Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 9:24:56 PM Vendredi, 16 Novembre 2018 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Actualités  Togo par date  Togo par catégorie  Afrique par date  Afrique par catégorie

Revue de presse du vendredi 09 novembre 2018



  [11/9/2018 4:32:52 PM]  | Kiosque |iciLome | Lu :1153 fois | 1 Commentaires
 

Togo  - Seulement quatre journaux sont parvenus ce vendredi matin à la Rédaction d’iciLome.



« CEDEAO, Garba Lompo, un fossoyeur », annonce L’Alternative dans sa parution N° 751 de ce vendredi 9 novembre 2018.

Selon le journal, le sieur Garba Lompo, représentant permanent de la CEDEAO à Lomé, a « incontestablement intégré le club des supers affairistes qui font de la lutte du peuple togolais un fonds de commerce. (…) Ce Nigérien, au nom de la CEDEAO, s’invite de plus en plus dans la crise togolaise en noyant les aspirations légitimes des Togolais au profit du régime cinquantenaire. (…) Il est devenu le véritable pion du pouvoir en place ».

« Son activisme au profit du régime de Lomé était au centre de discussions entre le Facilitateur Alpha Condé et la C14. Le président guinéen apprend à sa grande surprise qu’il fait la rétention des dossiers qui doivent leur parvenir et prend sur le terrain des initiatives qui ne relèvent pas de ses responsabilités. Les actes de ce monsieur sapent les efforts de la facilitation et jettent un discrédit sur elle. Son cas doit être rapidement réglé, aurait déclaré Alpha Condé », informe le bi-hebdo.

Et de poursuivre : « Le sieur Garba Lompo a suffisamment cassé du sucre sur le dos du peuple togolais, il est temps que la CEDEAO lui trouve une autre destination ».

« Confidentiel sur la crise togolaise : M. Buhari met fin à la récréation, Alpha casse la baraque », affiche l’hebdomadaire Le Rendez-Vous à sa une.

« Après Alpha Condé en Guinée, c’est le président de la CEDEAO qui vient de rompre le silence face à la délinquance politique de la monarchie en place dans l’exécution de la feuille de route. En effet, de sources bien introduites, Muhammadu Buhari vient d’envoyer ce 07 novembre 2018 une délégation de trois de ses ministres à la monarchie en fin de règne. Dirigée par le ministre nigérian des Affaires Etrangères, Geoffrey Onyeama, la délégation porte une lettre très corsée qui attend de Faure Gnassingbé des réponses », renseigne le journal.

« Les indiscrétions en notre Rédaction stipulent que la lettre serait porteuse de mauvaise nouvelle pour la monarchie. D’abord Buhari voudrait savoir comment le régime compte organiser les élections dans les villes assiégées du pays. Ensuite, elle demanderait l’arrêt de la brimade des musulman car, poursuivait-elle, ce sont des brimades ciblée qui ont fait naître la secte Boko Haram au Nigéria. Abuja attend de savoir si la feuille de route en cour d’exécution à Lomé est la même que celle signée le 31 juillet dernier par les chefs d’Etat », poursuit Le Rendez-Vous.

« Les choses risquent fort de se précipiter su la monarchie ne change pas sa façon unilatérale de gérer la crise. Une mise au point est attendue d’Alpha Condé contre qui la monarchie marmonne un certain mécontentement pour ce qu’il a appelé un mauvais accueil réservé à sa délégation en Guinée. Lomé II se bat pour garder son président à la CENI et éviter le recensement. Mais entre un panafricaniste Condé qui n’a pas froid aux yeux et un Buhari qui a le devoir de normaliser une région dont il est au volant de la locomotive, on se demande comment ils vont se tirer d’affaire. Panique à bord », conclut l’hebdo.

« Après la rencontre de Conakry : Drôle de silence du pouvoir RPT-UNIR », titre Liberté dans sa livraison de ce vendredi 9 novembre 2018.

« Les discussions dans le cadre de la 3e réunion du Comité de suivi délocalisées à Conakry ont refermé leur porte depuis lundi 05 novembre et les deux délégations togolaise sont toutes rentrées au pays. Il est toujours attendu le compte rendu officiel au travers du relevé de conclusion pour permettre aux populations de se faire une opinion clair des échanges. Les seules informations qui ont filtré proviennent des sources proches de la Coalition. Mais ce qui surprend, c’est le silence sépulcral observé par le pouvoir sur le contenu des échanges et les décisions prises après cette rencontre importantissime de la capitale guinéenne », écrit le quotidien.

Et de poursuivre : « Pour les observateurs avisés, ce mutisme du pouvoir est suffisamment parlant sur le contenu des échanges à Conakry. Les choses n’auraient pas arrangé le régime ».

« Résolution de la crise togolaise : La feuille de route de la CEDEAO, un poison lent », analyse le journal Nouvel Echo

« Il se révèle aujourd’hui que cette feuille de route de la CEDEAO, à l’image d’un poison lent, est en train de tuer tout doucement la racine du mal togolais : il s’agit bien des élection contestées suivie de violences. (…) malgré l’impression que la piste de sortie de crise du 31 juillet a donnée, sa mise en application est confrontée à des obstacles. Mais tant bien que mal, et lentement, les dérapages sont en train d’être corrigée et tout donne l’air que les Togolais peuvent dans l’avenir proche goûter à des résultats justes issus d’élections propres et transparentes si la CEDEAO se décide d’être constante dans sa détermination de sortir véritablement le Togo de la crise », note l'hebdomadaire.

Godfrey Akpa

.
Commenter cet article
Répondre à intervenant :
Référence : http://
Nom / Pseudo *
Veuillez saisir le numéro de controle ci-dessous dans l'espace texte à droite  
Controle:
     
* : Champs obligatoires
(Cliquez une seule fois!)

Vous n'écrirez pas des propos grossiers ou vulgaires ! des propos relevant de la diffamation et de l'injure, ceux incitant les mineurs à commettre des actes illicites ou dangereux. Les messages non conformes seront purement supprimés.
Commentaires


 1   LE CLUB DES FAUX | 11/9/2018 7:10:51 PM
Un train peut en cacher un autre.
Un escroc peut en cacher un autre.
Garba Lompo = Ibn Chambas.
La seule destination où son CV et son train Bawara peuvent le conduire, c'est cireur de pompes et déménageur à la rue du vagin.

Il faut que les prochaines manifestations prévoyent des panneaux qui demandent sa démission, comme ça été fait pour son délinquant d'ancêtre Ibn Chambas.
 


Articles les plus commentés
1. Brigitte Adjamagbo Johnson : « Nous maintenons l’appel au boycott du recensement »  

2. Gilbert Bawara à Tikpi Atchadam  

3. Gerry Taama:« Aujourd’hui, la classe politique a besoin d’un renouvellement »  

4. Élections législatives du 20 décembre : Gilbert Bawara se « fiche royalement » que la Coalition se présente ou non  

5. Après son appel au recensement : Vers une exclusion du MCD de la coalition des 14 partis de l’opposition  

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .