12:24:30 PM Mardi, 11 Août 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Mali - Crise politique au Mali : La CEDEAO rejette la revendication sur la démission d'IBK

Mali - Politique
iciLome | | 7 Commentaires
mali-crise-politique-au-mali-la-cedeao-rejette-la-revendication-sur-la-demission-d-ibk


La commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) envoyée à Bamako pour jouer le rôle de médiatrice dans la résolution de la crise politique au Mali, a conclu sa mission dimanche Mais le M5-RFP, mouvement à l'origine des manifestations, réclame toujours la démission du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Lors d'une conférence de presse dimanche, l'ex président Nigérian Goodluck Jonathan, qui dirigeait cette mission d'experts constitutionnels en médiation, a annoncé qu'ils ont « rencontré le M5 quatre fois » et n'avaient pu rapprocher leurs divergences.

La méditation a cependant précisé qu'« aucune forme de changement non constitutionnel d'accession au pouvoir ne sera acceptée ». Ainsi la démission du président IBK qu'exige le M5-RFP est rejetée.

Dans leur déclaration finale, les médiateurs du bloc ouest-africain proposent une nouvelle nomination de la Cour constitutionnelle, une mise en place « de toute urgence d'un gouvernement d'union nationale, sur la base du consensus », dont 30% des membres seront issus de l'opposition, 20% de la société civile et 50% de la majorité présidentielle.

Pour sa part, Choguel Maiga, leader du mouvement 5 Juin, après leur dernière rencontre avec la méditation a déclaré qu'ils ne veulent pas « que le peuple malien ait le sentiment que la CEDEAO a le seul objectif de maintenir un président au pouvoir contre son peuple ». Les décisions finales de la médiation sont alors rejetées par les opposants de IBK.

Mensah A.


Mali - Crise politique au Mali : La CEDEAO rejette la revendication sur la démission d'IBK
Mali - Crise politique au Mali : La CEDEAO rejette la revendication sur la démission d'IBK









Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 7   kofi kofi | Lundi, 20 Juillet 2020  - 12:56
  Non seulement IBK doit quitter le pouvoir, mais le peuple Malien doit aussi bouter hors de leur pays la racaille, voleuse France et son armée. L' Afrique n' a pas besoin de ces colons qui viennent nous contrôler et contrôler nos ressources naturelles. Le peuple Malien est capable to régler son problème avec les soit disant djihadistes créer de toutes pièces par la France mafieuse et racaille.

 6   Atalolo | Lundi, 20 Juillet 2020  - 11:55
  Une institution comme la CEDEAO ne peut jamais demander la démission d' un président démocratiquement élu par son peuple.

Il revient donc à ce peuple qui voit en son élu (au cours de son mandat un comportement dubitatif), de remuer le ciel et la terre pour le faire partir.

Pour la première fois, je suis d' accord avec cette organisation de la sous-région.

Ce qui se passe au Mali est bien différent du cas du Togo car au Togo, le petit vagabond à la tête du pays n' est jamais élu par son peuple. Il est un imposteur, un voyou et un brigand tyran à la fois.

Si les Maliens veulent la démission de leur président, ils doivent se lever en bloc et le bouter dehors.

Vive l' Afrique.

 5   yayi | Lundi, 20 Juillet 2020  - 11:2
  Réponse à 4-yayi
  des chefs d'Etat aussi corrompus qu'incompétents

 4   yayi | Lundi, 20 Juillet 2020  - 11:0
  Les Maliens doivent tenir bon devant ces fonctionnaires hyper corrompus de la CEDEAO, toujours prêts à défendre des chefs d'Etat aussi corrompus et qu'incompétents contre la volonté des peuples. Cette institution doit être reniée par les peuples. Courage aux Maliens !!!!

 3   issifou | Lundi, 20 Juillet 2020  - 10:1
  Réponse à 1-Aviti Kokoroko
  Où allons nous avez nos africaneries! IBK a été élu au suffrage universel par le peuple malien. Que ceux qui s'agitent attendent la prochaine élection pour élire l'homme de leur choix. Faire autrement est taxé de rébellion et donc un acte illégal avec le risque d'être réprimé sévèrement.

 2   Affivi | Lundi, 20 Juillet 2020  - 9:49
  Les peuples devraient arrêter de solliciter cette institution qui n'a montré que de la lâcheté dans tous les conflits dans lesquels, l'on a souhaité son arbitrage. Cela a été le cas en Côte d'Ivoire où les français ont imposé ce menteur de Ouattara, ou ici au Togo où nous continuons à subir les brimades et l'incurie d'un régime militaire brutal et sans imagination.

 1   Aviti Kokoroko | Lundi, 20 Juillet 2020  - 9:34
  Choguel Maiga bravo, c'est ça on appelle garçon, si c'est non c'est point barre.
Chapeau


RECOMMANDÉS
Mali - Crise politique au Mali : Les manifestations reprennent ce mardi
1.  Mali - Crise politique au Mali : Les manifestations reprennent ce mardi

2.  Lettre de mission du président de la république au premier ministre

3.  Communiqué du Conseil des Ministres du jeudi, 06 août 2020

4.  L'UNESCO soutient les communautés touchées par le conflit en réhabilitant Bandiagara

5.  Message du président Ibrahim Boubacar Keita à la suite des explosions à Beyrouth




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média