12:42:03 AM Mardi, 10 Décembre 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

FCFA : Le Bénin de Talon lève le ton, le Togo de Faure rase les murs

Togo - Societe
- | | 21 Commentaires
fcfa-le-benin-de-talon-leve-le-ton-le-togo-de-faure-rase-les-murs


Ce n’est plus un sujet tabou comme ce fut le cas il y a de cela quelques décennies. La question du FCFA est revenue en force depuis quelques années. Tout va lentement mais sûrement, le projet de la monnaie unique dans l’espace CEDEAO se concrétise de jours en jours. Si dans la plupart des cas ce sont les panafricanistes, les activistes qui en parlent avec véhémence, des chefs d’Etats aussi en parlent mais avec beaucoup de retenus. Cependant ce n’est pas le cas pour le président béninois, qui sans langue de bois a annoncé un éventuel retrait des réserves de change que les pays de la zone CFA déposent à la Banque de France. Ce fut lors de sa dernière interview qu’il a accordé à la RFI et à France 24 le 07 novembre 2019. Le voile se lève, l’audace naît.

Dans une interview accordée à RFI et France 24 le 07 novembre dernier, le président béninois a rallumé la flamme de la question sur la monnaie unique de la CEDEAO. Interview dans laquelle il annonce le retrait imminent des réserves de changes déposés par les pays de la zone CFA à la Banque de France pour mettre fin à cette monnaie coloniale et acquérir leur indépendance monétaire en adoptant une monnaie unique dans l’espace CEDEAO. Il est maintenant l’un des rares présidents de la sous-région à avoir abordé ouvertement cette question sur une chaine internationale avec autant de précisions.

Cependant cette sortie médiatique du président Patrice Talon suscite beaucoup d’interrogation. Pour certains observateurs, il est fort probable que d’autres raisons expliquent cette intervention du président béninois.

Selon certaines indiscrétions, c’est l’expression d’une revanche du président Talon sur la France car sachant pertinemment que parler du retrait de ces réserves de change de la Banque de France, c’est la partie qui fait le plus mal à l’Elysée.

Tout a commencé entre lui et la France depuis le 1er août 2016 lors de la célébration de la fête nationale quand le président béninois à travers une correspondance demande officiellement à la France la restitution des œuvres d’art, de statues et d’objets royaux spoliés à son pays au temps de la colonisation. Lors de sa visite à Paris le 05 mars 2018, Patrice Talon a réitéré cette demande devant son homologue français Emmanuel Macron.

Cependant, malgré des réponses diplomatiques qui, donnant l’impression que la France est favorable, cette requête n’est pas du goût de la France qui tient beaucoup à ces œuvres d’art pillées au continent africain.

Par ailleurs, les dernières crises postélectorales intervenues au Bénin suscitent des interrogations chez le président béninois. Selon toujours les indiscrétions, il y voit la main de la France derrière ces contestations qui ont secoué son pouvoir. Maintenant que le président béninois est parvenu à stabiliser son pouvoir et à faire revenir le calme dans son pays, c’est alors le moment de taper sur ceux qui ont voulu le déstabiliser. Il opte donc pour la question épineuse du Francs CFA que la France digère difficilement. La revanche, au sens figuré du terme.

Au-delà de tout, le président Talon aura le mérite de se montrer ouvertement hostile à cette monnaie coloniale ; ce que certains de ces homologues à l’instar des présidents Macky Sall et Alassane Ouattara n’osent pas faire. On se souvient encore des déclarations de ce dernier à l’Elysée quand il faisait l’éloge de cette monnaie devant le président français en ces termes « le Francs CFA est notre monnaie. Elle est solide et assure la stabilité ». Le Togo de Faure Gnassingbé est encore plus effacé sur la question. Aucun ministre, du Président, à plus forte raison le Chef de l’Etat lui-même n’ose aborder le sujet.

Si l’on constate depuis que les présidents pris individuellement n’osent pas affirmer leur désamour pour cette monnaie et préfèrent se cacher sous le couvert de la CEDEAO, c’est aussi lié à des raisons historiques.

En effet, les présidents qui avaient eu l’idée de se séparer de cette monnaie au lendemain des indépendances, ont fait long feu. Ils ont rapidement quitté le pouvoir dans les complots sans visage. Comme c’aurait été le cas pour Talon en mai dernier. Ils ont été renversés par des coups d’Etat dans lesquels la France est accusée de ne point sortir patte blanche.

Le cas togolais est encore plus flagrant. Dans sa volonté d’abandonner le francs CFA et de créer une monnaie nationale togolaise, Sylvanus Olympio devrait envoyer en mi-janvier 1963 son ministre des finances et des affaires économiques Hospice COCO à Paris pour rompre avec le francs CFA. Pour mettre fin à la réalisation de son projet, il a été donc assassiné quelques jours plus tôt le 13 janvier 1963.

Depuis lors, les présidents de la sous-région ont compris que s’il faille assurer sa longévité au pouvoir, vaut mieux ne pas s’endosser les questions liées au FCFA de peur de mettre son pouvoir en péril. Mais cette fois-ci le Rubicon a été franchi.

Ce qui est inévitable, la fin de l’hégémonie française en Afrique et spécifiquement dans la sous-région ouest-africaine est imminente. La génération de dirigeants qui montent progressivement viendra sonner le glas de cette domination française. Les signaux sont réels, ils ne trompent pas. Curieusement, c’est le Togo de Faure Gnassingbé qui refuse de rentrer dans le débat. Le pays de Faure Gnassingbé continue de raser les murs, par peur de la foudre de la France au cas où il hausserait le ton face au débat du France CFA dans lequel son ancien ministre Kako Nuboukpo a été déjà sacrifié sur l’autel de la compromission politique des autorités Togolaises.

Patrice talon a donc le mérite de remettre en selle un sujet tabou qui fâche la France.

Amos DAYISSO/independantexpress.net


FCFA : Le Bénin de Talon lève le ton, le Togo de Faure rase les murs
Togo - FCFA : Le Bénin de Talon lève le ton, le Togo de Faure rase les murs





Autres titres
Kozah : Les Comité locaux citoyens déjà à l’œuvre
Togo - Kozah : Les Comité locaux citoyens déjà à l’œuvre
Un nouveau syndicat dans la filière café-cacao
Togo - Un nouveau syndicat dans la filière café-cacao
Le CIPEA organise le « dîner du paysan » le 14 décembre prochain à Lomé
Togo - Le CIPEA organise le « dîner du paysan » le 14 décembre prochain à Lomé
Le SYNBANK outille ses adhérents pour plus de responsabilités dans la gestion des ent...
Togo - Le SYNBANK outille ses adhérents pour plus de responsabilités dans la gestion des ent...
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 21   GABÉGNA | Lundi, 18 Novembre 2019  - 6:2
  Il n'y a pas pire aveugle que ceux qui ne veulent pas voir. Les africains font pitié avec leur raisonnement d'à peu près. C'est dommage.

Quand Faure voulait se déconnecter lentement mais surement de la France en décidant de faire alliance avec le communwealth, l'Israel et autre, vous êtes les mêmes à comploter avec la France de Sarkozy en proférant à ce jeune président que vous allez rendre le Togo ingouvernable et vous y êtes attelés. Voilà Faure qui refusait à donner à la France le port de Lomé que Sarkozy conditionnait par une visite à l'Élysée, a fini par céder quand la France a mis en oeuvre le basculement de son pouvoir par le truchement de l'opposition. Je suis d'avis avec lui car en résistant, France le dégagera et mettra le franco libanais qui donnera le pactole (port). Pourquoi être donc si bête?

Pour des sac de billets de banque, l'africain est prêt à saboter sa terre chérie et c'est dommage. Je doute beaucoup au développement de l'Afrique avec les tares que ses fils trainent sur les togolais

 20   tedlesaint1 | Lundi, 18 Novembre 2019  - 5:46
  Ne soyons pas dupes et cherchons à bien comprendre la géopolitique qui régit actuellement les intérêts de la France dans la zone de l'Afrique de l'Ouest. Les gens parlent d'audace, de courage de je ne sais quoi encore. Au faite qu'en savent toutes ces personnes qui parlent pour ne rien dire. Personne ne sait si le Chef d'Etat Béninois n'est pas en service commandé. Les réseaux français de l'Elysée et autres sont bien au courant de toutes les critiques contre la Franc CFA et pour un tant soit peu calmer cette déferlent il faut chercher à lâcher du lest pour que tous ces activistes et autres panafricanistes de tous poils soient confiant qui être pour annoncer la nouvelle, sans nul doute le Chef de l'État de la République du Bénin que l'on connaitre pour son franc parlé. C'est dans la logique des choses du moment où les mentalités de africains évoluent il faille faire bouger les lignes pour apporter des changements notables dans la monnaie qu'ait le CFA.

 19   Chat | Dimanche, 17 Novembre 2019  - 22:58
  Réponse à 18-Clement GAVI
  Courage nous sommes avec vous, libérez notre Afrique de cette chaîne qui s'appelle fcfa

 18   Clement GAVI | Dimanche, 17 Novembre 2019  - 16:32
  'FCFA : Le Bénin de Talon lève le ton, le Togo de Faure rase les murs'

'Faure Gnassingbé rase les murs'? Pas du tout. Il est dans les conditions d'existence de ce régime. Un régime qui est la manifestation pratique d'une idéologie prédatrice, raciste et esclavagiste. Il est obligé de se comporter ainsi. Le comportement du Président Béninois témoigne d'une certaine autonomie du Bénin mais aussi de lui même. Le régime au Togo est une entreprise terroriste.


 17   El Niño | Dimanche, 17 Novembre 2019  - 14:47
  Réponse à 14-Kozah Nostra
  C'est connu dans les milieux politiques togolais: 2020 sera le TERMINUS du président par défaut Faure Gnassingbé, le roi paresseux!

 16   El Niño | Dimanche, 17 Novembre 2019  - 14:31
  Réponse à 15-fantasmagoric
  L'Africain n'est jamais responsable de ses propres erreurs. Tout est la faute des autres. Pfff!

 15   fantasmagoric | Dimanche, 17 Novembre 2019  - 12:24
  Réponse à 13-Sosso
  Talon qui musele son opposition et pas encore réglé la fermeture de frontière entre le Bénin et le Nigeria dans l'espace CEDEAO, vient régler la problématique CFA. El Nino avec ses compères éboueurs Kozah Nostra..., on se demande si gens savent comment fonctionne le monde. Nous attendons impatiemment l'instauration de l'ECO, voir sa gestion avec la convergence des économies de la zone rendre cette Devise respectable.

Mais il y a des facteurs déstabilisateurs comme des troubles politiques, ethniques et religieux qui peuvent saboter. L'actualité n'est pas réjouissante!

Les beaux discours ne font pas une Monnaie encore moins une Économie. Il faut que les Africains se mettent au travail au lieu de bavasser !

Merci pour votre remarque !

 14   Kozah Nostra | Dimanche, 17 Novembre 2019  - 0:37
  Réponse à 9-El Niño
  Si ce fainéant Faure Aveleleleble Gnassingbe arrive avec je ne sais quel miracle à confisquer encore le pouvoir 2020, le Togo sera à feu et sang!!! CROYEZ-MOI!!!

 13   Sosso | Dimanche, 17 Novembre 2019  - 0:6
  Tous les intervenants ici n'ont vu que du feu. Talon les a tous mis sous son talon. Le président beninois n'est qu'un nègre de service comme il y en a. La France utilise toujours les nègres pour faire mal à leurs frères. C'est connu. Vous avez vu quelqu'un dire du mal de la France et se faire inviter sur la "radio de propagande mondiale rfi"? Si quelqu'un est sur rfi c'est qu'il est en service commandé par la France (exemple notre frère Kako). Dans cette histoire de réserves de change, la France veut se débarrasser au plus vite de cette patate chaude, sinon elle serait obligée de les rénumérer à 0,75%. Or les taux d'intérêt sont actuellement négatifs en Europe. C'est pourquoi le ministre français des finances a dit que la France est largement ouverte pour des réformes. Au moment où la conjoncture était bonne et la France plaçait ces devises à un taux avantageux sur le marché, oser dire ce Talon a dit serait un sacrilège. Les Africains doivent être moins crédules vis-à-vis de ce prédateur de toujours qu'est la France. Il faut également être très vigilants sur ces soi-disant intellectuels africains qui vont faire leur show sur rfi. Lisez vite mon posting car chaque fois que j'interviens dans ce débat concernant le CFA icilome.com le supprime.

 12   Balla B | Dimanche, 17 Novembre 2019  - 0:0
  Vodoua Modibo Keita du Mali, et Patrice Loumoumba du Zaïre, Mohammar Kadhafi de la Libye etc...
Il y en a beaucoup c'est bien dommage c'est vrai, mais allons de l'avant avec leurs Mémoires afin de les HONORÉS.
400 années d'esclavage, il est plus que temps qu'on se décide de briser leurs chaînes maléfiques.

"Il ne sert à Rien de s'apitoyer sur le sort d'un esclave qui n'est pas capable de prendre ses responsabilités en main."
SANKARA THOMAS.


RECOMMANDÉS
ASVITTO émet des doutes sur l’« insurrection armée »
1.  Togo - ASVITTO émet des doutes sur l’« insurrection armée »

2.  Togo - Kozah : Les Comité locaux citoyens déjà à l’œuvre

3.  Togo - Un nouveau syndicat dans la filière café-cacao

4.  Togo - Le CIPEA organise le « dîner du paysan » le 14 décembre prochain à Lomé

5.  Togo - Le SYNBANK outille ses adhérents pour plus de responsabilités dans la gestion des ent...




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2019 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média