12:32:51 PM Vendredi, 3 Juillet 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Togo - Produits congelés : Noël Koutera Bataka entretient la tension avec les importateurs. Des conteneurs bloqués au Port de Lomé

Togo - Societe
Lalternative-togo.com | | 8 Commentaires
togo-produits-congeles-noel-koutera-bataka-entretient-la-tension-avec-les-importateurs-des-conteneurs-bloques-au-port-de-lome


Le Togo dépend en grande partie et ce, depuis plusieurs années, de l’importation des produits carnés. Selon les informations, la production locale ne couvre que 10% des besoins sur le plan national. Il y a un temps, cette situation anormale a incité les autorités, notamment le ministre de l’Agriculture d’alors, le Colonel Ouro-Koura Agadazi, à prendre des initiatives en vue de renverser la tendance. Il faudra investir dans la production locale de la volaille afin qu’à terme, la tendance soit totalement renversée, c’est-à-dire qu’on ait une production de 90% sur le plan local et une importation de 10%. Une initiative louable qui devrait permettre de booster l’agricultures togolaise et stimuler la production locale. Le projet était en cours avant l’arrivée du nouveau ministre de l’Agriculture et de la Production halieutique. Noël Bataka s’est inscrit dans la même ligne d’action, sauf qu’il ne met pas la manière et provoque une tension permanente avec les importateurs.

Précipitation, incompréhension, cafouillage

Lorsqu’on définit un objectif assez louable, ambitieux et surtout dans un secteur aussi dépendant, il faut se donner du temps pour renverser la tendance, surtout que la production locale est pour le moment largement inférieure à l’importation. On ne renverse pas la dépendance de l’extérieur de 90% en quelques mois ou années. C’est un long processus qui exige de la part des gouvernants une volonté politique, celle d’investir réellement dans la production locale afin de réduire progressivement la tendance. Au lieu de faire les choses graduellement, l’actuel ministre de l’Agriculture et de la Production halieutique se comporte comme un éléphant dans un magasin de porcelaine, fracassant tout sur son passage, s’arrogeant des prérogatives qui ne sont pas les siennes, traitant des opérateurs économiques comme des délinquants.

Après plusieurs séances avec les opérateurs économiques, séances souvent marquées par du chantage, des menaces, des injonctions, Koutera Bataka s’est fendu d’une note de service (fac-similé) portant obligation de signature de contrats de fourniture de volailles locales. Avant cette note de service, le ministre a tenté, vainement, d’obliger les importateurs à acheter de la volaille dans les fermes agricoles avant de se faire rappeler par ces derniers qu’ils ne vendent que des produits congelés. Une liste de fermes agricoles avec leurs capacités de production a été même mise à disposition des importateurs. C’est lorsque ces derniers ont rappelé à la religion du ministre qu’ils ne vendent que des produits congelés qu’il a sorti une note les obligeant à signer des contrats avec des abattoirs.

Rejet des commandes, conteneurs bloqués au port

Une disposition de la note de service précise : « A cet effet, je demande à tous les importateurs et distributeurs de produits de volailles de prendre toutes les mesures urgentes, à travers des contrats clairs et précis, pour l’enlèvement immédiat des volailles en souffrance d’une part, et pour la fourniture régulière de volailles locales d’autre part, et ceci dans un délai de quinze (15) jours à compter de la date de signature de la présente note». Ce moratoire de quinze (15) jours accordé aux importateurs-distributeurs va permettre au ministre de se livrer à toutes les dérives dans le secteur.

Avant la sortie de cette note à l’endroit des importateurs, les services du ministère avaient déjà accordé aux importateurs des autorisations de commande et ces produits étaient en route pour le pays. Certains conteneurs sont arrivés trois (03) jours après la note de service, d’autres dix (10) et d’autres encore quinze (15). Koutera Bataka qui se transforme en douanier, fait bloquer les conteneurs de marchandises arrivés au port sans aucune raison. Des marchandises dont les autorisations de commandes sont accordées par son propre ministère. Depuis plusieurs semaines, les démarches des importateurs à la Direction de l’Elevage et de la Pêche qui donne l’autorisation de dépotage et auprès d’autres services se heurtent aux humeurs du ministre.

En dehors de surestaries suspendues, les importateurs dont les conteneurs sont bloqués au port doivent faire face à d’autres pénalités qui s’accumulent tous les jours. Parallèlement à ce blocage, le ministère refuse systématiquement de délivrer des autorisations d’importation alors que la production locale n’arrive pas à couvrir les besoins. Toutes les demandes d’autorisation introduites ont été rejetées par Koutera Bataka. Pire, des commandes des opérateurs économiques qui n’ont rien à voir avec la volaille ont été rejetées. La société RAMCO qui n’importe pas de volaille, mais fait beaucoup plus la charcuterie, a vu ses demandes rejetées. Même chose pour un opérateur économique qui a introduit une demande d’autorisation d’importation des produits (saucisson, rosette, jambon, lardon fumé, salami) ou découpes de viande (cotis de porc, carré d’agneau, travers de porc). Qu’est-ce que ces produits ont de commun avec la production locale ?

Finalement, ce ministre qui défraie la chronique depuis quelque temps, se permet tout et n’importe quoi sans que personne ne le rappele à l’ordre. Vouloir relancer la production de la consommation locale ne signifie pas qu’il faut détruire les affaires des opérateurs économiques alors même que cette fameuse production locale ne suffit pas à couvrir toute la consommation nationale. Depuis plusieurs semaines, les importateurs ne sont pas au bout de leurs peines du fait du blocage de leurs conteneurs. Et pourtant dans le document de Stratégie Nationale pour la Promotion de la consommation des produits animaux et halieutiques locaux en date du 26 janvier 2018, il est clairement dit ceci : « Toutefois, les conteneurs débarqués et en mer feront l’objet de dérogation spéciale ». D’autres ont annulé toutes les commandes passées à l’extérieur avec pour conséquence une pénurie à ressentir bientôt sur le marché.

Les fameux abattoirs ABC et MDL et la qualité de leurs produits
Dans le cadre de la note de service citée plus haut, deux abattoirs de vente de produits congelés ont été imposés aux importateurs-distributeurs. L’abattoir ABC (Agro Busness Company) sis à Agbalepedo dirigé par Mme Bernadette W. Agba NAPO et MDL localisé dans la banlieue Est de Lomé. Sans aucune discussion au préalable, ces abattoirs envoient aux importateurs des contrats à signer. En parcourant ces contrats, surtout dans les parties obligations, on découvre des dispositions scélérates qui ne pourront pas favoriser une collaboration entre ces abattoirs et les importateurs étant donné que les produits carnés sont très sensibles en termes de conditionnement et de conservation. Pour l’heure, aucun importateur n’a encore signé un contrat en bonne et due forme avec ces abattoirs, mais ils font des commandes depuis quelques semaines.

Selon plusieurs opérateurs, les abattoirs trainent à livrer les commandes, mais c’est la qualité des produits qui suscite des interrogations. Lorsqu’on importe un produit de l’extérieur, il y a un document de référence sanitaire qui l’accompagne. De plus, une étiquette sur le carton renseigne sur la date de production, l’abattoir, la date de péremption, etc. Les produits livrés par les abattoirs requis par le ministère ne donnent aucune fiche de renseignement sanitaire, aucune étiquette sur le carton en dehors de l’agrément sanitaire. Aucun renseignement sur la date de production, de péremption et autres (Images du carton de l’abattoir ABC en illustration). En examinant les poulets après ouverture des cartons, il y a lieu de se poser des questions sur la méthode d’abattage, de traitement et de conditionnement. Les opérateurs économiques et les détaillants se plaignent de tous ces aspects et surtout du prix du carton de 10 kg (19 000 FCFA) contre (14 500 FCFA) pour le produit importé.

La stratégie nationale pour la promotion de la consommation des produits animaux et halieutiques locaux est, certes, à soutenir et encourager. Le développement de l’agriculture en Afrique et l’indépendance vis-à-vis de l’extérieur passent par là. Cependant, compte tenu des réalités du terrain, l’implémentation de cette vision ne doit pas se faire dans la précipitation ou dans la volonté d’obliger les importateurs-distributeurs à devenir des sociétés de subvention des agriculteurs locaux ou des fermes agricoles et abattoirs détenus par les gens du pouvoir. C’est cette collusion des intérêts qui pousse aujourd’hui le ministre Koutera Bataka à faire du zèle et à s’illustrer par toutes les formes de dérapages préjudiciables aux importateurs.


Togo - Produits congelés : Noël Koutera Bataka entretient la tension avec les importateurs. Des conteneurs bloqués au Port de Lomé
Togo - Produits congelés : Noël Koutera Bataka entretient la tension avec les importateurs. Des conteneurs bloqués au Port de Lomé





Autres titres
Togo - Covid-19/LETP: Inquiétude autour des travaux manuels des élèves
- Togo - Covid-19/LETP: Inquiétude autour des travaux manuels des élèves
Togo - Covid-19 : Yark Damehame annonce des mesures coercitives à l’encontre des Togo...
- Togo - Covid-19 : Yark Damehame annonce des mesures coercitives à l’encontre des Togo...
Togo - Érosion côtière : Les populations victimes en colère...
- Togo - Érosion côtière : Les populations victimes en colère...
Togo - Covid-19 : Des Togolais bloqués au Cameroun vont rentrer ce 11 juillet
- Togo - Covid-19 : Des Togolais bloqués au Cameroun vont rentrer ce 11 juillet
Plus de nouvelles






Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 8   Abdul depuis l allemagne | Dimanche, 21 Juin 2020  - 15:19
  Bravo Mr le ministre
J en suis tres ravi, moi je vais loin il faut mem brûler ces produits tres cancerigenes ki rendent malade la population, ki la tuent à petit feu.
Mais toute fois si pouvez les endemniser ce sera bon et interdire une fois pour de bon ces importations on en veut plus, merci mr le ministre vous etes sur la bonne voie braaaaaaaavoooooo.

 7   Abdul depuis l allemagne | Dimanche, 21 Juin 2020  - 15:16
  Bravo Mr le ministre
J en suis tres ravi, moi je vais loin il faut mem brûler ces produits tres cancerigenes ki rendent malade la population, ki la tuent à petit feu.
Mais toute fois si pouvez les endemniser ce sera bon et interdire une fois pour de bon ces importations on en veut plus, merci mr le ministre vous etes sur la bonne voie braaaaaaaavoooooo.

 6   Danhomey | Dimanche, 21 Juin 2020  - 13:52
  Réponse à 5-Ezoa
  C'est un chiffon cet article. Je dis bravo au Ministre.

 5   Ezoa | Dimanche, 21 Juin 2020  - 8:13
  Bravo mr le ministre

 4   AshRevolution | Samedi, 20 Juin 2020  - 19:33
  Lu pour vous

Ca pue la FRANCAFRIQUE Au Togo comme au Cameroun les braqueurs sont proteges par les dictateurs et leurs bras armes galonnes !!1


Mali : Condamné à deux ans de prison fermes pour braquage et gracié par le président IBK il y a juste quelques semaines : Le multirécidiviste B.T retombe dans les mailles du 12e arrondissement pour les mêmes faits
18 juin 2020
la Vie
Commentaires fermés sur Mali : Condamné à deux ans de prison fermes pour braquage et gracié par le président IBK il y a juste quelques semaines : Le multirécidiviste B.T retombe dans les mailles du 12e arrondissement pour les mêmes faits
faitdivers
L'arrestation du multirécidiviste B. T par les éléments du Commissariat de police du 12e arrondissement dirigé par le Commissaire divisionnaire de police Hamadou Ag Elmehdi remet désormais sur la table la question de la Grâce présidentielle accordée à certains condamnés qui se sont distingués au cours de leur détention pour réduire partiellement ou définitivement leur peine. En effet, bien qu'une disposition constitutionnelle, nous constatons de plus en plus que les conditions ou encore les critères d'attribution de cette grâce font débat, car plusieurs condamnés ayant cette mesure retombent dans la délinquance. C'est le cas du multirécidiviste B. T arrêté pour braquage quelques semaines seulement après son élargissement par un Décret présidentiel suite aux mesures de décongestionnement des lieux de privation de liberté suite à l'apparition de la pandémie Covid-19 dans notre pays. Pouvons-nous appeler cela de « Grâce gate » ?

De sources policières, dans la matinée du samedi 6 juin 2020 aux environs de 06 heures, suite aux renseignements d'un citoyen désirant garder l'anonymat, les éléments de la Brigade de recherches du Commissariat de police du 12e Arrondissement sous la conduite du Commandant de police Danséni Koné alias Derrick ont interpellé un suspect répondant aux initiales B.T pour tentative de cambriolage et vol à main armée d'une boutique de vente d'articles divers à Boulkassoumbougou.

Des renseignements recueillis, il ressort que dans leur modus operandi, les deux suspects se sont présentés au boutiquier comme étant des clients potentiels qui souhaiteraient acheter de la cigarette. Ce dernier, très confiant, s'est levé pour les servir, aussitôt le complice de B.T, un certain A. K, toujours dans la nature, l'a violemment poussé contre le placard avant de le sommer sous la menace de son arme de se mettre à leur disposition.

Au même moment, son acolyte, le nommé B.T qui montait la « garde » et armé d'un pistolet automatique (P.A) de fabrication artisanale améliorée, a subitement tiré en direction du boutiquier qui a raté sa cible pour atteindre malheureusement l'un des frères du boutiquier. Et ce dernier a été blessé. Cependant, une bagarre acharnée s'est engagée entre les deux parties, au cours de laquelle, le nommé B.T a été grièvement blessé et appréhendé dans sa fuite par une foule surexcitée qui voulait l'appliquer la vindicte populaire, évitée de justesse grâce à l'intervention de quelques personnes de bonne volonté. Quant à son complice, le nommé A.K, il a pu s'échapper.

Alertée, l'équipe d'intervention de la Protection civile a immédiatement transportée B. T aux urgences de l'hôpital Gabriel Touré pour y recevoir des soins appropriés. Après six jours passés sous d'intenses traitements et sous haute surveillance policière, le nommé B. T a été conduit au Commissariat et placé en garde à vue pour besoins d'enquête.

Par ailleurs, rappelons que le nommé B. T est le chef d'un gang qui avait tenté de déposséder un élément de la Forsat-Garde de sa moto Djakarta, il y a environ une année, où il a été blessé par balle avant d'être interpellé par sa victime et mis à la disposition de la justice. Condamné à deux ans de prison fermes, il a bénéficié de la grâce présidentielle accordée récemment par le Président de la République suite à la pandémie Covid-19. Cette prise pose désormais la question des critères d'attribution de cette disposition constitutionnelle, la grâce présidentielle.

Mama PAGA

Source : Le Pays

 3   Williams | Samedi, 20 Juin 2020  - 18:26
  Je suis plutôt d'accord avec les actions du Ministre Bataka. On peut dire que ces actions sont fortes. Mais la cause est très juste. Les importateurs devraient à mon avis commencer à investir dans des entreprises locales afin d'augmenter leur capacité de production. L'auto-suffisance alimentaire est MUST.

 2   Allah | Samedi, 20 Juin 2020  - 14:28
  Icilome est il complice des importateurs afin de censurer mo. Post qui est le tout premier ?

Dans tous les cas Mouhandou Buhari du Nigeria a fermé ses frontières depuis avec le Bénin et le Niger d'où venait beaucoup de produits de première nécessité. Cela na pas empêché les nigérians de vivre . Mieux cela a boosté la production locale .

Donc la décision de Koutera est la bienvenue . Pourquoi les.importateurs de volailles refusent de signer des contrats avec les producteurs locaux ? On ne va pas continuer à importer des produits congelés depuis des mois au Togo alors qu'il y a des produitsvfrais sans conséquence qui sont produits localement.

Arrêter d'induire les.togolais dans.vos affaires louches par presses interposée. Le ministre a bien fait de bloquer toutes ces importations parceque les importateurs ont refusé d'entrer raison.lors des discussions

 1   GNAROU | Samedi, 20 Juin 2020  - 14:15
  Un patriote à soutenir!!




RECOMMANDÉS
Togo - Covid-19 : Prorogation de l’état d’urgence de 45 jours
1.  Togo - Covid-19 : Prorogation de l’état d’urgence de 45 jours

2.  Togo - Covid-19/LETP: Inquiétude autour des travaux manuels des élèves

3.  Togo - L’Ambassade de France au Togo a repris les activités de délivrance des visas

4.  Togo - Covid-19 : Yark Damehame annonce des mesures coercitives à l’encontre des Togo...

5.  Togo - Érosion côtière : Les populations victimes en colère...




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média