12:25:09 AM Mercredi, 26 Février 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Lobbying de la diaspora pour l’alternance politique au Togo : pourquoi ça n’aboutit pas ?

Togo - Politique
iciLome | | 18 Commentaires
lobbying-de-la-diaspora-pour-l-alternance-politique-au-togo-pourquoi-ca-n-aboutit-pas-


"Vous devez nous aider" ; "on compte sur vous et vos réseaux", disent les hommes politiques aux Togolais vivant à l’étranger. "Nous sommes fatigués de ces politiciens... la communauté internationale nous a abandonnés… Vous êtes notre espoir", disent de nombreuses voix au sein de la population civile. Combien de fois les Togolais de la diaspora n’ont-ils pas entendu ces propos, et ce depuis des années ?

Sensible à ces appels, la diaspora togolaise s’est lancée dans un lobbying agressif pour tenter d’aider autant qu’elle peut, et les hommes politiques et la population civile. Pourtant, malgré tout l’entrain qui accompagne ces efforts, les résultats tardent à se faire sentir sur le terrain. Au point que certains estiment que c’est parce que le régime corrompt à tout vent les acteurs de la communauté internationale que ces efforts de la diaspora peinent à aboutir. En réalité, un peu comme avec l’action politique elle-même au Togo, le lobbying qui s’est fait jusqu’ici par la diaspora tarde à aboutir du fait principalement des contradictions qui lui sont propres ; la corruption par le régime ne joue qu’un rôle limité mais qu’on surestime.

Du lobbying de la diaspora pour l’alternance politique, on peut retenir 4 principaux facteurs de blocage.

1. Le lobbying mené par la diaspora est politiquement partisan
Depuis les années 90, ceux qui ont mené le lobbying dans la diaspora l’ont généralement fait pour qu’il soit à l’avantage d’un homme politique donné, c’est-à-dire pour une alternance politique incarnée par un homme, et lui seul. Pendant longtemps ce fut un lobbying à l’avantage de Gilchrist Olympio, opposant historique et figure emblématique de la lutte politique au Togo. Mais ce lobbying quoique parfois vigoureux et sincère n’est pas autonome ; c’est l’homme politique qui, depuis le Togo, téléguide ce lobbying pour son avantage exclusif. Donc le général est au Togo et la troupe est à l’extérieur. Et puisqu’il en est ainsi, les lobbyistes (ceux qui mènent le lobbying) manquent une certaine marge de manœuvre, voire une créativité dans leurs approches.

À partir du moment où tout l’effort de lobbying se fait au bénéfice exclusif d’une personne, ces efforts prennent un coup pour ne pas dire qu’ils tombent à l’eau dès que le bénéficiaire effectue un virage à 180 degrés, par exemple lorsqu’il adopte une position diamétralement opposée à celle qui guide le lobbying de ses troupes. Lorsque cela arrive (comme ce fut le cas avec Gilchrist en 2010), soit les acteurs du lobbying dans la diaspora refusent de suivre l’homme politique dans sa déperdition et abandonnent leurs efforts, soient ce sont plutôt leurs interlocuteurs internationaux qui rechignent à les recevoir, soucieux de garder une distance vis-à-vis des gens qui font une chose aujourd’hui et son contraire demain (ce qui est pourtant commun avec les politiciens Togolais).

2. L’adversité entre les hommes politiques au Togo et les acteurs du lobbying au sein de la diaspora
Très souvent, par arrogance ou par ignorance, les hommes politiques considèrent ceux qui mènent le lobbying dans la diaspora comme des valets, plutôt que comme des partenaires, ce qui empêche toute coopération franche et fructueuse des efforts. Les hommes politiques togolais justifient cette relation de subordination au fait que la diaspora est loin du "terrain" où se déroule véritablement la bataille, et certains hommes politiques n’hésitent pas à lancer à leurs représentants de la diaspora le très détestable refrain de "c’est nous qui sommes sur le terrain." Autrement dit, "obéissez à nos ordres". C’est une attitude qui passe plutôt mal auprès d’une diaspora qui très souvent vit dans des pays dans lesquels l’action politique est basée sur des partenariats entre citoyens, et non sur la subordination sans questionnement de certains citoyens aux autres.

Bien entendu cette arrogance existe aussi du côté de la diaspora au sein de laquelle certains s’attendent à être les donneurs d’ordres aux hommes politiques, ce qui évidemment est le chemin royal vers l’échec de la relation. Cette relation ambivalente éclate parfois lorsque les hommes politiques en viennent par des soupçons parfois maladifs, à considérer leurs lobbyistes de la diaspora comme des concurrents cherchant à leur nuire ou à récupérer le lobbying à leur propre profit et non celui de l’homme politique. Des cas existent et ces craintes ne relèvent pas toujours de la paranoïa.

3. Le manque de message alternatif
En général dans les activités de lobbying, les interlocuteurs externes s’attendent à un message axé sur l’avenir du pays, c’est-à-dire à ce qu’on leur demande d’appuyer une approche dont la réalisation ne créera pas une situation pire que la présente. Or généralement, les points essentiels du message de lobbying de la diaspora tournent uniquement sur le départ du régime en place et pas assez sur ce que sera le pays sans ce régime. La méprise des lobbyistes de la diaspora est qu’ils estiment que leurs interlocuteurs savent automatiquement que le pays serait mieux géré ou se porterait mieux avec l’alternance politique. Même si c’est le cas, ces interlocuteurs veulent entendre de la bouche même des lobbyistes comment ils parviendront à la situation désirée. "We want to hear it from you" comme disent les Américains, autrement dit, présentez-nous l’avenir envisagé en vos propres mots.

Dans un pays où même les alliances politiques telles que la C14 se sont refusées à élaborer ce type de message qui va au-delà du départ du régime, ne serait-ce que sous la forme d’un nombre de mesures qui suivront le départ immédiat ou la chute du régime, le lobbying de la diaspora laisse les interlocuteurs avec plus de questions que de réponses qui leur permettraient de s’engager résolument aux côtés des forces en lutte pour l’alternance politique.

4. Faiblesse du lobbying "non-aligné"
Enfin, il y a une autre forme de lobbying qui, quoique mineure, parvient à échapper au captage des hommes politiques. Mais ce lobbying fait face à deux obstacles majeurs.
D’abord parce que pour réussir à faire bouger les lignes, le lobbying de la diaspora a besoin des relais locaux. Dès lors que ce lobbying n’est pas téléguidé par les politiciens, ces derniers n’acceptent pas être ses relais. Restent les responsables de la société civile, mais ces derniers n’ont pas la même capacité de capitalisation du lobbying que les partis politiques, dans un pays politiquement polarisé.
L’autre obstacle que rencontre ce type de lobbying, ce sont les attaques des « fantassins » des partis politiques au sein de la diaspora, des « foot soldiers » comme on dit en anglais, ceux qui se définissent avant tout comme des leviers des partis politiques, plus soucieux de servir les partis, et prêts à tout pour que le lobbying ne serve qu’aux intérêts des partis. Autant donc dire que cette dernière forme de lobbying a du pain sur la planche.


Le lobbying de la diaspora est en somme une vieille initiative, un lobbying tantôt dormant, tantôt énergique, surtout à la suite d’événements malheureux comme la répression militaire de 2005 et celle qui a suivi la révolte populaire du 19 août 2017. Mais le principal défi reste la convergence des efforts autour des enjeux véritablement nationaux et sur la base d’un message commun, au-delà des sirènes des partis. Vivre à l’extérieur du Togo devrait faciliter la levée d’un tel défi. Mais en attendant, on en est loin.


A. Ben Yaya
New York, 26 janvier 2020.

L'AUTEUR
A. Ben Yaya
A. Ben Yaya
.

Lobbying de la diaspora pour l’alternance politique au Togo : pourquoi ça n’aboutit pas ?
Togo - Lobbying de la diaspora pour l'alternance politique au Togo : pourquoi ça n'aboutit pas ?





Autres titres
Mgr Kpodzro : « Faure Gnassingbé me trouvera sur son chemin »
Togo - Mgr Kpodzro : « Faure Gnassingbé me trouvera sur son chemin »
Présidentielle 2020 : CODITOGO ne jure que par Agbéyomé
Togo - Présidentielle 2020 : CODITOGO ne jure que par Agbéyomé
Présidentielle 2020 : Hery Rajaonarimampianina au candidat Agbéyomé
Togo - Présidentielle 2020 : Hery Rajaonarimampianina au candidat Agbéyomé
Me Mouhamed Tchassona Traoré prend acte de son score
Togo - Me Mouhamed Tchassona Traoré prend acte de son score
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 18   GILETS JAUNES | Mercredi, 29 Janvier 2020  - 15:5
  Réponse à 17-DROLS DOPOZANS
  Je ne vois pas ce qu'on peut reprocher à JO puisque pour la construction nationale chacun ne peut apporter que ce dont il dispose! JO est tout sauf un lèche-cul !
JO est un bon valet de chambre et aussi un très bon cireur de chaussures de monsieur le Maire de Golfe 4 pas plus !
C'est la contribution qu' il peut apporter pour bâtir la cité.
----
IL FAUT UN PEU DE TOUT POUR FAIRE UN MONDE alors J'exige de toi plus de tolérance envers ce brillant jeune homme qui a juré un soutien indéfectible à son Gourou

 17   DROLS DOPOZANS | Mardi, 28 Janvier 2020  - 18:42
  Réponse à 12-JO
  Monsieur JO,
avec respect je me dois de vous avouer que vos réactions sont similaires à celles de ceux qui dans le temps juraient un SOUTIEN INDEFECTIBLE au Timonier contre une bière et qui se livrait au culte de la personnalité.

Ne vois-tu pas que du livres un culte à la personne de monsieur Maire de Golfe 4 ???
Comme plusieurs l' ont remarqué tu ie bats pour monsieur le Maire et non pour ton pays, ni pour l' alterance dans ton pays, tu es hors classe!

 16   JO LEBON | Mardi, 28 Janvier 2020  - 11:53
  Réponse à 14-TRISTE
  "- Qui est ce qui surnomme son candidat á une Présidentielle; FEMMELETTE ????!!! Est-ce pour encourager les gens à voter pour lui ou à décourager son électorat ?"

__________
Je connais l' attachement de JO aux populations et l' amour pour sa Patrie.
Moi je pense plutôt qu' il voulait rendre service aux populations en les invitant à découvrir le vrai visage de celui qui se fait passer pour homme d' action !
Quelqu' un qui aime la Patrie comme lui ne peut jamais lui souhaiter une Femmelette á la Magistrature Suprême !

 15   Sètrè Grav | Mardi, 28 Janvier 2020  - 11:47
  Réponse à 1-JO
  au [email protected]
l' accusation portée contre toi est d' une gravité sans précédente sur ce site !
Défends-toi ou dépose une plainte contre X !

 14   TRISTE | Mardi, 28 Janvier 2020  - 11:14
  Réponse à 10-Kassanda
  Kass,
laisse ce JO ! Il ne sait pas ce qu' il veut, c' est peut-être même une taupe du RPT-UNIR, de ceux qui cherchent à aider le pauvre Fabre á échouer en l' encourageant á commettre le plus d'erreurs possibles.
- Qui est ce qui surnomme son candidat á une Présidentielle; FEMMELETTE ????!!! Est-ce pour encourager les gens à voter pour lui ou à décourager son électorat ?
- ensuite il insulte les gens au nom de l' ANC ou les incite à la violence, pour le moment verbale mais qui sait ce qui se cache derrière? Il a essayé envain de convaincre un internaute, il a d' abord commencé á l' insulter. Puis à sa grande joie un autre aussi l' insulte.
Réaction de la Taupe nommée JO " c' est un dur á cuire, tapez bien dessus! "
Il me fait de la peine ce JO, cette Taupe devenue célèbre sur Icilomé à force d' insulter au lieu et place de raisonner

 13   JOHN | Mardi, 28 Janvier 2020  - 9:46
  Réponse à 9-Clement GAVI
  Tu es assez névrosé toi. C'est de vous que parle BEN YAYA, des gens qui font de lutte une lutte personnelle et non collective. Si ton papa a voulu jouer au gros bras avec GNASS et il a perdu, ne fait pas de ta haine, une haine collective. En allant ainsi, tu ne verras jamais le changement au Togo. Avec des opposants comme vous (GIL l'a compris), les GNASS dormiront tranquille pendant encore des décennies.

 12   JO | Mardi, 28 Janvier 2020  - 8:30
  Réponse à 10-Kassanda
  pfff n'importe quoi... je cache mon soutient à FABRE.. j'ai quoi à cacher? Tu parles de quel soutien? Sur ce site, je ne fais que dire ce que je pense et ça coïncide très souvent à des actes posés par ANC. Je n'en suis pas membre et j'aurais été à la place de FABRE il y a des choses que je ferai autrement, des choses que je dirai autrement. Mais je ne suis pas à sa place et j'admire ce qu'il fait point barre.. Je ne donne pas des leçons et ne dénigrent pas ceux qui sur le terrain essayent de faire quelques choses alors que je suis tranquille ici derrière mon écran.

Par contre ceux qui veulent prendre les togolais pour des cons je leur dis ce que je pense aussi.

Quand à ce minable ROMARICSON qui se prend tantôt pour politologue, tantôt pour pasteur et je ne sais quoi encore.. si tu es enchanté par les inepties qu'ils racontent c'est ton problème. j'ai rien à foutre..

 11   abawe | Mardi, 28 Janvier 2020  - 6:13
  Togo: Avec 40% pour Gnassingbé, le sondage qui fait trembler Lomé

Par Diedhiou |27.01.2020

Commandité par la présidence de la République, un sondage qui donne Faure en tête du premier tour attribue 27% à Agbéyomé Kodjo. Si Fabre est 2e dans les intentions de vote avec 29%, le score reste très serré d'autant que chaque jour, l'ancien Premier ministre monte dans les intentions de vote. Faure reste tout de même en tête avec plus de 40%. Mais il y a eu de quoi effrayer le président sortant.

Nous étions sous presse quand l'information est parvenue à notre rédaction. Depuis quelques semaines, un institut français de sondage appartenant à une géante entreprise présente au port de Lomé réalise des sondages chaque vendredi pour Faure Gnassingbé. Objectif, suivre sa progression dans les intentions de vote. Mais le dernier en date de vendredi dernier a donné de la sueur froide à Lomé II. Ses deux principaux challengers totalisent 56% et Fabre est pour l'instant le mieux placé pour le battre.

Six sondages déjà

En six semaines, la présidence a déjà reçu six sondages en tout. Si l'avant dernier ne donnait que 20,9% à Agbéyomé Kodjo et 26% à Jean Pierre Fabre, le dernier fait peur à son principal adversaire, Faure Gnassingbé. Pour la première fois, le président sortant fait face, selon les chiffres, à un second tour. De 20,9%, la semaine dernière, Kodjo passe à 27% alors que l'opposant historique n'a gagné qu'un seul point. Mais Fabre est aussi en progression nette. Cela s'explique sans doute par le fait que le discours de Kodjo attire de plus en plus des militants de Unir, majorité au pouvoir. Et que les sorties de Fabre rassurent le socle de son électorat. Mais Fabre reste le mieux placé pour un second tour. Son handicap serait, dans ce cas, de ne pas suffisamment rassurer les populations d'autant qu'il avait déjà gagné en 2010 sans jouir de sa victoire. En tout, six sondages ont déjà été réalisés depuis début décembre. De 7%, Agbéyomé Kodjo est monté à 27%, il a notamment grimpé avec le choix de sa candidature par l'évêque. De 31%, Fabre est arrivé à 26% avant de remonter lentement pour être, cette semaine à 29%. Issue ? Il faut sans doute que les deux hommes se mettent ensemble.

Fabre et Kodjo

Il avait décollé dans l'opinion dès que sa candidature a été annoncée comme unique de l'opposition par Mgr Philippe Kpozdro. Mais personne ne s'attendait à un tel élan en quelques semaines. Il reste tout de même devancé par Fabre et il est plus que jamais urgent que les deux hommes se mettent ensemble. Des canaux de discussions existent entre les deux. S'ils arrivent à juguler la fraude, ils peuvent aller tous et le moins bien placé soutien celui qui arrivera en tête au second tour. Mais pour être sûr de s'en sortir, le désistement de l'un d'entre eux s'impose. En attendant, chacun s'accroche, mais nous sommes encore à plus de trois semaines du premier tour prévu le 22 février prochain.

Les Togolais sont nombreux à penser que grâce à son réseau et à sa force de frappe, Agbéyomé pourrait facilement être l'oiseau rare mais l'opposant historique, le plus populaire de l'opposition en ce moment, ne baisse pas les bras. En attendant, Faure Gnassingbé reste en avance, sauf qu'un président sortant fait son maximum dès le premier tour. Mauvaise nouvelle pour ce président au pouvoir depuis 15 ans et qui, certain de l'emporter par la fraude au premier tour, n'a pas fait programmer un second tour par la Commission électorale.

Actu-Express (Bénin)

AMEDODJI kok.....tu as trouvé où ce torchon....🤣🤣🤣
200 ans dans l'eau, le morceau de bois ( Agbeyome) ne deviendra jamais un caimen ( Fabre) 😴

 10   Kassanda | Mardi, 28 Janvier 2020  - 3:33
  Réponse à 1-JO
  Jo tu caches toujours mal ton soutien à Fabre.
Au moins Romaricson se montre lui toi je suis sûr que Jo n'est même pas ton prénom.
Pouahh togolais toujours dans la critique facile.

 9   Clement GAVI | Lundi, 27 Janvier 2020  - 22:53
  A. Ben Yaya est naïf. Il devrait se demander pourquoi cette sanglante dictature dynastique vieille de presque soixante a pu présider le Conseil de Sécurité de l'ONU?
Pourquoi, ce régime terroriste a été choisi par l'Union Européenne comme négociateur en chef des pays d'Afrique, du Caraïbe et du Pacifique dans le cadre d'une coopération entre l'UE et les pays ACP?

Il est difficile d'imaginer ce que représente réellement ce régime si on a pas l'expérience de sa vraie nature.


RECOMMANDÉS
Mgr Kpodzro : « Faure Gnassingbé me trouvera sur son chemin »
1.  Togo - Mgr Kpodzro : « Faure Gnassingbé me trouvera sur son chemin »

2.  Togo - Togo, 4è taux de bancarisation dans l’UEMOA

3.  Togo - Tennis de table : Un togolais se qualifie pour les quarts de final au ITTF-Africa T...

4.  Togo - Mariage de la star ivoirienne Alpha Bondy à 67 ans

5.  Togo - Une messe d’action de grâce en l'honneur de Mgr Denis Amuzu-Dzakpah ce samedi 7 mars ...




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média