8:23:08 PM Samedi, 21 Septembre 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Chronique de Kodjo Epou: 2020: un challenger sérieux dans la course

Togo - Politique
iciLome | | 34 Commentaires
chronique-de-kodjo-epou-2020-un-challenger-serieux-dans-la-course


Celui qui vient d’annoncer sa candidature pour la présidentielle de 2020 a fait carrière - toute sa vie – au sein des institutions financières internationnales, la BCEAO à Dakar et le FMI à Washington DC. Ce Togolais, Gamessou Pierre Kpodar peut, sans trop forcer, revendiquer le grade d'économiste et de professionnel des finances de grande carrure. Un atout pour le candidat? Techniquement, oui. Mais la réputation mitigée que véhicule le Fond Monétaire International au sein des sociétés africaines trop souvent victimes des ajustements structurels peut créer un sentiment de réserve ou de méfiance chez certains vis-à-vis de cet ancien Chef de Mission de ladite institution. Pour les habitués de son entourage, Kpodar est un homme accompli, doté de convictions fortes qui font voir en lui un homme d’état capable de relever le Togo. Le candidat propose de mettre son mandat sous le signe d’une transition, pourquoi pas avec une assemblée constituante qui dote le pays d’une nouvelle Loi inspirée de 1992.

Par Kodjo Epou

Ekoué Pierre Gaméssou Kpodar possède des arguments de valeur pour rassurer ceux qui pourraient voir le FMI à travers sa personne et sa candidature. Primo, il n'est pas un fonctionnaire détaché par l’institution pour restructurer un Togo en difficulté. Secundo, il a par contre, grâce à ses nombreuses expériences, une parfaite connaissance de ce qu'est une mauvaise gouvernance par rapport à la bonne; il maîtrise les choses à faire et celles à ne pas faire lorsqu’on veut éviter pour un pays l'intervention du FMI, avec ce que cela comporte, dans la plupart des cas, comme mesures restrictives et anti-sociales. Tercio, il n'est pas candidat pour défendre les intérêts de l'extérieur. Le mieux-être des populations de son pays qui n’ont que trop végété dans la misère, c’est ce qui motive son engagement. Dès lors, sa carrière au FMI devient, entre ses mains, un outil de bonne performance, une arme de bonne gouvernance. La parfaite maîtrise des grands enjeux économiques africains et mondiaux fait de lui une personne aux ressources inestimables, comme cela se doit par ces temps de dégradation sévère de nos systèmes de gestion des affaires publiques. Tout Etat soucieux de compétir et de se mettre en orbite en vue d'affronter les défis présents et futurs doit être nécessairement gouverné par un souci permanent de résultats palpables.

La soixantaine, après trois décennies passées au FMI, organisation dont il s'est libéré en optant pour une retraite avancée, il fait partie de ces maillons sûrs dont le Togo aura besoin s'il veut amorcer son décollage après que le pays aura tu définitivement ses atermoiements politiques. Il reste convaincu, par l’expérience, que le développement, pour être durable doit respecter des critères de rigueur dans la gestion, en dehors des voies de l'improvisation et de la grande corruption. Au plan politique, Kpodar Gamessou est resté loin mais aussi proche des soubresauts de sa terre natale. Il n'a d'affiliation avec aucun parti, même s’il s'est rapproché, ces derniers temps, de la grande Coalition de l'Opposition, la C14. L'homme qui n'a pas, par conséquent, pris part aux problèmes politiques de son pays peut toutefois, grâce à ses nombreux acquis tecniques et financiers de par le monde, valablement prendre sa part dans les solutions qui seront, demain, essentiellement d'ordre économique. C'est en cela qu'il représente la ligne d'un Candidat de communion nationale. Il croit fortement que le citoyen constitue la première richesse d'un pays, peu importe son rang social, son appartenance politique ou sa provenance ethnique. Comme tel, il doit, le citoyen, être préparé, motivé, à se muer en artisan de son propre développement. Tout ce qu'on entreprend pour lui, forcément, échoue sans lui.

Ce sont-là les aspirations saillantes du candidat par rapport à l’imbroglio togolais, ce qui le situe au centre, c'est-à-dire au point de convergence de toutes les volontés sincères qui veulent se joindre à lui pour relever le pays. Sa vision du Togo le rapproche des revendications ayant trait à la nécessité d'une alternance politique, corollaire de l'émergence sur l'échiquier national d'hommes nouveaux, mieux formés aux nouvelles techniques du développement et de l'entreprenariat privé, des acteurs nantis, pas seulement de diplômes mais d'idées novatrices capables de créer dans le pays une dynamique participative, un nouvel enthousiasme empreint d'espoir. Il soutient la thèse d'une corrélation entre transparence et développement. C’est pourquoi, pense cet ancien du FMI, un pays qui veut émerger par le travail de ses propres enfants ne doit tolérer que sa classe dirigeante soit le symbole de richesse frauduleuse, de privilèges indus et de dépravation morale. Ce sont des vices ravageurs. Aussi considère-t-il tout pouvoir autocratique où tout part et revient à un seul homme (fort et craint) comme étant d'essence exclusive et de nature à étouffer l'éclosion du génie créateur chez l'individu.

Un exemple qui reflète l'opinion de cet ancien Chef de missions du Fonds Monétaire International: il est de ceux qui, au plus fort de la crise post Août 2017, ont toujours pensé que le Togo a droit à une alternance mais que Faure Gnassingbé devra rester aux affaires jusqu'au terme de son troisième mandat avant de transférer, en 2020, le pouvoir à un nouveau président élu à travers un scrutin transparent et démocratique. Ceci d'autant qu'il est impérieux de créer au Togo les conditions d'une paix sociale et d'aller à la rencontre de la volonté que notre peuple souverain exprime depuis 1990, la volonté d'accéder à une alternance politique pacifique. Kpodar Pierre Gamessou est un leader issu de la Diaspora et croit fortement que le Togo, pour se (re)construire, doit faire appel à ses fils et filles valeureux de tous les bords, de toutes les horizons et de tous les chemins de la vie. C’est à ce prix que le pays peut mettre fin à ses errements et, conséquemment, renaître durablement de ses cendres”.

A un poste de responsabilité, au sommet de l'état, “mon engagement ira à une gouvernance rigoureuse où il n'y aura pas de place pour quiconque voudra magnifier le vice. Je suis partisan d'un changement qui redonne à notre pays les fondamentaux de son indépendance, qui sauvegarde aussi bien les intérêts des entreprises locales qu'étrangères, en favorisant un environnement des affaires totalement restructuré qui attire les investissements étrangers” c'est à travers ce canevas que monsieur Kpodar entrevoit toute politique visant à rendre compétitive l'économie togolaise, à combattre le chômage chez les jeunes et endiguer la corruption endémique car, affirme t-il, ce sont ces facteurs qui alimentent la perte de confiance des populations vis-à-vis de leur propre état.
Il va sans dire que l'ancien fonctionnaire du FMI, ouvert sur l'Afrique et le monde, est suffisamment outillé pour relever un pays en grande difficulté économique. Son indépendance vis-à-vis des protagonistes de la crise politique togolaise est un atout considérable dans un environnement chargé de tendances lourdes, de contraintes pesantes diverses. Le Togo d'aujourd'hui est un pays déstructuré au triple plan politique, économique et social … C'est une sorte de plan Marshall qu'il faut si l'on veut remettre le pays sur les bon rails, c'est cela le constat formel de l’expert. Aussi veut-il incarner un sursaut national porté par le mouvement indépendant Gamessou. Il a la ferme conviction que les affaires de la cité ne doivent pas être traitées avec indifférence et désinvolture, sur fond de discours d'apparât et de cosmetiques politiciens sans lendemain comme on le constate aujourd'hui.

Tempérament pondéré, verbe mesuré, regard serein, air calme drapé dans une allure qui rassure. A première vue. Profil dont transparaît, chez l'homme, trois vertus cardinales: modération, rigueur et opiniâtreté. lesquelles vertus, ensemble, donnent lieu à ce qu'on peut qualifier de complexité positive. L'apparence peut tromper. Un homme débonnaire, bienveillant et même accommodant mais, il n'en demeure pas moins que Kpodar soit d'une fermeté inébranlable sur ses convictions, intransigeant sur les priorités qu’il sait établir avec génie. Quand il en vient à l'intérêt général, au rapport avec l'argent public, il campe sur ce qui le caractérise le plus: l'intégrité morale. Sa longue carrière d'économiste et de financier, c’est sa principale source d'inspiration. L'argent, désormais maître du monde d'aujourd'hui, doit être respecté et doit aller de pair avec la bonne moralité, pense-t-il. D'un coeur compatissant, toujours attentif aux conditions de vie des moins fortunés, les plus vulnérables comme on les appelle dans le langage courant à Bretton woods. Il se préoccupe de toute situation qui concourt à créer ou aggraver la grande pauvreté chez les acteurs économiques de premier plan que constitue – il en est convaincu – la population d'un pays.

Kpodar affirme avoir fin prêt un projet de société porteur à proposer à ses compatriotes et aux partenaires du Togo. C’est donc un candidat aguerri, gorgé d’experiences qui propose ses services et que les Togolais auront à découvrir; ils verront combien cet homme pratique l’humilité, la bonté et l’esprit du consensus. Mais un homme qui conserve la fermeté dans la tolérance, la clairvoyance dans l’indulgence et la rigueur dans la justice. Pour ce fervent croyant, la famille doit être le levier moral de la société et le tremplin sublime de la nation. Kpodar est marié et père de trois(3)enfants.

Voilà pour l'homme et ses compétences. Tout y est pour recréer l'espoir. Reste qu'au Togo, gagner une élection est une chose, jouir de sa victoire en exercant la réalité du mandat des électeurs en est une autre. Entre les deux, depuis la nuit des temps, se trouve un océan insondable dans lequel le candidat Gamessou devra ramer de toutes ses forces. Il devra, après avoir ratissé large parmi les décus de tous les bords, ameuter le monde pour un but de sédition. Ce n'est point, pour lui, rêver de dinosaures car, les prémices de tous les possibles se trouvent dans son curriculum.

Kodjo Epou
Washigton DC
USA

L'AUTEUR
Kodjo Epou
Washigton DC
USA

Chronique de Kodjo Epou: 2020: un challenger sérieux dans la course
Togo - Chronique de Kodjo Epou: 2020: un challenger sérieux dans la course





Autres titres
Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...
Togo - Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...
Opposition togolaise: La Nature…toujours dans ses œuvres
Togo - Opposition togolaise: La Nature…toujours dans ses œuvres
Jean-Pierre Fabre : « Je vais reconstruire le grand marché de Lomé que j’aurais incen...
Togo - Jean-Pierre Fabre : « Je vais reconstruire le grand marché de Lomé que j’aurais incen...
FDR : L’union doit faire la force en 2020
Togo - FDR : L’union doit faire la force en 2020
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 34   fantasmagoric | Samedi, 14 Septembre 2019  - 14:38
  Réponse à 33-Comptage
  Continuez votre litanie "libérer", votre chère patrie. Parce que dans votre corpus d'opposition de MERDE, les autres sont des envahisseurs alors que votre groupuscule de fainéants se la coule douce ailleurs, attendant des jours meilleurs.

Diantre des compatriotes? On dit qu'il y a un ennemi commun à toute l'Afrique de l'Ouest, Boko Haram avec une jonction avec le banditisme, qu'en dites-vous avant de penser à la mangeoire déguisée (pouvoir )?

Silence de cathédrale ! !

 33   Comptage | Vendredi, 13 Septembre 2019  - 17:36
  Je viens juste de lire l'article. Je ne vais pas polémiquer sur les interventions des uns et des autres. Si on nous parle d'ethnicisme et consorts, il faut pas avoir la mémoire très courte. Nos mobilisations récentes, du nord au sud, de l'est à l'ouest ont démontré que l'ethnicisme qu'évoquent souvent ou même toujours les tyrans et leurs alliés ne sont que "diversions-inventions". Aujourd'hui, tout est clair que les togolais sont très unis plus qu'on le pense: quelle fierté! Cette arme est émoussée. Donc nous n'avons pas du temps à perdre pour ces genres de débats stériles.

La question à notre sein maintenant est que faire? Les réponses sont à discuter au sein de notre groupe stratégique et d'orientation, non sur la place publique. Les idées et conclusions essentielles seront pas partagées de toutes les façons.

Nous devons éviter de nous intéresser au maximum des questions de diversions que le RPT/UNIR déversent sur la place publique pour nous distraire notamment la candidature de telle ou de telle personne: cette technique dormante doit être connue maintenant. Il est à savoir qu'aucun, je dis bien aucun candidat du régime ne peut remporter une élection libre et transparente au Togo. Alors, ce que nous devons rechercher:

- les réformes notamment électorales, maintenant et tout de suite; ne pas attendre à la dernière minute
- l'unicité d'action des partis politiques et de la société civile
- l'organisation du processus électoral: du début à la proclamation des résultats. Il faut avoir nos représentants dans tous les bureaux de vote. L'expérience des locales doit nous orienter. Notre solidarité évitera les intimidations.
- il peut y avoir refus d'accréditation d'observation des élections à quelques organisations, cependant, la mise en place des mesures parallèles pourra être même plus efficace. Nous devons occuper tous les bureaux de vote, du 1er au dernier
- en ce qui est des candidatures, on fait déjà bien de commencer par discuter au tour. Mais il ne faudra pas que le sujet nous prenne trop de temps. Le régime peut anticiper les échéances, c'est ce qui se dit dans leur secte. Il ne faut pas négliger l'information.
- soutenir par tous les moyens le candidat retenu, même un franc, un sifflet, rien n'est à négliger.

Avoir à dans la tête que nous voulons un changement à la tête de l'état, lequel changement amènera une alternance, qui aboutira certainement à une république normale. Alors, chacun aura son tour. Pas de guéguerre. Nous tous avons des ambitions d'être aux commandes, mais pas tous en même et au même moment. Le tour de chacun arrivera après avoir contribué à libérer notre chère patrie.

Vive le Togo libre.

 32   El Niño | Jeudi, 12 Septembre 2019  - 20:6
  Réponse à 27-Lucrece
  ' Un discours concis, clair, circonspect; seulement quelques rares fautes! ' dixit: Lucrece le pédant .

Petit rigolo Lucrece, combien de livres de grammaire as-tu déjà écrit? Toi qui dis être souvent entre deux-avions, tu devrais avoir le temps d'écrire des encyclopédies gnassionales non?


 31   amega | Jeudi, 12 Septembre 2019  - 14:19
  Réponse à 19-Lucrece
  Donc on commet une malversation à la BCEAO on prend une retraite anticipé et le FMI vous engage. Incohérence quand tu nous tiens!

 30   amega | Jeudi, 12 Septembre 2019  - 9:59
  Réponse à 19-Lucrece
  Malversations à la BCEAO? Quoi d'autres encore? Non mais vraiment le Togolais ne manque pas d'imagination. Vous ne souffrez pas de qqc par hasard?
Biabiaye!!!

 29   Kodjo Epou | Jeudi, 12 Septembre 2019  - 9:51
  Réponse à 29-FAUVE
  Bien parle frere. Au fait, J'ai ri et meme failli rougir quand j'ai lu certains compatriotes critiquer monsieur Kpodar pour cette partie du discours, c'est-a-dire lorsqu'il invitait celui qui exerce le pouvoir au Togo depuis 15 ans a affronter les confusions de son tribunal interne, de sa conscience. L'appel en question peut etre, soit une mise en garde formulee en des mots doux ou une pedagogie d'influence d'un superieur qui s'adresse, d'en haut, a un interlocuteur inferieur. Dans l'un ou l'autre cas, cet exercice est interpellateur et prend a temoin l'opinion. Ce n'est nullement une faiblesse. Bien au contraire une facon de prendre de la hauteur par rapport au sujet qu'on veut mettre devant ses resposabilites. Enfin il y a beaucoup de non-dit dans ce paragraphe que certains veulent incriminer. Chaque individu a une conscience, quel qu'il soit, soit-il du genre qu'on peut considerer comme une erreur du Dieu le createur infailible. Si cette partie du discours pouvait parvenir a Faure, parce qu'il a une conscience certaine lui aussi, il se poserait mille et une questions auxquelles il n'aura pas de reponse. Ce serait, chez lui, dans son for interieur, le debut d'une peur indefinissable. Car le candidat ne peut pas mieux dire au president que cela suffit, il faut quitter la-bas. La fermete, la hauteur et l'opiniatrete sont dans ce paragraphe que trop de gens, togolaisement, se sont contentes de lire en diagonal. On a pu remarquer aussi que des neuneus du systeme pensent que c'est une effronterie que de demander a Faure de ne plus se presenter. C'est justement cette categorie de Togolais qui, agissant pour du pain (tokinabo), n'aident pas leur president. Pour eux, tant que la force militaire veille, l'ordre, le silence et la docilite sont acquis. Non! Pour les esprits eleves et bien faits, ils sont risibles ceux-la parce que en realite, tout est surface; meme les profondeurs que nous voyons sont surfaces, il suffit d'y mettre la main.

 28   FAUVE | Jeudi, 12 Septembre 2019  - 8:45
  Réponse à 27-Lucrece
  La vraie question, cher Lucrèce, est de savoir si l'on peut faire appel à la conscience d'un homme qui, en apparence n'en a pas. En relisant la partie du discours de M. Kpodar à laquelle vous vous référez, on voit bien que ce dernier appelle le chef de l'état actuel à un examen de conscience, à une introspection, voire à une ascèse. Il l'invite à aller chercher dans les profondeurs où gît sa conscience endormie, cette vérité qui pour nous est une évidence ; il faut qu'il se retire du sommet de l'état.
Que Faure Gnassingbé s'astreigne ou pas à cet exercice de sagesse et de raison, n'est pas de la responsabilité de M. Kpodar. Mais comment savoir si un homme a une conscience si l'on n'interroge pas cette même conscience ? Aussi, loin d'être un aveu de faiblesse ou d'impuissance, la démarche de M. Kpodar est une démarche éthique. C'est même celle d'une supériorité morale. La vraie force est là. Il faut avoir la force de surmonter son propre ressentiment voire son propre dégoût pour s'adresser à la conscience hypothétique d'un homme qui porte la responsabilité des souffrances qu'endurent les Togolais depuis des décennies. C'est la supériorité de l'éthique. On la trouve parfois chez les hommes d'état.

 27   Sansane | Jeudi, 12 Septembre 2019  - 4:33
  Réponse à 27-Lucrece
  Je crois aussi que l'opposition doit avoir ses ambitions et egos modestes pour choisir celui-ci comme son candidat unique l'annee prochaine. Mais nous presenter encore in Fabre, in Agboyibor ou in Apevon sera simplement ridicule. Il faut, en politique, connaitre ses propres limites afin d'operer des choix judicieux qui profitent a tout le monde. Pourquoi l'opposition dans son ensemble ne tiendrait elle pas un conclave autour de Kpodar et definir les repartitions sur fond d'une startegie communne gagnante. L'idee selon laquelle on est in parti politique pour aller a la conquete du pouvoir soi-meme devient erronnee dans la situation de notre opposition totalement en perte de vitesse depuis quelques temps.

 26   Lucrece | Jeudi, 12 Septembre 2019  - 3:41
  Après avoir parcouru le site du candidat et lu son discours, je crois pour ma part que M.Kpodar est un candidat à prendre au sérieux. Un discours concis, clair, circonspect; seulement quelques rares fautes!
Cela dit, lorsque M. Kpodar, invite le chef de l'Etat à bien méditer sur sa candidature pour 2020, est-ce un aveu de faiblesse et d'impuissance devant un adversaire politique plus fort?

 25   mazama | Mercredi, 11 Septembre 2019  - 21:14
  Réponse à 24-ie
  Merci pour tes congratulations. Sans chercher à t'insulter, je sais que j'ai mis le doigt là où ça fait très très mal. Et ta réaction le témoigne.

On dit souvent que la vérité blesse. Cette culture du franc parler, nous l'avons au Togo. Si nous voulons bâtir un Togo prospère pour tous les togolais sans distinction d'ethnie, de langue, de région, de religion etc, nous devons passer par là. Car le vrai mal qui ronge ce pays est le tribalisme à tous les niveaux. Au nom du tribalisme, nos frères du sud pensent qu'ils ont plus de légitimité de se dire plus togolais que les nordistes, à qui ils ne reconnaissent pas l'appartenance à cette terre dans leur délire extrême.

En conséquence, nous devons crever cet abcès du tribalisme pour faire renaître le Togo de ses cendres.

Malheur aux aveugles qui conduisent!
Et malheur aux aveugles qui se font conduire!


RECOMMANDÉS
Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...
1.  Togo - Avant la prise de fonction des nouveaux maires, les délégations spéciales sommées de ...

2.  Togo - Le budget de 2019 augmenté de 2,8%

3.  Togo - Vidéo/Un peu de réjouissance pour faire vivre le village…

4.  Togo - Contentieux OTR-Moov/La diversion du Commissaire Général Philippe Kokou Tchodiè : Qu...

5.  Togo - Présidence de la République : Nid de détourneurs et falsificateurs ?




Restez connectés sur iciLome



HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média