3:52:09 PM Vendredi, 10 Juillet 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Togo - Ebomaf et ses bulldozers sèment la désolation sur la voie Lomé-Kpalimé

Togo - Faits divers
iciLome | | 4 Commentaires
togo-ebomaf-et-ses-bulldozers-sement-la-desolation-sur-la-voie-lome-kpalime


Mercredi 17 juin dernier, lors du lancement officiel des travaux de réhabilitation de la nationale N°5 (la route Lomé-Kpalimé), Aboka Kossi, maire de la commune Golfe 5, avait donné un délai d’à peine une semaine aux occupants illégaux de la voie de débarrasser le plancher avant le début du chantier.

« Il est demandé à tous les occupants de l'emprise de la route (Lomé-Kpalimé, ndlr) de la libérer à compter de ce vendredi 19 juin 2020 afin de favoriser le bon déroulement des travaux », indique la note du Monsieur le maire du Golfe 5.

Mais tout porte à croire que le délai donné était insuffisant pour ces occupants qui ont érigé leur commerce au bord de ladite nationale. Ce weekend, ces commerçants qui ont installé leur boutique au bord du tronçon Todman-Sanguera ont reçu la visite des bulldozers de l’entreprise burkinabè Ebomaf à qui le gouvernement togolais a confié le chantier de rénovation de la voie Lomé-Kpalimé, longue de 120 km.

C’était le comble. Un véritable tsunami, cette opération de désengorgement. Les gros mastodontes de l’entreprise burkinabè n’ont eu aucune pitié pour ces propriétaires de boutiques, bars, cafés, restaurants, ateliers de couture et de coiffure, revendeuses et autres petits commerçants. Ils ont tout ravagé sur leur passage. Mêmes certaines habitations construites près de la voie ont été partiellement rasées.

Certains témoins de cette opération n’ont pas hésité à exprimer leur indignation. « Au moins il fallait donner plus de délais pour permettre à ces gens de pouvoir vider leur atelier. C’est toute une vie qu’ils viennent de couler comme ça. C’est désolant. Vous ne pouvez pas imaginer la peine de ces propriétaires. Non même s’il faut désengorger la voie, il fallait donner plus de délai à ces commerçants », a lâché un conducteur de taxi-moto, témoin de la scène.

Pour rappel, le coût global des travaux de rénovation de la voie s’élève à 194 milliards de francs CFA.

Godfrey A


Togo - Ebomaf et ses bulldozers sèment la désolation sur la voie Lomé-Kpalimé
Togo - Ebomaf et ses bulldozers sèment la désolation sur la voie Lomé-Kpalimé









Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 4   Elom | Vendredi, 26 Juin 2020  - 19:40
  Comment pouvez vous dire qu'on a donné juste une semaine aux gens?
Les informations, sensibilisation et communications sur l'élargissement de la dite voie datent des années avec plusieurs rappels.
Des panneaux géants ont été même érigés pour sensibiliser les gens. On pouvait y lire un truc de ce genre " Attention, il est prevu une rue de ...m":
Le délai de 6 ou 7 jours devrait être plutôt un ultime avertissement ou ultimatum.




 3   bradjehuld | Jeudi, 25 Juin 2020  - 10:30
  Même si on donnait un délais de 6 mois à ces occupants de quitter , ils ne le feront jamais. en tout cas il faut toujours casser les œufs avant de faire les omelettes. ça fait mal pour les casses mais on a aussi besoin de la route. On avait pendant longtemps crié qu'on a trop négligé cette route. Donc il faudrait que les choses aillent vite, vite.

 2   Bernard Dovi | Jeudi, 25 Juin 2020  - 8:38
  C'est vrai que la nature a horreur du vide et que les occupants des lieux ont fait leur cette maxime. Mais pour une fois, il faut reconnaître qu'il y a longtemps que la voie a été délimitée et des affiches géantes sont implantées mettant en garde les probables occupants des lieux. Donc on peut dire qu'ils ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes, parce qu'ils devaient savoir que tout ou tard, ils allaient être déguerpis, et peut être de cette façon là

 1   Patience | Jeudi, 25 Juin 2020  - 6:59
  Monsieur le journaliste merci beaucoup pour cet article. Mais nous disons à ces occupants que ce n'est pas aujourd'hui que cette route a été délimitée. Nous nous rappelons de ce que vous aviez appelé des boulevards Houngbo (nom de l'ancien premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo)
Ces occupants n'ont qu'à s'en prendre à eux mêmes.


RECOMMANDÉS
Togo - Le palais de justice et ses environs militarisés
1.  Togo - Le palais de justice et ses environs militarisés

2.  Togo - Covid-19 : Le confinement coûterait 150 milliards FCFA par mois

3.  Togo - Covid-19 : Ces mesures draconiennes que les voyageurs subiront à l’aéroport de...

4.  Togo - Faure Gnassingbé gracie une trafiquante de drogue

5.  Togo - L’INSEED évalue les conséquences de Covid-19 sur les ménages




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média