2:16:35 AM Mardi, 19 Novembre 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Il faut sauver le soldat Faure (Introduction) : 4 solutions à la confiscation du pouvoir

Togo - Politique
iciLome | | 7 Commentaires
il-faut-sauver-le-soldat-faure-introduction-4-solutions-a-la-confiscation-du-pouvoir


Résumé (pour ceux qui sont trop pressés) : La réflexion ci-dessous défend la thèse selon laquelle si la lutte pour l’alternance peine à venir à bout de la forte volonté de confiscation du pouvoir au Togo, c’est parce que les Togolais, collectivement parlant, n’ont pas encore su (ou voulu) trouver les solutions à la « peur du lendemain » qui règne au sein de la classe dirigeante qui est constituée par Faure Gnassingbé lui-même ; la famille ou le clan Gnassingbé ; les membres du RPT/UNIR et des autres partis qui lui sont affiliés ; et enfin la grande muette.


« Si les Togolais ont une dette à payer à la famille Gnassingbé, que Faure nous le dise. Nous allons leur payer cette dette pour qu'il quitte le pouvoir dans la paix », déclarait une manifestante en novembre 2017 lors d'une gigantesque marche à Lomé.  Les Togolais n'ont bien entendu aucune dette à payer aux Gnassingbé. Si dette il y a, c’est plutôt dans le sens inverse. Par contre, les Togolais ont un problème qui s’appelle Faure Gnassingbé, un problème synonyme de confiscation du pouvoir. Et à l’heure actuelle, le « problème Faure » ne demande qu’une chose : être résolu
 
Dans ce sens, on peut légitimement se poser les questions suivantes :
Les Togolais (pas seulement la minorité des politiciens) doivent-ils collectivement définir les termes d'une sortie honorable pour Faure Gnassingbé afin de mettre fin à la confiscation du pouvoir ? Les Togolais doivent-ils le faire afin que ce dernier "quitte le pouvoir dans la paix" comme le demandait cette dame et des millions de Togolais ? Si oui comment cela peut-il se faire ? Ces questions sont l’objet d’une analyse en quatre parties que je partagerai ici avec tous les lecteurs. 
 
L’analyse des contraintes et l’analyse des causes profondes de ces contraintes sont des techniques utilisées dans le domaine du développement pour résoudre les problèmes d’un pays d'une manière plus efficace. Je les emprunte pour analyser la quête de l'alternance politique au Togo. 
 
Une « analyse des contraintes » à l’avènement de l’alternance politique au Togo révèle indiscutablement deux facteurs principaux : 
1) D’abord la volonté de confiscation à tout prix du pouvoir par la minorité qui détient ce pouvoir depuis un demi-siècle (la minorité RPT/UNIR) ; 
2) Ensuite les erreurs ou plutôt les maladresses de la minorité qui recherche ce pouvoir depuis plus d’un quart de siècle (la minorité constituée par les opposants). 
 
Pour être juste, le premier facteur, c'est-à-dire la volonté de confiscation du pouvoir, est tellement puissant que pendant longtemps, il a semblé être le seul facteur ; mais comme beaucoup de Togolais le découvrent depuis deux ans, le deuxième facteur, c'est-à-dire les faux-pas des opposants, n’est pas négligeable.
 
Une « analyse des causes profondes » du deuxième facteur permet d’établir que les erreurs répétées des opposants relèvent de leurs qualités personnelles, de la qualité de leur leadership. Ainsi donc pour remédier à ces erreurs, on peut amener ceux qui n’ont pas ces qualités de leadership à changer au risque de se voir supplantés par leurs rivaux, ou carrément remplacés. Le remède dans ce cas n’est donc pas difficile à trouver, car des milliers de Togolais opposants au régime disposent des qualités dont l’absence a conduit ou conduit à ces erreurs fatales. 
 
Quant à « l’analyse des causes profondes » de la confiscation du pouvoir, elle nous ramène à une source : "la peur du lendemain" au sein de la classe dirigeante. 
 
En ce sens, le récent Colloque de Niamey qui a réuni les anciens présidents sur la problématique de l’alternance, une interview non datée d’Alpha Condé dans laquelle il expliquait (ou extériorisait) cette peur du lendemain, ainsi que les informations sur les transitions réussies dans certains pays nous permettent d’avancer la thèse suivante : si la lutte pour l’alternance peine à aboutir du fait de la forte volonté de confiscation du pouvoir au Togo, c’est parce que les Togolais, collectivement parlant, n’ont pas encore su (ou voulu) trouver les solutions à la peur du lendemain qui règne au sein de la classe dirigeante. 

C’est une thèse parmi tant d’autres, et j’en suis conscient. Et si jusqu’ici les Togolais n’ont pas su ou voulu proposer une solution à cette peur du lendemain qui paralyse les dirigeants, c’est peut-être parce que le faire n’est pas une approche populaire, ou parce que la voix de ceux qui croient en une telle approche n'est pas assez forte pour être entendue. Puisque je suis persuadé de la pertinence de cette approche et des solutions qu’elle inspire, je vais essayer de proposer quatre dans l’espoir que cela fasse avancer le règlement de la crise politique. 

Les quatre propositions, que j’appellerais des « remèdes à la confiscation du pouvoir », sont des réponses appropriées à la peur du lendemain parmi les quatre piliers de la classe dirigeante : Faure Gnassingbé lui-même ; la famille ou le clan Gnassingbé ; les membres du RPT/UNIR et des autres partis qui lui sont affiliés ; et enfin la grande (pas très) muette, c’est-à-dire l’armée.
 
Mon analyse sur la façon de mettre fin à la confiscation du pouvoir sera publiée en 4 parties :

1.     Préparer Faure aux fonctions d’ancien président (oui c’est une fonction !) ; 
2.     Désamorcer la bombe à retardement de la famille Gnassingbé ; 
3.     Résoudre l’énigme de la grande muette (l’armée) ;
4.     Rassurer les héritiers du 13 janvier.
 
A. Ben Yaya
New York, 2 novembre 2019


Il faut sauver le soldat Faure (Introduction) : 4 solutions à la confiscation du pouvoir
Togo - Il faut sauver le soldat Faure (Introduction) : 4 solutions à la confiscation du pouvoir





Autres titres
Incendies des marchés/Révélations de Loum : Faure Gnassingbé à la barre !
Togo - Incendies des marchés/Révélations de Loum : Faure Gnassingbé à la barre !
Après la sortie de Mohammed Loum : Le pouvoir de Lomé dos au mur !
Togo - Après la sortie de Mohammed Loum : Le pouvoir de Lomé dos au mur !
Les FDR se repositionnent sur l’échiquier politique
Togo - Les FDR se repositionnent sur l’échiquier politique
L’Assemblée nationale se déplace à Kpalimé pour un séminaire
Togo - L’Assemblée nationale se déplace à Kpalimé pour un séminaire
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 7   fantasmagoric | Mardi, 5 Novembre 2019  - 9:56
  Réponse à 6-Haifh
  Élucubrations fantasmagoriques. On prête tout au petit Togo !

Notre opposition la plus bête du monde ne sait plus comment tromper son monde alors elle spécule.

Heeeé !!!

 6   Haifh | Lundi, 4 Novembre 2019  - 18:32
  Réponse à 5-President encombrant
  Haidh
Le vrai blocage de l'alternance au Togo ne dépend ni des togolais ni de Faure lui-même. Le système togolais depuis le vieux Eyadema est totalement au service de la France. A partir du Togo la France contrôle les pays francophones ouest africain. Le port de Lomé est le lieu par où la France passe pour alimenter tous ses réseaux africains en armement et en munitions. Si la France a pu déboulonner Gbagbo et Kadhafi c'est à partir du Togo. La crise malienne est entretenue par la France à partir du Togo.
Le régime de Faure ne refusant rien à la France et surtout permet l'enrichissement des hommes politiques français dans une discrétion totale, cette France a du mal à oeuvrer pour changer un bon serviteur.
Entre temps pour éviter les critiques elle a voulu changer changer par Kodjo Édouard mais celui est trop impopulaire. Agboyibor est trop proche des allemands et il est tres imprévisible. Boko est détesté par l'armée togolaise, Bodjona n'est pas aimé par les américains à cause de son accointances avec les trafiquants de drogue. Qui peut faire l'affaire de la France au Togo comme le vieux Eyadema l'a été pendant près de 40 ans? Faure est un allié de la France pour contrôler le bénin la cote d'Ivoire le Burkina, le niger le mali et le Tchad. Pour remplacer Faure il faut être capable de garantir à la France ce contrôle et surtout savoir enrichir les hommes politiques français de toute tendance. La France finira par installé son homme au Burkina car le régime actuel est trop libéral. Les djihatiste qui frappent quoditiennemt ce pays finira par emporter son système politique

 5   President encombrant | Lundi, 4 Novembre 2019  - 15:35
  Réponse à 3-Fernando garcia
  Que pouras tu faire face a un voleur arme' jusqu'aux dents et qui tue a tue tete? Faure n'a jamais fait peur a qui que ce soit dans Les urnes.Quel togolais perdra t il son temps pour voter la mediocrite'?Un voleur reste un voleur.Mais lui ,il accumule a lui seul: vole,meurtre,viole,incompetence, mediocrite',celibatarite'...

 4   GNAROU | Lundi, 4 Novembre 2019  - 7:54
  Qui vous demande l'aumône ???
Personne ne vous a rien demandé !!

Des faineants NULLARDS.

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.



 3   Fernando garcia | Lundi, 4 Novembre 2019  - 0:53
  Réponse à 2-President encombrant
  Au lieu de se regrouper autours d'une bonne strategie pour battre Faure en 2020, vous perder le temps a pleurer sur les medias comme des moutons sauvages et a donner des conferences dans les eglises.
Vos slogans RPT/UNIR, 50 ans, minorite ne font que vous reculer de 30 ans et plus, et renforcer le pouvoir des Gbassingbes.
Quel est votre plan de developpement qui puisse convaincre la population togolaise.
Aucun parmi nos opposants n'a un compte bancaire avec une epargne d'au 2 millions de FCFA. C'est pourquoi aucun de ces partis ou leadeur politique n'ose sortir battre campagne. Nos opposants trouvent meme difficilement a remplir leur ventre ou a nourir leur famille.

 2   President encombrant | Dimanche, 3 Novembre 2019  - 23:47
  Incompetant et impopulaire il ne devrait pas se faire prier.
Campaore',Yaya Jamey,Joseph Kabila ..ont actuellement la paix dans leur petit coin.

 1   Kozah Nostra | Dimanche, 3 Novembre 2019  - 21:2
  Oui il faut préparer cet énergumène à se contenter « seulement » de 10 à 20 millions par mois et quelques gardes du corps!!! Il sera membre de droit de la cour constitutionnelle!!! LARGEMEMENT SUFFISANT POUR CE FAINÉANT!!!


RECOMMANDÉS
Élim CAN 2021 (J2) : Le Togo et le Kenya font match nul
1.  Togo - Élim CAN 2021 (J2) : Le Togo et le Kenya font match nul

2.  Togo - Élim CAN 2021 (J2) : Floyd Ayité apporte tout son soutien à ses coéquipiers

3.  Togo - Le Togo occidental «indépendant» se dirige vers l'ONU pour être reconnu

4.  Togo - Komlan Olou revient au bercail avec l’exposition « Anonymat » à l’Institut français

5.  Togo - School Assure passe le cap de 1.250.000 prises en charge




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média