Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 8:57:57 PM Lundi, 19 Novembre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Actualités  Togo par date  Togo par catégorie  Afrique par date  Afrique par catégorie

Sous pression, le régime de Faure Gnassingbé mélange les pédales



  [11/9/2018 9:26:47 AM]  | Kiosque |iciLome | Lu :4662 fois | 18 Commentaires
 

Togo  - Le gouvernement a annoncé, dans le communiqué ayant sanctionné le Conseil des ministres d’hier, la convocation du corps électoral au 20 décembre prochain. « Le recensement électoral tel que recommandé par la CEDEAO réalisé du 1er au 25 octobre 2018 étant terminé, le corps électoral est à présent connu et peut donc être convoqué, conformément aux dispositions des articles 79 et 80 du code électoral, pour les élections législatives fixées au 20 décembre 2018. Ainsi, le corps électoral est convoqué le 20 décembre 2018. Les bureaux de vote sont ouverts de 07 h 00 à 16 h 00 sur toute l’étendue du territoire national », a indiqué le communiqué.




Une annonce qui surprend plus d’un dans la mesure où le corps électoral dont fait appel le gouvernement n’existe pas encore. En effet, pour parler du corps électoral, il faut que le fichier électoral définitif soit connu et affiché, ceci après avoir tenu compte des réclamations des uns et des autres. Or ce n’est pas encore le cas aujourd’hui.

A la suite d’un simulacre de recensement électoral boycotté par la Coalition des 14 partis de l’opposition que la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) vient remettre dans ses droits, les experts ont commencé l’audit du fichier. Bien que cette étape du processus ne recueille pas l’assentiment de la Coalition des 14, étant donné que le recensement s’est fait sans elle, en violation des recommandations du Comité de suivi et de la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO.

A en croire de nombreux experts, il faut plusieurs semaines voire des mois pour finir l’audit du fichier. Et donc la liste électorale ne sera pas connue de sitôt. Dans ce cas, on se demande de quel corps électoral parle le gouvernement. Selon plusieurs analystes, le gouvernement convoque un corps électoral imaginaire, et c’est grave à cette étape du processus électoral qui est d’ailleurs entaché de nombreuses irrégularités.

Dans la foulée, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), dans un communiqué publié hier, a annoncé le dépôt des candidatures du 9 au 14 novembre 2018. La campagne électorale, quant à elle, se déroule du 4 au 18 décembre prochain. Tout cela, sans connaissance de la liste électorale.

Qu’est-ce qui fait courir autant le régime de Faure Gnassingbé ? Pourquoi refuse-t-il de faire bien les choses ? Des interrogations qui brûlent pour le moment les lèvres. On a l’impression que la situation échappe à ce régime qui commence par mélanger les pédales.

Le gouvernement, a-t-on annoncé, rencontre la presse tout à l’heure à 11 heures. On saura davantage sur cette course effrénée engagé depuis quelque temps par les autorités togolaises qui semblent faire fi de la feuille de route de la CEDEAO.


I.K


.
Commenter cet article
Répondre à intervenant :
Référence : http://
Nom / Pseudo *
Veuillez saisir le numéro de controle ci-dessous dans l'espace texte à droite  
Controle:
     
* : Champs obligatoires
(Cliquez une seule fois!)

Vous n'écrirez pas des propos grossiers ou vulgaires ! des propos relevant de la diffamation et de l'injure, ceux incitant les mineurs à commettre des actes illicites ou dangereux. Les messages non conformes seront purement supprimés.
Commentaires


 18   caramba | 11/10/2018 12:40:17 AM
Rectification
Mon posting est adressé au compatriote ECLAIREUR au 11 et non CLAIRVOYANT
Merci

.
 

 17   caramba | 11/9/2018 11:54:49 PM
  Réponse à 13-CLAIRVOYANT
 
ECLAIREUR
Ils m'auront que leurs yeux pour parler.
La CEDEAO n'a pas sonné l'UFC à quitter la CENI, mais plûtôt le président ghanéen. La con14 même n'en revenait pas raison pour laquelle aucun d'eux ne pourrait jubiler.




 

 16   sen | 11/9/2018 11:43:15 PM

le travail déjà fait par la ceni sera repris comme la c14 le souhaite depuis ses revendications ? sur le sujet, la réponse semble négative dans la mesure ou la cedeao a envoyé deux experts pour auditer le fichier. Et si l'on observe l'allure à laquelle roule le gouvernement, l'on se dit que les choses lui sont favorables. Alors que fera l'opposition dans la mesure où elle a demandé à ses militants de ne pas se faire recenser ? Elle semble être entre deux feux car elle a volontairement boycotté le recensement. Tant que la CEDEAO ne dira rien je crois que le vin est déjà tiré et il faudra le boire même s'il est amer. Et comme de par le passé, le pouvoir va encore rempiler face à une opposition qui arrive mais semble-t-il juste pour constater.

 

 15   Abladjo | 11/9/2018 8:26:16 PM
  Réponse à 13-CLAIRVOYANT
 

La question de date n est pas du fetichisme à dit Tibou Camara représentant d Alpha Condé.

Nous on veut le 30 déc aussi mais à condition de dégager cette cour conditionnelle. On prête serment devant la nouvelle, on va à la CENI on élit un nouveau bureau, on revoit les CELI et les CLC, on refait le découpage électoral et on fait le vrai recensement.

Penses tu que c possible avant le 20 déc alors que vous aviez bloqué notre arrivée à la CENI de 2 mois ?
 

 14   Atalolo | 11/9/2018 5:47:41 PM
Ils peuvent beau courir comme Bolt, ils reviendront au point de départ.

Vive le Togo.
 

 13   CLAIRVOYANT | 11/9/2018 4:04:08 PM
Quand on lit toujours ce IK aussi bête qu'un taliban, on comprend qu'il vit hors du TOGO.
Les opposants togolais sont comme des talibans admirant une très belle femme et s'oubliant jusqu'à pisser dans leur froc sans garder leur sang froid.
Si IK était intélligent, il se poserait une question: si ont doit appliquer la feuille de route de la CEDEAO tel que le claironne l'opposition, la date du 20 décembre doit-elle être reportée?
Si la feuille de route de la CEDEAO est une parole divine qui a conduite au renvoi de l'UFC et celle-ci a acceptée, peut-on reporter les élections du 20 décembre pour satisfaire les revendications de la C14 sans se contredire dans ces règles par lesquelles cette C14 jure ?
Voila le piège énorme que nos apprentis opposants ont construit et sont tomber mains et pieds joints dedans comme des analphabètes.
Dans un différent, on coupe la poire en 2 et l'opposition togolaise a grillé toutes ses cartes. UNIR est désormais en position de force.
Rendez-vous dans quelques semaines pour voir clair.
 

 12   Quoi | 11/9/2018 3:20:19 PM
  Réponse à 11-L'ECLAIREUR
 
Faure ne sait plus ce qu'il fait,C'est ce que cela veut dire.Il est melange'.Son pouvoir est le fruit de la violence ,de la tuerie,du mensonge ,de la division.Que sais-je encore.Il va va quitter dans la desolation,l'amertume,le regret,la honte.Ce regime est un tonneau vide qui fait du bruit.Il va partir de gre' de force.
 

 11   L'ECLAIREUR | 11/9/2018 2:57:10 PM
Restez la a penser que faure se melange les pedales. ils savent ce qu'ils sont entraiin de faire. Ils voulaient finir le recenssement aavant que le representant de l'ufc ne demission. Ils ne vont pas arreter le train. Soit l'opposition est trop bete ou soit elle s'entend avec le rpt unir pour maintenir le statut quo parce que les 2 en profitent. ils s'entendent pour bouffer l'argent du pays quand le peuple croupit sous la misere. Aucun ne lutte pour le peuple mais sa propre poche et son ventre. C'est au peuple de leur dire non, ca siuffit comme ca,. Les FABRE, ADJAMAGBO ET LES GENS DE UNIR SONT LES MEMES.
 

 10   Amegan | 11/9/2018 2:32:33 PM
AHha soyons serieux et disons la verité. le gvnt a -t-il vraiment peur des élections? je ne croix au contraire c'est l'opposition puisqu'elle a perdu du temps en demandant des chose qui ne feront pas changer la physionemie des resultats des élections, alors elle joue le retardement de celles-ce croyant rattraper ce temps perdu puisqu'elle dira il nous faux informer nos millitants, il nous faut du temps pour faire la campagne patati patata. et au finish elle sortira de nouveau perdante et se jettera encore dans les rues.
 

 9   justice | 11/9/2018 12:09:18 PM
le trisomie Faux gnassingbé a peur des élections transparentes, c'est pourquoi il se précipite à organiser une élection bâclée avec un fichier électoral corrompu et un découpage anti-démocatique or il oublie que la danse a changé depuis longtemps
 

 8   Raisonner | 11/9/2018 11:07:59 AM
Le Rpt-Pourir prepare sa propre fuite avant la fin de cette anne'e.3% des togolais se sont fait recense'sdont plus de 2%d'enfants et de fous.De quelles elections parlent ces mongoles?Apres l'echec de la CENI,du recensement,ce serait la fuite du regime dictatorial et sanguinaire.
Wait and see.
 

 7   IDEE LOGIQUE | 11/9/2018 10:42:13 AM
En voulant faire qu'à sa tête on finit par devenir FOU en montrant la nudité dans les places publiques.
le VRAI VISAGE DU GOUVERNEMENT DU TOGO EST MAINTENANT CONNU DE TOUT LE MONDE ENTIER ET DE TOUTE LES COMMUNAUTES NATIONALE ET INTERNATIONALE.

Le gouvernement est pris en fragrant délit dans son PROPRE PIEGE.
 

 6   Chromosome 21 anti gnarou | 11/9/2018 10:41:19 AM
Fabre : 'Gnassingbé et son gouvernement s'amusent'

GLOBAL | 09.11.18

Le gouvernement togolais, en conseil des ministres ce jeudi présidé par le chef de l'Etat, Faure Gnassingbé, a convoqué le corps électoral pour des élections législatives le 20 décembre prochain. A la coalition des 14 partis politiques de l'opposition, on semble rire de ce décret pris en conseil des ministres.

La première réaction de la coalition des 14, l'autre protagoniste de la crise sociopolitique togolaise, vient du chef de file de l'opposition, Jean-Pierre Fabre. Contacté par RFI, le président de l'Alliance nationale pour le changement (ANC) parle d'un amusement du gouvernement togolais.

« Laissez-les s'amuser à penser que les élections auront lieu le 20 décembre. Est-ce une élection pour résoudre la crise ou une élection ordinaire ? », a déclaré à la radio française l'acteur politique togolais.

Selon M. Fabre, si la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) veut amener les Togolais au règlement de la crise par des élections, elle doit tout mettre en œuvre pour que ces élections soient 'non contestables'.

Au gouvernement, on semble être sérieux. En début des travaux du conseil des ministres, il est mentionné dans le communiqué de fin de travaux que, Faure Gnassingbé, le chef de l'Etat a tenu à souligner le rôle important que le gouvernement doit jouer aux côtés de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) afin, indique le document, d'organiser ces élections dans de bonnes conditions de transparence, de crédibilité, de paix et de sécurité.

Un décret fixant la date des élections législatives et convoquant le corps électoral pour le 20 décembre, prochain a d'ailleurs été pris. Selon ce décret, la date du 20 décembre n'est pas fixée par le gouvernement togolais mais par la CEDEAO à l'occasion de son 53ème sommet à Lomé, dans le cadre du règlement de la crise sociopolitique.

Dans la foulée de ces décisions prises en conseil des ministres, la CENI incomplète annonce l'ouverture des candidatures du 9 au 14 novembre.

La journée de ce jeudi a donc été particulière au Togo en annonces politiques. La première information politique de cette journée a été le départ de l'Union des forces de changement (UFC) de la CENI.
 

 5   Observateur | 11/9/2018 10:39:09 AM
La question qui mérite d'être posée est celle de savoir si la C14 va participer ou non aux élections du 20 décembre 2018 étant donné qu'ils ne se sont pas fait recensés. S'ils boycottent cela revient à dire que leur combat pour chasser l'UFC de la CENI n'aura servi à rien, par contre s'ils décident de participer cela revient à cautionner ce qu'ils ont rejeté dès le départ. C'est là e dilemme.
 

 4   lu pour vous | 11/9/2018 10:18:08 AM
'L'UFC n'a pas une conception figée de la politique'
09/11/2018
'L'UFC n'a pas une conception figée de la politique' Isaac Tchiakpe
L'Union des forces du changement (UFC, opposition) a renoncé à siéger à la Commission électorale. Le fauteuil vaquant a été attribué à la coalition de l'opposition.

Une décision qui devrait permettre de faire évoluer la situation politique, a expliqué vendredi Isaac Tchiakpé, le conseiller du leader de l'UFC.

Les opposants réunis au sein de la C14 demandaient le départ de l'UFC en raison de sa proximité supposée avec le pouvoir. Il est reproché au parti de Gilchrist Olympio de participer depuis 8 ans au gouvernement.

Republicoftogo.com : L'annonce du départ de la Céni a été une surprise

Isaac Tchiakpe : Nous avons volontairement accédé à la demande du président ghanéen Akufo Addo (l'un des médiateurs de la Cedeao, ndlr) qui s'est entretenu avec le président Gilchrist Olympio mercredi.

Nous avons toujours manifesté notre volonté de faire en sorte que la feuille de route fixée par la Cedeao soit scrupuleusement respectée. Nous sommes et restons cohérents dans notre démarche.

Nous allons maintenant nous atteler à préparer le prochain scrutin.

Republicoftogo.com : Et pourtant l'UFC avait donné l'impression de vouloir se maintenir à la Commission électorale

Isaac Tchiakpe : La politique est quelque chose de dynamique, c'est conjoncturel. Si certains considèrent que c'est une victoire, nous la leur concédons. La vie est une bataille comprenant des victoires et des défaites.

L'UFC n'a pas une conception figée de la politique.

Nous militons pour un Togo tolérant. Le pays a besoin d'un renouvellement de sa classe politique.

Il faut des gens qui incarnent la culture de l'ouverture et du compromis ; ce qui fait défaut aujourd'hui.
 

 3   Leo | 11/9/2018 10:18:08 AM
Pourquoi Faure a peur des élections transparents au Togo, cette foi si le monde voit son vrai visage de bandit.
 

 2   Togolibre | 11/9/2018 10:15:39 AM
Ça prouve que les gens qui gouvernent le Togo ne sont pas sérieux, il gouverne le Togo comme des enfants qui s amuïssement dans la cours. C est triste pour le Togo.
 

 1   JO | 11/9/2018 10:01:34 AM
En tout cas, le fait que ce régime ne jure que par les élections qu'elles veut tenir le 20 Décembre a le mérite quand même de monter la vraie face du pouvoir. Il y a que ça qui les intéresse, organiser des simulacres d'élections, falsifier les résultats, manipuler les asirations exprimées dans les urnes afin de continuer par régenter ce pays. il y a plus de doute pour ceux qui soutenaient et nous faisaient croire que ce régime a toujours gagné des élections dans ce pays.

La CEDEAO n'y arrivera pas, jeunesse Togolaise, il y a que toi qui puisse agir en premier.
 


Articles les plus commentés
1. Nicodème HABIA de retour à Lomé dans les prochains jours  

2. Gilbert Bawara : « La mauvaise volonté et la mauvaise foi se situent au niveau de la Coalition des 14 »  

3. Chronique de Kodjo Epou : Les sirènes du cercle vicieux  

4. Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson : « Le peuple a montré aujourd’hui qu’il est toujours déterminé »  

5. Jean-Pierre Fabre : « C’est avec beaucoup de déterminations que nous reprenons les manifestations »  

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .