10:06:14 PM Mercredi, 25 Novembre 2020 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Forums  |  Annuaire  |  Videos  |  Photos 

Togo - Claude Ameganvi : « Une pétition est un mode d’expression des populations »

Togo - Politique
iciLome | | 3 Commentaires
togo-claude-ameganvi-une-petition-est-un-mode-d-expression-des-populations-
Capture d'écran


Reçu dimanche sur Pyramide FM dans l’émission D12, le Secrétaire général du Parti des Travailleurs, Claude Ameganvi est revenu sur sa pétition appelant à la démission de Faure Gnassingbé.

C’est un Claude Ameganvi très optimiste au micro de Pierrot Attiogbe ce dimanche. « Une pétition est un mode d’expression des populations, un instrument de combat des populations », a-t-il d’abord souligné.

Claude Ameganvi a rappelé le rôle des pétitions dans l’histoire du Togo, précisant que « les pétitions ont été considérablement utilisées par nos grands-parents et nos parents dans la lutte pour la conquête de l’indépendance nationale ».

Deuxième exemple : les grandes démocraties. « Les pétitions dans les pays démocratiques sont utilisées généralement par les mouvements syndicaux, les mouvements politiques pour des revendications à caractères sociales ou à caractères politiques », a-t-il ajouté.

Même si la plupart des Togolais ne croient pas à cette pétition, pour Claude Ameganvi, c’est un mode opératoire à ne pas négliger.

« Comme je l’ai dit tout à l’heure on a essayé les différents modes de lutte : les soulèvements populaires, les élections qui n’ont pas permis d’obtenir ce que nous voulons jusqu’à présent. Et partir de là, en réfléchissant, nous avons trouvé qu’il était opportun d’utiliser ce pour d’une part, permettre à la population de s’exprimer et ensuite de se rassembler pour agir ».

L’objectif pour Claude Ameganvi, c’est d’atteindre le million de signature. « Si nous atteignons cet objectif, je puis vous assurer que nous appellerons le million de signataires à venir avec nous porter cette pétition à Faure Gnassingbé pour lui demander de lui signer son acte de démission », a-t-il déclaré.

Rayan Naël


Togo - Claude Ameganvi : « Une pétition est un mode d’expression des populations »
Togo - Claude Ameganvi : « Une pétition est un mode d'expression des populations »








Commentaire
Pseudo
Répondre à:
Numéro de contrôle
Saisir le numéro de contrôle

 3   Abladzokppoe | Lundi, 2 Novembre 2020  - 21:22
  « Les pétitions dans les pays démocratiques sont utilisées généralement par les mouvements syndicaux, les mouvements politiques pour des revendications à caractères sociales ou à caractères politiques ». Claude se croit-il dans une démocratie? Il rêve encore.
« les pétitions ont été considérablement utilisées par nos grands-parents et nos parents dans la lutte pour la conquête de l'indépendance nationale ». Ce mode opératoire n'a pas été utilisé dans le même contexte qu'aujourd'hui. Et Claude le sait bien.
Comment va-t-il conduire le million de signataires pour aller remettre la pétition à Faure comme il le dit si bien.

Nous savons bien comment les choses fonctionnent mais nous voulons semer la confusion partout et mènent les populations en bateau. Claude pense qu'en conduisant le million de signataires auprès de Faure, il va leur dire "Je vous comprends donc je laisse le pouvoir"? Nous faisons du théâtre au Togo.
Mr Ablago a dit en partie ce que je pense. Les populations ne souffrent pas encore assez. Sinon, ils comprendraient et suivraient ceux qui prônent une organisation de masse bien organisée et bien structurée pour mettre le rapport en leur faveur en vue de mettre dehors cette bande à Faure. Comprenez que notre lutte est une question de rapport de force.
En 1990, quand le rapport de force était en faveur de la masse de la population parce qu'il y avait des organisations plus ou moins structurées n'ayant pas le niveau requis pour une telle lutte, les forces de sécurité ne pouvaient pas sortir dans leur tenue de travail. Ils les cachaient et s'habillaient en civil pour sortir. C'était dans leur bureau ils les mettaient et les cachaient à leur sortie en rentrant chez eux. Mais le jour que le rapport de force leur était redonné par Eyadema à travers la séquestration du HCR et l'assaut contre la primature et par l'ambassadeur de France d'antan en institution "Lomé ville propre" en incorporant les jeunes, les Ekpemogs dans ce travail, ils ont recommencé à sortir dans leur tenue, à se montrer arrogant, rackettant les populations, etc... et que sais-je encore.
En plus rien ne peut être fait, ne peut mettre le rapport des forces en faveur du peuple, tant que nous demeurerons dans une compétition partisane des partis qui entraînent leurs militants les uns contre les autres. Suivez seulement la scène politique togolaise depuis quelques années, et surtout après les présidentielles du 22 février 2020. C'est triste chez nous au Togo.
Observons ce qui se passse actuellement en Côte d'Ivoire. Les partis politiques d'opposition ivoiriens se sont entendus, organisés et ont prôné le boycott actif comme l'avait souvent prôné un parti politique d'opposition au Togo. Des journalistes togolais ont fait un débat sur le boycott actif qu'ils attendent de voir. Je crois que maintenant ils ont vu et compris ce que c'est qu'un boycott actif. Nous attendons de connaître les résultats futurs de cette action.
Ensuite, nous au Togo, nous avons toujours compté sur l'extérieur dans notre lutte (la communauté internationale, la France, le G5, ceux-là même qui veulent plonger nos têtes dans l'abîme pour le mieux-être de leurs populations). Suivez la déclaration des observateurs internationaux de ce jour après tout ce qui s'est passé avant, pendant les présidentielles du 31 octobre 2020 en Côte d'Ivoire et dites-moi si vous en comprenez quelque chose.
Alors avis à tous, ouvrons nos yeux, nos oreilles. Réveillons-nous, sinon Faure est encore là pour quelques et après il passera la main à son frère cadet Mey ou à un autre du clan. Il est déjà assis pour son 4e mandat. C'est moi ma prophétie. Je ne suis pas homme de DIEU.

 2   Polo | Lundi, 2 Novembre 2020  - 21:8
  Réponse à 1-Abladjo
  Merci et ta dernière phrase est la plus importante pour moi et il faut que tous les togolais la considèrent pour prendre conscience que la lutte n'est pas perdue si cette phrase est appliquée. J'ai essayé de regarder quelques vidéos sur la situation électorale en cote d'ivoire et j'ai vu des militaires respectueux de la décision des citoyens confisquer les urnes dans certains bureaux de vote alors il faut comprendre que les peuples africains savent le sens que doit prendre une démocratie. Le combat est à nous et à nous de le faire.

 1   Abladjo | Lundi, 2 Novembre 2020  - 13:27
 
Monsieur Ameganvi.

Si vous vous croyez en démocratie, la pétition reste un outils. Mais la pétition n a jamais eu un effet sur une dictature. Dans une population figée par la peur, qui voudrais mettre son nom sur une pétition surtout si cette personne est employée dans une structure ou est fonctionnaire. Nous connaissons la force de nuisance des membre du rpt_nuir. Au mieux une pétition entraine une discussion a l'assemblée nationale mais hélas nous avons un parlement monocolore ou des hyenes qui y siegent sont nommées.

La population ne souffre pas encore assez. Sinon, le pornocrate serait en train de courir avec sa cullotte dans les mains et les militaires avec lui. On ne peut pas tuer tout un peuple qui en a assez et se leve comme un seul homme.


RECOMMANDÉS
Togo - Prélim LDC : le sifflet togolais au rendez-vous !
1.  Togo - Prélim LDC : le sifflet togolais au rendez-vous !

2.  Togo - ASEA : le Togolais Edoh Kossi Amenounve reconduit pour deux ans

3.  Togo - L'ARCEP ouvre une procédure de sanction contre Togocel

4.  Togo - Myriam Dossou va à la rencontre des jeunes

5.  Togo - Augustin Senghor admirait « personnellement » Mémène




Restez connectés sur iciLome iciLome sur Youtube
Google plus
iciLome sur Facebook.com
RSS iciLome.com

HOME Actualité Immobilier Annonces Forums Vidéos


Nos services : Reportages Publicité Soumettre un article

Sites web partenaires : Azizo.net LomeChrono.com AfricaHotNews


@iciLome 2020 Contactez-nous Termes et conditions Partenaires média