3:15:00 AM Lundi, 27 Janvier 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Au nom de quelle foi ?

Togo - Politique
- | | 8 Commentaires


Le 31 décembre 2019, c’est au nom de la foi qu’on a demandé aux citoyens Togolais d’accepter la désignation d’une personne précise pour conduire les destinées de leur pays à partir de 2020 car Dieu «aurait désigné» cet homme. Même si nous pensons que ce Dieu auquel on fait référence est aussi le nôtre, nous avons la certitude que ce même Dieu a doté l’homme de toutes les capacités d’analyse et de discernement nécessaires pour juger si un candidat convient ou non dans la prise en compte des signes du temps. Ce qui dérange et peut choquer ce n’est pas la référence à Dieu, seul Maître de l’Histoire et créateur de l’homme comme un être politique, mais l’instrumentalisation d’un membre de la hiérarchie d’une Eglise pour conférer une onction. Heureusement que Dieu a fait don de la raison et laisse la liberté aux hommes pour choisir en connaissance de cause.

Nous avons déjà tourné la page sur ce qui semble être le résultat d’un processus qui date d’un autre âge… Et comme c’était en 2019, nous pouvons rapidement oublier le fait.

Mais pas avant de revenir sur ce qui constitue un aspect important du problème de cette désignation. Ce qui nous scandalise, en effet, c’est qu’un candidat accepte d’être ainsi « imposé » aux citoyens, en jouant sur le fait que la plupart des citoyens sont des croyants, et par conséquent, qu’ils se laisseront peut-être manipuler. Ce candidat croit-il que les Togolais de 2019, que dis-je de 2020, sont incapables de décider par eux-mêmes de celui qui convient à la tête du pays ? Ce candidat croirait-il par hasard se refaire ainsi une virginité par la personne qui l’aurait désigné ? Les citoyens pourront-ils oublier son parcours d’abord avant 1990 avec l’ancien régime, et puis depuis 2005, tantôt dans l’opposition, tantôt dans la majorité ? S’ils avaient le loisir de l’interroger, les citoyens oublieraient-ils de lui poser des questions sur tant et tant de sujets : la répartition des richesses de ce pays, le sens des choix politiques antérieurs auquel il a participé, les massacres de Fréau Jardin etc. Dieu serait-il réellement à la base de tous ses choix ? Ce candidat sait-il que nous sommes en 2020 ?

Sommes-nous vraiment en 2020 ? La question se pose aussi à propos de ceux qui sont tentés de renouer avec les vieilles méthodes d’avant 1990 ou à coups de billets de banque, on rassemblait quelques milliers de personnes chargées de défiler dans la rue en scandant le nom d’un candidat… Ce candidat dirait après que s’il se présente c’est pour se plier à la volonté du peuple, dans un esprit de sacrifice, puisque lui-même ne l’envisageait guère… Car vox populi, vox Dei, n’est-ce pas ?

Et les candidats, qui laissent la porte ouverte, se disant d’abord indépendants, pour s’attribuer ensuite telle ou telle étiquette ? Croiraient-ils par hasard que les citoyens sont incapables de distinguer entre ceux qui veulent aller aux élections pour le bien commun et ceux qui veulent y aller pour goûter à la griserie du pouvoir ?

Parce que nous sommes en 2020, nous, nous avons foi dans les citoyens togolais qui s’attendent à la transparence des élections en commençant par la clarté et la vérité dans le comportement des candidats. Et pour ça nous pensons que les citoyens ne devraient jamais renoncer à interroger le passé des candidats, à chercher dans leur histoire, à se demander quels ont été leurs choix, leurs engagements car même s’il est vrai que toute personne a droit à l’erreur, et qu’elle peut changer, il faut que cette personne donne les preuves de ce changement. Par conséquent, si des candidats ne sont plus en accord avec leurs options antérieures, on leur demande de faire leur mea culpa et de reconnaître qu’ils avaient fait un mauvais choix à l’époque.

De la même façon, le citoyen togolais, tout en reconnaissant que nous vivons dans un contexte d’interdépendance entre les pays, ne peut pas accepter les candidats qui présentent comme argument pour être élus le fait d’être soutenus par tel ou tel pays, en particulier par telle ou telle puissance occidentale.

Parce que nous sommes en 2020, nous pensons qu’un candidat est d’abord choisi par ses concitoyens, avant de se targuer des appuis hors Togo dont il pourrait bénéficier.

Parce que nous sommes en 2020, nous avons foi dans le citoyen togolais qui a besoin de savoir ce qu’on veut faire de lui dans les mois à venir.

Avant de s’en remettre à Dieu, il veut savoir comment on prendra sa voix en compte, il veut savoir comment les candidats vont se mobiliser chacun et tous pour que, pour une fois, on ait des élections crédibles au Togo.

Avant de s’en remettre à Dieu, le citoyen togolais veut savoir si après les élections, il peut espérer vivre mieux que toutes ces dernières années. Il veut savoir si lui aussi pourra profiter des richesses de ce pays pour sa vie quotidienne, pour le bien-être de ses enfants, pour un meilleur vivre ensemble.

Pour cela, au fond, il n'aurait pas fallu qu’on s’adresse aux candidats d’abord. En effet, les candidats portés par un parti, défendent la ligne politique de ce parti. Même indépendants, ils défendent une ligne politique. C’est elle qu’il faut interroger. Cela permet aux citoyens de se décider en connaissance de cause.

Quelques exemples. Nous sommes en plein débat sur l’Eco. Quelle est la position des candidats sur le simulacre OUATTARA-MACRON du 21 décembre dernier ? Les candidats sont-ils d’accord avec cette position ou non? Nous avons une quinzaine de candidats, mais il n’y a que deux positions dans cette affaire, cela permet de choisir plus facilement, n’est-ce pas ?

Il en est de même de la question de l’énergie : le parti au pouvoir a choisi de nous faire vivre dans une telle dépendance vis-à-vis du Nigeria, que celui-ci peut décider de nous couper le courant quand il veut. Quels sont les partis qui choisissent la voie des énergies renouvelables, particulièrement le développement de l’énergie solaire, non seulement pour 3 diminuer la dépendance mais surtout pour soulager les Togolais écrasés sous les factures de courant dont le prix augmente constamment ! Là aussi une quinzaine de candidats mais seulement deux voies…

Dernier exemple : qu’est-ce qui est prioritaire dans le domaine des structures de santé? Le parti au pouvoir prétend que c’est un grand hôpital de référence. Et pas des structures plus accessibles géographiquement et financièrement pour les plus pauvres ? Une quinzaine de candidats, pour deux options fondamentales !

Les citoyens ont besoin de prises de position sur ces points, et tant d’autres, qu’on ne peut tous citer ici, pour choisir eux-mêmes leur candidat au lieu qu’on leur dicte qui est l’homme providentiel !

Finalement pourquoi une telle fixation sur les candidats ? Serions-nous encore aux temps où les citoyens remettaient toute leur vie entre les mains d’une personne sans s’informer d’abord sur la personne, sur ses capacités, sur ses projets, ses atouts ? L’ère de l’homme providentiel est derrière nous et donc nous n’en voulons plus. Nous sommes en 2020, tout de même !

Les potentiels candidats n’ont qu’à faire leur part, se présenter s’ils le veulent, faire campagne c’est-à-dire nous convaincre chacun par des arguments rationnels, qu’il est le meilleur. Et nous, citoyens ferons notre part : nous choisirons en toute liberté lorsque nous serons dans l’isoloir. Qu’on ne fasse aucune pression sur nous, surtout pas en utilisant la religion. Nous avons déjà vécu avec des hommes providentiels avant 1990, pour ceux qui auraient la mémoire courte. Mais nous sommes en 2020 !


Par Maryse QUASHIE et Roger Ekoué FOLIKOUE







Autres titres
R N D P : Des élections présidentielles viciées !
Togo - R N D P : Des élections présidentielles viciées !
Présidentielle 2020/Ferdinand Ayité : « Faure de toute façon sera premier, on cherche...
Togo - Présidentielle 2020/Ferdinand Ayité : « Faure de toute façon sera premier, on cherche...
Un candidat président dans la confusion de rôle
Togo - Un candidat président dans la confusion de rôle
Présidentielle 2020 : Le plan d’effritement des voix de l’opposition en marche
Togo - Présidentielle 2020 : Le plan d’effritement des voix de l’opposition en marche
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 8   Ehuzu | Dimanche, 5 Janvier 2020  - 21:32
  Réponse à 6-Général Okonko #
  C'est pas etonnant :-)

 7   Ehuzu | Dimanche, 5 Janvier 2020  - 21:8
  Dit comme ca, les togolais n'auraient rien d'autre a faire que d'aller voter le jour du scrutin et d'attendre sereinement le resultat proclame par une CENI consensuelle, validee par une cour constitutionnelle hors de soupcon. Il n'y aurait rien a redire sur la liste electorale.
La reflexion ci-dessus aurait tout son sens ou toute sa pertinence si le Togo n'etait pas "le pays des impossibles", le pays dans lequel l'impossible finit toujours par se produire!
Comme on n'est pas idiot, on va pas refaire ce qui n'a pas marche dans le passe et qui a toutes les chances de ne pas marcher une nouvelle fois.Donc on va essayer la solution proposee par Mgr.
De toute facon, a partir du moment ou on decide de choisir un candidat unique de l'opposition parmi plusieurs, on prend le risque de faire le groupe des mecontents, le groupe de ceux qui auraient souhaite que leur candidat soit designe comme candidat unique.
Il faut une transition ou un mandat de transition pour le Togo. Ca aussi, c'est un projet.
Ce que l'ANC peut encore faire, c'est de rentrer en negociation avec Kodjo. Concernant les accusations contre Kodjo, ce dernier s'en est defendu.
C'est naif de croire qu'il y aura 2 tours pour les presidentielles. En 1998, la constitution prevoyait bien 2 tours. Cela n'a pas empeche Seyi Memene de proclamer a l'aube la victoire du RPT avec 52,13% des voix. Awa Nana, a l'epoque presidente de la commission Electorale pouvait toujours attendre toute la nuit la remontee des resultats depuis les bureaux de vote!

Si les togolais ne veulent pas du scrutin de fevrier 2020, ils ont encore le choix de se soulever comme le demande Tikpi.

 6   Général Oko | Samedi, 4 Janvier 2020  - 15:3
  Pour une fois je suis d'accord avec Mme Quashie.

 5   Clement GAVI | Samedi, 4 Janvier 2020  - 10:50
  'Ce candidat croirait-il par hasard se refaire ainsi une virginité par la personne qui l'aurait désigné ? Les citoyens pourront-ils oublier son parcours d'abord avant 1990 avec l'ancien régime, et puis depuis 2005, tantôt dans l'opposition, tantôt dans la majorité ? S'ils avaient le loisir de l'interroger, les citoyens oublieraient-ils de lui poser des questions sur tant et tant de sujets : la répartition des richesses de ce pays, le sens des choix politiques antérieurs auquel il a participé, les massacres de Fréau Jardin etc. Dieu serait-il réellement à la base de tous ses choix ? Ce candidat sait-il que nous sommes en 2020 ?'

Ces propos venant des citoyens Togolais Catholiques m'étonnent. Car, demander si' ce candidat croirait-il par hasard se refaire ainsi une virginité par la personne qui l'aurait désigné, c'est à dire, Mgr Kpodzro' revient à affirmer que le prêtre ne peut pas, par le pardon, effacer les fautes commises. Or, l'une des premières choses qu'on nous enseigne au catéchisme, c'est l'absolution par la confession. Le prête à la fin de la confession pardonne les fautes. Il est étonnant que des Catholiques demandent si ce candidat croirait-il par hasard se refaire une virginité par la personne qui l'a désigné, ils contredisent les enseignements du Catholicisme où la confession est l'un des sacrements de l'Eglise.
De la même manière dire que 'Les citoyens pourront-ils oublier son parcours d'abord avant 1990 avec l'ancien régime, et puis depuis 2005, tantôt dans l'opposition, tantôt dans la majorité ?' c'est aussi contredire les enseignements où le pardon est central.
Je trouve absolument étonnant que des Catholiques aient de telles positions. Les Catholiques et les Chrétiens en général devraient être ceux et celles qui optent vers le pardon. Nous ne luttons pas pour condamner, mais pour être libre. Le destin de la foi, c'est d'être appliquée, traduite en réalités pratiques.
Mgr Kpodzro n'encourage pas la bêtise, le glorifie pas le mal. Il dénonce le mal en embrassant dans une bienveillance ceux qui ont fauté. C'est ce que l'Eglise enseigne. Je suis Catholique pratiquant, je suis Togolais et j'ai comme des milliers de familles au Togo, été touché dans la chair et dans l'âme. Cette sanglante dictature a arrêté et assassiné notre père le 10 Janvier 1994 à Lomé dans le quartier de Tokoin Gbonvié, l'année suivante elle va empoisonnée notre mère. Mais loin de nous l'idée de chercher la condamnation de ceux qui en sont responsables. Nous ne résistons, luttons pas pour condamner à la suite. Nous luttons et résistons pour la liberté et le pardon. Je ne peux pas me dire Chrétien Catholique et être incapable de pardonner.
La pertinence du choix de Mgr Kpodzro réside aussi dans le fait qu'il opte vers la nécessité du pardon. C'est pour cela qu'il a fait le choix de quelqu'un à qui l'on peut reprocher quelque chose, il embrasse le peuple Togolais dans son ensemble. Il ne fait pas la promotion du mal. Il est contre la dictature donc pour le changement et le pardon. C'est la bonne approche.

 4   Agbéyomé ho | Samedi, 4 Janvier 2020  - 10:32
  Réponse à 2-Clement GAVI
  Soutenons tous Agbéyomé Kodjo

 3   je vois | Samedi, 4 Janvier 2020  - 8:32
  quelle croix? La croix de la haine envers les Gnassingbé à cause de son problème avec le feu Mgr DOSSEY Anyron mal réglé selon lui par le feu Eyadema?

 2   Clement GAVI | Samedi, 4 Janvier 2020  - 7:23
  'Qu'on ne fasse aucune pression sur nous, surtout pas en utilisant la religion. Nous avons déjà vécu avec des hommes providentiels avant 1990, pour ceux qui auraient la mémoire courte. Mais nous sommes en 2020 !'

Personne ne fait pression sur nous. La réalité du Togo est la pression qui nous détermine. C'est elle qui commande de s'aligner sur le choix fait par Mgr Kpodzro qui n'a jamais cessé de communier à la souffrance et la douleur du peuple Togolais. La pression sur nous, c'est la raison, une raison qui commande de donner un sens à ce que fait Mgr Kpodzro, le peuple Togolais a une obligation morale envers lui.
Le destin de la foi qui se manifeste dans la religion, c'est de déterminer le déploiement de l'être. Mgr KPodzro est un sérieux homme de Dieu, il n'exploite pas le nom de Dieu. Comme le Christ a délivré, il cherche à délivrer le peuple Togolais des jougs de cette sanglante dictature dynastique.

 1   Clement GAVI | Samedi, 4 Janvier 2020  - 6:34
  Parce que nous sommes en 2020, nous, nous avons foi dans les citoyens togolais qui s'attendent à la transparence des élections en commençant par la clarté et la vérité dans le comportement des candidats. Et pour ça nous pensons que les citoyens ne devraient jamais renoncer à interroger le passé des candidats, à chercher dans leur histoire, à se demander quels ont été leurs choix, leurs engagements car même s'il est vrai que toute personne a droit à l'erreur, et qu'elle peut changer, il faut que cette personne donne les preuves de ce changement.'

Nous avons, nous peuple Togolais l'obligation d'accompagner Mgr Kpodzro dans son choix. La spontanéité divine, par une action invisible de Dieu en l'homme peut faire que la personne sélectionnée sera meilleur, en dépit de ses erreurs passées. En le personne choisie, nous devons y voir l'homme de Dieu, le noble homme de Dieu qui l'a désigné. Ce qu'il faut dire, à Agbéyomé Kodjo est de s"assurer qu'il honore et rend gloire à Dieu à chaque étape. Pardonnons son passé et embrassons le dans une bienveillance. Ce qui importe, c'est de se débarrasser de cette sanglante dictature dynastique vieille vieille d'au moins 54 ans.

Soutenons Agbéyome Kodjo


RECOMMANDÉS
R N D P : Des élections présidentielles viciées !
1.  Togo - R N D P : Des élections présidentielles viciées !

2.  Togo - Une Togolaise accusée d'avoir volé un enfant de 2 ans au Ghana

3.  Togo - Présidentielle 2020/Ferdinand Ayité : « Faure de toute façon sera premier, on cherche...

4.  Togo - Deux présumés profanateurs de tombes dans les mailles de la police de Tado

5.  Togo - Mission médico-chirurgicale : AIMES-AFRIQUE pose ses valises dans le Zio et Yoto




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média