12:39:10 PM Dimanche, 26 Mai 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Dossou Dogbe-Semanou, Prix Louis D’Hainaut de la meilleure thèse en technologie éducative

Togo - Societe
iciLome | | 3 Commentaires
dossou-dogbe-semanou-prix-louis-d-hainaut-de-la-meilleure-these-en-technologie-educative


L’Université de Mons (Belgique) en partenariat avec l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), vient de décerner le Prix Louis D’Hainaut de la meilleure thèse en technologie éducative à Dossou Anani Koffi Dogbe-Semanou, Assistant à l’Institut National des Sciences de l’Éducation (INSE) de l’Université de Lomé (UL) pour sa thèse intitulée « Persévérance et abandon des apprenants à distance en Afrique subsaharienne francophone : cas du Togo », soutenue le 19 juillet 2016 à l’Université de Lomé.

Le sujet de cette thèse doit impérativement porter sur l’usage des technologies en éducation, indépendamment de la discipline d’appartenance, et doit constituer un apport à l’évolution des connaissances scientifiques dans le domaine.

Dossou Anani Koffi Dogbe-Semanou, a basé ses recherches sur le recours à la Formation A Distance (FAD) pour faire face aux problèmes que connaissent les systèmes éducatifs subsahariens.
Selon le lauréat, ce prix va booster sa carrière de chercheur, tout en lui permettant un accès facile aux laboratoires, ainsi qu’aux différents communautés de chercheur émanant du ressort de l’AUF.

« L’obtention de ce prix va favoriser ma carrière en ce sens qu’elle va peser dans mon intégration dans le corps des enseignants-chercheurs. Ce prix va me permettre également d’avoir accès à des laboratoires et des communautés de chercheurs de l’AUF qui faciliteront ma carrière de chercheur en Technologie Éducative », a-t-il laissé entendre.

Ouvert à tout chercheur de la francophonie universitaire (hors Europe de l’Ouest et Amérique du Nord) ayant obtenu une thèse de doctorat au sein d’un établissement membre du réseau de l’AUF, il y a moins de trois (3), ce prix à vocation internationale sera remis au lauréat le 26 juin prochain à Cotonou, au Bénin, à l’occasion d’un séminaire international sur la recherche en éducation organisé par l’AUF.

Une fois encore, l’Université de Lomé, 1ère Université publique du Togo, vient d’être honorée à travers cette distinction attribuée à Dossou Anani Koffi Dogbe-Semanou.

Edem A.


Dossou Dogbe-Semanou, Prix Louis D’Hainaut de la meilleure thèse en technologie éducative
Togo - Dossou Dogbe-Semanou, Prix Louis DHainaut de la meilleure these en technologie educative



Autres titres
La députée Esther Gabiam s’adresse aux femmes togolaises à l’occasion de la fête des ...
Togo - La députée Esther Gabiam s’adresse aux femmes togolaises à l’occasion de la fête des ...
Alerte sur la présence des groupes Djihadistes dans le Nord Togo : Les risques d’un r...
Togo - Alerte sur la présence des groupes Djihadistes dans le Nord Togo : Les risques d’un r...
Insalubrité grandeur nature : L’ENAM laissée pour compte par ses occupants
Togo - Insalubrité grandeur nature : L’ENAM laissée pour compte par ses occupants
Etude sur le pouvoir d'achat : Le Togo au bas de l'échelle
Togo - Etude sur le pouvoir d'achat : Le Togo au bas de l'échelle
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 3   Saint kokou | Mardi, 14 Mai 2019  - 17:17
  Combien d'universités togolaises, publiques ou privées, disposent des formations diplomantes à distance ? Aucune. Ainsi, ce prix ne va pas tant permettre de remédier aux problèmes de notre système éducatif qu'à booster la carrière du professeur-chercheur. Dans un pays comme le Togo où l'on ne dispose d'aucun centre de formation pour les professeurs du second cycle du secondaire (lycée), et où l'on se résigne à affecter dans les établissements dudit cycle des professeurs formés à l'ENS, donc titulaires d'une licence, qui ont vocation à servir au premier cycle du secondaire, dans un tel pays, les nouvelles technologies permettant une formation à distance devraient absolument être les bienvenues. Hélas. Ils sont donc nombreux ces enseignants titulaires d'une licence et même du BAC qui interviennent dans les lycées sans qu'il y ait la possibilité pour eux d'intégrer un jour le corps des professeurs de lycée - via par exemple, un examen professionnel-, et sans indemnisation aucune pour les titulaires d'une licence. Le gouvernement trouve à gagner en soumettant des fonctionnaires notamment les enseignants aux emplois nettement supérieurs à leurs qualifications académiques et professionnelles ; cela lui permet de réduire le budget consacré à l'éducation.

Les problèmes du système éducatif togolais doivent être réglés par les gouvernants. Cela ne semble pas évident dans un pays où l'on fait 6 mois de grève pour une augmentation de 2500fcfa, un pays dans lequel le gouvernement se refuse à donner aux enseignants de meilleures conditions de travail pour une éducation de qualité, un pays où les responsables syndicaux de tous temps se sont servis de leurs attributions comme d'une perche pour s'élancer et se hisser dans les hauts niveaux de la hiérarchie administrative.

Une et une seule passion hante les dirigeants togolais : la conservation du pouvoir. Tout le reste, ce n'est pas leur problème. Les problèmes sont là mais les ministres successifs n'ont jamais voulu les régler. Tout au plus, ce que certains parmi ces ministres de l'éducation sont parvenus à faire, c'est d'organiser des concours et y déverser leurs parents, leurs protégés, et les militants de leur parti politique.

Un système éducatif hétérogène où les enseignants du nord du pays sont abandonnés à leurs sorts, la grande majorité d'entre eux exclus des activités de correction des examens nationaux de fin année, particulièrement la correction du Bac, semble t-il, par manque de moyens pour assurer leurs frais de déplacement vers les centres de correction. Or ses séances de correction sont pour la plupart du temps des occasions rêvées de fructueux échanges entre éducateurs, des séances d'harmonisation des contenus des programmes, toutes des activités suppléant au manque de véritables séances de recyclages, lesquels recyclages le ministère de l'éducation n'organise presque jamais, si ce n'est que par moments, certains enseignants sont convoqués quelque part où on leur remet des documents en leur disant qu' "il s'agit du nouveau programme". Dans ces conditions le bon sens aurait voulu que les mutations soient rotatives pour que ceux là qui étaient lésés hier soient un peu soulagés aujourd'hui. Mais les agents des ministères membres des commissions d'affectation ne l'entendent pas de cette oreille. Ils ont des intérêts à sauvegarder, tant le salaire du fonctionnaire togolais ne lui suffit pas. C'est cela la triste réalité. En le disant nous n'en voulons à personne. Ce que nous recherchons c'est un système éducatif "équitable" pour tous les fils et filles de ce pays. Nous espérons que cette situation changera un jour.


 2   LEROY | Mardi, 14 Mai 2019  - 15:55
  Réponse à 1-Napo Leon
  Félicitations à toi

 1   Napo Leon | Mardi, 14 Mai 2019  - 13:13
  Toutes mes félicitations! Et bonne chance pour la suite!

RECOMMANDÉS
UPF-Togo entre en scène par le démarrage de ses activités ce samedi
1.  Togo - UPF-Togo entre en scène par le démarrage de ses activités ce samedi

2.  Togo - La Voix du Peuple du 24 mai 2019

3.  Togo - Article 75 de la Constitution : un véritable coup d’épée dans l’eau

4.  Togo - Quel parapluie atomique pour un prince qui veut échapper à la justice face à l’effet ...

5.  Togo - Me Agboyibo évoque ce qui distingue la Coalition 'rénovée' de la C14



Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média