8:13:23 PM Lundi, 27 Janvier 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

284 civils tués et 363 blessés cette année à la suite du conflit armé

Libye - Societe
AFRICAHOTNEWS.COM | | Commenter
284-civils-tues-et-363-blesses-cette-annee-a-la-suite-du-conflit-arme


Au moins 284 civils ont été tués et 363 blessés cette année à la suite du conflit armé en Libye, soit plus d’un quart par rapport à l’année dernière, selon les données du Bureau de l’ONU aux droits de l’homme et de la Mission onusienne en Libye (MANUL).

« Les frappes aériennes ont été la principale cause de pertes civiles, avec 182 morts et 212 blessés, suivies par les combats au sol, les engins explosifs improvisés, les enlèvements et les meurtres », a déclaré le porte-parole du Haut-Commissariat, Rupert Colville, lors d’un point de presse ce vendredi à Genève.

Au cours de la même période, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a documenté une soixantaine d’attaques liées au conflit contre des établissements et du personnel de santé, ce qui représente une augmentation de près de 70 % par rapport à la même période en 2018. Selon les services de la Haut-Commissaire Michelle Bachelet, ces victimes civiles témoignent de la détérioration de la situation des droits de l’homme en Libye, notamment par l’impact du conflit en cours sur les civils.

Abus persistants sur les migrants et réfugiés

Dans ce lot, les journalistes et les défenseurs des droits humains continuent de faire l’objet de violences, de menaces et de harcèlement. A cet égard, le cas le plus récent reste le sort de Reda Fhelboom, défenseur des droits humains et journaliste bien connu, qui a été arrêté le 14 décembre par un groupe armé à l’aéroport de la Mitiga à Tripoli, après son arrivée de Tunis.

« Nous craignons que sa disparition ultérieure ne soit liée à son travail de défenseur des droits humains ou de journaliste », a ajouté M. Colville.

Le sort des migrants et des réfugiés continue d’être un sujet de vive préoccupation en Libye. Ces derniers continuent d’être régulièrement victimes d’abus, notamment d’exécutions extrajudiciaires, de détentions arbitraires, de disparitions forcées, de torture, de violences sexuelles et sexistes, d’enlèvements contre rançon, d’extorsion et de travail forcé. Des violations commises par des agents de l’État, des trafiquants et des passeurs.

Entre janvier et novembre, plus de 8.600 migrants ont été interceptés en mer par les garde-côtes libyens et renvoyés en Libye, qui ne peut évidemment pas être considérée comme un port de débarquement sûr. » D’autant qu’un grand nombre des personnes interceptées ont été renvoyées dans des centres de détention officiels et non officiels où elles sont régulièrement victimes de graves violations des droits de l’homme et d’abus.

Une situation d’autant plus préoccupante que les parties au conflit continuent de stocker des armes et des munitions à proximité de sites civils, en particulier dans les centres de détention où sont détenus les migrants et les réfugiés.

« Nous rappelons aux parties leur obligation de prendre toutes les précautions possibles contre les effets des attaques », a insisté le porte-parole du Haut-Commissariat.


Massacre de la prison d’Abu Salim : le Haut-Commissariat dénonce l’acquittement d’Abdullah Senoussi

A ce jour, l’ONU estime que 8.813 personnes sont détenues dans 28 prisons officielles sous l’autorité du Ministère de la justice, dont environ les deux tiers sont en détention provisoire.

Or, des informations crédibles font état de détentions arbitraires, de tortures, de disparitions forcées, de violences sexuelles et sexistes, et de la surpopulation des centres de détention sous le contrôle du ministère de l’Intérieur.

« Les conditions dans les lieux de détention non officiels, souvent gérés par des groupes armés, sont encore plus difficiles à surveiller et risquent d’être encore pires », a fait valoir M. Colville.

Par ailleurs, le Bureau de l’ONU aux droits de l’homme a dénoncé « le climat d’impunité qui persiste en Libye, notamment par l’acquittement, le 15 décembre, par la Cour d’appel de Tripoli, de tous les accusés, y compris l’ancien chef des services de renseignement Abdullah Senoussi, dans le procès relatif au massacre de 1.200 personnes à la prison d’Abu Salim à Tripoli en 1996.

« Le massacre d’Abou Salim est l’un des griefs qui a donné lieu au soulèvement de 2011 en Libye. Nous réitérons l’appel lancé en septembre pour la création d’un mécanisme d’enquête sur les crimes graves commis en Libye », a conclu le porte-parole du Haut-Commissariat.

L'AUTEUR
ONU

284 civils tués et 363 blessés cette année à la suite du conflit armé
Libye - 284 civils tués et 363 blessés cette année à la suite du conflit armé





Autres titres
Un célèbre journaliste libyen porté disparu depuis son arrestation
Libye - Un célèbre journaliste libyen porté disparu depuis son arrestation
Transport : Bientôt la reprise du trafic
Libye - Transport : Bientôt la reprise du trafic
Emploi : Les salaires de milliers d'enseignants sans papiers suspendus
Libye - Emploi : Les salaires de milliers d'enseignants sans papiers suspendus
Nouvelle tragédie en Méditerranée: des dizaines de personnes se noient au large des c...
Libye - Nouvelle tragédie en Méditerranée: des dizaines de personnes se noient au large des c...
Plus de nouvelles






RECOMMANDÉS
L'ONU condamne le bombardement du Collège militaire à Tripoli
1.  Libye - L'ONU condamne le bombardement du Collège militaire à Tripoli

2.  Libye - Un célèbre journaliste libyen porté disparu depuis son arrestation

3.  Libye - Zone de contrôle : Un drone italien abattu par les forces pro-Haftar

4.  Libye - Transport : Bientôt la reprise du trafic

5.  Libye - Emploi : Les salaires de milliers d'enseignants sans papiers suspendus




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média