5:13:56 PM Mardi, 14 Juillet 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Togo - Mise au point de la CET : Mgr Brian Udaigwe n’a pas été limogé

Togo - Societe
iciLome | | 3 Commentaires
togo-mise-au-point-de-la-cet-mgr-brian-udaigwe-n-a-pas-ete-limoge


Depuis le 13 juin dernier, date de l’annonce de la nomination du Nonce Apostolique Mgr Brian Udaigwe à la Nonciature au Sri Lanka, divers commentaires « malveillants » foisonnent sur les réseaux sociaux au sujet de l’homme de Dieu. D’aucuns vont jusqu’à insinuer qu’il a été limogé par le Saint Siège.

Dans un communiqué rendu public ce mercredi, la Conférence des Évêques Togo, qui s’est réunie en session ordinaire, a voulu apporter une mise au point par rapport à toutes ces « rumeurs infondées » autour de la nouvelle affectation de l’Évêque camerounais.

A en croire la CET, le Nonce Apostolique n’a pas été limogé comme certains internautes veulent faire croire. Il a été juste nominé à nouveau poste par le Saint Père. Et ce, après 7 ans de service au Bénin et au Togo.

« Il s’agit d’une nomination à un nouveau poste par le Pape François, après sept ans de service au Bénin et au Togo. Mgr Brian Udaigwe n’a pas été limogé, c’est-à-dire, n’a pas été renvoyé du service diplomatique, mais simplement nommé à une autre nonciature, la moyenne du mandat d’un Nonce étant généralement de 6 ans », peut-on lire dans le communiqué.

Tout en remerciant le Nonce Apostolique pour le service diplomatique et ecclésial rendu au Bénin et au Togo, la CET prie pour la pleine réussite de sa nouvelle mission au Sri Lanka.

Godfrey A


Togo - Mise au point de la CET : Mgr Brian Udaigwe n’a pas été limogé
Togo - Mise au point de la CET : Mgr Brian Udaigwe n'a pas été limogé









Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 3   Nash | Jeudi, 18 Juin 2020  - 20:50
  Communiqué creux,vaseux et hors de la plaque.
À vrai dire ce communiqué les enfonce plus et montre plus la complicité de la conférence des Évêques du Togo avec le régime dictorial.
Mieux aurait été de se taire

 2   Ché | Jeudi, 18 Juin 2020  - 16:45
  Faux et communiqué de faux.

 1   AshRevolution | Jeudi, 18 Juin 2020  - 12:31
  lu pour vous:

Facebook encercle l'Afrique
par Manlio Dinucci
Alors que Google et Facebook poursuivent avec un opérateur chinois et sans les licences nécessaires la construction de leur câble dans le Pacifique, Facebook seul entreprend une autre ligne alentour de l'Afrique. Celle-ci reliera les ports qui permettront aux multinationales d'exploiter les richesses du continent, mais ne jouera qu'un rôle marginal dans le développement d'économies toujours privées d'électricité.

RÉSEAU VOLTAIRE | ROME (ITALIE) | 16 JUIN 2020
ENGLISH ITALIANO NEDERLANDS PORTUGUÊS TÜRKÇE

JPEG - 25.1 ko
De nombreuses industries et sociétés de service sont en train de faire faillite ou de se redimensionner à cause du confinement et de la crise qui s'ensuit. Certaines, par contre, ont tiré profit de tout cela. Facebook, Google (propriétaire de YouTube), Microsoft, Apple et Amazon —écrit The New York Times— « sont en train de faire agressivement de nouveaux paris, car la pandémie du coronavirus en a fait des services quasiment essentiels ».

Tous ces Tech Giants (Géants de la technologie) sont états-uniens. Facebook —défini non plus comme un Social Network mais comme un Écosystème, dont font partie aussi WhatsApp, Instagram et Messenger— a dépassé les 3 milliards d'utilisateurs mensuels. On ne s'étonnera donc pas si, en pleine crise du coronavirus, Facebook lance le projet d'un des plus grands réseaux de câbles sous-marins, le 2Africa : long de 37 000 km (presque la plus grande circonférence de la Terre), il encerclera tout le continent africain, en le reliant au nord à l'Europe et à l'est au Moyen-Orient. Les pays interconnectés seront au départ 23. Partant de Grande-Bretagne, le réseau reliera le Portugal avant de commencer son cercle autour de l'Afrique à travers le Sénégal, la Côte d'Ivoire, le Ghana, le Nigéria, le Gabon, la République du Congo, la République démocratique du Congo, l'Afrique du Sud, le Mozambique, Madagascar, la Tanzanie, le Kenya, la Somalie, Djibouti, le Soudan et l'Égypte. Dans ce dernier tronçon, le réseau sera relié à Oman et à l'Arabie Saoudite. Puis, à travers la Méditerranée, il arrivera en Italie et de là en France et en Espagne.

Ce réseau à grande capacité —explique Facebook— constituera « le pilier d'une énorme expansion d'Internet en Afrique : les économies fleurissent quand on a un Internet largement accessible pour les entreprises. Le réseau permettra à des centaines de millions de personnes d'accéder à la large-bande jusqu'à la 5G ». Voilà, en somme, la motivation officielle du projet. Une seule donnée suffit à en douter : en Afrique Sub-saharienne environ 600 millions de personnes, équivalant à plus de la moitié de la population, n'ont pas accès à l'électricité.

À quoi servira alors le réseau à large-bande ? À relier plus étroitement aux maisons mères des multinationales ces élites africaines qui en représentent les intérêts dans les pays les plus riches en matières premières, alors que monte la confrontation avec la Chine qui est en train de renforcer sa présence économique en Afrique.

Le réseau servira aussi à d'autres objectifs. Il y a deux ans, en mai 2018, Facebook a établi un partenariat avec l'Atlantic Council (Conseil Atlantique), influente « organisation non partisane », dont le siège est à Washington, qui « fait la promotion du leadership et de l'engagement US dans le monde, avec ses alliés ». L'objectif spécifique du partenariat est de garantir « l'utilisation correcte de Facebook dans les élections dans le monde entier, en surveillant la désinformation et l'interférence étrangère, en aidant à éduquer les citoyens et la société civile ». Ce qu'est la fiabilité de l'Atlantic Council, particulièrement actif en Afrique, se déduit de la liste officielle des donateurs qui le financent : le Pentagone et l'Otan, Lockheed Martin et d'autres industries guerrières (y compris l'italien Leonardo), ExxonMobil et d'autres multinationales, Bank of America et d'autres groupes financiers, les Fondations de Rockefeller et Soros.

Le réseau, qui reliera 16 pays africains à 5 alliés européens de l'Otan sous commandement US et à 2 alliés US au Moyen-Orient, pourra jouer un rôle non seulement économique, mais politique et stratégique.

Le « Laboratoire de recherche digitale juridique » de l'Atlantic Council, à travers Facebook, pourra communiquer chaque jour aux médias et aux personnalités politiques africains quelles informations sont « fausses » et quelles autres sont « vraies ». Les informations personnelles et les systèmes de traçage de Facebook pourront être utilisés pour contrôler et frapper les mouvements d'opposition. La large-bande, y compris en 5G, pourra être utilisée par les forces spéciales US et d'autres dans leurs opérations en Afrique.

En annonçant le projet, Facebook souligne que l'Afrique est « le continent le moins connecté » et que le problème sera résolu par ses 37 000 km de câbles. Ils pourront être utilisés, cependant, comme version moderne des vieilles chaînes coloniales.

Manlio Dinucci


RECOMMANDÉS
Togo - Acharnement contre Agbéyomé : La Cour de justice de la CEDEAO vient de saisir ...
1.  Togo - Acharnement contre Agbéyomé : La Cour de justice de la CEDEAO vient de saisir ...

2.  Togo - Les Gnassingbé peuvent-ils échapper à la fêlure ? ( Suite ) : le chapeau

3.  Togo - Chronique de Kodjo Epou : Silence, le Procureur dort

4.  Togo - Les vols de rapatriement à destination de Lomé suspendus

5.  Togo - Lutte contre la covid-19: L’Eglise catholique prend ses dispositions pour évit...




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média