9:59:23 AM Lundi, 23 Septembre 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

David Kpelly : « J’utilise mes mots pour l’éradication d’une dictature violente »

Togo - Politique
- | | 2 Commentaires
david-kpelly-j-utilise-mes-mots-pour-l-eradication-d-une-dictature-violente-


Togolais vivant au Mali depuis plus d’une décennie, David Yao Kpelly, écrivain, bloggeur et activiste politique, l’homme n’a jamais caché son aversion pour le régime cinquantenaire togolais qui opprime son peuple, tue et se refuse à la démocratie. Directeur des Etudes à l’Institut supérieur de Technologies appliquées et de Gestion de Bamako et enseignant de Management et Communication dans plusieurs instituts supérieurs du Mali, M. Kpelly a sorti son quatrième recueil de nouvelles intitulé : « Le Général ne vit pas d’amour ». Dans un entretien accordé à notre confrère, Maliba News, le Prix littéraire France-Togo 2010, David Kpelly, nous parle de son nouveau livre publié aux Éditions La Sahélienne (Mali, juillet 2019).

David Kpelly, bonjour. On n’a plus besoin de vous présenter au public togolais. Vous êtes togolais vivant au Mali, écrivain, blogueur, activiste et enseignant dans des grandes écoles de gestion et de management du Mali. Vous venez de sortir un nouveau livre, un recueil de nouvelles dont le titre est « Le Général ne vit pas d’amour ». Peut-on savoir donc de quoi vit le général ?

David Kpelly : Merci à votre journal de cette opportunité. « Le général ne vit pas d’amour » est le titre d’une nouvelle, la quatrième et la plus longue, du recueil. C’est un texte qui décrit un bref retour au pays, le Togo, d’un jeune auteur togolais vivant en exil au Mali depuis six ans, et qui découvre sur place le tableau chaotique et alarmant qu’il a fui. « Le Général ne vit pas d’amour » est donc la maxime principale qui traverse tous les textes du recueil, où on se retrouve dans des situations où les personnages sont empêchés, soit par des corps habillés, soit par n’importe quel détenteur d’un pouvoir quelconque, de vivre en toute quiétude leur vie et leurs rêves.

Se retrouve-t-on donc, une fois de plus, en face d’un livre où David Kpelly peint un Togo sombre et apocalyptique ?

Vous savez, je pratique ce qu’on peut appeler une écriture réaliste. C’est-à-dire que je fais de la fiction, mais en m’inspirant beaucoup de la réalité. Et vous convenez avec moi que le pays que je connais le mieux au monde est le Togo. On ne peut donc pas, je pense, me faire un procès si chaque fois que je me mets à table pour écrire, c’est le Togo qui me vient en premier. Je ne tire aucun plaisir à noircir le Togo, j’écris ce que je vois.

Quand on parcourt les six nouvelles qui composent le livre, on retrouve des personnages désespérés ou mutilés ou même assassinés pour rien. Par exemple le mari de Vicencia, la jeune mère célibataire de la première nouvelle, qui a été tué étant étudiant, ou un jeune homme, dans la cinquième nouvelle, qui a été éborgné. Ce tableau d’apocalypse, est-ce vraiment le Togo d’aujourd’hui ?

Vous êtes très bien placé, étant journaliste, pour savoir que je n’exagère dans aucune de ces nouvelles, même s’il s’agit de textes de fiction. Je dois quand même rappeler que la cinquième nouvelle « Lettre à un frère éborgné », n’est pas de la fiction. C’est un drame qui s’est déroulé en septembre 2017 à Lomé. Les lecteurs comprendront quand ils auront lu le texte.

Vous assumez donc le titre d’« écrivain engagé » qu’on vous donne partout dans la presse et dans l’opinion ?

J’utilise mes mots pour participer à l’éradication d’un mal qui nous ronge depuis plus de cinquante ans : une dictature violente, stérile et effrontée. Je ne me leurre pas : ce ne sont pas mes articles et mes livres qui feront plier une dictature militaire où l’écrasante majorité ou même la quasi-totalité des ténors ne lit même pas. Mais je me dis que ce que je peux faire, entre autres, devant ce drame commun, c’est dire ce que je vois et pense. Et c’est ce que je fais.

Arrêterez-vous donc d’écrire quand le régime actuel, notamment Faure Gnassingbé, va quitter le pouvoir ?

Je n’ai pas décidé de devenir écrivain à cause du régime des Gnassingbé. Ils ne déterminent donc en rien ce que je fais ou ferai. Je continuerai d’écrire après eux. Et il n’y a rien qui dise que j’écrirai toujours contre des régimes quels qu’ils soient. La littérature est autre chose que cela.

Où peut-on trouver ce livre à Bamako, à Lomé ou ailleurs en Europe ou en Amérique ? Et à quel prix ?

A Lomé, le livre est disponible à la librairie des Editions Awoudy à Adidogomé au prix de 5 000 FCFA. A Bamako, il est dans plusieurs librairies dont la librairie des Editions La Sahélienne, La Librairie du Grand Hôtel Azalai… Pour les lecteurs sur les autres continents, le livre sera sur des sites de vente en ligne dans quelques semaines.

Merci, David Kpelly, d’avoir répondu à nos questions. Avez-vous un dernier mot pour les lecteurs et au peuple togolais ?

Au peuple togolais je dis juste courage. Ne baissons pas les bras. C’est à travers la détermination et surtout la sincérité que nous arriverons à bout de ce cancer qui nous gangrène depuis un demi-siècle. Je dis merci à toute l’équipe du journal Maliba News


David Kpelly : « J’utilise mes mots pour l’éradication d’une dictature violente »
Togo - David Kpelly : « J'utilise mes mots pour l'éradication d'une dictature violente »





Autres titres
Djimon Oré « menacé de mort » ?
Togo - Djimon Oré « menacé de mort » ?
Les Togolais de New York disent « NON » au 4e mandat de Faure Gnassingbé
Togo - Les Togolais de New York disent « NON » au 4e mandat de Faure Gnassingbé
La CDPA exige la libération de Folly Satchivi et les autres prisonniers politiques
Togo - La CDPA exige la libération de Folly Satchivi et les autres prisonniers politiques
Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...
Togo - Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...
Plus de nouvelles






RECOMMANDÉS
Election à la FTF : Col. Guy Akpovy, candidat à sa propre succession
1.  Togo - Election à la FTF : Col. Guy Akpovy, candidat à sa propre succession

2.  Togo - Lutte contre le terrorisme dans l’espace Entente : Les ministres en charge de la sécu...

3.  Togo - Petites touches de la FTF avant le début de la D1

4.  Togo - Risques d'inondation : Le ministre de la Santé invite les populations à renforcer les...

5.  Togo - Djimon Oré « menacé de mort » ?




Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média