer cet abus de langage. Ce que le peuple veut c'est le changement, rien de moins.
Il y a un sens profond au terme ABLODE

RECOMMANDÉS
Togoville Jazz rend hommage à Vicky Bila à l’Institut Français ce vendredi
1.  Togo - Togoville Jazz rend hommage à Vicky Bila à l’Institut Français ce vendredi

2.  Togo - Elections locales : Ce qui va changer

3.  Togo - Dr Kouessan : « Les réformes comportent de graves contradictions »

4.  Togo - Gérard Akoumey sur le point de quitter la Coordination de « Les Sentinelles de la Rép...

5.  Togo - 5e réunion du Comité directeur de l’OCDE : Le Togo prend part aux travaux



Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média