12:35:15 PM Dimanche, 26 Mai 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Ce que la France pense des réformes constitutionnelles

Togo - Diplomatie
iciLome | | 29 Commentaires
ce-que-la-france-pense-des-reformes-constitutionnelles


Contrairement à la lecture que font des acteurs politiques togolais, surtout de l'opposition, des nouvelles réformes adoptées le 8 mai dernier, Marc vizy, l’ambassadeur de France au Togo trouve que l’adoption de ces réformes constitutionnelles et institutionnelles est « Un pas de plus vers le renforcement de la démocratie ».

Pour Marc Vizy, « les réformes vont dans le bon sens ». « Ces réformes étaient préconisées par le feuille de route de la CEDEAO et elles s’inscrivent également dans le sens de l’approfondissement de la démocratie et de l'Etat de droit avec la constitutionnalisation de l’abolition de la peine de mort ».

Le diplomate français a par ailleurs déclaré que l’opposition togolaise a désormais une chance de remporter les élections présidentielles avec un scrutin à deux tours, selon les nouvelles dispositions constitutionnelles.

« L'idée maintenant, c’est que tout le monde participe aux élections locales et ensuite aux élections présidentielles. Avec un scrutin à deux tours, c'est aussi une chance pour l’opposition de gagner », a souligné Marc Vizy.

Et d’ajouter ensuite : « C'est par la participation aux processus électoraux que le Togo continuera son chemin démocratique. Participer aux élections et aller voter, c’est ça la démocratie et il est difficile de faire autrement ».

Il invite à cet effet, l’opposition togolaise à prendre part aux prochaines élections locales et présidentielles.

Nicolas


Ce que la France pense des réformes constitutionnelles
Togo - Ce que la France pense des reformes constitutionnelles



Autres titres
Faure Gnassingbé à la cérémonie d’investiture du président Sud-africain ce samedi
Togo - Faure Gnassingbé à la cérémonie d’investiture du président Sud-africain ce samedi
Diplomatie hypocrite !
Togo - Diplomatie hypocrite !
Nouveau partenariat ACP-UE : Robert Dussey et Neven Mimica évaluent les grandes ligne...
Togo - Nouveau partenariat ACP-UE : Robert Dussey et Neven Mimica évaluent les grandes ligne...
Annulation de la visite d'État du Président Faure Gnassingbé en Côte d'Ivoire : Le To...
Togo - Annulation de la visite d'État du Président Faure Gnassingbé en Côte d'Ivoire : Le To...
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 29   Kassanda | Mercredi, 22 Mai 2019  - 9:16
  Qui a besoin de savoir ce que la France pense. C'est ce que les togolais pensent qui compte.
Nous pouvons penser par nous même.
Le Togo est souverain dites le à ce blanc qui se dit ambassadeur au Togo. Ces semblables sont des grands dirigeants d'entreprises internationales lui il se contente de passer des messages sous les tropiques.


 28   L'Arabe francais | Samedi, 18 Mai 2019  - 10:33
 
Une petite recherche a permis de savoir ce qu'il en est, en France, de la responsabilité et des conséquences pénales des crimes commis par le chef de l'État ou en son nom pendant l'exercice de son pouvoir. Le périmètre de sa responsabilité et de son irresponsabilité est bien précis. Seule la période couverte par son mandat au poste le dispense de poursuite. Les spécialistes de droit et politologues de UNIR sont-ils capables d'expliquer aux Togolais les réelles motivations de l'article 75 violemment inserré dans leur nouvelle constitution?







En France, voici ce que dit la loi: «La responsabilité du président français est originale puisqu'il bénéficie d'une immunité pour les actes qu'il commet dans l'exercice de ses fonctions et d'une inviolabilité temporaire pour tous ses autres actes jusqu'à la fin de son mandat. En fait, le premier des français est irresponsable des actions accomplies dans l'exercice de ses fonctions, et pour ce qui est étranger à sa fonction, il bénéficie d'une suspension civile et pénale des procédures engagées contre lui jusqu'à la fin de son mandat. Seule une réunion du Parlement en Haute Cour peut le destituer s'il venait à manquer à ses devoirs de manière manifestement incompatible avec l'exercice de son poste...nul n'est au-dessus des lois, quels que soient sa fonction élective, administrative ou son niveau de notoriété sociale»

Lorsqu'on cherche plus loin, l'on découvre que même les rois de France ne jouissaient pas d'une immunité à vie. Ce blanc seing ne leur avait été accordé nulle, part écrit noir sur blanc. Comme cela se constate, aucun président français, de De Gaulle jusqu'à Sarkozy en passant par Pompidou, d'Estaing, Mittérand, Chirac, sachant que la justice l'attendra au bout de son mandat, ne peut s'arroger le droit de vie et de mort sur ses concitoyens ou disposer à sa guise des richesses de son pays pour le seul fait qu'il a été élu président. Les fautes graves et crimes commis durant son mandat sont pénalisables et peuvent être mis en jugement dès son départ du poste. Ici aux États-Unis comme partout dans le monde, les recherches sont formelles: un ancien président, en dehors du respect qui lui est dû en raison de ses hautes fonctions antérieures à la tête de l'Etat, ne peut être placé à vie au-dessus de la loi. Cette disposition est comme une balustrade au bord d'un pont, un garde-fou pour empêcher le détenteur du pouvoir suprême de tomber dans les abus et travers les plus monstrueux car, le pouvoir corrompt et celui qui l'exerce tend à se prendre pour un tout puissant et intouchable.

Le Togo a connu, entre 1967 et 1990, une dictature particulièrement meurtrière. D'où l'esprit et la lettre de la constitution de 1992. Toute loi fondamentale est inspirée par l'histoire du pays qui l'adopte. Elle protège les peuples contre leurs dirigeants et non le contraire. Alors, la question persiste : à quoi rime la constitution UNIR du 8 mai 2019 et qui protège t-elle?

Et voilà une opposition togolaise qui, tout en dénonçant en bloc ce qu'on peut appeler une perversion constitutionnelle, accepte paradoxalement de prendre part à une élection couverte par le texte qu'elle rejette. C'est atypique, même comique, quand on se met gaillardement en rang pour aller piloter l'arrière train d'un système électoral illicite, défavorable d'où on est en plus absent. Là aussi, il faudra des spécialistes pour faire comprendre cette cacophonie politique à nos jeunes étudiants qui ont choisi d'étudier le droit et les sciences politiques.

 27   Samedi | Vendredi, 17 Mai 2019  - 14:50
  Un autre charognard qui gagne sans effort.Des farfelus qui ne vivent mieux qu'au Togo Grace au dictateur.

 26   Bolouvi | Jeudi, 16 Mai 2019  - 5:45
  Réponse à 25-Abladjo
  Merci compatriote. Les diplomates qui exercent dans notre pays sont des bandits et nullards.

 25   Abladjo | Mercredi, 15 Mai 2019  - 16:36
 
Un diplomate inteligent ne prend pas fonction dans des pays de merde.

Mon Abladjo ne sait meme pas pourquoi il commente le rot de ce monsieur. Quoi que la diplomatie est aussi une habileté de la langue et elle faiit cruellement défaut a cet énergumene.

 24   Clement GAVI | Mercredi, 15 Mai 2019  - 12:29
 
Des réformes constitutionnelles et institutionnelles vont dans le bons sens lorsqu'elles renforcent les principes qui fondent la démocratie et l'état de droit. Des réforment qui font passer à sept ans renouvelable un mandat qui était de cinq ans renouvelable dans une Afrique où la plus part des conflits se concentrent autour la question liée au pouvoir et que le pouvoir qui mène ces réforme est le même au Togo depuis plus de cinquante ans, Mr Marc Vizy a manqué de sagesse dans son appréciation. Car, ces réformes perturbent la cohésion qui se dessine au niveau régional où les pays s'engage dans une logique du sens des mesures et de la retenue de soi.

La constitutionnalisation de l'abolition de la peine de mort dans un pays où les droits sont bafoués, n'est qu'une mesure de communication d'autant qu'il y a quelques semaines à Paris, un citoyen Togolais s'est vu refuser le droit de revenir dans son pays, c'est le cas de François Boko et que le propre frère de Faure Gnassingbé, Kpatcha Gnassingbé est en prison depuis 2009, en quoi face à de telles réalités, l'inscription dans la constitution l'abolition de la peine de mort devient-elle une avancée?

Il faut dire à Monsieur Vizy que ces observations n'engagent que lui. Pour nous peuple meurtri du Togo, si nous devons penser au pardon des crimes de ces terroristes qui nous terrorisent au Togo, mais aussi en France à Paris, il est clair que la résistance nous est non seulement un droit, mais aussi une obligation sacrée.

La sanglante dictature qui terrorise le peuple Togolais, qui détruit la vie, est a ses co-propriétaires en France.

 23   Djikoh | Mercredi, 15 Mai 2019  - 7:58
  Le Diplomate a bien raison. Il faut aller aux élections et de demander aux populations d'être vigilantes.

 22   LA VICTIME | Mercredi, 15 Mai 2019  - 7:44
  Si une Personne normale se retrouve opposée au monde entier, elle conclure que c'est elle le problème, car raisonnablement on ne peut être aussi mal compris. Bon sens please.

 21   Bolingo | Mardi, 14 Mai 2019  - 22:14
  Réponse à 14-111111
  Faure Vi o gnon nto. France lé kafuwo nto.
en avant seulement. Faure oyéé oyéé,

 20   Cantata | Mardi, 14 Mai 2019  - 21:21
  Réponse à 19-caramba
  Tu n'as pas répondu à la question.

Est-ce que les togolais soient des sujets et des esclaves de la famille Gnassingbé t'agrée? that is the question!

RECOMMANDÉS
UPF-Togo entre en scène par le démarrage de ses activités ce samedi
1.  Togo - UPF-Togo entre en scène par le démarrage de ses activités ce samedi

2.  Togo - La Voix du Peuple du 24 mai 2019

3.  Togo - Article 75 de la Constitution : un véritable coup d’épée dans l’eau

4.  Togo - Quel parapluie atomique pour un prince qui veut échapper à la justice face à l’effet ...

5.  Togo - Me Agboyibo évoque ce qui distingue la Coalition 'rénovée' de la C14



Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média