12:37:08 PM Mardi, 11 Août 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Togo - Dépravations des mœurs en milieu scolaire : Faudrait-il ré-éduquer certains parents ?

Togo - Societe
iciLome | | 7 Commentaires
togo-depravations-des-moeurs-en-milieu-scolaire-faudrait-il-re-eduquer-certains-parents-


Ils ont profité de la reprise des cours après la trêve provoquée par le coronavirus pour faire leur buzz. Eux, ce sont les apprenants des lycées et collèges qui se sont lancés dans une dépravation des mœurs qui dépasse l’entendement. Sexe, drogue, alcool, violences sont devenus l’apanage de ces élèves qui en font l’usufruit. A qui la faute ?

Des images et vidéos des élèves en pleins ébats sexuels, escaladant les murs de l’école, jouant au jeu de carte et dé etc… sont devenues virales sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Si le sexe, l’alcool, la drogue et la violence ont toujours existé en milieu scolaire, ils sont désormais banalisés. La faute à la démission de certains parents dans l’éducation de leurs progénitures.

Les parents les premiers responsables…

Si on s’accorde sur la responsabilité partagée des dérives observées dans les écoles, il faut en toute responsabilité mettre également un accent particulier sur le rôle des parents. Il est légitime que l’éducation est la responsabilité des parents comme la formation est du ressort de l’Etat. Même si l’école est également après tout un lieu d’éducation, cette éducation a besoin d’une base assainie depuis la cellule familiale pour s’y asseoir solidement. En effet, les parents ont toujours été et resteront les premiers éducateurs de l’enfant. Ils ont le droit et le devoir de mettre en place ses bases intellectuelles et émotionnelles et de développer son système de valeurs et d’attitudes, d’autant plus que l’avenir d’un enfant est fortement annoncé en filigrane durant la période préscolaire. Ils doivent en toute conséquence exercer leurs responsabilités de parents d’élèves. De son côté, l’Etat, par le système éducatif, doit former les jeunes à devenir de bons citoyens et de bons professionnels et leur donner les bases d’un apprentissage et développement personnel tout au long de la vie.

C’est le lieu ici de rappeler à certains géniteurs ou tuteurs le rôle qui est le leur dans la construction de leurs progénitures. Ces parents « hyperchargés », à la course effrénée derrière le matériel, l’obsession de leur affirmation sociale vaille que vaille et qui donc sont incapables de passer quelques minutes avec leurs enfants.

En lieu et place, ce sont les jeux vidéo, la télévision, le téléphone avec les réseaux qui transmettent leurs « valeurs » à leurs enfants dont certains souffrent d’un manque d’affection grave. L’éducation d’un enfant, ce n’est pas un « projet » qu’on délègue à ces outils sur lesquels l’immoralité et la violence sont érigées en modèle. On ne saurait exagérer au nom de l’alibi trivial selon lequel les parents doivent se battre pour la survie de la famille. Pour autant on est conscient des cas de certaines familles sont monoparentales, et autres. Mais, un enfant devrait être parmi les priorités du parent, qui doit être conscient de la responsabilité qui est la sienne en termes de modèle pour le bon développement de son enfant. Puisque, parmi tous les facteurs qui influencent l’éducation de l’enfant de sa naissance à l’âge adulte, la famille et l’école jouent un rôle primordial, indiquent les spécialistes de la petite enfance.

Le téléphone portable à l’école, l’autre pan du problème…

Depuis le 1er janvier 2019, l’utilisation des téléphones portables en milieux scolaires est interdite au Togo. En prenant cette décision, le gouvernement voulait lutter contre le mauvais usage des nouvelles technologies de l’information et de la communication par les élèves. A cet effet, les parents qui sont les principaux fournisseurs des portables avaient été appelés à jouer leur partition.

Mais cette décision n’a jamais été appliquée rigoureusement. Et ce, pour deux raisons princiaples. « Premièrement, la majorité des établissements scolaires font preuve de laxisme. D’ailleurs, certaines écoles n’ont pas intégré cette décision dans leurs règlements intérieurs. Deuxièmement, certains parents au lieu de rappeler aux enfants cette décision ont plutôt critiqué le gouvernement. Ces parents trouvent dans les portables les moyens d’être rassurés, lorsque l’enfant est bien rentré à la maison par exemple», explique un directeur d’école. Pour lui, les autorités auraient même dû parler de détention au lieu d’utilisation. Et pour cause, en théorie, selon ce parent d’élèves, les portables devraient rester éteints dans les sacs, mais c’est loin d’être le cas. « C’est une décision difficile à faire respecter à l’école si les parents sont contre », a-t-il affirmé.

Aujourd’hui, les voix s’élèvent pour appeler chaque parent à se poser les bonnes questions quant à l’accès au téléphone portable pour leur enfant. Car, un portable dans les mains d’un adolescent, à l’heure des réseaux sociaux, sans contrôle parental, est un cadeau empoisonné. Et pour répondre à toutes les interrogations liées à une utilisation efficace du téléphone par les élèves, puis les amener à comprendre l’importance de leur rôle, certains parents auront sans aucun doute besoin d’avoir eux-mêmes un guide, un éducateur. Une question de grande utilité publique !

FRATERNITE


Togo - Dépravations des mœurs en milieu scolaire : Faudrait-il ré-éduquer certains parents ?
Togo - Dépravations des mœurs en milieu scolaire : Faudrait-il ré-éduquer certains parents ?









Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 7   Saint Avlekete | Lundi, 20 Juillet 2020  - 17:16
  Réponse à 1-Nounolagan
  Merci beaucoup compatriote, nos pays sont tombes dans le piege de globalisation (mondialisation) qui consiste a ne rien interdit venant de l'exterieur, c'est a dire les chaines de television privees, l'internet, wifi, telephone satellitaire etcc...

Ces chaines et internet, doivent etre controles scrupuleusement, et filtres, a travers un canal sophistique gouvernemental avant de rentrer dans le pays.

Pourquoi ne pas suivre l'exemple de la Chine ou de la Russie ?


 6   Napo Leon | Lundi, 20 Juillet 2020  - 16:10
  Lorsque pour des désirs souvent égoistes, on décrète la désobéissance civile qu'on ne clôt d'ailleurs jamais avant d'en décréter une autre, à quoi d'autre faut-il s'attendre? Ne jetez par trop l'anathème sur les parents! Ils sont eux-mêmes parfois victimes.

 5   yayi | Lundi, 20 Juillet 2020  - 12:24
  Réponse à 1-Nounolagan
  Belle analyse !!!

 4   Phanphandong | Lundi, 20 Juillet 2020  - 12:17
  Réponse à 3-FemmeLibre UL
  Très drôle votre réflexion. Peut-être faudrait que les hommes aussi tombent enceinte parfois pour mesurer la conception.

Nounolagan (post 1). Apparemment il ne s'abreuve pas avant de tenir en haleine son auditoire dans les bars. Il brosse les contradictions de notre supposée modernité.

 3   FemmeLibre UL | Lundi, 20 Juillet 2020  - 11:33
  Nos mamans ne sont pas vierges non plus !!!

 2   Affivi | Lundi, 20 Juillet 2020  - 11:22
  Il ne faut rien exagérer. Ici on empêche les jeunes filles de vivre leur sexualité. On leurs interdit tout. C'est une bêtise. Une fille qui a seize est sollicitée par ses hormones. Ce qu'il faut, c'est de les informer aux mieux. Elles peuvent ainsi rationaliser leurs comportements. Nos enfants ne sont pas nos esclaves. Il faut les respecter. C'est mieux !

 1   Nounolagan | Lundi, 20 Juillet 2020  - 10:51
  Au delà des parents, parfois débordés ou ne maîtrisant pas les nouvelles technologies, c'est le reflet d'une société malade phagocytée à outrance par le monde occidental. Nous consommons tout, nous avalons tout. Dans un monde où tout va vite, les parents peuvent se laissent dépasser.

Lorsque nos pays laissent en libre accès les sites pornographiques, lorsqu'on laisse diffuser sur des chaines cryptées de la pornographie, lorsqu'on laisse diffuser sur nos médias des clip/chansons obscènes dont le premier sujet est le sexe et où l'érotisme est encensée, lorsqu'on laisse diffuser des séries télévisées où ne sont prônées que les satisfactions égoïstes (sexe, alcool, drogue, soif de pouvoir), lorsque les références de notre jeunesse s'appellent Toofan, Adebayor, Dj Arafat... Lorsque qu'ici la réussite n'est plus forcément synonyme de talent mais de la capacité à savoir détourner, de la capacité à savoir mentir... Lorsque être beau ou belle signifie être "sexy", lorsque bien s'habiller c'est se dénuder... Que pouvons-nous espérer de mieux pour notre jeunesse?

Ces enfants ne sont pas coupables mais victimes d'une société amorale. Ce qui s'est passé n'est que la partie visible de l'iceberg. Posons-nous les bonnes questions. Quid du rôle de l'Etat, de la HAAC ?

Nounolagan,
Chef de file de l'opposition dans les bars


RECOMMANDÉS
Togo - Décès de David Agbokpe : Les populations de Kpomé toujours debout
1.  Togo - Décès de David Agbokpe : Les populations de Kpomé toujours debout

2.  Togo - Un chèque de la CAF à Kodjovi Obilalé

3.  Togo - Faute de moyens financiers, l’Université de Lomé interrompt les recherches sur...

4.  Togo - Covid-19 : UEMOA fait don de 500 millions francs Cfa au gouvernement

5.  Togo - La CDPA « prend acte » de l'argent versé à son représentant exclu de la CENI




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média