6:39:59 PM Dimanche, 18 Août 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Modification de la loi Bodjona/Spero Mahoulé : « Il s’agit d’un recul de l’État de droit »

Togo - Politique
iciLome | | 3 Commentaires
modification-de-la-loi-bodjonaspero-mahoule-il-s-agit-d-un-recul-de-l-etat-de-droit-


La modification de la loi « Bodjona » portant sur l’organisation des manifestations publiques au Togo n’est pas bien accueillie par le président du Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT), Spero Mahoulé.

Intervenant sur Radio France Internationale (RFI), cet acteur de la société civile a indiqué qu’aucune mesure de sécurité ne peut justifier cette nouvelles loi. Pour sa part, fait-il savoir, « Il s’agit d’un recul de l’Etat de droit ».

« Il y a tellement d’endroits interdits que finalement les manifestations n’auront aucune incidence et donc c’est contraire aux libertés individuelles », a-t-il ajouté.

Dans la même perspective que le président du CACIT, certains observateurs ont reprochés au gouvernant de biaiser la modification de la loi « Bodjona » en fonction du soulèvement populaire survenu le 19 août 2017.

Notons que la loi du gouvernement portant modification de la loi N°2011-010 du 16 mai 2011 (Loi Bodjona) interdit aux Togolais toutes manifestations avant 11 heures et au-delà de 18 heures sur toutes les routes nationales, dans les zones à forte activité économique et au niveau de certains centres urbains.

En adoptant ce nouveau projet de loi relative aux conditions d’exercice de la liberté de réunion et des manifestations pacifiques publiques, la législature actuelle donne le plein pouvoir aux autorités de limiter le nombre de manifestations par semaine dans une ville en fonction de la disponibilité des forces de sécurité prévues pour l’encadrement des dites manifestations.

Outre ces mesures que prévoit cette nouvelle loi, les manifestations aux alentours des institutions de la République, des chancelleries, des résidences des représentants d’organisations internationales et des camps militaires ne seront plus autorisées au Togo.

Au total 10 articles ont été modifiés au cours de la séance plénière de l’Assemblée nationale. Il s’agit des articles 3, 6, 9, 10, 12, 13, 17, 19, 20 et 21. Le gouvernement en a ajouté 2 de nouveaux (9 alinéas 1 et 2).


Modification de la loi Bodjona/Spero Mahoulé : « Il s’agit d’un recul de l’État de droit »
Togo - Modification de la loi Bodjona/Spero Mahoule -  Il sagit dun recul de lÉtat de droit




Autres titres
La 'loi Boukpessi' vue par les Togolais
Togo - La 'loi Boukpessi' vue par les Togolais
Prof. Apédo-Amah dézingue le pouvoir et chiffonne l’opposition
Togo - Prof. Apédo-Amah dézingue le pouvoir et chiffonne l’opposition
David Kpelly : « J’utilise mes mots pour l’éradication d’une dictature violente »
Togo - David Kpelly : « J’utilise mes mots pour l’éradication d’une dictature violente »
Incendie des marchés : Naboudja Bouraima saisit Faure Gnassingbé et réclame réparatio...
Togo - Incendie des marchés : Naboudja Bouraima saisit Faure Gnassingbé et réclame réparatio...
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 3   Clement GAVI | Dimanche, 11 Août 2019  - 13:21
  Modification de la loi Bodjona/Spero Mahoulé : « Il s'agit d'un recul de l'État de droit »

Il ne peut 's'agir d'un recul de l'Etat de droit'. Car, pour que l'Etat de droit recule il faut qu'il existe. Or, le Togo étant cette sanglante dictature dynastique depuis 1967, il est le contraire même de l'Etat de droit. Ce n'est donc pas un recule de l'Etat de droit qui est exhibé, mais la nature d'un régime tyrannique est manifestée.

 2   Sadji | Samedi, 10 Août 2019  - 16:39
  En tout cas, ce que j'ai vu au Togo recemment au mois de juin, c'est que les togolais sont très divisés. Une division qui porte en elle les germes de sérieux problèmes dans les années à venir.
C'est fort dommageable car j'ai aimé ce séjour dans le pays de ma mère. Je suis guinéen.

 1   K. Kofi FOLIKPO | Samedi, 10 Août 2019  - 10:6
  Nous autres avons du mal à comprendre le 'raisonnement' de ceux qui parlent de «recul de l'État de Droit» (sic !) et de «recul de la démocratie» (sic !).
Avant de parler de recul de quelque chose, il faut que cela existe d'abord!
Il est notoirement connu que le TOGO est un État de Non-Droit régenté par un violent régime mafieux allergique à toute idée de démocratie !
Comment peut-on alors parler de recul d'État de Droit ou de Démocratie?
Aidez-nous à comprendre !

K. Kofi FOLIKPO
PYRAMID OF YEƲE


RECOMMANDÉS
Pouvoir et opposition se retrouvent à l’apothéose de DUNENYO ZAN
1.  Togo - Pouvoir et opposition se retrouvent à l’apothéose de DUNENYO ZAN

2.  Togo - Mitterrand, Macron et les Gnassingbé : entre « limitation » et « dé-limitation » des ...

3.  Togo - Hépatites : De nombreuses personnes dépistées ce samedi à Lomé

4.  Togo - Football : Un coach togolais pour l’USS Kraké du Bénin

5.  Togo - MUTAA : Une lettre ouverte à de Faure Gnassingbé



Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média