Version mobile  | LOMECHRONO.COM | AZIZO.NET  | ICIBENIN.COM  | AFRICAHOTNEWS.COM   
 11:54:56 AM Jeudi, 24 Janvier 2019 | 
Actualité  |  Immobilier  |  Annonces classées  |  Boutique  |  Forums  |  Annuaire  |  Rencontres  |  Videos  |  Photos 
HOME
Actualité Togo  |  Bénin  |  Maghreb  |  Afrique de l'Ouest  |  Afrique Centrale  |  Afrique de l'Est  |  Afrique Australe  |  Ocean Indien  |  International

Actualités  Togo par date  Togo par catégorie  Afrique par date  Afrique par catégorie

Au Togo, quelle place pour l’Église dans la construction de l’opinion publique ?



  [1/12/2019 7:05:41 AM]  | Kiosque |- | Lu :1701 fois | 9 Commentaires
 

Togo  - L’opinion publique est la manière de penser la plus répandue dans une société. Elle est le produit des influences de plusieurs composantes de la société.



Au Togo, l’Église catholique représente 25 % de la population. Quelle est son influence sur la construction de l’opinion publique ?

Sur les 7 millions de Togolais, 25 % sont catholiques. Ils sont engagés dans divers secteurs sociaux, politiques et économiques. Mais participent-ils à la réflexion sur des sujets d’intérêt public et influencent-ils les manières d’être et de penser de leurs concitoyens ?

Pour le père Marc Agayi, prêtre du diocèse d’Atakpamé, à 160 km au nord de Lomé, la capitale, l’Église occupe une place importante dans la construction de l’opinion publique au Togo. Spécialiste en théologie morale, le prêtre togolais qui a soutenu sa thèse en 2010 sur l’engagement politique des chrétiens dans les pays francophones d’Afrique de l’Ouest estime que « c’est notamment par la voie de la conscientisation des citoyens que l’Église contribue à la construction de l’opinion publique, mais aussi à travers la formation des consciences dans les écoles catholiques ».

Mathilde Ezih, chrétienne résidant à Lomé, partage l’avis du père Agayi. Pour elle « l’Église a été au premier rang de l’éducation des enfants dans le pays et jouit du respect d’une bonne partie de l’élite dont la plupart sont passés par ses écoles ».

L’Église peut influencer l’opinion publique

« Composante de la société, l’Église représente une institution crédible dans les représentations sociales des citoyens », estime Roger Folikoué, enseignant chargé de cours de philosophie politique à l’Université de Lomé. Cet acteur de la société civile note que l’Église a un grand rôle à jouer et doit prendre conscience de l’influence qu’elle peut avoir. « Elle peut influencer positivement et propulser les citoyens dans leur implication dans l’ordre temporel », insiste-t-il.

En novembre 2018, les évêques togolais avaient publié un message dans lequel ils s’inquiétaient de l’impasse politique, économique et sociale dans laquelle le pays est plongé depuis 2017 et qui s’est aggravée fin 2018 avec l’organisation unilatérale des élections législatives par la majorité présidentielle. L’épiscopat a appelé « à la conscience et à la raison des uns et des autres, à l’arrêt de tout calcul politicien » et demandé « la mise en œuvre des réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales ».

L’Église est-elle écoutée ?

Malgré ses nombreuses interventions dans la vie politique nationale depuis le temps de l’indépendance à travers des lettres pastorales, des déclarations et différentes actions, l’Église catholique semble, cependant, incomprise et sa voix, peu écoutée. « L’Église n’est malheureusement pas assez écoutée au Togo », déplore Roger Folikoué. Pour le père Agayi, « la classe politique écoute l’Église d’une certaine façon, mais elle est encore dure de cœur ». « Les politiques, explique-t-il, savent que l’Église dit la vérité, mais poussés par leur intérêt personnel, ils font la sourde oreille au détriment du bien commun ».

Pour plusieurs catholiques interrogés par La Croix Africa, les gouvernants semblent ignorer les contributions de l’Église qu’ils considèrent comme une ingérence en politique, tout en réduisant ses interventions à l’ordre spirituel pour l’écarter du temporel.

Selon ces chrétiens, la dépendance économique de certains pasteurs vis-à-vis des politiques, les difficultés dans les écoles catholiques, les carences dans la formation des consciences, constituent des freins à la contribution de l’Église au débat public. « Voilà des défis à relever, car, indique Mathilde Ezih, se taire face aux problèmes du pays serait une démission impardonnable pour l’Église ».

Charles Ayetan (à Lomé)/africa.la-croix.com

.
Commenter cet article
Répondre à intervenant :
Référence : http://
Nom / Pseudo *
Veuillez saisir le numéro de controle ci-dessous dans l'espace texte à droite  
Controle:
     
* : Champs obligatoires
(Cliquez une seule fois!)

Vous n'écrirez pas des propos grossiers ou vulgaires ! des propos relevant de la diffamation et de l'injure, ceux incitant les mineurs à commettre des actes illicites ou dangereux. Les messages non conformes seront purement supprimés.
Commentaires


 9   Monkey | 1/13/2019 12:58:57 PM
  Réponse à 5-GNAROU
 
Tu veux qu'ils viennent te chercher ? espèce d'agneau galeux, tu rèves, personne ne viendra te chercher ! ou si tu veux ce sera belzebuth ! hahahaha, pauvre ignare égaré ou ... agneau ignaré , ça c'est fort , hihihi tu seras ignoré, ignare va !
 

 8   Kinaou | 1/13/2019 11:33:43 AM

« POUR LE TOGO, JE M'ENGAGE ! »

Il est désormais clair pour tous, que pour négocier ce virage souhaité pour le combat démocratique au Togo, tout doit se jouer en termes de stratégies convergentes, en termes de synergie. Pour ce faire, tout plan d'action du « Grand mouvement citoyen » qui ne tiendrait pas compte, de la bataille de l'opinion, sera voué à l'échec.
Dans un récent message de vœux à ses compatriotes, le président du Sursaut-Togo, Kofi Yamgnane a de son côté, fait des projections pour la tournure à donner à la lutte pour la démocratie en notant ceci : « Quant à nous, quel que soit l'endroit où nous nous trouverons, nous travaillerons à une nouvelle stratégie pour la conquête du pouvoir et désormais toutes les options sont sur la table... »
Il faut saluer cet engagement du grand frère Koffi YAMGNANE et souhaité que tout ceci ne restera pas que vains mots. Car, Koffi YAMGNANE a en effet, sa partition à jouer dans la tâche titanesque à abattre, afin de montrer la porte de sortie au système GNASSINGBE.

-1- Agglomérer tous les forces démocratiques de la diaspora pour le travail de lobbyig nécessaire auprès des institutions européennes et sur l'échiquier politique français, en particulier. Koffi doit pouvoir raccorder à la lutte, des personnalités comme Laetitia AVIA, élue LREM d'origine togolaise, Simon WOROU, Maire franco-togolais de l'Aveyron, Dominique SOKPO (militant PS, ancien Président de SOS racisme); et au-delà du cercle politique, prendre langue avec la société civile et des figures connues, ou personnalités qui comptent dans le paysage socioculturel, ayant des attaches avec le Togo. A l'instar de l'écrivain Kossi EFOUI, le Journaliste Jean-Baptiste PLACCA, l'animateur-chroniqueur TV (Kokou Todzro)MAGLOIRE, le rappeur ROST (Amewofofo Adomega) , Le Handballeur Jean-Luc ABALO, la championne de judo, clarisse AGBEKPONOU, les "vieilles" gloires: Hughes OCCANSEY (basket), Benjamin BOUKPESSI (aviron) etc. sans oublier tout ce réseau de Médecins, chercheurs, universitaires, d'origine Togolaise reconnus dans leurs milieux, pour leur dévouement et qui adhèrent aux valeurs d'universalité des droits de l'homme et des libertés publiques.

- 2- A cela, il faudra rajouter dans un second temps, le premier cercle de la diaspora africain qui compte en France: Bien sûr ici, on pensera en premier, à tous ces autres politiques, nouvelles figures de la diaspora africaine à l'assemblée et autres, qui gravitent autour de Macron. A cela, il faut ajouter les déjà connus qui se sont affichées droit de l'hommistes: Rama yade, ...Ensuite des voix panafricanistes sensibles à la cause togolaise et des droits de l'homme: des hommes de presse et autres animateurs (Albert Bourgui, Francis Kpatindé, Marie-Roger biloa, Madeleine Mukamabano, FATOU BIRAMA (Africa N°1), HAPSATOU SY, Rémy Ngono, MAMANE, Claudy SIAR...), des artistes de la chanson (Angélique Kidjo...), des 'écrivains Calixte Béyala, Fatou Diome...

3- De par son expérience, et pour avoir affronté sur le terrain l'hydre de système dictatorial Gnassingbé, Koffi peut sensibiliser, mobiliser, puis fédérer ce beau monde autour d'un projet convergeant, avec tous les initiatives des autres acteurs, pour faire tomber les murs de cette autre bastille tropicale. Il s'agira d'une question d'engagement, de conviction, une fois sensibilisé, pour donner un visage à ce qu'on doit désormais appeler LA CAUSE TOGOLAISE!
Ainsi, personne ne dira demain, à l'instar du cas du drame RWANDAIS, qu'il n'avait jamais été mis au courant. Oui, place à l'opération "POUR LE TOGO, JE M'ENGAGE"!
 

 7   James Bond de Bè | 1/13/2019 11:06:11 AM
  Réponse à 6-FIASCO C14-n
 
contre les mauvais, très mauvais citoyens qui sont au pouvoir l' Eglise n'a-t-elle pas le droit de se mettre du côté des bons de la République réunis au sein de la C14-n en mutation vers GMC ?
 

 6   FIASCO C14-n | 1/13/2019 11:02:25 AM
  Réponse à 4-Clement GAVI
 
Pourquoi au Togo la direction de la CVJR, Commission Vérité Justice et Réconciliation a t-elle été confiée à un Évêque Catholique?


cela n'a-t-il pas une décision basée sur l' illusion de la neutralité de l' Eglise ?
 

 5   GNAROU | 1/13/2019 7:06:35 AM
KPODZRO a dejà terni l'image de l'Eglise catholique sur la scene publique et politique !!

Personne ne fera plus confiance à cette Eglise !!

GNAROU le fils de SOTOUBOUA.
 

 4   Clement GAVI | 1/13/2019 5:52:32 AM
'Au Togo, quelle place pour l'Église dans la construction de l'opinion publique ?'

Je répondrais par une question. Pourquoi au Togo la direction de la CVJR, Commission Vérité Justice et Réconciliation a t-elle été confiée à un Évêque Catholique?

Si un Evêque a présidé cette commission, c'est que l'Eglise, l'Eglise Catholique a une résonance dans l'opinion publique. Alors la question n'est plus de savoir quelle place pour l'Eglise dans la construction de l'opinion publique. Qu'a t-elle fait des millions qui croient en Dieu, qui croient que Dieu a par son sang sauvé l'homme et qu'au Togo et ailleurs, et ce, depuis des siècles, ces millions doivent naître pour souffrir et souffrir des criminels organisés, tels ces dictateurs au Togo? Poser une telle question revient à affirmer implicitement que les contradictions de l'Eglise au Togo, lorsque Monseigneur Djakpah, malgré la souffrance, la mort, la misère que cé régime représente aux générations, va trouver le courage pour appeler dans son homélie, à rendre 'un vibrant hommage à Faure Gnassingbé' quelqu'un qui pour prendre la place de son père n'a pas hésiter l'assassinat de centaines de Togolais, ces contradictions minent la place de l'Eglise.

L'Evêque Djakpah aurait raison s'il appelait au pardon mutuel. Mais dans un pays où un régime qui fait soutenu par des racistes, des esclavagistes qui manifestent contre l'Eglise et qui depuis plus de cinquante ans représente une vraie condamnation à la vie par ses assassinats, ses violences, ses pillages, etc un Évêque qui ne peut ignorer la souffrance du peuple Togolais rend gloire à la dictature, ceci est un acte de cynisme qui matérialise la vérité qu'au Togo, certains Evêques, Djakpah sous la sanglante tyrannie du fils Faure Gnassingbé et Dosseh Anyron, hier sous la tyrannie toute aussi sanglante du dictateur père Eyadéma Gnassingbé, n'ont que faire de la souffrance des hommes.

Nous peuple Togolais devons être libres. Nous savons que la dictature est l'oeuvre du diable. Et nous savons que le diable, il faut le résister. Alors, nous allons résister ces terroristes jusqu'au bout. Même si Monseigneur Djakpah est l'un des soutiens de cette tyrannie.
 

 3   Lakoelè Chantal | 1/12/2019 10:41:52 PM
  Réponse à 2-Monkey
 
yiha yiha yihaaaa, hahahaha , "agneau ignaré" hahaha, bravoooo 😆
 

 2   Monkey | 1/12/2019 3:50:32 PM
  Réponse à 1-Général Okonko #
 
Tu veux qu'ils viennent te chercher ? espèce d'agneau galeux, tu rèves, personne ne viendra te chercher ! ou si tu veux ce sera belzebuth ! hahahaha, pauvre ignare égaré ou ... agneau ignaré , ça c'est fort , hihihi tu seras ignoré, ignare va !
 

 1   Général Oko | 1/12/2019 2:29:09 PM
L'efficacité de l'église catholique au Togo est nulle. Au lieu de mettre sa bouche dans les affaires politiques elle ferait mieux de reconquérir les agneaux égarés. Depuis un certain moment nous assistons à une prolifération inquiétante des sectes au Togo. Tous les cent mètres un temple ou une fausse église sont implantés. Si l'église catholique jouait bien sont rôle ces phénomènes auraient été marginaux. Trop de manipulations, les hommes d'église sont devenus des truands et cultivent la division et la violence. La paix de dieu n'y est plus. C'est ce qui pousse les croyants à aller vers les nouvelles églises. Des pièges à cons. Je veux bien que les prêtres parlent de la société dans leurs prêches, mais la vérité doit rester la finalité, or nous savons que nos prêtres sont des sophistes des disciples de Protagoras , qui par la rhétorique sont des ouvriers de la persuasion. Ils ont tourné le dos à Jésus-Christ qui de son vivant donnait à César ce qui était à lui et à Dieu son dû.
 


Articles les plus commentés
1. Et le président de l’Assemblée nationale est…  

2. Brigitte Adjamagbo-Johnson: 'Peuple togolais, la victoire est à nous'  

3. Jean-Pierre Fabre : « La mobilisation doit reprendre de plus belle »  

4. Jean-Pierre Fabre appelle le peuple togolais à se lever ce samedi  

5. Fulbert Attisso : « La Coalition des 14 doit adopter la stratégie de la pyramide inversée »  

TOUTE L'ACTUALITE
► POLITIQUE
► SPORTS
► SOCIETE
► ECONOMIE ET FINANCES

► Envoyez-nous vos contributions
Afrique : Toute l'Afrique
Afrique du Nord : Algérie   Maroc   Tunisie
Afrique de l'Ouest : Bénin   Burkina-Faso   Côte d'Ivoire   Ghana   Guinée   Mali  
Nigeria   Sénégal   Togo
Afrique Centrale : Burundi   Cameroun   Centrafrique (Rép)   Congo   Congo RDC   Gabon  
Rwanda   Tchad
ARTICLES LES PLUS RECENTS

© EXIN MEDIA. Contactez-nous. | Politique de vie privée | Partenaires
. | . | | ! | .