1:57:58 PM Lundi, 18 Novembre 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Le PND, ce plan de plus passé au crible par le Parti des Togolais

Togo - Societe
iciLome | | 16 Commentaires
le-pnd-ce-plan-de-plus-passe-au-crible-par-le-parti-des-togolais


DSRP I, DSRP II, SCAPE, TPIAC (programme présidentiel), PUDC, la liste est longue. Ces programmes, dit-on, sont élaborés pour faire reculer la pauvreté et la misère et permettre aux populations togolaises de vivre dans le bonheur. Mais au bout du compte, le constat se révèle amer et regrettable. Ces plans, aussi colossaux que sont leurs financements, n’ont pas réussi à changer le quotidien des Togolais qui continuent par tirer le diable par la queue. En réalité, ils n’ont bénéficié qu’à leurs concepteurs. Aujourd’hui, à l’orée de l’élection présidentielle de 2020, on a cherché et trouvé le Plan national de développement (PND), lancé le 4 mars 2019 par Faure Gnassingbé. Un plan de plus, que le Parti des Togolais a passé à la loupe devant les professionnels des médias ce mardi.

A en croire Nathaniel Olympio, président du Parti des Togolais (la seule formation politique qui a pris sur elle de décortiquer ce PND vendu aux investisseurs à travers des voyages qui coûtent les yeux de la tête), les chances de réussite de ce programme sont très infimes. Pire, il va probablement subir le même sort que ces autres plans qui n’ont jamais rien apporté aux Togolais. Sa démonstration part de certains indicateurs, dans le pays, qui ne sont pas favorables à la réussite d’un tel plan.

Il y a d’abord le niveau de démocratie du pays. Selon le Parti des Togolais, le Togo est régenté par un régime autoritaire qui ne favorise pas l’éclosion des principes démocratiques. Il est le dernier au sein de la CEDEAO en matière de démocratie. En outre, quand on prend le rapport de 2018 sur le niveau de bonheur, le Togo occupe pratiquement la dernière place. Il en est de même pour l’Indice de Gini qui mesure l’écart entre les riches et les pauvres dans un pays, et de l’Indice de développement humain (IDH) qui a toujours mal classé le pays.

On a ensuite la dette publique. Quand on prend par exemple un pays comme la Guinée qui a atteint le Point d’achèvement des Pays pauvres très endettés (PPTE) en décembre 2000, sa dette publique aujourd’hui, est de 38%. Mais le Togo qui a eu son PPTE 10 ans plus tard, c’est-à-dire en 2010, a une dette publique qui s’élève aujourd’hui à 76%. C’est dire que le pays de Faure Gnassingbé s’endette énormément. Cet endettement ne peut favoriser la réussite de ce plan.

Eu égard à ces indicateurs, il apparaît que « les facteurs de succès de tous les plans de développement élaborés par le gouvernement ne sont pas (et n’ont jamais été) réunis », indique Nathaniel Olympio.

Il a également passé au peigne fin les 9 points du PND qui mise en premier lieu sur La croissance du PIB. Sur la question, le Parti des Togolais rappelle qu’en 2012, le projet présidentiel TPIAC avait promis une croissance à deux chiffres en 2015. Une promesse qu’il n’a pas pu tenir, puisqu’en 2018, la croissance était toujours à 4,88%, un échec donc. Le gouvernement revient et promet, avec le PND, une croissance de 7,6% dans 5 ans. Cette promesse « est-elle crédible ? », se demande cette formation politique de l’opposition qui ajoute : « La croissance seule du PIB ne suffit pas pour lancer le développement. De plus, il faudrait une croissance à deux chiffres et qui soit inclusive ».

« Dans la perspective du PND, le gouvernement entend mener les actions permettant un changement structurel de l’économie togolaise pour augmenter son impact sur le revenu par habitant », promet le gouvernement qui veut opérer un changement structurel de l’économie avec le PND. Selon cette déclaration des dirigeants togolais, note le Parti des Togolais, l’état actuel de l’économie n’est pas performant. Et donc cela ne génère pas un impact significatif sur le revenu par habitant. Un aveu d’échec du gouvernement togolais. « C’est le résultat d’une gouvernance de 15 ans dont la population ne tire pas de bénéfice réel », relève M. Olympio. Même le classement Doing Business que le régime évoque, tambour battant, pour impressionner les investisseurs au profit de ce plan, n’est rien que de l’arnaque.

Le gouvernement compte aussi sur le secteur privé pour la réussite du PND. Mais l’atmosphère économique ne favorise pas la concurrence qui puisse permettre au secteur privé de jouer ce rôle. Il faut donc que le pays s’inscrive dans une logique de concurrence entre pays de la sous-région pour attirer les investisseurs, puisque cette concurrence est très rude, aller au-delà du « doing business » et rendre le cadre des affaires confortable, stimulant tant pour les entrepreneurs nationaux qu’étrangers.

Au nom d’une certaine stabilité politique, le gouvernement invite les investisseurs au Togo. Mais pour le Parti des Togolais, c’est une « stabilité trompe l’œil » qui ne traduit que la résignation des populations togolaises. « Elle est non inclusive, car elle n’est pas construite par la volonté et la participation effective des citoyens. C’est une stabilité précaire qui ne procure pas la paix et ne stimule pas le développement », souligne Nathaniel Olympio. Pour lui, le Togo demeure une poudrière tant que les Togolais sont opprimés et qu’ils n’auront pas des opportunités pour s’épanouir.

Dans le PND, il est également évoqué la tenue régulière d’élections libres et transparentes pour sa réussite. « Prendre ce critère pour en faire une promotion de ce plan, c’est se rabaisser », tranche le président du Parti des Togolais.

Sur le plan finance, le PND a besoin de 4 622 milliards de FCFA pour sa mise en œuvre. Le gouvernement compte apporter 1 623 milliards de FCFA. Il compte sur le secteur privé pour trouver les 2 999 milliards de FCFA restant. La part du gouvernement représente 5,16 fois le budget de l’Etat. Pour cela, il a besoin d’un budget d’investissement de l’ordre de 405, 75 milliards de FCFA par an. L’investissement annuel actuel étant de 285 milliards de FCFA, il lui faut donc trouver 120, 75 milliards par an. Un bon de 42% par an. Ce qui n’est pas réaliste, selon le Parti des Togolais.

Si on procède aux mêmes calculs au niveau de ce que doit apporter le secteur privé, on se retrouve devant la même situation d’impossibilité à pouvoir le faire, les conditions n’étant pas favorables pour la ruée d’investisseurs. Aussi, les trois axes de ce plan, analyse du Parti des Togolais, ne sont pas de nature à permettre la réussite du PND.

En somme, le PND est parti pour subir le même sort que les autres programmes que le Togo a déjà connus. C’est un échec programmé pour ce plan. Se ranger derrière ce programme pour justifier un 4e mandat est « une insulte pour l’intelligence des Togolais », conclut Nathaniel Olympio.


I.K


Le PND, ce plan de plus passé au crible par le Parti des Togolais
Togo - Le PND, ce plan de plus passé au crible par le Parti des Togolais





Autres titres
Préfecture de l'Ogou : HCRRUN au secours de Houdou, Kabyé et Losso à Djéréhouyé
Togo - Préfecture de l'Ogou : HCRRUN au secours de Houdou, Kabyé et Losso à Djéréhouyé
Reprise des activités de pêche sur le lac Nangbéto
Togo - Reprise des activités de pêche sur le lac Nangbéto
Le HCRRUN veut prévenir les conflits communautaires
Togo - Le HCRRUN veut prévenir les conflits communautaires
Dr Jean-Emmanuel Gnagnon, de la politique à la poésie
Togo - Dr Jean-Emmanuel Gnagnon, de la politique à la poésie
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 16   Simbel | Jeudi, 24 Octobre 2019  - 17:48
  Le Togo doit garder un oeil sur les charges fixes et aléatoires pour atteindre ses objectifs fixés. Peu importent la dette.L'exemple de la Guinee de SéKou Touré est suspect. J'applaudi quand même ce parti qui a pris l'initiative de passer au crible fin le PND c'est l'ouable. On ne doit plus hurler sans fondement !

Le Togo malgré ses richesses naturelles, a malheureusement les compétences de ses ressource humaines limitées ; le problème se situe surtout au niveau de la diversification de l'économie. Toute l'Afrique de l'Ouest est handicapée par cette manifestation bien voulue par la puissance coloniale. Le manque d'industrie est le phénomène de régression du pays.

L'exportation renfloue les caisses, mais le revenu par tête d'habitant est inferieur à 1%. Ceci est le résultat inadapté de la formation, l'apprentissage des jeunes, il y a plus de cela 40 ans en arrière. Aujourd'hui ces jeunes de 40 et plus qui sont sans qualifications et sans occupations professionnelles sont 40% en Afrique qui n'apportent rien au revenu par habitant. Et ces enfants qui naissent aujourd'hui dans vingt (une génération ) nous ne sommes pas sûrs qu'ils aient des emplois décents et valorisants à pourvoir.

Tout cela est une des conséquences de l'échec de la décolonisation aisi que l'économie de rente instaurée après la deuxième guerre mondiale envue de la reconstruction de l'Europe. Sans oublier la création du Frcs CFA en 1945 qui nous a privé des devises ( cfa une monnaie d'occupant) a ainsi arrêter les investissements: routes, chemin de fer, ports, industries.

Nos États doivent trouver des alternatives pour augmmenter les revenus par tête d'habitant malgré maintes tentatives. De plus, sans hésitation s'il faut mutualiser les moyens financiers, afin de booster les infrastructures.

Une industrie agroalimentaire moderne moyenne clé en main coûte entre 200 et 500 milliards cfa environs, un hôpital entree de gamme 20 milliards de cfa environs. Les régions agricoles dotée des chaines de valeurs adaptées aux recoltes, celles-ci seront transformées sur place et créent ainsi donc de l'emploi et des revenus par tête d'habitant. C'est dans l'axe deux du PND. La croissance à 20% n'arrangera rien, même à long terme si on continue d'exporter au lieu d'augmenter le revenu par habitant, par l'apport de valeurs ajoutés par tête d'habitant.
Et arrêtons de vociférer, confiance en soi en bloc et bossons à long terme (jour et nuit 24/24 et 7/7) les gares !!!
Union fraternelle dans la solidarité

 15   nikelaos | Jeudi, 24 Octobre 2019  - 15:18
  Réponse à 14-GNAROU
  L'insulte toujours quand tu es à court d'argument. Je remarque encore que tu es à chaque fois incapable de répondre sur le fond des questions qu'on te pose des que l'échange dépasse les arguments partisans.
Mes questions sont pourtant claires: n'est il pas vrai qu'en France la qualité des infrastructures n'est en rien comparable à celles du togo ? et que donc les emprunts y sont beaucoup plus justifiés.
N'est il pas vrai qu'au Togo il est presque impossible de citer un investissement qui ne s'est pas transformé en déroute. Cite moi un cas contraire pour voir.
Enfin je ne ... sur mon pays mais je critique ses dirigeants pour leur incompétence , voire leur malhonnêteté , nuance.

 14   GNAROU | Jeudi, 24 Octobre 2019  - 13:22
  Réponse à 12-Nikelaos
  Il est tres difdicile de reveiller des gens qui font semblant de dormir !!

Tu trouves des escuses aux autres pays pour chier sur ton propre pays .

De n'importe quoi avec des NULLARDS comme toi !

GNAROU le fils de SOTOUBOUA

 13   XYZ | Jeudi, 24 Octobre 2019  - 11:3
  Réponse à 8-GNAROU
  Tu ne sais même pas si la dette est un mot féminin, donc ferme ta bouche puante. On dit une dette.

 12   Nikelaos | Jeudi, 24 Octobre 2019  - 5:49
  Réponse à 11-GNAROU
  Tu en es a relativiser les résultats pitoyables des "plans de développements" successifs du togo en citant les exemples des gilets jaunes en France et au Chili mais c'est n'importe quoi!!
La comparaison ne tient pas deux secondes. Le niveau des infrastructures du Togo n'atteint pas celui de la France du 19 siècle. Ok la France a une dette importante mais l'argent emprunté a permis de construire des routes, des auto-routes, un réseau de chemin de fer, un système de santé, un système éducatif,
Rien de ca n'existe au togo alors ne compare pas ce qui n'est pas comparable s'il te plait, tu te couvres de ridicule.
Et le chili c'est vrai connait des révoltes mais d'une part c'est un pays qui traine encore les affres de la dictature passée , système que tu chéris tant et d'autre part le niveau de vie la-bas n'a rien à voir avec celui du togo.

Le togo c'est la louze totale a tous les niveaux.... Le pays est géré par des amateurs malhonnêtes. A quoi à servi l'argent emprunté tu le vois des réussites significatives ?


 11   GNAROU | Jeudi, 24 Octobre 2019  - 2:48
  Réponse à 10-mohamed1
  Si les plans de developpement avaient reussi ailleurs, on n'aurait pas de manifestations au Liban, CHILI, et les fameux gilets jaunes en France !!

Il n' y a que des apatrides , des renegats pour chier sur leur pays !!

 10   mohamed1 | Mercredi, 23 Octobre 2019  - 22:15
  Réponse à 9-GNAROU
  tous les plans sont deja essaiyes sur la terre de nos aieux sans resultat fiable. c'est malhereux le pauvre togolais garder le courage.je ne sais pas qu'el plan reste le pnd est deja echoue.Seul les attardes mentaux vont y croire.

 9   GNAROU | Mercredi, 23 Octobre 2019  - 18:11
  Réponse à 7-Sheldon
  Tu as raison !
C'est parfois assez siderant et même énervant de constater que les gens qui critiquent ceux qui nous dirigent ne sont même pas capables de disserter sur les questions elementaires de l'economie !!

Suivez l'interview de JP FABRE sur rfi. Cela vous donne envie de vomir en tant que togolais !
Ma foi !

Je prends ta remarque en compte en tout cas !

 8   GNAROU | Mercredi, 23 Octobre 2019  - 18:6
  Réponse à 6-Nikelaos
  Tu as fait un effort ppur savoir que la dette du Japon est detenu par les japonais !!
Et apres cela .....?..
Qui detient la dette francaise ??

Si un dette tres elevée par rapport au PIB ne devait parmettre un plan de developpement, alors tous les plans dans les pays occidentaux devraient etre stoppés !
" EZANSUKULU" est gratuite !!

Pfffff......!


 7   Sheldon | Mercredi, 23 Octobre 2019  - 17:54
  Réponse à 4-GNAROU
  Mr Gnarou, vous pouvez rendre votre argumentation plus instructive et plus attrayante si vous évitez les invectives inutiles ! Et ce d'autant plus que vos adversaires vous reconnaissent votre capacité d'abstraction.


RECOMMANDÉS
Préfecture de l'Ogou : HCRRUN au secours de Houdou, Kabyé et Losso à Djéréhouyé
1.  Togo - Préfecture de l'Ogou : HCRRUN au secours de Houdou, Kabyé et Losso à Djéréhouyé

2.  Togo - Reprise des activités de pêche sur le lac Nangbéto

3.  Togo - Le HCRRUN veut prévenir les conflits communautaires

4.  Togo - Dr Jean-Emmanuel Gnagnon, de la politique à la poésie

5.  Togo - Le gouvernement veut mettre en place un office national de sécurité routière




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média