8:22:49 PM Samedi, 21 Septembre 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

19 août 2019...2 ans après Enfin une opposition multicartes

Togo - Politique
Fraternité | | 13 Commentaires
19-aout-20192-ans-apres-enfin-une-opposition-multicartes


Le lundi 19 août dernier, la mobilisation populaire du 19 août 2017 bouclait ses deux ans. Deux ans donc que le pouvoir de Lomé a frémi, du fait de l’onde de choc créée par la dynamique contestataire suscitée à travers tout le pays par le Parti National Panafricain (Pnp). Deux ans après, cette contestation inédite, n’est pas sans trace.

Le retour à la Constitution de 1992, dans sa forme initiale et le droit de vote à la diaspora. Tels sont les points saillants de la marche pacifique projetée sur le samedi 19 août 2017 à travers plusieurs villes du pays. Entre le mépris et indifférence du pouvoir et la détermination de la population à la base meurtrie par la précarité et la condescendance du régime et ses apparatchiks, Me Tikpi Salifou Atchadam et son parti ont vu le juste milieu. Une déferlante rouge a envahi tout le pays, à la surprise générale du pouvoir de Lomé, visiblement pris au dépourvu.

La déferlante rouge à l’assaut du Togo

Comme un seul homme, tous ceux qui, exacerbés par la monotonie, le favoritisme et l’impunité érigés en mode de gouvernance en lieu et place d’une bonne gestion politique, économique et sociale qui promeut la culture de l’excellence ont donc trouvé l’aubaine d’exprimer leur ras-le-bol. Et de la manière la plus retentissante. L’appel du Pnp a drainé du monde dans les rues, aussi bien à Lomé qu’aux confins du pays et dans les localités jusque-là considérées comme les fiefs du régime. Paniqué, le gouvernement y est allé de la méthode forte. Face à la déferlante, forces de l’ordre et de Sécurité sont déployés pour contenir les vagues contestataires. Et ce n’est malheureusement pas sans conséquences. Des morts, des blessés, des déplacés et d’énormes dégâts matériels enregistrés courant août et novembre 2017.

La thérapie de choc

Le pouvoir de Faure n’a donc survécu qu’à la faveur du dialogue politique qui, sous le lead de la Cedeao, a débouché sur une feuille de route paraphée, le 31 juillet 2018 à Lomé, par les différents protagonistes de la crise. Cet accord a permis d’asseoir d’une part, l’accalmie et de l’autre, au pouvoir de Lomé de reprendre un peu de souffle et petit-à-petit du poil de la bête, puis totalement mis en confiance. Pendant ce temps, les législatives de décembre 2018 et les locales de juin et d’août 2019 n’ont pas été avantageux pour l’opposition, qui a été contrainte au boycott du scrutin. Ceci, avec une Constitution retouchée en mai 2019 dernier qui fait asseoir un dispositif royalement taillé devant garantir deux autres mandats à Faure Gnassingbé, après 2020. Y compris un après pouvoir doré.

Une opposition multicartes

Qu’à cela ne tienne, l’événement du 19 août n’aura pas été qu’un vent passager, comme tente dé l’insinuer certains esprits télécommandés ou schizophrène. Au contraire, il a permis de redistribuer les cartes politiques ainsi que l’érection de nouvelles poches de résistance à travers le pays. Hier concentrée au littoral, l’opposition politique radicale et farouche au régime des Gnassingbé s’étend désormais au nord du pays, avec plusieurs villes qui ont changé de visage politique. Kpalime, Anié, Sokode, Tchamba, Bafilo, Mango et Dapaong sont désormais acquises à la cause de l’opposition à l’accent Pnp. Et Dieu sait que les résultats non surprenant affichés aux termes des dernières municipales moins encore des législatives de 2018 n’y ont rien changé.

Ce qui crée une peur bleue qui s’empare du régime et de ses pontes qui trouvent des moyens pour calmer la situation. L’histoire aura donc démontré que c’est sous la pression populaire impulsée par Tikpi Atchadam que plusieurs véhicules ont été distribués aux jeunes chômeurs de Tchamba. Ce qui participera à la réduction du taux de chômage et du sous emploi dans le pays.

C’est donc illusoire de réduire la lutte populaire née du vent du 19 août 2017 à un simple mouvement insurrectionnel qui s’essouffle désormais. Et l’on sait très bien que tous les noms créés pour noircir ce soulèvement et se refaire une bonne image auprès des partenaires en développement, n’est que subterfuge. Sinon pourquoi les réunions du Pnp vouées à l’hégémonie sont toujours réprimées, sinon interdites de faites.

Ainsi va le démocratie au Togo où une lutte sans merci est menée par le pouvoir contre toute voix qui gêne et encombre. Face aux harcèlements déversés sur le Pnp, ces autres amis de l’opposition se taisent.



19 août 2019...2 ans après Enfin une opposition multicartes
Togo - 19 août 2019...2 ans après Enfin une opposition multicartes





Autres titres
Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...
Togo - Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...
Opposition togolaise: La Nature…toujours dans ses œuvres
Togo - Opposition togolaise: La Nature…toujours dans ses œuvres
Jean-Pierre Fabre : « Je vais reconstruire le grand marché de Lomé que j’aurais incen...
Togo - Jean-Pierre Fabre : « Je vais reconstruire le grand marché de Lomé que j’aurais incen...
FDR : L’union doit faire la force en 2020
Togo - FDR : L’union doit faire la force en 2020
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 13   tedlesaint1 | Lundi, 26 Août 2019  - 10:29
  Deux années après les manifestations populaires montres dans les rues de la capitale Lomé et dans plusieurs villes de l'intérieur du pays quelle est la situation actuelle sur le terrain? Aujourd'hui la coalition des 14 partis de l'opposition togolaise qui avait tenu en haleine l'opinion nationale et internationale par des manifestations violentes dans la capitale Lomé et dans certaines villes de l'intérieur du pays a volé en éclat suite au boycott des législatives de décembre 2018 et de quelques autres scandales financiers. Le régime de Lomé est plutôt sortie renforcer de cette zone de turbulence et plus encore puisque suite à son victoire écrasante lors des législatives de 2018, le parti Unir du Président Faure Gnassingbé s'est taillé la part de lion aussi aux locales qui viennent de se tenir après plusieurs années d'absence. Le Parti de Tikpi Atchadam le PNP est aujourd'hui isolé sur la scène politique togolaise. Avec un président en exil, lâché par ses amis hier (ancien membre de la C14) et en guerre ouverte avec l'un d'entre eux à savoir l'ANC de l'ex-chef de file de l'opposition togolaise Jean-Pierre Fabre. Comme on le dit c'est l'union qui fait la force mais aujourd'hui il est de plus en plus certain que l'opposition ira en rang dispersé lors de la présidentielle prochaine en 2020. Chaque dirigeant prêchera pour sa chapelle comme le dira quelqu'un les partis vont présenter "les candidats naturels". La proposition du dirigeant du parti Santé du peuple de trouver une personnalité apolitique dernière lequel toute l'opposition va s'aligner sera difficile à réaliser.

 12   sécurité | Dimanche, 25 Août 2019  - 20:33
  Vive le pays. Vive la sécurité. il faut éliminer tous les terroristes. il faut se protéger et protéger le pays, les habitants du pays, les ministres, le peuple, les policiers ... le pouvoir de dieu doit nous protéger et nous délivrer. il est obligatoire de devenir vigilant. il faut demander à toutes les populations du pays de rester éveillées et de signaler tout ce qui est suspect et tout ce qui est bizarre. Le Sud et le Nord. il faut créer du travail pour la population. C'est une obligation. il faut créer des collaborations. il faut partager le savoir et créer des entreprises etc ... C'est ma panacée. Tout est possible chez nous au pays. il faut y arriver. il suffit d'y croire et de le vouloir.

 11   Issifou | Dimanche, 25 Août 2019  - 20:26
  Réponse à 8-GNAROU
  J'ai oublié d'indiquer dans mon post 5 que le sage du village a inclus l'armée parmi ceux qu'il faut exhorter à faire en sorte que le successeur de Faure ne soit plus immédiatement un membre de sa famille biologique, tout simplement pour des raisons d'ordre moral républicain et de paix durable. Il dit n'avoir rien contre la famille GNASSINGBÉ de Pya.

 10   fantasmagoric | Dimanche, 25 Août 2019  - 19:42
  Réponse à 7-GNAROU
  Tout observateur averti sait que le Togo est à part dans sa genèse en sciences politiques.

Entité née sur des bases fausses, une Histoire brumeuse conduite par d'anciens esclaves débarqués sur les côtes Africaines où ils trouvent des quelques accointances parmi des autochtones.

Ce qui constitue le NOYAU DUR de l'opposition togolaise se trouve à l'étranger, les figurants W .Union sont sur le terrain exécutant les ordres. Le tintamarre qu'on fait sur la DIASPORA, ces gens de part leur propre histoire veulent dicter le destin du pays depuis l'étranger en voulant contrôler le HCTE, c'est le débat feutré actuellement avec des subterfuges; faut que le gouvernement soit vigilant.

Sinon comment comprendre que le Togo, un pays aussi fragile depuis sa naissance; que ses "citoyens" se libertine depuis des contrées lointaines avec des revendications ubuesques: multiples nationalités, appel à ce que des forces étrangères interviennent, dénigrement systématique du pays après des manoeuvres de sabotage économique...?


Le gouvernement actuel n'est pas l'idéal, mais à comparer avec ses détracteurs...!

Il faudrait simplement INTERDIRE à un individu vivant à l'étranger ou sur le sol sacré du Togo de faire ou de commenter la politique dans situation juridique ambiguë (faux réfugiés), ce sont les événements passés et récents qui le commandent.

Nous sommes victimes d'une Histoire inaboutie "indépendance' avec des zones d'ombre qu'une certaine intelligentsia entretient sciemment ou elle-même ILLETTREE SAVANTE.

 9   Simbel | Dimanche, 25 Août 2019  - 19:42
  Réponse à 2-Lucrece
   En parfait accord avec toi. Pourras-tu développer ton analyse ? 

Y a t'il sur cette plateforme un eclareur pour faire des propositions concrêtes aux partis de tout bord allant dans une dynamique de consensus et d'apaisement, au profit des population selon la production et le partage des richesses.

La presse est ne rapporte rien de lisible !

L'opposition comprendra après coup de mettre leur force a battir ensemble la cité sans pour autant avoir le pouvoir ici et maintenant. Sans recours à la chasse aux sorcieres entre membre de l'opposition d' un côte et les autres. Cest là où le probleme s'est figé. Chaque chose a son temps. 

Et puis cette situation n'est pas la faute de Komlan ou Anani voire Yao, tu comprends ce que je veux dire. 

Il suffit de changer d'avis une fois deux... mille fois ! Et le tour est réglé, on continue à manger ensemble. Avec le PND il y a des postes à pourvoir pourquoi pas...?

Les exemples du Mali, Bourkina sont une évidence. 

 8   GNAROU | Dimanche, 25 Août 2019  - 19:37
  Réponse à 5-Issifou
  Le probleme togolais n'est pas FAURE mon cher ami !
Le Sage du village tres malin, n'a pas voulu te dire toute la VERITÉ !!
" On ne nettoie pas les boyaux d'hyenes devant les enfants" dit -on derriere les monragnes FAZAO !

Si cela ne tenait qu'à FAURE , il aurait dejà quitté le pouvoir depuis longtemps pour jouir de sa vie tranquillement....

Pour le moment il respecte sa part de contrat !
Il ya aussi bien des competences dans UNIR que dans l'opposition au Togo pour diriger ce pays ! Même avec plus de succes que FAURE !!

Comme nous sommes tellement divisés, la legitimité du pouvoir au Togo se conquiert à l'etranger !

Esperons que certains vont changer de language et de tactiques pour qu'enfin, comme un seul peuple , nous puissions elire nos dirigeants librement !

Pour le moment il remplit son contrat pour que le pire n'arrive pas .

FAURE , C'EST LE MOINDRE MAL DANS CE PAYS VOLCAN !

GNAROU le fils de SOTOUBOUA



 7   Allah | Dimanche, 25 Août 2019  - 19:21
  Réponse à 7-GNAROU
  Parfaitement d'accord avec Gnarou. Faure partira lorsque les dieux du Togo décideront . Dans le meme temps il faut que l'opposition en face comprenne que la conquête d'un pouvoir n'est pas une revanche d'une région sur une autre .

Ce matin j'étais dans un culte catholique dans un pays africain ou des rwandais étaient venus pour une cérémonie familiale . L'une des dames étaient effrayée par les ordures et la saleté qui jonchaient les alentours de l'église . Elle ne comprenait pas autant d'incivisme

Et pas plus tard qu'hier je lisais un article élogieux de la banque mondiale sur les progrès du Togo qui est classé meilleur des critères du CPIA . Le pays avec sa note de 3.2 sur 4 se classait loin devant des pays africains comme le Sénégal , le Nigeria , la Zambie , l'Éthiopie , la Côte d'Ivoire .... etc et a une encablure du Rwanda qui est le 1er en Afrique .

Ceci.pour dire qu'il suffit d'accompagner le pouvoir actuel pour qu'il laisse le pays dans un état viable dans quelques années au lieu de vouloir le détruire pour prendre le pouvoir . Les esprits chagrins trouveront matière a redire mais la réalité est la .

 6   sécurité | Dimanche, 25 Août 2019  - 12:17
  Vive le pays. Vive la sécurité. il faut éliminer tous les terroristes. il faut se protéger et protéger le pays, les habitants du pays, les ministres, le peuple, les policiers ... le pouvoir de dieu doit nous protéger et nous délivrer. il est obligatoire de devenir vigilant. il faut demander à toutes les populations du pays de rester éveillées et de signaler tout ce qui est suspect et tout ce qui est bizarre. Le Sud et le Nord. il faut créer du travail pour la population. C'est une obligation. il faut créer des collaborations. il faut partager le savoir et créer des entreprises etc ... C'est ma panacée. Tout est possible chez nous au pays. il faut y arriver. il suffit d'y croire et de le vouloir.

 5   Issifou | Dimanche, 25 Août 2019  - 11:50
  Réponse à 2-Lucrece
  Les togolais, quels que soient leurs courants politiques, doivent se convaincre que Faure est comme un fusible sur le système d'allumage d'une bombe dissimulée sous le Togo. Pour éviter que la bombe n'explose et avec le Togo, il ne faut pas toucher le fusible avant que la bombe ne soit désamorcée.

Un sage de mon village m'a confié, ce weekend à Fazao, qu'il faut oublier de faire partir Faure et qu'il partira de lui-même tôt ou tard et que Dieu seul sait quand. Il a ajouté que si sa durée au pouvoir gêne quelque part une bonne gouvernance du pays, il faut collaborer étroitement avec lui pour apporter des corrections nécessaires à la résolution des difficultés quotidiennes des populations en attendant son départ dans la paix. Il a dit aussi qu'il faut exhorter toute la classe politique (l'opposition dans son ensemble, le RPT/UNIR et ses alliés) à faire en sorte qu'au départ de Faure que son successeur ne soit plus un proche ou lointain de la famille GNASSINGBÉ. Qu'en dites vous ainsi que notre ami Gnarou?

 4   Simbel | Dimanche, 25 Août 2019  - 9:38
  Réponse à 2-Lucrece
  En parfait accord avec toi. Pourras-tu développer ton analyse ?

Y a t'il sur cette plateforme un eclareur pour faire des propositions concrêtes aux partis de tout bord allant dans une dynamique de consensus et d'apaisement, au profit des population selon la production et le partage des richesses.

La presse est ne rapporte rien de lisible !

L'opposition comprendra après coup de mettre leur force a battir ensemble la cité sans pour autant avoir le pouvoir ici et maintenant. Sans recours à la chasse aux sorcieres entre membre de l'opposition d' un côte et les autres. Cest là où le probleme s'est figé. Chaque chose a son temps.

Et puis cette situation n'est pas la faute de Komlan ou Anani voire Yao, tu comprends ce que je veux dire.

Il suffit de changer d'avis une fois deux... mille fois ! Et le tour est réglé, on continue à manger ensemble. Avec le PND il y a des postes à pourvoir pourquoi pas...?

Les exemples du Mali, Bourkina sont une évidence.


RECOMMANDÉS
Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...
1.  Togo - Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...

2.  Togo - Le budget de 2019 augmenté de 2,8%

3.  Togo - Vidéo/Un peu de réjouissance pour faire vivre le village…

4.  Togo - Contentieux OTR-Moov/La diversion du Commissaire Général Philippe Kokou Tchodiè : Qu...

5.  Togo - Présidence de la République : Nid de détourneurs et falsificateurs ?




Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média