7:45:40 PM Jeudi, 6 Août 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Togo - Exclusif : Ce que dit le rapport de la CNDH sur les présumés braqueurs tués par le GIPN le 28 juillet 2019

Togo - Societe
iciLome | | 8 Commentaires
togo-exclusif-ce-que-dit-le-rapport-de-la-cndh-sur-les-presumes-braqueurs-tues-par-le-gipn-le-28-juillet-2019


La Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) a enquêté sur l’affaire relative aux présumés braqueurs abattus le 28 juillet 2019 par les éléments du Groupement d’intervention de la police nationale (GIPN).

Son investigation lui a permis d’avoir une idée de ce qui s’est réellement passé. Il en ressort un rapport dans lequel l’institution de promotion et de défense des droits humains fait le point de son travail et formule des recommandations. Lisez plutôt.

RESUME DU RAPPPORT DE LA COMISSION NATIONALE DES DROITS DE L’HOMME (CNDH) SUR L’AFFAIRE DES PRESUMES BRAQUEURS ABATTUS PAR LE GROUPE D’INTERVENTION DE LA POLICE NATIONALE (GIPN), LE 28 JUILLET 2019

La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), réunie en session plénière le 1er août 2019 s’est autosaisie de l’affaire des présumés braqueurs abattus par le GIPN le dimanche 28 Juillet 2019 à l’effet de faire la lumière sur cette affaire et situer l’opinion publique.

En effet, le dimanche 28 juillet 2019, la Police nationale a organisé une conférence de presse au cours de laquelle, elle annonça par le biais de son porte-parole que son unité chargée de la lutte contre le grand banditisme, le Groupement d’Intervention de la Police Nationale(GIPN) a abattu au petit matin, deux braqueurs au quartier Kanyi Kopé, derrière la clôture de l’usine SOTOTOLES. Ces déclarations de la Police ont suscité une vive réaction des parents des personnes abattues qui prétendent que ces deux individus présentés comme des braqueurs ont été enlevés à leurs domiciles respectifs dans la nuit du 27 juillet 2019 par des hommes dont certains habillés « en tenue de sodja » avant d’être abattus et présentés sur les médias et les réseaux sociaux. Ils accusaient la Police nationale d’exécution extra judiciaire.

En exécution de sa mission, la CNDH a mis en place un groupe de travail.

Le groupe de travail a procédé à des auditions et à des transports sur le terrain. Il a aussi ordonné des expertises.

Les investigations ont permis au groupe de travail de répondre aux interrogations suivantes :


1-Sur la personnalité des personnes abattues

-Le nommé AMOUZOU Koffi alias « Cimetière » est né en 1986 à Sagbado (préfecture du Golfe). Il est célibataire avec deux enfants. Il est menuisier de profession. Il est un repris de justice avec plusieurs antécédents judiciaires.

-Le nommé MLATAWO Dékpo est né en 1994 à Klémé Agokpanou Yébépé (préfecture du Golfe). Il est célibataire sans enfant et peintre staffeur de profession. Il n’a pas d’antécédents judiciaires. Selon ses parents, Dékpo est d’une bonne moralité. Il est dévoué, serviable et jovial.

2-Sur la descente des hommes dont certains en tenue de « sodja » au domicile de «Cimetière » dans l’après-midi du jeudi 25 juillet 2019

Le groupe de travail au regard des nombreux témoignages aussi concordants, les uns que les autres, conclut que le jeudi 25 juillet 2019, dans l’après-midi, des hommes dont certains en tenue de « sodja » sont allés rechercher « Cimetière » à son domicile.

3-Sur l’enlèvement de « Cimetière » et Dékpo dans la nuit du 27 juillet 2019.

Les informations recueillies au cours des investigations sont édifiantes et amènent le groupe de travail à conclure que dans la nuit du samedi 27 juillet 2019, « Cimetière » et Dékpo ont été enlevés à leurs domiciles par des hommes dont certains en tenue de « sodja ».

4-Sur les circonstances de la mort des présumés braqueurs

Au regard des éléments recueillis lors de l’enquête, le groupe de travail n’est pas arrivé à décrire les circonstances exactes dans lesquelles les présumés braqueurs ont trouvé la mort.

Toutefois, il est constant que ceux-ci ont été abattus à côté de l’usine SOTOTOLES. Par conséquent, le groupe de travail écarte l’hypothèse selon laquelle les présumés braqueurs auraient été tués ailleurs et leurs corps déposés audit lieu.

5-Sur la question de savoir si les personnes abattues étaient en opération de braquage

Les éléments recueillis lors des investigations n’établissent pas, même si l’un des présumés braqueurs a plusieurs antécédents judiciaires, que ceux-ci étaient délibérément sortis cette nuit pour aller commettre un braquage.

6-Sur la responsabilité du GIPN dans la descente au domicile de « Cimetière » le 25 juillet 2019

Le groupe de travail n’a pu recueillir des éléments probants qui établissent que ce sont les membres du GIPN qui se sont rendus au domicile de « Cimetière » dans l’après-midi du jeudi 25 juillet 2019. La responsabilité du GIPN ne saurait être engagée.

7-Sur la responsabilité du GIPN dans l’enlèvement des présumés braqueurs le 27 juillet 2019

L’unité du GIPN qui a participé à l’opération anti braquage comprend l’équipe opérationnelle composée de dix (10) agents et le commandement.

-Sur la responsabilité des membres de l’équipe de l’opération
Le groupe de travail n’a pu recueillir de preuves qui attestent que les membres de l’équipe opérationnelle ont participé à l’enlèvement des présumés braqueurs à leurs domiciles. Le groupe de travail par conséquent, émet un doute sur la responsabilité de ces agents dans l’enlèvement des présumés braqueurs à leurs domiciles.

-Sur la responsabilité du commandement du GIPN
Il ressort des investigations que c’est le commandement de l’unité du GIPN qui a mis en place l’opération anti-braquage qu’il a coordonnée à distance, ensemble avec les renseignements à lui fournis par son informateur. Le groupe de travail a constaté que l’informateur a joué un rôle prépondérant dans la mise en place et l’exécution de cette opération.

Toutefois, le groupe de travail n’a pas pu avoir accès à cet informateur. Dans ces conditions et en l’absence de tout autre indice, le groupe de travail ne saurait hâtivement conclure à la responsabilité du commandement.

8-Sur la responsabilité d’autres personnes susceptibles d’être auteurs de l’enlèvement des présumés braqueurs

Le groupe de travail au regard des éléments recueillis lors de l’enquête n’écarte pas l’hypothèse selon laquelle, les auteurs de l’enlèvement pourraient être des connaissances de ses présumés braqueurs.

CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS

A la lumière de tout ce qui précède, il est constant que les nommés AMOUZOU Koffi alias « Cimetière » et MLATAWO Dékpo ont été enlevés à leurs domiciles par un groupe d’hommes dont certains en tenue de « sodja » dont les identités restent à déterminer, avant qu’ils ne soient mis sur la route de l’équipe de l’opération du GIPN.

La Commission constate que le commandement du GIPN a mis en place l’opération anti braquage suite aux renseignements à lui procurés par son informateur.
La commission estime que l’audition de l’informateur permettra d’identifier les auteurs de l’enlèvement des présumés braqueurs.

La Commission recommande au garde des sceaux, l’ouverture d’une enquête judiciaire pour faire toute la lumière sur les zones d’ombre.

La Commission recommande au ministre de la sécurité et de la protection civile de garantir la sécurité de tous les parents, témoins et sachants qui sont intervenus dans le cadre de cette enquête.


Fait à Lomé, le 05 décembre 2019
Le Président

Nakpa POLO




Togo - Exclusif : Ce que dit le rapport de la CNDH sur les présumés braqueurs tués par le GIPN le 28 juillet 2019
Togo - Exclusif : Ce que dit le rapport de la CNDH sur les présumés braqueurs tués par le GIPN le 28 juillet 2019









Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 8   Koromsa | Lundi, 27 Juillet 2020  - 20:27
  Ne perdez pas votre temps: depuis le malicieux mais ferme défenseur des droits de l'homme, Me Yaovi Agboyibor et le rigoureux Me Robert Dovi, suivi par le volontaire magistrat koffi Koutè, il n'y a plus de CNDH qui tienne dans ce foutoir de Gnssingbéland! Il s"agit ni plus ni moins, aujourd'hui que d'une "institution verrouillée", composée d'homme et femme liges, sans aucune conviction, et surtout sans couilles! Totalement à la solde du crapuleux régime, leur seul raison d'être est d'exister en tant que CNDH, pour faire valoir. En retour, il leur est garanti, perdiems, indemnités de présence et autres juteux frais de mission, au dos du contribuable togolais...
Dire que certains pressaient encore récemment, cette institution de faire diligence en s'auto-saisissant dans l'affaire du meurtre de l'officier Madjouba. C'est tout simplement, à mourir de rire devant une telle hypothèse qui relèverait de la science fiction...
Et puis, que vont-ils nous pondre après, comme succulent rapport dans l'affaire de la victime du couvre feu adakpamé, qui aurait visiblement eu tort de prendre pour parole d'évangile, ce dicton cher au "regrettépère de la nation" Gnassingbé: "celui qui a la diarrhée, n'a pas peu de l'obscurité"?

 7   Honte | Lundi, 27 Juillet 2020  - 18:55
  Madame qu'est ce que ca vous coute de remplacer " Sodja" par le mot police, gendarme ou militaire en Francais. Vous etes diplomee de quelle Universite'? Pourquoi trainer le mot "Sodja" dans votre rapport?
Comme certains l'ont deja dit le vehicule qui avait servi a enlever les deux individus appartient aux Forces de l'ordre et donc facile a identifier si vos enquetes etaient serieuses.
Apres tout ce temps passe' a faire l'enquete, vous n'etes meme pas capable de determiner ce que vous appele' l'informateur; je veux dire son nom et dans quelle unite' de la police ou dans l'armee il travaille. Madame, le rapport incomplet que vous venez de pondre, un simple journaliste investigation peut le faire en quelques semaines. Chuan!!!

 6   AshRevolution | Lundi, 27 Juillet 2020  - 18:26
  Lu pour Vous


TOGO RCI USA Israel SCANDALE SOROS derriere le tunisien Lotfi Bel Hadj proche des Freres Musulmans qui a plonge BEDIE dans la merde devient communicant de Gnassingbe



Lotfi Bel Hadj devient le communicant du Togo malgré ses récents déboires avec Facebook
Ayant vu une partie de ses opérations de marketing politique en ligne dévoilées le mois dernier par le think-tank américain Atlantic Council, le communicant franco-tunisien Lotfi Bel Hadj est déjà ailleurs : il a signé le mois dernier des contrats de communication et d'influence avec la présidence togolaise.









#FACEBOOK/ FACEBOOK SUPPRIMÉ LES COMPTES OFFICIELS DE BÉDIÉ ET DU PDCI

Plusieurs comptes Facebook appartenant au Parti Démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) et celui de son président Henri Konan Bédié, ont été supprimés par le géant américain, annonce jeuneafrique.com.

Selon le confrère panafricain, une étude réalisée par le laboratoire américain d'investigation DRF lab (Digital Forensic Research Lab) a révélé que le PDCI-RDA aurait participé à une vaste opération de désinformation sur internet, dans le but d'influencer la prochaine présidentielle.

Fin mai, le géant américain a supprimé les pages telles que : « Je suis PDCI-RDA », « Tempête au PDCI-RDA ». Les pages officielles du parti et même celui du président Henri Konan Bédié n'ont pas été épargnées, toutes ont été purement et simplement rayées de Facebook.

La création de ces comptes, a été possible grâce à la société tunisienne UReputation dirigée par l'homme d'affaires Lotfi Bel Hadj.

L'un des donateurs du think thank américain est le milliardaire américain George Soros.

source : JA

#Resterconnecter













Qui est Lotfi Bel Hadj, l'homme de main de Dogbé pour évincer Reckya Madougou ?

Ayant vu une partie de ses opérations de marketing politique en ligne dévoilées le mois dernier par le think-tank américain Atlantic Council, le communicant franco-tunisien Lotfi Bel Hadj est déjà ailleurs : il a signé le mois dernier des contrats de communication et d'influence avec la présidence togolaise.

Le communicant franco-tunisien Lotfi Bel Hadj

Le 24 juin, c'est dans un Embraer Legacy 600 immatriculé 9H-WFC et opéré par la société AirX que le communicant franco-tunisien Lotfi Bel Hadj a atterri à Lomé avec quatre personnes. L'équipe a immédiatement pris résidence dans l'hôtel Le Patio, ouvert tout spécialement pour eux puisque officiellement fermé pour cause de pandémie de Covid-19.

LIRE AUSSI: Secret de Palais: «querelle de co-epouses» entre Madougou et Dogbé

Quelques jours plus tard, l'homme d'affaires franco-tunisien et sa société Ureputation signaient avec la présidence des contrats de communication, ainsi que de valorisation de l'image de marque du Togo. Ce type de mission, qualifiée de Nation Branding, est l'une des spécialités d'un ancien associé de Bel Hadj, le communicant Philippe Lentschener (voir encadré), qui avait mené en 2013 une mission sur la «marque France» sous la présidence de François Hollande. Contacté, Bel Hadj n'a pas répondu à nos questions.

Jean-Yves Ollivier en entremetteur

L'idylle entre Bel Hadj et la présidence togolaise a débuté mi-janvier 2020. L'ancien journaliste français et collaborateur de Bel Hadj Frédéric Geldhof est alors sous contrat avec la Fondation Brazzaville de Jean-Yves Ollivier (Geldhof est également le rédacteur en chef du Muslim Post, un site d'information détenu par Bel Hadj en Tunisie). Sa mission au Togo : coordonner la mise en place de l'Initiative de Lomé, un sommet consacré à la lutte contre les faux médicaments qui a eu lieu les 17 et 18 janvier dans la capitale togolaise.

Pour l'occasion, le président ougandais Yoweri Museveni et son homologue sénégalais Macky Sall ont fait le déplacement, tout comme plusieurs personnalités françaises proches d'Ollivier, tels l'ex-juge antiterroriste Jean-Louis Bruguière, l'ancien ministre de la coopération Michel Roussin et l'ex-ambassadeur de France à Washington Gérard Araud, qui fut ces derniers mois l'éphémère vice-président du groupe d'événementiel Richard Attias & Associates.

Une petite délégation de la société de communication parisienne Vae Solis, dirigée par Arnaud Dupui-Castérès, autre proche d'Ollivier, s'est également rendue à Lomé.

LIRE AUSSI: [Secret de Palais]: Talon ne voulait pas de 4e mandat pour Faure

Venu lui aussi assister aux débats, Lotfi Bel Hadj rencontre à cette occasion Faure Gnassingbé en tête à tête. Sous contrat avec le Qatar et un temps responsable de la riposte numérique de Tariq Ramadan (les deux hommes sont aujourd'hui brouillés), Bel Hadj déroule pour le président togolais son action sur les réseaux sociaux en faveur des présidentiables Salim Saadi aux Comores et Nabil Karoui en Tunisie (ces opérations et d'autres ont été détaillées début juin dans le rapport «Opération Carthage» du think-tank américain Atlantic Council). Ses arguments portent puisqu'il quitte le palais présidentiel avec une mission d'un mois et demi pour renforcer la communication digitale de la campagne de Faure Gnassingbé.

Il doit plus précisément éclipser l'action de la diaspora togolaise, très active sur internet, et donner une caisse de résonance virtuelle à tous les impairs de l'opposant Agbéyomé Kodjo. C'est Frédéric Geldhof et un ancien militant du printemps tunisien de 2011, Skander Ben Hamda, qui sont chargés sur place de gérer les cyber-activistes. Opérant sous le pseudonyme de Bullet Skan, Skander Ben Hamda est le fondateur de l'agence tunisienne Digital Kevlar, dont Lotfi Bel Hadj est actionnaire.

Avant de se tourner vers le communicant franco-tunisien, la présidence togolaise avait d'abord sollicité l'agence de communication parisienne Publicis, qui dispose d'un contrat d'accompagnement de quatre ans du Plan national de développement (PND) togolais, pour lequel l'entreprise a empoché environ 400 000 euros la première année.

LIRE AUSSI: A Korhogo, le couple Faure-Reckya fait sensation !

A la demande de la présidence togolaise, Publicis avait organisé en mai et juin 2019 des formations réseaux sociaux au Togo. Cependant, les conseillers de Faure Gnassingbé ont jugé les services offerts par Publicis trop timides, et ont signé avec Bel Hadj pour disposer d'une communication virtuelle agressive.

Commando cyber

Un mois après avoir signé son premier contrat avec la présidence togolaise, la mission de l'équipe de Bel Hadj prend un virage drastique le 18 février, à quatre jours de l'élection. Les services togolais sont alertés de la présence de trois militants du National Democratic Institute, ONG liée au Parti démocrate américain, venus pour observer le déroulement de l'élection.

Les autorités s'inquiètent de l'équipement amené par les Américains – ils sont venus avec une quinzaine d'ordinateurs – et les accusent de ne pas avoir fourni à la douane togolaise les bonnes informations sur leur hébergement. Ils sont interpellés et expulsés. Leur traitement fait immédiatement réagir la diplomatie américaine, qui s'émeut de leur renvoi par communiqué officiel. La pression est alors à son maximum, et l'équipe de Bel Hadj est étroitement associée à la riposte pour minimiser l'incident. Réélu avec 70 % des suffrages, Faure Gnassingbé reste persuadé que les trois Américains expulsés faisaient partie d'une opération de déstabilisation.

Quatre mois plus tard, le 10 mai, un tweet – depuis supprimé – d'un ancien conseiller Afrique de Ronald Reagan, Herman J. Cohen (88 ans), vient attiser la paranoïa présidentielle. Agé de 88 ans mais toujours actif et très renseigné, Herman Cohen annonce ni plus ni moins qu'un coup d'Etat en cours au Togo («In Togo, military pressure has forced President Faure to flee the country. European Union and governments are discussing recognition of Agbéyomé Kodjo as the true winner of recent presidential election»).

LIRE AUSSI: Top 5 des femmes de confiance de Faure Gnassingbé depuis le début de la crise

En quelques heures, contre-tweets et interpellations du State Department par des comptes pilotés par les équipes de Bel Hadj obligent Washington à se désolidariser de son ancien diplomate par communiqué officiel. Ce nouvel épisode conforte Faure Gnassingbé dans sa méfiance envers les Etats-Unis et, quand le think-thank américain Atlantic Council publie un long rapport sur Bel Hadj en juin 2020, vite suivi de la suppression de centaines de pages par Facebook, la présidence togolaise y voit confirmation de ses intuitions. Au lieu de se détourner de Bel Hadj, elle s'empresse au contraire de resigner avec un communicant si détesté par Washington.

Guerre de palais

Fort de la publicité paradoxale que lui fait l'Atlantic Council, Lotfi Bel Hadj est donc reparti pour des missions de lobbying, relations presse et valorisation de marque-pays (nation branding) avec le Togo. Mais son OPA sur les opérations de communication et d'influence de la présidence togolaise reste fragile. Dans ces domaines stratégiques, Faure Gnassingbé garde plusieurs fers au feu. Si Bel Hadj a les faveurs de Victoire Tomégah Dogbé, la directrice de cabinet du président, et du conseiller Kanka Malik Natchaba, la conseillère béninoise Reckya Madougou, qui gérait les contrats de Publicis, reste influente, même si elle est provisoirement éclipsée.

LIRE AUSSI: [Confidentiel]: Faure, Macron et le dossier Kodjo

Entré par le trou de souris de l'e-influence, Lotfi Bel Hadj s'est fait beaucoup d'ennemis en se positionnant au cœur du Palais. Et lorsque le Covid-19 permettra aux visiteurs internationaux de se présenter à nouveau, la place sera plus difficile à tenir. Les super-consultants comme Dominique Strauss-Kahn et Tony Blair, qui tous disposent d'un contrat avec le Togo, vont jouer des coudes pour regagner leur influence aux dépens du communicant franco-tunisien.

Incontournable à Tunis, tranquille à Bruxelles et Barcelone

Malgré ses incursions répétées sur le marché africain, c'est dans son pays natal, la Tunisie, que Lotfi Bel Hadj reste le plus actif sur le créneau de la communication politique. S'il a défendu le candidat malheureux Nabil Karoui à l'élection présidentielle de 2019, il bénéficie d'excellents relais au sein d' Ennahda, barycentre de la scène politique nationale.

Il avait ainsi aidé le président du parti islamiste, Rached Ghannouchi, à trouver les termes d'un accord de coexistence pacifique avec son adversaire Béji Caïd Essebsi («BCE») avant le scrutin présidentiel de 2014. Cet «accord de Paris» avait permis à «BCE» d'accéder au palais de Carthage et à Ennahda de truster l'Assemblée, dans une improbable cohabitation qui perdura pratiquement jusqu'au décès du chef de l'Etat, en juillet 2019.

C'est aussi Lotfi Bel Hadj qui assurait les relations presse de Ghannouchi lors de son dernier déplacement à Paris, en mai 2019. Au sein d'Ennahda, Lotfi Bel Hadj peut particulièrement compter sur Lotfi Zitoun, l'un des ténors du parti, qui partage certaines de ses vues sur le nécessaire recentrage de la formation, au nom d'un islam politique de gouvernement.

Les réseaux de Lotfi Bel Hadj s'étendent jusqu'à la sphère des nostalgiques du bourguibisme. Le chanteur Bayrem Ben Kilani, alias Bendir Man, qui fut directeur de la campagne présidentielle de l'ex-ministre de la défense Abdelkrim Zbidi, a ainsi domicilié sa société de communication, Satoshi Lab, chez Lotfi Bel Hadj, dans le quartier des Berges du Lac, à Tunis. Lotfi Bel Hadj aurait directement participé à la campagne d'influence online en faveur de Zbidi, qui avait réalisé une percée spectaculaire dans les sondages.

Cependant, parmi la myriade de sociétés contrôlées par Lotfi Bel Hadj, seuls Ureputation et le site d'actualité Muslim Post sont effectivement basés à Tunis. La principale, Repu7ation, est établie à Bruxelles. Lotfi Bel Hadj en est seul actionnaire depuis qu'il l'a rachetée en 2017 à ses fondateurs, l'agence Image 7 de la baronne de la communication française Anne Méaux, et le groupe Rentabiliweb du pionnier de l'internet français Jean-Baptiste Descroix Vernier.

LIRE AUSSI:[Confidentiel]: Faure Gnassingbé victime d'un cambriolage

Cette joint-venture avait été créée en 2013 pour combiner le savoir-faire d'Image 7 en matière de relations publiques et l'expertise technique de Rentabiliweb. C'est là que Lotfi Bel Hadj a fait ses premières armes dans l'influence en ligne, aux côtés notamment de Philippe Lentschener, ex-patron de Publicis Worldwide France et désormais à la tête de Reputation Age.

Un autre pan des activités de Lotfi Bel Hadj est géré depuis Barcelone, où sont implantées deux de ses sociétés de production audiovisuelles, Digital Big Brother SL et Don Diego Production SL.

En revanche, ses deux sociétés londoniennes, Zamarat Mining et Alternative Carbon, ont fait long feu. Celles-ci s'activaient dans la prospection aurifère et la compensation carbone en Afrique.

Lettre du Continent





«Opération Carthage»: Nabil Karoui et le lobbyiste Lotfi Bel Hadj arrêtés par Facebook

16 juin 2020 Traduction

Traduit par Vanessa Szakal



«La désinformation en tant que service», c'est ainsi que le Conseil atlantique a décrit les services fournis par l'agence tunisienne de communication numérique UReputation au candidat à la présidentielle Nabil Karoui lors de sa campagne pour les élections présidentielles de 2019 en Tunisie. Le 5 juin, le think-tank américain a publié une enquête menée par son laboratoire de Digital Forensic Research (DFRLab) qui a révélé la collaboration. Surnommée «Opération Carthage», les activités d'UReputation ont ciblé 10 pays africains au profit de quatre hommes politiques se présentant aux élections présidentielles de leur pays. Encore une affaire révélant les pratiques douteuses de Karoui, à qui appartient UReputation, la firme tunisienne de relations publiques avec une telle influence mondiale?



Thameur Mekki



Des personnes

Nabil Karoui

Catégorie

Politique



Président du parti politique Qalb Tounes et candidat au second tour de l'élection présidentielle tunisienne 2019, Karoui n'est pas le seul à avoir bénéficié des services d'UReputation. Trois autres étaient le Comorien Azali Assoumani, l'Ivoirien Henri Konan Bédié et le Togolais Faure Gnassingbé. Lorsque Facebook a supprimé des dizaines de comptes Facebook d'utilisateurs tunisiens dans la nuit du 29 au 30 mai, de nombreux Tunisiens ont exprimé leur étonnement sur le réseau social. Suite à l'intervention des « Trusted Partners » de Facebook comme I Watch, un certain nombre de comptes qui avaient été supprimés ont été réactivés. Une semaine plus tard, l'Atlantic Council, un autre partenaire Facebook, a révélé la source des comptes désactivés. Le 5 juin, l'enquête de DFRLaba été rendu public quelques heures seulement après la publication de l'intrigant « Rapport sur les comportements non authentiques coordonnés » de Facebook .



Campagnes de désinformation

Le rapport identifie des activités suspectes d'un type très particulier: des groupes comprenant un grand nombre de faux comptes et des pages trompeuses qui relaient de fausses informations. Le rapport tient également compte des ingérences gouvernementales et étrangères. Il détaille la suppression de 446 pages, 182 comptes Facebook, 96 groupes, 60 événements et 209 comptes Instagram, dont la majorité étaient de faux comptes liés au cabinet de relations publiques UReputation. L'enquête entreprise par le DFRLab du Conseil de l'Atlantique a révélé les politiciens qui ont bénéficié de cette campagne, dont Nabil Karoui. Ce n'était pas non plus la première fois que le fondateur de Qalb Tounes, Nessma TV et l'association Khalil Tounes utilisaient une agence de communication numérique pour des opérations de désinformation sur Facebook. Il y a un an, en mai 2019, Facebook a supprimé plus de 250 comptes et pages provenant de 13 pays, dont la Tunisie. Derrière l'opération, la société israélienne Archimedes Group.Nawaat n'a pas tardé à enquêter , soulignant la menace d'ingérence israélienne dans les affaires tunisiennes. Nos confrères d'Inkyfada ont privilégié l' hypothèse d'une activité qui profite à Nabil Karoui .



Lotfi Bel Hadj, un profil hétéroclite

Une recherche dans le Registre national des institutions nous a conduit au nom de cette société dénoncée par le rapport Facebook et l'enquête de DFRLab: UReputation. Son adresse Web est identique à celle d'une société portant le même nom sur LinkedIn , et à celle du site Web indiquée ici . L'entreprise décrit ses activités comme suit: «La surveillance, la cyber-influence, le renseignement et l'analyse du big data influencent la communication traditionnelle. UReputation sculpte les contours de votre empreinte digitale ». Malgré son statut juridique de « société à responsabilité limitée »(LLC), nous avons pu identifier l'homme derrière. Diverses sources dans le secteur de la communication numérique et autres proches de Karoui ont assuré à Nawaat que l'individu en question est le lobbyiste franco-tunisien Lotfi Bel Hadj. Les liens de Bel Hadj avec l'Afrique ne sont pas récents. Fondateur du groupe Alternative Carbon actif en Afrique, il a également créé Greenrock Funds, un fonds d'investissement basé au Luxembourg. Originaire de Seine-Saint-Denis à Paris, il a fondé l' Observatoire économique des Banlieues [ Observatoire économique des banlieues ] et a plusieurs œuvres à son nom, y compris l'essai «Le Bible du Halal» [La Bible de Halal] publié en 2015 Il a également lancé le fonds Digital Big Brother, probablement l'incubateur d'UReputation.



Différentes sources médiatiques évoquant l'intérêt de Bel Hadj pour la vie politique tunisienne révèlent l'appétit instable et variable des lobbyistes: rapprochement avec Ennahdha en 2014 et discussions avec Tahya Tounes en mars 2019 , avant de collaborer avec Karoui et son parti Qalb Tounes plus tard la même année.

 5   Navi | Lundi, 27 Juillet 2020  - 17:35
  Un an pour rédiger un torchon comme ça.
En même temps, pouvez-vous dire autre chose ?

 4   takpara | Lundi, 27 Juillet 2020  - 17:0
  nakpa pollo , évidemment , ton ventre passe avant la moralité la plus élémentaire. Pour une femme , c'est terrible. Je comprends pourquoi tu n'as pas reussi à te marier, ne serait-ce qu'avec un vieillard blanc, avec toutes ces années passées en suisse.

sinon, à quoi cela sert d'aller à l'école, de se dire juriste et venir pondre de telles incongruités?

les 2 personnes ont été enlevées à leur domicile par des sodja armés, arrivés en vehicule de sodja?
C'est si difficile que ça de tirer des conclusions?


 3   KRATOS | Lundi, 27 Juillet 2020  - 16:46
  MON AMI KOMBATE N'EST PAS DE SERVICE AUJOURD'HUI ?

 2   Anipa | Lundi, 27 Juillet 2020  - 16:30
  Achao de Faure. Menteuse

 1   Joeby | Lundi, 27 Juillet 2020  - 16:29
  Achat Menteuse


RECOMMANDÉS
Togo - Explosion de Beyrouth : Robert Dussey console ses concitoyens
1.  Togo - Explosion de Beyrouth : Robert Dussey console ses concitoyens

2.  Togo - Covid-19 : Faure Gnassingbé salue un ‘’travail exceptionnel’’ des médecins cub...

3.  Togo - Covid-19 : Les deux semaines de tous les dangers

4.  Togo - La nouvelle vie de l’ex-Epervier Franck Edem Atsou

5.  Togo - Affaire d’espionnage : L’indignation de L’ASVITTO




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média